> article suivant

Dernier carré

> article précédent

Klose, un héros très discret

Lundi super lune, mardi super nul

Matchbox – Une équipe de France aussi décousue que ce match contre la Côte d'Ivoire a conduit à un 0-0, conclusion oubliable d'une trèèèès longue année 2016. La nalyse • Les observations • Vu du forum

Partager


Après avoir obtenu l'essentiel contre la Suède, la France n'a pas livré le superflu contre la Côte d'Ivoire. Match probablement le plus dépourvu d'enjeu d'une très dense année, cet amical de novembre a confirmé qu'il ne fallait pas en attendre des étincelles, et que son principal intérêt résiderait dans les prestations des joueurs qui jouaient quelque chose. Mais avec six changements – dont trois à la mi-temps et deux autres avant la 70e –, l'exercice a un peu trop tourné au freestyle. La retenue des uns l'a donc plutôt emporté sur l'envie des autres et, selon une logique un peu fatale, Rabiot aura été le héros malheureux de cette opération.

 

Peu efficaces sur leurs occasions nettes, les Bleus en ont concédé trois par mi-temps, et ont laissé les Ivoiriens revenir dans le match après l'heure de jeu. Leur animation a été sporadique et les gestes individuels réussis trop rares… C'est donc à leur avantage que l'on évitera de les évaluer collectivement sur cette rencontre. S'il y avait un bilan à établir, ce serait celui de 2016. Indubitablement positif pour la sélection nationale malgré les réserves, franchement alarmant pour le football de sélection.

 

 

 

 

 

La nalyse

C. K. – "C'était laborieux." Comme le dit Ousmane Dembélé, on n'a pas franchement assisté au match de l'année, sans que cela ne soit très surprenant. Rencontre amicale, équipe de France déjà à l'arrache contre la Suède quelques jours plus tôt, creux du mois de novembre, championnat dès ce week-end… Dans ces conditions, compliqué de tirer de grandes conclusions, celles de la philosophie de jeu de cette équipe étant déjà établies depuis un moment. Et puisque le 4-3-3 et le 4-2-3-1, testés alternativement, n'ont pas fondamentalement changé la dynamique d'une rencontre guère passionnante, on arrive assez vite sur l'analyse des prestations individuelles.

 

La défense centrale, assez peu sollicitée, n'a ni régné ni foiré. Les latéraux ont été très poussifs. Le milieu a globalement été satisfaisant et l'attaquant trop seul. À partir de ce résumé grossier, on déroule le fil: puisque la défense centrale n'a pas pour consigne de prendre trop d'initiatives (enfin c'est ce qu'on déduit en comparant le rôle de Varane et Rami en club et en sélection), il faut qu'il y ait de bons relais pour que le jeu vive. Le problème, c'est que Digne, fidèle à des prestations catastrophiques en club, et Sidibé, fidèle à celle de la Suède [notons que certains au sein de la rédaction sont séduits par le joueur], n'ont jamais apporté ce qu'on attendait d'eux au niveau offensif. Cela laisse alors à six joueurs la responsabilité de créer, dont un milieu plutôt récupérateur, et n'aide pas les ailiers.

 

 

 

 

Dembélé, dont le talent s'exprime par éclairs au milieu d'un océan de mauvais choix cette saison, a une nouvelle fois laissé perplexe. Dans le système tricolore, il était le seul à pouvoir faire la différence individuellement par le dribble, sans être autant couvert qu'à Dortmund par un bloc haut et un pressing dès la perte du ballon, une situation similaire à celle vécue par Kingsley Coman. Sorti à la pause, l'ancien Rennais a au moins eu la chance de ne pas souffrir de la comparaison avec Fekir, remplaçant pas en rythme. L'ailier de débordement peu en réussite, hormis un une-deux avec Gameiro, et Payet, meneur de jeu excentré, sans espaces libérés par son latéral, pas étonnant que l'attaquant de l'Atlético ait passé la rencontre isolé de ses partenaires. Seul dans la surface sur les centres, sans soutien quand il avait du champ libre en contre-attaque – des situations très éloignées de ce qu'il vit en club depuis plusieurs années –, il pouvait difficilement briller. À moins d'un éclair, d'une passe tranchante qui le lance au cœur d'une défense regroupée… 

