> article suivant

Les demoiselles de Reims

> article suivant

Les footballeuses de Preston

> article précédent

Salcido, l'or du Mexique

Océane's Eleven

Difficile de voir dans ce 0-0 le début de quelque chose. Quoique... La nalyseLes observationsLes garsVu du forum.

Partager

Il arrive que les matches du mois d'août soient intéressants, mais c'est plutôt rare et il est plus indiqué, pour y parvenir, de célébrer à l'occasion le retour de Zidane, Thuram et Makelele (non, pas toi Marcel). On a tout de même été loin de la purge, notamment grâce à une deuxième période au cours de laquelle les deux équipes se sont mises à jouer avec un peu plus d'entrain.

 


La nalyse

Le 4-4-2 choisi a produit une déception et un rappel. La complémentarité entre Benzema et Giroud est encore à inventer: la présence de deux attaquants n'est pas la panacée si ces deux-là ne deviennent pas complices et complémentaires sur le terrain. Le rappel, c'est qu'avoir deux milieux excentrés, c'est bien – surtout s'ils permutent sans difficulté – mais cela induit le risque d'un manque de créativité axiale. Cette créativité avait été un point fort des Bleus de Blanc, alors qu'on a retrouvé au Havre les défauts d'une paire de milieux défensifs peu "meneurs" (ou peu inspirés hier), à plus forte raison quand la défense centrale ne brille pas par ses relances moyennes ou longues. La différence a d'ailleurs été sensible après les entrées de Capoue et Martin, qui ont cherché les décalages et sont passés entre les lignes uruguayennes, permettant enfin d'utiliser aussi la profondeur.

 

 

 

 

La continuité avec l'ère précédente est en revanche apparue dans la stérilité des (nombreux) centres en dépit des espoirs placés en Giroud et d'une présence plus dense dans la surface, ou encore dans une tendance à jouer à gauche – tout en étant globalement plus dangereux en passant par la droite. Il aurait fallu un peu plus de brio offensif pour saisir cette victoire, ou de réussite si l'on veut bien se rappeler les deux montants touchés.

 

Le compte des "satisfactions" sera de quelque consolation, avec un match plutôt convaincant de la part de la charnière, tout en rigueur, même s'il faut pondérer par la timidité offensive des Uruguayens et de menues erreurs individuelles. On attendait Mavuba, c'est Capoue qui est le grand gagnant de la soirée. Il a pesé sur le match sans jamais paraître touché par la pression de sa première sélection. En plus, il a renoué avec une certaine dignité capillaire.

 

Toute conclusion serait fallacieuse, pour une rencontre aussi incernable qu'une reprise estivale, avec ses différences de condition physique, ses absents et ses improvisations. Avec un peu d'optimisme, on peut déjà espérer que ce 0-0 amorce une série de ces fameux "matches sans prendre de but". Ce serait un début, pas le pire pour une sélection qui dispose tout de même d'une belle réserve de joueurs offensifs.

 

 

 

Les observations en vrac

Une ambiance d'aquarium, des sifflets pour les joueurs... Le problème ce n'est pas le Stade de France, c'est la France des stades.

 

Patrice Évra a été feinté par un ballon qui roulait et a réussi à fuir en touche.

 

C'est dommage que les deux meilleurs centres soient arrivés sur la tête de Briand.

 

La pub Nike parle de "l'uniforme de l'équipe de France". C'est sûr qu'au Bataillon de Joinville, ils la chantaient, la Marseillaise.

 

 

 

 

 

Les gars

Lloris a eu une poignée de ballons faciles à négocier, avant une parade décisive face à Abreu au second poteau (71e).

 

Après un bon début de partie, Évra a commis une air-interception qui a créé le danger (41e) et semblé dérégler son jeu. Quelques centres à son actif, dont un excellent pour Benzema (poteau, 60e), et un air-marquage sur Abreu pour la meilleure action uruguayenne. Esseulé sur son côté, Debuchy n'a eu que le temps de placer une frappe au dessus (24e) avant de se blesser. Jallet a été volontariste et a sollicité le ballon, non sans quelque maladresse dans certaines transmissions.

 

Peut-être un peu tendu au cours des premières minutes, Sakho a raté une ou deux relances, avant de gagner la plupart des duels importants en imposant régulièrement son physique (52e, 61e, 83e). Il est pris par le centre de Rodriguez, mais c'était un bon centre (71e). Dans un registre proche, Yanga-Mbiwa a sonné le début de son match par un joli tacle (13e) et a ensuite soigné son placement, sans trop souffrir. Il a été le plus près de marquer, sa tête étant détournée par Muslera sur le poteau (15e).

 

 

 

 

Appliqué, mais mal mis en jambes par deux passes ratées en début de match, Mavuba n'a pas rayonné. Il a cherché à jouer vite vers l'avant, mais s'y est peu porté lui-même, limitant son influence. Son entente avec Gonalons a été bonne, sans que le Lyonnais ne parvienne à apporter plus dans la construction du jeu.

 

Une bonne première demi-heure, une bonne dernière: Ribéry a été le plus actif des Bleus, sans trouver la faille en dépit de plusieurs bons centres (21e, 62e) et de quelques percées sur les côtés. Une seule occasion pour son propre compte, un centre-tir passé près du cadre (70e). Valbuena s'est également démené mais n'a pas été plus décisif, ne parvenant notamment pas à tromper le gardien sur sa volée au second poteau (51e). Juste avant, son centre en retrait aurait mérité mieux que la déviation ratée de Ribéry pour Benzema.

