auteur
La rédaction

Du même auteur

> article précédent

1998 à zéro

> article précédent

Dugarry 1998, mauvaise langue

Manifeste contre l'arbitrage vidéo

Pourquoi l'arbitrage vidéo est un désastre pour le football tel que nous l'aimons. 13 (contre-)arguments. 

Partager

 

 

Le débat sur l'arbitrage vidéo n'a jamais eu lieu

 

Il suffit de deux secondes pour être partisan de l'arbitrage « vidéo », celles qui suivent un ralenti montrant une erreur flagrante des arbitres, sous le coup de l'indignation et d'un sentiment d'injustice. Il faut quinze bonnes minutes pour seulement commencer à lister les problèmes que cette « solution » pose.

L'évidence que la vidéo permet de corriger des erreurs devrait être le point de départ du débat, pas sa conclusion. Car une fois cette évidence admise, il faut s'interroger sérieusement sur les conséquences de cette solution. Et très vite, on comprend qu'il s'agit d'un profond bouleversement, que c'est un autre football qui va en résulter.

Pourtant, le débat n'a jamais eu lieu. Une mobilisation massive et univoque a monopolisé la parole pour présenter la solution comme une évidence, une nécessité, une urgence indiscutable. Elle ne pouvait avoir que des défauts mineurs et poser des problèmes faciles à surmonter. Tout cela sans aucune réflexion concrète :
• sur les modalités d'application, pourtant extrêmement problématiques ;
• sur les conséquences pour le jeu, pourtant extrêmement importantes ;
• sur nos manières de vivre le football, pourtant extrêmement menacées.

 

 



L'usage systématique des ralentis pour rejuger les décisions arbitrales, la place obsessionnelle prise par l'arbitrage dans les médias spécialisés, le procès permanent de la compétence des arbitres ont fait plus que préparer le terrain : ils ont imposé la solution dans les usages et les esprits. Cela fait des années que, de fait, les télévisions pratiquent l'arbitrage vidéo, devenu un élément de leur spectacle.

S'interroger simplement sur les différentes manières de recourir à la vidéo, évoquer les conséquences, les risques, les effets pervers et les incohérences de cette solution présentée comme une panacée a dès lors été perçu comme une insupportable résistance, forcément archaïque, dogmatique, sectaire ou réactionnaire.

L'argument ultime en faveur de l'assistance vidéo est qu'il évite les « injustices ». Le reste est secondaire. On ne se demande pas d'où vient cette intolérance contemporaine envers les erreurs arbitrales, quels sont les « enjeux » invoqués, ni quelle est cette justice. Surtout, on ne se demande pas ce que l'on est en train de sacrifier à ce besoin de justice. La plupart des partisans de l'arbitrage vidéo occultent, ignorent ou minimisent ce prix à payer.

En précipitant l'adoption de la vidéo, sans travail préalable de réflexion et d'évaluation, puis en supprimant même la période de tests, Gianni Infantino et la FIFA ont au moins permis à l'arbitrage vidéo de commencer à révéler ses limites, ses travers et ses dérives – aussi prévisibles étaient-ils. On l'a vu en 2017/18 en Serie A et en Bundesliga. Ce n'est qu'un début. On dit qu'il ne s'agit que de problèmes de réglages ? On constate surtout la puissance de l'engrenage enclenché.

Depuis des années, les Cahiers du football ont publié quelques dizaines d'articles sur le sujet, souvent au gré de l'actualité, en abordant systématiquement mais séparément les différents aspects de la question. Avec cet exposé, nous avons voulu faire la synthèse de nos arguments et les verser au débat… En espérant qu'il ait enfin lieu.

 


 

1. « Ça marche très bien dans d'autres sports. »
2. « Ça ne va pas casser le rythme. »
3. « Ça prendra trente secondes. »
4. « On peut limiter le nombre d'interventions de la vidéo. »
5. « On peut limiter le champ d'intervention de la vidéo. »
6. « Il faut des challenges réservés aux entraîneurs »
7. « Avec la vidéo, il n'y aura plus de polémiques. »
8. « On va s'habituer à ne plus fêter les buts tout de suite. »
9. « Compte tenu des enjeux, on ne peut plus accepter les erreurs. »
10. « On perd déjà plein de temps avec les contestations »
11. « Cela évitera le favoritisme »
12. « Il faut être moderne. »
13. « Il faut aider les arbitres » 

 

Le débat peut-il commencer ?
Que faire pour améliorer l’arbitrage ?

