auteur
Jérôme Latta

 

Chef d'espadrilles.


Du même auteur

Neymar : le "transfert du siècle" est celui de l’époque

Une Balle dans le pied – Indécents sur le plan moral, rationnels sur le plan économique? Les 222 millions du transfert de Neymar constituent à la fois un précédent et la continuité logique de l'inflation sur le marché des (meilleurs) joueurs.

Partager

 

Que signifie le transfert de Neymar au PSG ? L’événement, sensationnel sous tous ses aspects ("Neymar au PSG", "Neymar en Ligue 1", "Neymar pour 222 millions d’euros"), a déchaîné une médiatisation considérable et des rafales de commentaires. D’un côté, un engouement largement majoritaire, de l’autre, beaucoup plus à la marge, des critiques virulentes sur "l’indécence" de ces 222 millions de francs. Il est inutile d’arbitrer entre les sentiments et la morale : les indignés passent à côté du problème, les enthousiastes ne veulent pas le voir.

 

Le nouveau record établi dépasse le double du précédent, pour Paul Pogba l’été dernier de la Juventus Turin vers Manchester United, à hauteur de 105 millions d’euros. Il a pourtant une rationalité économique, que les spécialistes expliquent depuis quelques jours : celle du marché des footballeurs, dont la croissance est entretenue par la hausse des revenus des principaux championnats professionnels. Ces revenus étant particulièrement concentrés au sein de quelques clubs, ceux-ci alimentent l’inflation des transferts en se disputant les meilleurs joueurs confirmés et les jeunes les plus prometteurs : deux marchés où l’offre est rare et la demande fortunée. 

 

Le transfert de l’international brésilien consacre cette course aux armements : il établit un précédent, mais s’inscrit dans une continuité. Le Centre international d’économie du sport de Lausanne a développé l’Observatoire du football, un outil qui évalue, sur la base d’une dizaine de critères, la valeur de transfert théorique des joueurs – des chiffres rarement démentis par ceux des transactions "réelles". Dans sa dernière édition, datée du 12 juin, Neymar était coté à 210,7 millions d’euros… La clause libératoire du Brésilien, proche de sa valeur de marché, n’était donc plus dissuasive.(…) 

 

 

LIRE L'ARTICLE


Partager

Le bizness


2018-12-08

Les bénéfices de la Coupe du monde ruissellent (sur les gros clubs)

Une Balle dans le pied – La FIFA va distribuer 209 millions de dollars aux clubs ayant mis leurs joueurs à disposition des sélections, suivant l'éternel principe de l'enrichissement des plus riches.


Jérôme Latta
2018-11-05

Super Ligue, la fin du super bluff ?

Le chantage des clubs riches auprès de l'UEFA repose depuis vingt ans sur la menace d'une ligue privée. Le projet d'une "European Super League", révélé par les Football Leaks, semble plus concret que jamais. 


Jérôme Latta
2018-10-10

Cartons et course en tête, le grand "spectacle" des grosses équipes

Une Balle dans le pied – Entre porno SM et corrida, le grand show des 5-0, est-ce encore du sport? Et quand les clubs riches survolent de plus en plus leur championnat, quel spectacle reste-t-il?


>> tous les épisodes du thème "Le bizness"

Sur le fil

RT @JeuneGuillou: L’enquête sur le trucage supposé du match PSG-Etoile rouge de Belgrade est au point mort. Le club serbe a déposé une plai…

Pour Raheem Sterling, les "différences de traitement" par les médias, selon que l’on soit blanc ou noir, conduisent… https://t.co/9VQNQ85LNb

RT @ma2thieud: Analyse intéressante des @cahiersdufoot de la redistribution des "indemnisations" aux clubs par la @fifa après la #CoupeDuMo…

Les Cahiers sur Twitter