auteur
Jérôme Latta

 

Chef d'espadrilles.


Du même auteur

> déconnerie

"Oh, juste un doigt !"

> article suivant

Les caresses de Coutinho

> article suivant

2010, Casillas des as

> article précédent

La Gazette de la L1 : 27e journée

> article précédent

Zidane 1998, un droit de velours

Netflix tombe dans le jeu de la Juve

Loin de sa promesse d’entrer dans "l’intimité" d’un club de football, la docu-série de Netflix sur la Juventus reste en façade de l’institution, et au service dune marque internationale désincarnée.  

Partager

 

En annonçant, en octobre dernier, la mise en production d'une série documentaire sur la Juventus Turin, Netflix avait fait l'événement. Moins pour ce documentaire en lui-même que pour l'étape qu'il semblait marquer dans l'irruption annoncée des grandes entreprises du numérique sur le marché des droits de diffusion du football. Amazon a d'ailleurs signé avec Manchester City pour une mini-série analogue.

 

La qualité des documentaires de Netflix étant reconnue, notamment dans le domaine sportif, les amateurs de football pouvaient toutefois nourrir l'espoir que ces trois épisodes, tournés lors de la première partie de saison, allaient renouveler le genre ou du moins en proposer une vision intéressante. Hélas, avec ses trois premiers épisodes [1], Club de légende: Juventus ne propose rien, et la pauvreté de son titre français est annonciatrice de sa teneur [2].

 

 

 

 

Communication institutionnelle

On comprend très vite où réside le problème: au siège de la Juventus. C'est le décor de la première séquence de la docu-série, pour la prise de vues de la photo officielle. La seconde se déroule dans la villa de la famille Agnelli, pour un traditionnel raout d'avant-saison. Quant au commentaire, ses premiers mots – comme la plupart des suivants – ont pour objectif principal de bien faire comprendre au spectateur la grandeur du club. Le film est réalisé avec la Juventus bien plus que sur la Juventus (c'est anecdotique, mais la police de caractère officielle est utilisée pour les titres incrustés).

 

Il tourne alors bien vite à une sorte de film d'entreprise à gros budget, en copiant les codes de la télévision sans quitter le registre de la communication institutionnelle. La permanence des lieux officiels est frappante, entièrement brandés selon l'identité visuelle présentée il y a un peu plus d'un an [3]. Les noms des bâtiments sont d'ailleurs exclusivement en anglais, comme le Juventus Training Center ou le Juventus Media Center.

 

Le caractère institutionnel du docu est aggravé par son académisme et la banalité de ses scènes. Ce n'est pas mauvais ou totalement inintéressant, c'est déjà vu, la plupart du temps dans des cadres ultra balisés: zone mixte, salle de conférence de presse, salle d'interview… La caméra pousse la complaisance jusqu'à suivre, à plusieurs reprises, les joueurs au cours d'opérations de promotion avec des sponsors – des moments qui manquent cruellement d'intérêt.

 

 

 

 

Bienvenue à Juventusland

La plateforme de streaming avait promis "les scènes les plus intimes de la vie des joueurs". Quelques intrusions à leur domicile, avec présence des enfants, restent guindées, les discours convenus. Marchisio apprécie les bons cafés, Higuain aime tailler sa barbe, Pjanic joue au foot avec son fils. Ça manque de Patrice Évra. On n'échappe pas aux interviewes dans la voiture, encore moins aux sempiternelles déclarations de respect envers la Juve et son histoire. Même le Noël du club est une mise en scène un peu pénible, et pour toute mise en abyme, on a droit au film d'une interview de Buffon réalisée par une autre équipe TV.

 

Turin n'est qu'un décor lointain, illustré par des plans qui semblent sortir d'une banque d'images. Les supporters sont eux aussi à distance. La tradition et les valeurs sur laquelle le club insiste peuvent paraître hors-sol tellement elles s'apparentent à la fois à des clichés touristiques et à un emballage marketing. Bienvenue à Juventusland.

 

Club de légende: Juventus est donc très loin du degré d'intimité et de réalisme atteint par certains documentaires en immersion dans un groupe sportif. Même s'il s'agissait déjà d'une communication sous contrôle, Les Yeux dans les Bleus avait marqué un jalon et dérobé des moments forts. Ici, la caméra n'entre pas dans le vestiaire, et elle n'enregistre que des situations autorisées. On gratte bien quelques paroles un peu signifiantes de Massimiliano Allegri à l'entraînement, mais il faut attendre les moments où les enfants du club rencontrent les pros pour avoir droit à un peu de spontanéité.

 

 

 

 

Un film en noir et blanc

Le malentendu prend fin quand on comprend que ce documentaire s'adresse à un fan-type du football mondialisé, plutôt asiatique ou nord-américain, plutôt jeune, en tout cas avide de rattrapage historique de légendes certifiées. Il va sans dire, mais il faut le dire quand même, que ce récit omet évidemment les moments embarrassants de l'histoire de la Juve, et qu'il évite tout sujet potentiellement sensible. On ne parle ainsi presque pas d'arbitrage, pas même de la VAR.