 


 

 



« Ça marche très bien dans d'autres sports. »

 

C'est faux : ça ne marche pas très bien. Notamment au rugby, souvent cité, où des décisions ont fait polémique jusqu'en finale de la Coupe du monde, et où un travers de la solution a été confirmé : des interventions de plus en plus nombreuses et un champ d'intervention de plus en plus étendu, multipliant les interruptions et rallongeant les rencontres.

Interruption, c'est le mot-clé. Car on oublie de se demander ce qui différencie foncièrement le football du rugby et des sports américains où « l'arbitrage vidéo marche très bien ».

Dans le rugby ou le football US, le jeu se déroule par séquences (de possession alternée) régulièrement interrompues par de longues pauses. Celles de la VAR nuisent donc peu au spectacle : en NFL, le temps de jeu effectif atteint à peine 15 minutes sur les 3 heures 15 d'une rencontre. Au contraire, l'intérêt du football réside dans la continuité du jeu et dans le rythme des matches.

Dans ces sports, il est également plus facile de circonscrire les situations où la VAR intervient, dans le temps et sur le terrain, alors qu'en football les modalités sont difficiles non seulement à établir, chaque solution présentant des lacunes majeures, mais aussi à limiter.

Enfin, l'arbitrage du football se caractérise par une part cruciale d'interprétation sur un nombre considérable d'actions, dont certaines mettront l'arbitrage vidéo dans l'impasse.

Il faut donc absolument penser aux spécificités du football, à tout ce qui le différencie des autres sports, à tout ce qui faut protéger en lui. Se rappeler que sa beauté, son attractivité, tiennent à un équilibre fragile des règles qui, jusqu'à présent, a sauvegardé l'intérêt du jeu.

 




« Ça ne va pas casser le rythme. »

 

Après une Coupe du monde 1990 où l'antijeu et les brutalités avaient culminé, les évolutions des règles ont réussi à restaurer la fluidité et le rythme du jeu contre les temps morts et les possibilités de casser le jeu : avertissements systématiques pour les gestes d'antijeu ; « interdiction » pour le gardien de prendre un ballon passé par un coéquipier ; règle des six secondes pour dégager ; obligation pour les joueurs ayant appelé les soigneurs de quitter le terrain ; décompte encadré du temps additionnel en fonction du nombre de remplacements.

En faisant en sorte que le ballon reste le plus vivant possible, ces retouches intelligentes ont eu un effet positif en protégeant à la fois le jeu, l'intérêt sportif et le spectacle. Aujourd'hui, à contresens de l'histoire, on veut réintroduire des temps morts. On promet que les interruptions seront limitées en nombre et en durée, alors que toute interruption supplémentaire est nuisible et que l'on constate déjà une fuite en avant.

 

 



À chaque fois que l'arbitre de champ aura pris la bonne décision (et ce cas est largement majoritaire), les interruptions seront inutiles. L'Euro 2016 tout entier s'est déroulé sans vidéo et sans polémique majeure : à quoi aurait servi la VAR, sinon à nuire au spectacle ?

Conséquences : des matches plus hachés, des actions plus sporadiques, des joueurs qui perdent le rythme, des phases de jeu de plus en plus distinctes, un temps de jeu qui s'allonge et un tempo qui baisse.

L'étape d'après est déjà prônée par certains défenseurs de la VAR : un passage au temps effectif, qui « autorisera » les interruptions et conduira à des durées de match allongées. Cela implique un total changement de la temporalité du football, et un football de plus en plus coulé dans le modèle des sports américains.


Gianluigi Buffon : « J'ai l'impression de jouer au water-polo. On ne peut pas s'arrêter toutes les trois minutes. »
Sami Khedira : « Des arrêts de trois minutes pour décider : nous-mêmes, joueurs, nous nous demandons en interne comment gérer ces situations. On reste là, sans rien faire, ça tue le jeu. » (09/11/2017)
Massimiliano Allegri : « Il va falloir parler de fautes intentionnelles, de jeu effectif. Et ça va devenir comme le base-ball aux États-Unis, on reste dix heures au stade, on mange des cacahuètes, il y a une action tous les quarts d’heure… » (Gazzetta dello Sport, 02/10/2017)
Unai Emery : « Tu perds du temps, et tu perds aussi une chose qui fait partie de l’histoire du football, le fait que l’arbitre prenne la décision sur le moment, qu’il peut faire une erreur, et que c’est accepté. » (15/12/2017)

 




« Ça prendra trente secondes. »

 

Dans le meilleur des cas, pour des décisions simples sur des actions limpides, les interruptions durent rarement moins de 45 secondes. Sur des actions difficiles à interpréter, dans des matches à fort enjeu, les arbitres vidéo ne décideront rien sans prendre toutes les précautions, en examinant attentivement toutes les images aussi longtemps que nécessaire, en échangeant entre arbitres vidéo et arbitre de champ.

