auteur
Richard N

 

Pionnier du foot sur le Web avec Kick'n'Rush, historien pour les Cahiers et Footichiste pour son compte.


Du même auteur

> article précédent

Revue de stress #82

Munaron 1983, le caillou de Bollaert

Un jour un but – Le 23 novembre 1983, le Racing Club de Lens inscrit un but miraculeux à la dernière minute d'un match aller de Coupe UEFA contre Anderlecht. Grâce à un caillou.

Partager

 

Même le but d'Erwin Vandenbergh, inscrit à la 87e minute n'aurait rien changé. Ce Lens-Anderlecht du 23 novembre 1983, huitième de finale aller de la Coupe de l'UEFA, sera jeté dans la corbeille des matches à oublier. L'enthousiasme des hommes de Gérard Houllier s'est heurté à l'expérience d'un monument du foot européen, qui a tranquillement attendu son heure pour porter l'estocade et rendre Bollaert à l'évidence.

 


Source des photos.

 

 

Pièces à conviction

C'est sur ce score de 0-1 que l'on atteint la 90e minute. L'arbitre écossais, Mister Syme, tarde à siffler la fin et les joueurs semblent s'impatienter. Un ultime ballon lensois envoyé dans le camp belge provoque une succession d'actions complètement décousues. Un défenseur d'Anderlecht tente de contrôler mais il est bousculé par un partenaire. Le ballon est récupéré par Philippe Piette, qui se rue vers l'axe, mais son tir est contré par son partenaire Tlokinski, puis un défenseur belge dégage sur un coéquipier. Finalement, Kenneth Brylle prend la décision qui s'impose: on calme le jeu et on assure une belle passe à ras de terre vers le gardien. Le ballon roule sur la pelouse, Morten Olsen le laisse passer entre ses jambes et Jacky Munaron s'apprête à le contrôler tranquillement du pied droit.

 

Mais le gardien belge rate son contrôle. Le ballon s'échappe inexplicablement et franchit la ligne de but. Contre toute attente, Lens a égalisé. C'est la stupeur à Bollaert, qui se réveille soudainement. On voit alors Munaron ramasser quelque chose sur la pelouse puis courir vers l'arbitre pour lui montrer. Mais l'homme en noir ne l'écoute pas. Il valide le but et siffle aussitôt la fin du match. Alors que ses coéquipiers entrent aux vestiaires, Munaron revient dans sa surface et ramasse à peu près tout ce qu'il y trouve: des cailloux, des canettes, des briquets. Il prend la direction des vestiaires les gants chargés de pièces à conviction et manifeste sa colère à tous les micros qui se tendent.

 

 

Pas de réclamation

Dans la tribune située derrière la cage, des heurts entre forces de l'ordre et supporters belges ajoutent un peu de confusion. À la télévision, les images assez violentes alternent avec les ralentis de l'action litigieuse. Les commentateurs parviennent à distinguer un caillou qui vient frapper le ballon au moment où le gardien belge négocie son contrôle. Avec cette égalisation miraculeuse, Le RC Lens reste invaincu en Coupe de l'UEFA. Les plus acharnés voient même ce match nul comme un bon présage: dans les deux tours précédents, les Sang et Or se sont qualifiés après avoir tenu leur adversaire en échec à l'aller. Curieusement d'ailleurs, les Lensois n'ont affronté durant cette aventure que des clubs belges: La Gantoise au premier tour (1-1 à Gand, 2-1 à Bollaert), Antwerp au deuxième (2-2 à Bollaert et 3-2 à Anvers) et enfin Anderlecht, le tenant de cette Coupe de l'UEFA.

 

 

Il semble que la colère de Munaron se soit calmée dès qu'il a quitté la pelouse de Bollaert. Certes, le but qu'il a encaissé est bien l'incidence de l'irruption d'un corps étranger, mais le caillou incriminé provient de toute évidence de la tribune occupée en majorité par des supporters d'Anderlecht. La réclamation se serait sans doute retournée contre le club bruxellois. La morale, finalement, restera sauve. Au match retour au Parc Astrid, Anderlecht parviendra à arracher une courte victoire (1-0), suffisante pour poursuivre son chemin, qui l'emmènera de nouveau jusqu'en finale. Le caillou de Jacky Munaron, s'il demeure le but le plus célèbre de l'histoire européenne du Racing Club de Lens, n'est qu'un simple gag dans celle du RCS Anderlecht.

 

 

 

Partager

> déconnerie

Une info, cinq news

> Dossier

Histoire FC

Un jour, un but


Richard N
2018-03-19

N’Doye 2008, quand Carquefou tomba l’OM

Un jour un but – En marquant le seul but de son équipe face à l’OM le 18 mars 2008, Idrissa N'Doye signe l’un des exploits les plus retentissants de l’histoire de la Coupe du France.


Christophe Zemmour
2018-02-27

Zidane 1998, un droit de velours

Un jour, un but – Il y a vingt ans, Zinédine Zidane enchante le Stade Vélodrome sur un concerto pour pied droit. On est en février et, quelques mois plus tard, la France gagnera le Mondial.


Richard N
2017-05-16

Houchen 1987, le soleil de Coventry

Un jour, un but – Le 16 mai 1987, sous le soleil de Wembley, l'Anglais Keith Houchen inscrit d'une tête plongeante acrobatique un but qui lance le club de Coventry vers le seul grand titre de son histoire, la FA Cup.


>> tous les épisodes de la série "Un jour, un but"

Sur le fil

RT @VuduBancPodcast: NOUVEAU #LFCASR #BAYRMA #AFCATM #OMRBS @PMU_Sportif 📻🎙️⚽️ Saison 3, Episode 35 : Comment regarder les demi-finales de…

600 abonnements (deux fois l’objectif !), mais la campagne se poursuit sur Ulule: on débloque de nouveaux cadeaux e… https://t.co/lWAdpuMUfg

RT @suppsparterre: 📢 A Marseille, les MTP ne se sont pas reposés à la mi-temps... ▶️ Eux aussi avaient un message pour @JM_Aulas . ✅ Con…

Les Cahiers sur Twitter

Les brèves

Sans Pellegrino

"Southampton : Pellegrino limogé." (lequipe.fr)

PAOK-47

"Grèce : un président de club armé sur le terrain." (libé.fr)
Avec des crampons de 9 mm.

Les sept samovars

"Sept supporters à Moscou." (lequipe.fr)

L'Astori continue

"Le contrat de Davide Astori a bien été prolongé par la Fiorentina, malgré son décès." (lequipe.fr)

L'abeille cool

“LOSC : Maia reste confiant.” (madeinfoot.com)