 

Ce parti pris hagiographique, les impératifs d'une communication officielle stérilisent toute la créativité de la série. Juventus, club de légende trouvera peut-être son public dans la clientèle mondiale de Netflix. Mais, loin du documentaire un peu ambitieux et imaginatif que l'on pouvait espérer, les trois épisodes (au moins deux de trop) s'avèrent d'une grande banalité.

 

Leur principal intérêt est qu'ils témoignent précisément de la transformation des grands clubs en marques internationales, en industriels du divertissement sportif. Même les tatouages des joueurs ressemblent à des slogans de com interne: "Ensemble nous sommes plus forts" (Higuain). Les Bianconeri sont constamment en représentation, ils font leur boulot de communicants au profit de la "società". On ne peut voir d'eux que des images calculées, contrôlées, inoffensives. Inintéressantes.

 


[1] On ne sait pas précisément combien seront produits pour cette première saison, qui en prévoyait initialement quatre.
[2] Juventus First Team pour le titre anglais. On recommande la version italienne plutôt que l'anglaise, affligée d'une voix américaine débilitante.
[3] On avait alors reproché au nouveau logo d'être celui d'une marque internationale et plus celui d'un club de football: difficile d'en douter désormais.

 

Partager

Les médias et les journalistes


Mark Sanderson
2018-03-05

Le vestiaire doit-il garder ses secrets ?

When Saturday Comes – La Premier League n'a jamais eu de Charles Biétry pour envoyer des caméras dans les vestiaires. Mais elle s'interroge sur la possibilité d'ouvrir plus grand leurs portes. 


Jérôme Latta
2018-01-02

Unes de L’Équipe en 2017 : du football et des hommes

Une Balle dans le pied – L'étude des 364 unes du quotidien sportif en 2017 indique l'hégémonie du football sur les autres disciplines, celle du PSG sur les clubs de foot, et la faible présence du sport féminin.


Christophe Kuchly
2017-12-04

Chroniques bielsiennes : Clap de fin

La direction du LOSC a tranché. Après la barrière lors du premier affrontement entre Amiens et Lille, c'est la tête de l'entraîneur argentin qui est tombée. Dans le Nord, même si le volet judiciaire reste à régler, la page est déjà tournée.


>> tous les épisodes du thème "Les médias et les journalistes"

Sur le fil

RT @lemonde_sport: #CM2018 Pourquoi les grandes équipes rencontrent-elles autant de difficultés face aux outsiders ? | La chronique de @je…

RT @laRadioNova: Ce soir, à partir de 18h, c'est une table ronde spéciale #CoupeDuMonde2018 avec Stéphane Beaud, Fred Poulet et @jeromelatt…

"Clément d'Antibes a une capacité à se mettre dans le cadre de la caméra que je n'ai connue que chez Djorkaeff." L… https://t.co/sp0mdaWSl3

Les Cahiers sur Twitter

Le forum

Coupe du monde 2018 : le groupe G

aujourd'hui à 21h21 - Tricky : Bienvenu dans un match coaché par Gareth Southgate >>


World Cup, the road to Doha

aujourd'hui à 21h16 - Metzallica : À vue de nez il y a 20% des buts sur penalty dans ce mondial.C'était le cas dans les précédents... >>


Coupe du monde 2018 : le groupe D

aujourd'hui à 21h11 - Vas-y Mako! : Ceux qui sont devant Wilander et Edberg ont souvent gagné des médailles d'or aux JO, et c'est un... >>


Changer l'arbitrage

aujourd'hui à 21h09 - Lucho Gonzealaise : Oh Mamm Billigaujourd'hui à 17h17Mais du coup pour toi quelle est la différence avec un arbitre... >>


Observatoire du journalisme sportif

aujourd'hui à 21h03 - Lucho Gonzealaise : Pour poursuivre dans ton exemple, Radek, j'ai toujours trouvé que Valbuena était un mec très... >>


Foot et politique

aujourd'hui à 20h54 - Tricky : De fait, le modèle économique des universités US est tellement dépendant des dons des anciens... >>


Y a pas que le foot à Auteuil !

aujourd'hui à 19h53 - axgtd : Ainsi qu'une contre Federer à Rome 2011, Murray également à Rome (2012) et Djokovic aux... >>


Coupe du monde 2018 : le groupe F

aujourd'hui à 18h22 - lyes : Je vois toujours l'Allemagne et le Mexique passer quand même. Ils semblent très au dessus des... >>


Et PAF, dans la lucarne !

aujourd'hui à 18h13 - Jean-Huileux de Gluten : Je n'ai absolument aucune idée du contenu des comics. L'intrigue y est plus complexe ? >>


Café : "Au petit Marseillais"

aujourd'hui à 17h54 - Lucho Gonzealaise : "permettre à des joueurs peu utilisés chez nous de s'épanouir ailleurs (Bedimo, Sertic, Doria ou... >>


Les brèves

Pepe honni

"Reina, gardien de Naples, dénoncé pour ses liens avec la mafia italienne." (20minutes.fr)

Mendycité

"Mendy : ‘J’ai la dalle’.” (lequipe.fr)

Pas Metz que un club

"Metz : Un groupe amoindri." (lequipe.fr)

DSKudetto

“Maurizio Sarri : ‘On a perdu le titre dans un hôtel’.” (lequipe.fr)

Mousse à mazout

"Sarr : ‘Il ne faut pas nous enflammer’." (sofoot.com)