Conscientes de l'effet des interruptions, les instances arbitrales allemandes et italiennes ont donné pour consignes d'accélérer les décisions. Il faudrait aller plus vite, alors que les décisions prises avec les images présentent un taux d'erreurs élevé (près de 20% des changements de décision en Serie A). En France, en Angleterre, en Italie et en Allemagne, des décisions précipitées ont conduit à des erreurs très remarquées.

Pendant ce temps, l'attente provoque sur le terrain et dans les tribunes une grande confusion et une grande frustration, tout le monde étant laissé dans l'ignorance, jusqu'au moment où la décision finale tombe du ciel. Certains ont la parade : diffuser les images sur les écrans du stade. On imagine les réactions des joueurs et du public sur les actions les plus difficiles à interpréter – c'est-à-dire les plus faciles à interpréter à sa guise…


Mauricio Pochettino : « C'est un cauchemar. Je préfère que les arbitres fassent des erreurs plutôt que de devoir attendre trois ou quatre minutes. (…) Le pire, selon moi, est l'effet sur les supporters. Cela va être un énorme problème à l'avenir. »
Massimo Busacca (directeur de l’arbitrage à la FIFA) : « Le temps qui sera passé, ce n’est rien comparé au résultat du match. (…) On prendra le temps nécessaire. Même dix minutes s’il le faut. » (12/06/2018)

 




« On peut limiter le nombre d'interventions de la vidéo. »

 

Alors que la VAR continue à susciter des polémiques, parfois plus virulentes, elle donne aussi naissance à un nouveau type de polémiques… sur la pertinence des appels à la vidéo. D'une part quand les recours s'avèrent inutiles. D'autre part et surtout quand elle n'a pas été appelée, alors que les images auraient pu invalider la décision de l'arbitre central.

Les erreurs de l'arbitre étant devenues intolérables, ces nouvelles « erreurs par omission » le sont encore plus, au nom du besoin de justice poursuivi. La logique même de la VAR incite à un recours au moindre doute. En Allemagne et en Italie, les instances de l'arbitrage, face aux mécontentements, ont d'ores et déjà préconisé… d'appeler la VAR plus souvent.

 

 



L'arbitre central et ses assistants auront inévitablement tendance à « se couvrir » s'ils ne sont pas totalement sûrs de leur décision, afin d'éviter une erreur qui fera scandale. Les protestations des joueurs et des entraîneurs les y inciteront aussi, ceux-ci voulant avoir une deuxième chance au tirage ou simplement casser le rythme.


Lukas Brud (secrétaire de l'IFAB) : « [Le principal problème partagé par tous les pays qui testent la VAR], c'est que l'on ne sait pas encore très bien quand l'arbitre assistant doit intervenir. Comme aucun arbitre ne veut commettre une erreur, ils préfèrent consulter l'assistant vidéo plutôt une fois de plus qu'une fois de moins. » (14/12/2017)

 




« On peut limiter le champ d'intervention de la vidéo. »

 

Vient ensuite le problème du périmètre, aujourd'hui limité à la vérification des buts, des penalties, des cartons et de l'identité d'un joueur sanctionné. Les partisans de l'arbitrage vidéo regrettent déjà ces limites, qui excluent des faits de jeu pourtant décisif.

Au nom de l'idéal de justice qui a rendu les erreurs insupportables et imposé la VAR, les instances de l'arbitrage sont immanquablement poussées à étendre ce champ d'application. Comment résister à l'envie d'y inclure la vérification des coups francs ou des corners – parfois accordés à tort alors qu'ils aboutissent à un but ? Tout geste ou contact « décisif » au départ d'une action, ou simplement en dehors de la surface ? Au vu du nombre de contacts illicites dans la surface, tous les corners et les coups francs indirects sont susceptibles d'être décortiqués. Certains commentateurs ont déjà réclamé que l'on puisse interrompre le jeu pour vérifier n'importe quel fait de jeu déterminant. Nicola Rizzoli, responsable de l’arbitrage en Italie, a demandé aux assistants vidéo de vérifier toutes les mains dans la surface (ce qui a conduit les arbitres de champ à siffler presque toutes les mains pour les faire vérifier, entraînant plusieurs décisions contestées).