 

Sur une voire deux séquences, Pogba a rappelé qu'il pouvait le faire mais on retiendra surtout de sa prestation ses sorties défensives à contretemps sur le porteur. Bon, du coup, qui restait-il pour amener le danger? Et bien Rabiot et Kanté. Indirectement certes pour le second, mais dont la capacité à se projeter balle au pied et à faire des passes qui cassent les lignes légitime encore un peu plus la présence dans le onze. Rabiot a lui évolué comme un milieu "classique" d'équipes de possession, de manière nonchalante mais avec une extrême justesse technique. Mais, de la même manière qu'il est sorti du lot car le reste n'était pas dans le même registre, il aurait pu être responsable si une de ses prises de risques avait été convertie en but par les Ivoiriens dans la foulée.

 

Et c'est bien là le résumé parfait de ces Bleus-là, qui se veulent plus opportunistes que bâtisseurs: un milieu de terrain comme Rabiot, qui fluidifie le jeu, peut coûter plus de buts qu'il n'en rapporte, de la même manière qu'un Krychowiak est à l'inverse difficile à utiliser dans un PSG qui a toujours le ballon. Dans ce contexte, le choix du pragmatisme sissoko-matuidien (dans les profils, puisque le deuxième n'était pas là mardi soir), s'il ne va pas dans le sens de l'histoire du football de club, répond aux besoins du moment à l'international. Et si jamais le succès recommence à passer par le jeu de position, Rabiot, leader d'une génération de milieux techniques, sera là pour montrer la voie.  

 

 

 

 

 

Les observations

Dembélé d’emblée, mais Dembélé remplacé.

 

Rabiot se blesse pour sa première sélection. Comme, en son temps, le grand Clément Chantôme.

 

Rabiot a marqué tellement de points qu'il en a senti un derrière la cuisse.

 

La stat à peu près: 3,4 kilomètres parcourus lors des dix changements de ce France-Côte-d’Ivoire.

 

On a vu beaucoup de coups de Kanon.

 

 

 

Vu du forum

=>> Jean-Huileux de Gluten - 20h56
Premier enseignement de l'avant-match, nous sommes titulaires du "titre" de vice-champion d'Europe. C'est du prestige quand même, et on joue dans le stade d'un vice-promu de Ligue 2 en plus.

 

=>> Mevatlav Ekraspeck - 21h01
C'est la crise, c'est la gauche : même les minutes de silences ont perdu des secondes.

 

=>> Mevatlav Ekraspeck - 21h05
Ce qui est pénible avec ces matches contre la côte d'Ivoire, c'est que les jeux de mots avec les aveugles ou les éléphants sont pourris d'avance. C'est frustrant, du coup faut se concentrer sur la tactique...
=>> Jean-Huileux de Gluten - 21h13
C'est vrai. D'autant qu'il y a déjà beaucoup à dire sur les deux défenses.

 

=>> Breizhilien - 21h37
Après ce "centre" de Lucas Digne, Evra est parti vérifier si son passeport était toujours valable en 2018.

 

=>> revlog - 22h23
Plus que jamais Moussa Sissoko marque l'histoire des Bleus de son empreinte: il honore ce soir sa cinquantième sélection, dépassant Rocheteau, égalant Lebœuf et Bats. Dans sa ligne de mire: Valbuena, Six et Tigana.

 

=>> LLBB1975 - 22h30
On siffle les Marseillais à Paris, les Parisiens à Marseille, Les Lyonnais à Sainté... et maintenant les Lillois à Lens. La connerie est bien répartie. Faudrait jouer les matches au stade Louis II. Je ne vois pas d'autres solutions.
=>> I want my Mionnet back - 22h33
Faites les jouer à Sedan, on ne risque pas de siffler de Rémois.

