auteur
Joseph Alfonsi

Du même auteur

> article précédent

Vol aux Cahiers

> article précédent

Eurovigipirate 2000

Moribond, le football français?

Ainsi, les clubs français quitteront ce deuxième tour de la Ligue des Champions bons derniers de leur groupe. De là à verser dans le catastrophisme et à remettre en cause les progrès et la valeur du football français dans son ensemble, il n’y avait qu’un pas que nombre d’analystes se sont empressés de franchir un peu hâtivement.
Partager
Certes, à la lecture brute des classements, les chiffres sont cruels. Mais les résultats apparaissent néanmoins plus nuancés si l’on considère les prestations fournies par nos représentants. Sans vouloir nier ou occulter certaines déroutes, on peut raisonnablement se prévaloir de quelques bons matches tendant à démontrer que, la motivation aidant, nos équipes sont capables de se hisser au niveau des meilleures. Déception remisée, soyons objectifs: si les clubs français tombent, ils s’inclinent aujourd’hui face à des adversaires de renom, que la majorité des spécialistes jouait gagnants. Parler de contre-performance est donc exagéré. Mais l’immense déception causée par ces éliminations est, tout compte fait, de bon augure. Elle s’inscrit dans une logique de refus de la résignation et traduit ainsi une légitime ambition de jouer désormais, à plein temps, dans la cour des grands. Rappelons nous les temps, pas si éloignés que cela, où le simple fait de disputer un match de Coupe d’Europe suffisait au bonheur des clubs hexagonaux qui, en guise d’aboutissement, s’en satisfaisaient petitement. Mesurons donc le chemin parcouru en vingt cinq ans et réjouissons-nous en.
Si la Lazio et Chelsea, eu égard aux moyens dont ces clubs disposent, étaient donnés favoris, nul doute que le contexte dans lequel la formation phocéenne s’est débattue cette saison fut de surcroît un handicap rédhibitoire. En d’autres circonstances, et pourvu des attaquants qui lui firent défaut après la trêve, l’Olympique de Marseille aurait constitué un outsider autrement plus dangereux. Le contexte délétère et une gestion calamiteuse de l’effectif sont, nous semble-t-il, une explication à l’élimination bien plus pertinente que la stigmatisation de notre championnat. Quant aux Bordelais, n’ont-ils pas eu tout simplement la malchance de connaître un passage à vide mal venu, précisément contre l’équipe (Valence) qu’ils étaient décemment supposés pouvoir battre? Pour le reste, on peut affirmer sans peur du ridicule que les girondins n’auront pas été vernis au cours de cette compétition, notamment en disputant des matches à dix, qu’ils auraient vraisemblablement remportés s’ils n’avaient pas été diminués numériquement. On peut également invoquer, à leur décharge, une incontestable absence de réussite sans laquelle, à ce niveau, il est difficile de s’imposer.

Les déboires d’aujourd’hui ne préfigurent donc pas forcément ces lendemains que l’on nous annonce moins chantants. La roue tourne, en football comme dans tous les sports. Rien n’est jamais figé. En dépit du fossé grandissant entre les grands clubs possédants et les autres, l’incertitude du sport a encore de beaux jours devant elle. Ne nous laissons pas abattre à la vue des effectifs enviables de certaines grosses cylindrés. Certes, leur suprématie écrasante a de quoi décourager. Mais la course à la démesure ne saurait constituer un modèle unique de réussite et une garantie tous risques contre la défaite. Face à la puissance financière et au pillage désormais récurrent de leurs jeunes talents, les clubs les moins riches doivent compenser par des politiques de recrutement intelligentes et adaptées. Un recrutement parcimonieux et réfléchi peut paradoxalement s’avérer plus payant qu’un débauchage tous azimuts de stars dont on ne saura parfois que faire par la suite et qui occasionnera immanquablement pour l’entraîneur des problèmes susceptibles de faire vaciller l’édifice. L’Inter de Milan a beau recruter tout ce qui bouge, la Lazio aussi, ces deux clubs verront très certainement, cette année encore, le Scudetto leur échapper. En Ligue des Champions, le grand Milan A.C s’en est allé sur la pointe des pieds.

Contrairement aux idées reçues, nul n’est épargné par la loi du sport. Une équipe, avant d’être construite, doit être pensée. Là réside la chance des clubs français qui ne peuvent rivaliser financièrement. A défaut d’être plus forts, nous devons être meilleurs. C’est un challenge. Il est beau. Gageons que les Monégasques sauront, dès l’année prochaine, faire oublier une saison de disette comme en connaissent périodiquement tous les grands pays de football.

Partager
>> aucune réaction

Le foot français


Jérôme Latta
2020-05-30

Était-ce une "connerie" d'arrêter les compétitions en France ?

Minichro – On peut défendre la reprise des championnats sans se mentir sur ses motivations, ni conclure que la non-reprise était un mauvais choix. 


Mevatlav Ekraspeck
2020-05-01

Top 10 : les orphelins de l’Europe

Ils sont passés tout près d'une qualification européenne, mais le destin ou leur propre faiblesse les en ont empêchés. De Brest à Toulon en passant par Thonon, notre sélection.


Jérôme Latta
2020-02-28

Quand peut-on parler d'« exploit » ?

Minichro – Qu'est-ce qui "crée" l'exploit? Comment définir un terme qui a parfois été employé à propos de la belle victoire de l'OL face à la Juventus? 


>> tous les épisodes du thème "Le foot français"

Le forum

Scapulaire conditionné

aujourd'hui à 02h17 - Sos muy Grosa, Adli bitum : Avant de perdre notre energie au jeu des comparaisons, et se demander comment Pierre, Paul ou... >>


La L1, saison 2020/2021

aujourd'hui à 02h16 - PCarnehan : Et je parle de « toute » la L1. Venez pas me les briser avec les morceaux accordés à C+. >>


En rouge et noir !

aujourd'hui à 00h26 - Delamontagne est Belle : Ces deux derniers matchs demain vont être stressants.Ca serait assez intéressant d'être... >>


Ligue Europe, la coupe de l'UEFA

10/08/2020 à 23h57 - Bale de jour : C'était un chouette match avec notamment un gardien danois en feu (bravo a lui pour son match... >>


CdF Omnisport

10/08/2020 à 23h55 - Le déjeuner sur Hleb : et alorsaujourd'hui à 14h21Latour a clairement expliqué qu'il venait chez Direct Energie parce... >>


Qui veut gagner des quignons ?

10/08/2020 à 23h54 - Le déjeuner sur Hleb : @Toni, il y a Maxime Pélican évidemment mais bon, c'est plutôt pour les quignons hardcore ! >>


Les pseudos auxquels vous avez échappé ...

10/08/2020 à 23h37 - De Gaulle Volant : Jean-Jacques Usé(... ne parlera ni aux non-guingampais, ni aux guingampais de - de 30ans). >>


Le fil prono

10/08/2020 à 23h08 - Le déjeuner sur Hleb : 1 - Amiens2 - Le Havre3 - Troyes4 - Clermont5 - Dunkerque6 - Nancy7 - Auxerre8 - Sochaux9 -... >>


Présentons-nous...

10/08/2020 à 21h48 - 12 mai 76 : Un p’tit nouveau de 20 ans !Bienvenue. >>


Café : "Au petit Marseillais"

10/08/2020 à 21h48 - FPZ : De ce que j'en ai lu (côté Nîmois donc) :Domination ohèmienne en début de match, supériorité... >>


Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)