Le choix du moment de l'interruption du jeu provoque déjà des difficultés majeures, et réserve des imbroglios. On a déjà vu des arbitres vidéo revenir à la possession précédente ou remonter plus d'une minute en arrière pour invalider un but… Comment fixer des limites quand tout incite à les repousser ?

Déterminer qui a le droit d'appeler la VAR pose également problème. Alors que la FIFA considère qu'il faut le laisser à l'appréciation de l'arbitre central, en Bundesliga, l'arbitre vidéo a été investi d'un droit d'appel étendu (devant le constat que le caractère litigieux de beaucoup d'actions échappait au central). Et c'est en toute logique que la tendance est de laisser tous les arbitres – arbitre de champ, 4e arbitre, arbitre vidéo – la possibilité d'en appeler aux images.

 




« Il faut des challenges réservés aux entraîneurs. »

 

À contre-courant, conscients du risque d'inflation des interruptions, certains partisans de la VAR prônent un système de « challenges » imité de celui du football américain qui accorderait aux entraîneurs (ou aux capitaines) deux droits d'appel par match.

L'idée est louable, mais elle introduit une sorte de « coaching vidéo » : certains matches seront gagnés ou perdus sur un bon ou un mauvais choix de challenges, selon une logique complètement extérieure au jeu. Accessoirement, certains ne manqueraient pas de faire des recours abusifs pour casser le rythme d'une rencontre.

Surtout, avec les challenges, beaucoup d'erreurs subsisteraient. Cela n'a aucune chance d'être toléré : l'objectif de la VAR est d'éradiquer toutes les erreurs visibles, et sa conséquence de rendre plus insupportables celles qui échappent au dispositif.

 




« Avec la vidéo, il n'y aura plus de polémiques. »

 

Le malentendu est profond. Dans les cas les plus simples, les images vont indiquer sans l'ombre d'un doute la bonne décision. Mais on omet complètement que l'arbitre vidéo devra aussi intervenir sur des actions ambivalentes, indécidables avec certitude : c'est-à-dire difficiles à interpréter, alors qu'il faut les interpréter.

Or l'arbitrage vidéo sera particulièrement attendu sur ce type d'actions « discutables », pour lesquelles deux décisions contraires sont à peu près aussi légitimes l'une que l'autre (une idée qui peine évidemment à s'imposer dans un contexte où une vision binaire domine : y a péno / y a pas péno, y a faute / y a pas faute, y a main / y a pas main, etc.). Des actions dans les images desquelles on voit ce que l'on a envie de voir, avec des interprétations totalement contraires.

 

 



Arbitrer en football, c'est dans une large mesure interpréter. La main est-elle intentionnelle ? L'engagement du joueur est-il licite ou excessif ? Y a-t-il anéantissement d'occasion de but ? La faute mérite-t-elle un carton jaune ou rouge ? Dans les nombreuses situations-limites, les images ne révèlent aucune vérité objective : au contraire, chaque angle livre sa propre impression, et chacun y verra ce qu'il voudra.



Lors du fameux France-Irlande de la « main de Thierry Henry », qui avait déchaîné les appels en faveur de l'arbitrage vidéo, Shay Given s'était interposé dans sa surface devant Nicolas Anelka. Malgré le visionnage de quantité de ralentis, il fut impossible d'affirmer avec certitude que le gardien avait commis une faute passible d'un carton rouge et d'un penalty, ou que son intervention était régulière. Plus récemment, le penalty sifflé contre Mehdi Benatia pour une faute sur Lucas Vazquez, dans le temps additionnel de Juventus-Real Madrid, a suscité des interprétations totalement opposées.



Au contraire de l'arbitre de champ qui a l'excuse du feu de l'action et l'avantage d'être au plus près du jeu, l'arbitre vidéo devra prendre à froid une décision aux conséquences graves, avec la certitude de déclencher la colère d'un des deux camps. On déplorait : « Tout le monde voit les images, sauf l'arbitre ». Le problème est que l'arbitre vidéo prend sa décision avec ces images que tout le monde voit.

