> article précédent

Tribunal de presse

Mexique : la fiche

Les Mexicains sont les surprenants devanciers de l'Italie dans le groupe G. Pour ne rien gâcher, ils proposent un jeu offensif, dans une Coupe du monde qui fait plutôt la part belle aux attentistes…
Partager
Arrivés sur la pointe des pieds au Japon après un parcours en éliminatoires chaotique (un quart de défaites et une deuxième place derrière le Costa-Rica), les Mexicains finissent invaincus de leur groupe et à deux doigts de réaliser le carton plein. S’appuyant sur des joueurs quasiment tous issus de leur championnat national, la sélection est aussi un mélange de vieux briscards comme Blanco ou Borgetti (30 ans chacun) et de jeunes prometteurs comme Marquez ou Torrado. Le sélectionneur Aguirre a visiblement donné de très claires instructions offensives à ces hommes, qui semblent suivre ses consignes à la lettre.


Le point fort
Réussir à jouer et gagner des matchs à l’heure de la sieste.

Le point faible
Jouer trop bien au ballon dans un Mondial qui punit les audacieux.

Le style de jeu
Puisqu’il faut trouver des surnoms ridicules aux sélections nationales, les Mexicains se verront affubler du terme de "Brésiliens du Nord". Avec un peu moins de maestria technique mais un peu plus de grinta défensive, leur jeu est effectivement comparable à celui des vice-champions du monde, même si l'on attend impatiemment un premier coup du sombrero…

La stratégie secrète
Faire du capitaine Rafael Marquez un exemple pour ses coéquipiers, en leur promettant qu’une bonne compétition leur donnera le droit, comme lui, de claquer du pognon au casino et de se dorer la pilule sur la Côte d’Azur, sans pour autant être obligé de bien jouer en club.

Les grandes questions
La Fédération mexicaine a t-elle signé un contrat de réinsertion avec l’association des gardiens de petite taille?
Comment Borgetti fait-il pour donner en permanence l’impression qu’il se marre, même quand il fait la gueule?
Aguirre va-t-il continuer à mettre des chemises bleu ciel même quand il fait 40?
Quel souvenir du Mondial 86 Thierry Roland va-t-il nous imposer quand il commentera les matchs de cette équipe?
Existe-t-il au monde un n°10 plus antipathique que Blanco ?
Luis Hernandez nous marquera-t-il un but à la Luis Fernandez ?

Pourquoi le Mexique est une équipe surprise
Parce qu’hormis les fans de Pathé Sport, personne ne regarde le championnat mexicain.
Parce que les Italiens l’ont bien voulu.

Partager

La Coupe du monde 2002


2010-06-11

10 raisons de ne pas gagner la Coupe du monde

Soyons lucides: il va falloir se préparer à cette éventualité. Alors autant voir déjà le bon côté de la chose.


Etienne Melvec
2002-10-21

Une inquiétante Coupe du monde

Le volet technique et tactique du rapport de la FIFA produit beaucoup de banalités, dont émergent pourtant des indices très significatifs de l'évolution du jeu: sens des buts, tendances tactiques, évolutions des rôles.... Et à l'arrivée, difficile de nier que la qualité du jeu a été très décevante.


Julie Grémillon
2002-10-21

L'organisation était presque parfaite

La FIFA a publié son rapport sur le Mondial 2002, sécuritaire et parfaitement organisé, complète réussite pour les pays hôtes et les acteurs économiques. Le tableau presque idyllique d'un sport sans dopage, qui ravit les sponsors, mais dans lequel les journalistes sèchent les matches et les joueurs sont en pièces détachées…


>> tous les épisodes du thème "La Coupe du monde 2002"


Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)