 

=>> LLBB1975 - 22h43
Ce match a un mérite : je ne trouve plus le match France-Suède chiant.

 

Le titre est de Damiiiirez.

 

Partager

> sur le même thème

Un compte de fait

> Dossier

Les Bleus

Les Bleus


Philippe Rodier
2018-07-18

Deschamps, le sens de l'histoire

Au terme d’une Coupe du monde durant laquelle l’équipe de France s’est muée en une machine clinique, les Bleus se sont adjugé une seconde étoile. Le triomphe d'une génération et d’un sélectionneur qui savait où il l'emmenait.


2018-07-16

Deschamp’s Eleven

Une folle finale, des Bleus battants, un titre sur le toit du monde. Pour toucher sa deuxième étoile, l'équipe de France a pris l'eau avant de faire tomber l'orage sur la Croatie: l'épilogue improbable d'une Coupe du monde hors-catégorie. 


2018-07-11

Les Bleus ne laissent rien au Hazard

En demi, l'équipe de France n'a pas fait les choses à moitié face à une Belgique brillante mais neutralisée. • Tours de force • La nalyse • Les gars • Vu du forum. 


>> tous les épisodes du thème "Les Bleus"

Sur le fil

RT @ButterflAym: Article de U10 sur Valeri Lobanovski, entraîneur révolutionnaire soviétique. Il est notamment à l'origine de l'éclosion de…

Les Cahiers sur Twitter

Le forum

Gerland à la détente

aujourd'hui à 11h34 - syle : J'imagine que le club ne doit pas en faire une question d'argent, l'enjeu étant justement... >>


Café : "Au petit Marseillais"

aujourd'hui à 11h32 - Dinopatou : Marius Taujourd'hui à 11h00Pas intéressé, la dernière fois qu'on a essayé, le type s'est fait... >>


Etoiles et toiles

aujourd'hui à 11h29 - hulumerlu : Idem pour winter sleep. J'imagine que le cinéma doit encore amplifier l'impact et la beauté des... >>


LdC : La Ligue des Cahiers

aujourd'hui à 11h21 - Marius T : Dino Diniaujourd'hui à 11h18Il n’y a pas que des vrais gentils qui jouent au faux méchants... >>


Changer l'arbitrage

aujourd'hui à 11h14 - George Worst : Le précurseur était Jean-Marc Rodolphe, dans les années 2000-2005 >>


Scapulaire conditionné

aujourd'hui à 10h47 - Gouff : Palencia c'est sans option d'achat par contre... faut pas qu'il soit trop trop bon non plus. >>


Bréviaire

aujourd'hui à 10h06 - JauneLierre : Arsène hic"Wenger en «cure de désintoxication»" (lequipe.fr) >>


Feuilles de match et feuilles de maîtres

aujourd'hui à 09h38 - Pascal Amateur : Lu, en effet, mais il y a une quinzaine d'années - et j'avoue n'en avoir pas retenu grand-chose.... >>


Premier League et foot anglais

aujourd'hui à 09h25 - Belmondo Bizarro : Le rapport avec Bernardo c'est qu'on a plein de bons joueurs de L1 qui partent chaque année, et... >>


O TéFéCé

aujourd'hui à 09h14 - Maurice Eculé : Oui Bostock a été meilleur en fin de match, quand le milieu adverse a largement baissé le pied,... >>


Les brèves

Il est des nô-ôtres !

"Guingamp : Eboa Eboa prolonge." (lequipe.fr)

Souici 2

"ASSE : Souici vers un nouveau prêt." (lequipe.fr)

Speed dating

"Kylian Mbappé : pas de temps pour les filles." (femmeactuelle.fr)
Mbappé, court toujours.

Gaolin Soccer

“Chine : le superbe retourné de Gao Lin." (lequipe.fr)

Franche Sibérie

"Un policier russe aux Pussy Riot : 'Parfois, je regrette 1937'." (lemonde.fr)