 

 



Ces décisions cardinales sur des actions ambigües vont faire l'objet de contestations et de scandales, à proportion des enjeux des rencontres – de telles situations critiques se produiront assurément dans les derniers tours de la Ligue des champions et en Coupe du monde. Le sentiment d'injustice ne va absolument pas disparaître et les arbitres continueront à être critiqués : on aura juste déplacé le problème.

Avec la vidéo, les polémiques sont peut-être moins nombreuses, mais elles sont potentiellement plus virulentes et occupent toujours autant de place – on l'a vu en Serie A cette saison. L'arbitrage vidéo reste un arbitrage, humain et soumis à contestation.


Massimiliano Allegri : « On utilise [l'arbitrage vidéo] dans des cas où les décisions sont subjectives. Ce n’est pas bon pour le football » (Gazzetta dello Sport, 02/10/2017)
Sandro Wagner : « Si ça continue comme ça, il faudra abandonner (...) Malgré la vidéo il y a encore trop de décisions erronées. » (09/11/2017)
Ciro Ferrara : « C'est formidable ! On va faire des émissions uniquement sur la VAR. »

 




« On va s'habituer à ne plus fêter les buts tout de suite. »

 

Nombreux seront ceux qui ne s'y habitueront jamais, ou qui n'en ont pas du tout envie tant cette perspective est déprimante. On prend conscience qu'avec le vidéoarbitrage, il faut n'avoir que des demi-joies, des joies conditionnelles au moment des buts. C'est-à-dire au moment où culminent les émotions que procure le football. Et dans le stade, l'attente de la prise d'une décision a des effets encore plus désastreux que devant un écran.

Cette amputation émotionnelle marque le basculement dans le football de l'émotion en différé, diminuée, le football des buts en attente de validation administrative, le football des actions virtuelles (conclues, fêtées, annulées). C'est un bouleversement dont on peut prendre le parti, mais dont ne peut pas nier l'ampleur.

 

 



La direction de l’arbitrage de la FIFA a donné pour consigne aux arbitres, pour la Coupe du monde, de laisser les actions se poursuivre en cas de doute pour les examiner ensuite. Avec leur « assurance vidéo », les arbitres assistants seront particulièrement incités à laisser se dérouler une attaque suspecte de hors-jeu, plutôt qu'à l'interrompre irrémédiablement, peut-être à tort. 

 

Les télévisions exploiteront ces séquences comme un vecteur de suspens et de rebondissements, un objet de commentaires et de nouvelles polémiques. Mais alors ce n'est plus le jeu qui fait le spectacle, c'est un de ses dérivés : l'arbitrage vidéo, ce n'est plus du football, c'est de la télévision. La VAR va appauvrir le football, mais enrichir le spectacle télé. Et l'arbitrage, loin de « disparaître » et de s'effacer au profit du jeu, va continuer à prendre une place démesurée.


Sami Khedira : « Le foot c'est l'émotion, l'erreur fait partie du jeu. Si on peut éviter les erreurs, ok, mais là, les arbitres n'ont plus l'air de savoir. Les joueurs ne savent plus s'ils doivent célébrer leurs buts ou non. On perd beaucoup de passion et d'émotion, qui sont le sel du football. » (09/11/2017)
Simone Inzaghi : « Mon jugement est totalement négatif parce que cela enlève les émotions du foot, à nous et aux tifosi. Après un but, on ne s'embrasse plus, on regarde l'arbitre. Cela m'enlève l'adrénaline et le goût du foot. » (30/12/2017)
Mauricio Pochettino : « Le football est un sport d’émotions. (…) Les erreurs font partie du football. Je suis pour la nouvelle technologie, mais restons prudents. Cela pourrait changer complètement le sport et tuer l’émotion. » (28/02/2018)
Cyril Gringore (assistant international) : « Maintenant, on peut se dire: “Si vraiment j'ai un doute, je laisse partir le joueur et s'il marque, on vérifiera la vidéo”. » (06/06/2017)

 

 



« Compte tenu des enjeux, on ne peut plus accepter les erreurs. »

 

De quels "enjeux" parle-t-on ? Le football s'est accommodé des erreurs d'arbitrage durant des décennies – durant lesquels les trophées n'étaient pas moins prestigieux ni moins convoités. Elles ne sont devenues réellement « intolérables » que pour les intérêts économiques des investisseurs. Pour ceux qui ont envahi l'industrie du football, tout aléa est une entrave : l'aléa arbitral comme tout aléa sportif en général. Pourquoi faire cause commune avec eux et leurs propres « enjeux » ?

Ce qui a rendu les erreurs (ou ce qu'on qualifie d'erreurs) insupportables pour le public, c'est avant tout l'obsession médiatique pour ces erreurs, sur lesquelles il faut littéralement « s'arrêter » et auxquelles on résume tel ou tel match. Si l'on se met à compter les plans de caméra et les commentaires consacrés à l'arbitrage, lors de n'importe quelle retransmission, on prend conscience du niveau et de l'imbécillité de cette obsession. Aime-t-on le football quand on passe autant de temps à décortiquer les décisions arbitrales pour alimenter amertume, sentiment d'injustice, ressentiment ?

Cette obsession est aussi partagée par les joueurs, entraîneurs et dirigeants qui se défaussent de leurs propres responsabilités, cultivent le victimisme chez leurs supporters. Des dirigeants mènent des campagnes permanentes pour semer le doute sur l'honnêteté des arbitres et faire délibérément pression sur eux. La détestation du corps arbitral a toujours fait partie du folklore footballistique, mais elle a dégénéré en une haine malsaine, et elle est maintenant instrumentalisée de manière systématique.

 




« On perd déjà plein de temps avec les contestations. »

 

C'est justifier le mal par le mal, et ce n'est pas une raison pour ajouter des interruptions, chacune étant dommageable. Le fait est néanmoins qu'un des bénéfices constatés de la VAR en Italie est la diminution des contestations, des avertissements et des expulsions. Mais ce n'est pas son objectif, et cette amélioration devrait être atteinte autrement.

Le vrai problème est en effet qu'aucun autre sport ne tolère des contestations aussi véhémentes et des scènes d'arbitres assaillis de joueurs lui hurlant au visage. Il y a dans ce domaine une révolution des mentalités à accomplir qui ne devrait pas être liée à la VAR.

On doit d'ailleurs s'interroger sur les manières de réduire le nombre et la durée d'interruptions de toutes sortes (reprise du jeu après un but, exécution d'un coup franc).

 




« Cela sera efficace contre le favoritisme. »

 

Si les faits de corruption et de trucage de matches sont a priori rarissimes au plus haut niveau, les arbitres sont accusés de favoriser certaines grosses écuries en faisant pencher certaines décisions en leur faveur. Mais strictement rien n'empêchera ce mécanisme plus ou moins conscient d'opérer dans le cas des actions ambiguës qui laissent une latitude d'interprétation à l'arbitre vidéo.

En Allemagne, le responsable de l'assistance vidéo a été limogé à la suite d'accusations de favoritisme pour son club de cœur, Schalke 04. De troublants « bugs » ont déjà eu lieu en Allemagne et en Australie avec des angles de caméra « manquants », et des craintes sont recevables quant au choix des images fournies. D’une manière générale, la décision vidéo sera tributaire des images disponibles, qui peuvent être lacunaires, quel que soit le nombre de caméras.

Au-delà, on a des raisons de penser que la « justice » vidéo sera en définitive (sur le grand nombre des décisions) mécaniquement favorable aux équipes les plus fortes, contribuant à renforcer les écarts sportifs (en réduisant l'aléa économique).

 




« Il faut être moderne. »

 

La ferveur pour l'arbitrage vidéo se double souvent d'une foi assez illimitée dans le pouvoir des technologies. C'était au cœur de l'argumentation de Frédéric Thiriez, l'ancien président de la Ligue, grand militant de la VAR – une argumentation dont l'absurdité était pourtant criante. Inutile de se demander si une technologie présente un intérêt là où on veut l'appliquer ni, évidemment, si elle présente aussi des lacunes et des risques.

Un autre excès de naïveté réside justement dans une croyance en la « réalité » de l'image. Les ralentis sont censés dévoiler la vérité des actions, comme une IRM. C'est évidemment ignorer que les images peuvent livrer des impressions contradictoires d'une caméra à l'autre, qu'elles laissent des éléments hors-champ, qu'elles peuvent être trompeuses ou biaisées, qu'elles ne vont pas être interprétées de la même façon. 

 

Le « révélateur » de hors-jeu a nourri l'illusion d'une exactitude scientifique malgré une fiabilité qui prête à rire, notamment quand il bafoue les lois de la perspective. Il est placé à hauteur des pieds alors que toutes les parties du corps, sauf les bras, sont censées être prises en compte. Pour ce qui est du départ du ballon, il suffit parfois d'avancer d'une image pour « mettre » un joueur hors-jeu. Le révélateur a aussi imposé une conception centimétrique et absurde du hors-jeu, qui amène à l'examiner à la loupe, alors que la règle n'a pas été du tout conçue pour cela.

 


 

 

L'utilisation des images vidéo est abusivement présentée comme une technologie, alors qu'elle consiste à utiliser une technologie (qui n'a rien de moderne) pour arbitrer : l'arbitrage vidéo reste un arbitrage, soumis à interprétation et donc à contestation.

La Goal Line Technology est en revanche un dispositif technologique qui peut prétendre être utile (quoique très rarement et à un coût élevé) si elle est instantanée et fiable : elle porte sur un aspect binaire qui n'est pas soumis à interprétation. Mais les révélations sur les pratiques de GoalControl, prestataire de la Ligue 1, ont rappelé que toute technologie est sujette à caution et peut faire l'objet de manipulations.

 




« Il faut aider les arbitres »

 

Cette phrase est souvent prononcée par ceux qui ont mis en œuvre ou cautionné une vaste entreprise de démolition des arbitres avec le réexamen systématique de leurs décisions et la mise en cause permanente de leur compétence, voire de leur honnêteté, en manifestant souvent une formidable méconnaissance des règles. On comprend surtout pourquoi les arbitres, accablés par cette pression, finissent par demander la VAR comme on demande grâce.

L'adoption de la VAR est une manière de déresponsabiliser les arbitres de champ, ce qui les incite à y recourir à l'excès. Et encore, ce n'est que déplacer le problème et les reproches sur l'arbitre vidéo, qui prend la responsabilité de la décision dans les mêmes conditions que les téléspectateurs.

Les erreurs d'arbitrage grossières déclenchent les plus vifs appels en faveur de la VAR, alors qu'un meilleur arbitrage « humain » devrait en éviter la plupart. L'alternative est plutôt la suivante : met-on en œuvre tous les moyens pour améliorer la qualité de l'arbitrage ou se précipite-t-on dans une « solution » qui présente de graves dangers pour le football ?

 


 


Le débat peut-il commencer ?

 

Avec la mise en œuvre de l’arbitrage vidéo, à grande échelle, dans des compétitions majeures, le débat ne devrait plus être éludé. La saison 2017/18 a mis à l’épreuve de la réalité une solution longtemps et massivement présentée comme une panacée. Or la quasi totalité des travers, des conséquences et des impasses de la vidéo, parfaitement prévisibles, sont déjà confirmés. D'autres sont apparus. Cette saison historique va s’achever avec une périlleuse Coupe du monde : même ceux qui ont été chargés du lancement de la VAR et en restent partisans disent que son adoption pour une telle compétition est précipitée et présente de graves risques.

Il ne s'agirait que d'une question de réglages ? C'est probable pour une mince partie des problème soulevés. Mais dans leur majorité, ces problèmes sont structurels, inhérents à la solution elle-même, et aucun correctif n'est satisfaisant. Pire, la fuite en avant est inscrite dans le programme de la VAR : les instances italiennes et allemandes, constatant la persistance des polémiques, sont ainsi parvenues à la même conclusion : il faut… étendre le champ d'application de la vidéo. Le remède étant insatisfaisant, augmentons la dose. 

 

À l’image du premier d’entre eux, Gianni Infantino, les pro-vidéo les plus convaincus ont à peine examiné le bilan de ces mises en œuvre, et continué à dire qu’il fallait avancer. Après tant d'années de mobilisation véhémente, ils auront sans doute de la peine à se désavouer. Les télévisions, qui ont « inventé » et imposé l’arbitrage vidéo, continueront d’exercer une pression considérable en sa faveur, en particulier par la voix de leurs experts, qui y sont très majoritairement favorables. 

 

Surtout, on a imposé l’idée que l’arbitrage vidéo était inéluctable, et dans l’opinion, il est devenu comme une fatalité – que l’on déplore de plus en plus souvent tout en s’y résignant… Dira-t-on bientôt : « C’est désastreux, mais on peut pas faire autrement » ? 

 

Car c’est bien un désastre, du moins pour le football tel qu’on l’a aimé jusqu’à aujourd’hui : un sport ancré dans la magie de son jeu, et non sacrifiant le jeu à un spectacle qui s’en éloigne de plus en plus. Un sport foncièrement injuste, même sans erreurs d’arbitrage. Un sport capable de procurer des émotions incomparables, pas encore dénaturé par un tyrannique besoin de justice. Un sport qui doit certainement son universalité à son caractère profondément humain. Un sport qui mérite qu’on ne lui inflige pas des expériences aux conséquences desquelles on n’a même pas daigné réfléchir sérieusement. 

 


 


Que faire pour améliorer l'arbitrage ?

 

Proposons un principe de départ : il faut à la fois lutter pour réduire le nombre d'erreurs d'arbitrage, et admettre qu'on ne peut pas les supprimer toutes. Il faut même admettre que les injustices font partie du football et des histoires qu'il raconte.

Il y a tellement de manières d'améliorer l'arbitrage actuel, sans nuire au jeu et aux émotions, que l'arbitrage vidéo n'aurait dû être qu'une lointaine perspective. Certaines de ces solutions ont été remarquablement négligées, parfois au motif que la vidéo règlerait tout.

Ainsi, aucune politique volontariste en faveur d'un usage rétroactif des images pour sanctionner les tricheries et les brutalités n'a été menée, alors qu'elle serait une arme de dissuasion rapide et efficace – à condition d'impliquer des suspensions longues. Quand un joueur trompe l'arbitre, c'est l'arbitre le plus coupable.

Négligée et incomprise, la solution des arbitres de surface n'a jamais été soutenue comme elle aurait dû l'être. On leur reproche 100% de leurs omissions, mais on ne les crédite jamais de leurs interventions positives, celles-ci restant invisibles (ils ont pour consigne de ne pas faire de gestes et de communiquer par micro et oreillette). Mais, tout comme l'éventualité de deux arbitres de champ, ce dispositif nécessite un effort de formation spécifique.

Sur le plan institutionnel, les progrès passent par la formation, par une professionnalisation exigeante, par un meilleur recrutement. Autant de responsabilités qui incombent aux instances et dont on doit les tenir comptables. Mais la vindicte permanente contre les arbitres n'est pas de nature à susciter des vocations et à alimenter un vivier susceptible d'améliorer la qualité de l'élite. Elle provoque au contraire une pénurie dans le football amateur.

Malgré une amélioration ces dernières années, le niveau de méconnaissance des règles chez ceux qui jugent les arbitres reste à un niveau considérable. L'arbitrage peut pourtant être un sujet passionnant, dont on comprend vite les difficultés, mais aussi l'intérêt. L'arbitre n'est pas seulement là pour rendre la justice, il est là pour que le jeu se déroule dans les meilleures conditions, pour qu'il se poursuive.
 

Partager

Les règles et l'arbitrage


Jérôme Latta
2018-08-21

Le football ne rattrape plus son temps perdu

Une Balle dans le pied - Coups francs, corners, touches ou penalties engloutissent les minutes, le temps de jeu effectif est à la baisse et le temps additionnel loin du compte: il est urgent de rétablir de la discipline chronométrique.


Jérôme Latta
2018-07-21

Une Coupe du monde sous VAR

Une Balle dans le pied – Durant ce Mondial russe transformé en laboratoire de l'arbitrage vidéo, la VAR a semblé disparaître des écrans. Sans cesser de poser des problèmes. 


2018-07-03

"Double peine": comment sanctionner les joueurs qui annulent des buts ?

Une Balle dans le pied – Alors que tout le monde réclamait la suppression de la "double peine", tout le monde a semblé la regretter quand Jörgensen a échappé à l'expulsion lors de Croatie-Danemark.


>> tous les épisodes du thème "Les règles et l'arbitrage"

Sur le fil

RT @JeuneGuillou: L’enquête sur le trucage supposé du match PSG-Etoile rouge de Belgrade est au point mort. Le club serbe a déposé une plai…

Pour Raheem Sterling, les "différences de traitement" par les médias, selon que l’on soit blanc ou noir, conduisent… https://t.co/9VQNQ85LNb

RT @ma2thieud: Analyse intéressante des @cahiersdufoot de la redistribution des "indemnisations" aux clubs par la @fifa après la #CoupeDuMo…

Les Cahiers sur Twitter