 

Durant une heure de jeu, Benzema a cherché à toucher beaucoup de ballons, ce qui l'a exposé à en perdre quelques-uns sans en obtenir beaucoup en position de frappe. Il place une tête qui passe près de l'équerre (21e) et peu avant son remplacement, sa volée s'écrase sur le poteau (60e). L'entente n'a pas été flagrante avec Giroud, qui a peiné à trouver le bon placement, mais a assuré sa part de présence offensive – ne serait-ce qu'avec deux déviations de la tête qui créèrent le danger (21e, 62e).

 

Capoue a donc réussi son entrée et offert notamment une occasion à Valbuena sur un très bon centre (51e) en cherchant à trouver les attaquants tout en conservant une présence défensive précieuse (un retour impeccable, 90e+1). Martin s'est insinué dans les intervalles et a sollicité la défense céleste, trouvant notamment Briand qui rata là la première de ses deux occasions de la tête (85e). Gomis s'était mis en jambes avec une belle tentative de loin (77e), mais rata deux reprises dans la surface (88e, 90e+1).

 

 

 

 

 

Vu du forum

=>> newuser – 15/08/2012 à 21h58
(...) Les latéraux montent, enfin à droite parce qu'à gauche c'est Evra donc il est au milieu (mi-défenseur, mi-attaquant le joueur Modem en 56k). (...) Les joueurs sont explosés sur tout le terrain, on dirait une carte de Risk en milieu de partie.
=>> djay-Guevara – 15/08/2012 à 22h01
Donc en gros ça joue à un rythme qui permet à Lugano de suivre.

 

=>> Jean-Luc Skywalker – 15/08/2012 à 22h33
Dans le staff uruguayen, y a la fusion de Rocheteau et de Roche. Roche²teau, quoi.

 

=>> Jallet au Schnouf –15/08/2012 à 23h08
Il court mais il est incroyablement limité, Briand.
=>> impoli gone – 15/08/2012 à 23h11
Oui, on sait. On le voit tous les week-ends, nous. Mais faut reconnaitre qu'à force d'essayer, ça rentre de temps en temps.

 

=>> newuser – 15/08/2012 à 23h17
Je sais pas trop, là DD on dirait qu'il est sous LSD. Il sourit à Calenge comme si ses questions étaient intéressantes. On dirait un communiant qui entre dans un bordel.

 

=>> Lucho Gonzealaise – aujourd'hui à 00h16
Je sais pas ce qui est le plus ridicule entre les sifflets du public et le fait qu'on pouvait entendre une mouche voler tout le reste du match... Quitte à ne pas avoir d'ambiance, on aurait pu jouer au Stade de France, on aurait vendu 50.000 places de plus.
 

Partager

> sur le même thème

Sauver la partie, pas la patrie

> Dossier

Les Bleus

Les Bleus


Jérôme Latta
2019-05-22

Les absents donnent toujours tort (au sélectionneur)

Une Balle dans le pied – Si une liste des 23 suscitera toujours d’inévitables controverses, peut-être faut-il arrêter de croire que l’équipe de France est une méritocratie.

 


Philippe Rodier
2019-03-25

Antoine Griezmann, le triomphe de l’intelligence

C’est une vielle tradition française: pour remporter une grande compétition internationale, il faut d’abord un homme providentiel. En 2016, il s’agissait d’Antoine Griezmann, alors nouvelle coqueluche du public français. Qu’en est-il aujourd’hui?


2018-11-21

Sans peine mais pas sans péno

 L'équipe de France a dominé l'Uruguay dans un match agréable où elle s'est retrouvée, un peu tard. • l'édito • la nalyse • les gars


>> tous les épisodes du thème "Les Bleus"

Sur le fil

"Sorry for this terrible varbitrage."

RT @rustre: 📙 @cahiersdufoot La revue : n°3 Quand c'est Noël en juin 🎁 Et que dedans, t'as l'interview d'un des plus grands attaquants fran…

RT @CelianSisti: Vous avez des enfants ? Grâce aux @cahiersdufoot, vérifiez en un coup d’œil s’ils sont meilleurs designers que ceux qui on…

Les Cahiers sur Twitter

Le forum

Toujours Bleus

aujourd'hui à 22h49 - Mevatlav Ekraspeck : Titiller le karma sur un ancien cimetière indien, on est joueurs... >>


Observatoire du journalisme sportif

aujourd'hui à 22h48 - CHR$ : https://youtu.be/e3TnZNjcxuY >>


Changer l'arbitrage

aujourd'hui à 22h48 - Flo Riant Sans Son : Oui, sauf que l'interventionnisme de la vidéo fait parti des arguments "contres" qui se vérifient... >>


Santiago Bernabeu

aujourd'hui à 22h37 - KL : Nos meilleures Sanéaujourd'hui à 21h53En voiture Simeoneaujourd'hui à 16h20—Les Mbappé,... >>


Au tour du ballon ovale

aujourd'hui à 22h35 - Lescure : A sa décharge au Racing cette année ça été bien pourri pour la majorité de l'effectif. Dans... >>


Ventre mou's League

aujourd'hui à 22h33 - El Mata Mord : Parce que si il lui arrive de rester de marbre, il n’est pas de bois... >>


Marinette et ses copines

aujourd'hui à 22h26 - djay-Guevara : Euh franchement ca m'inquiete un peu apres l'excellent debut de compet'. Esperons que ca redevienne... >>


Libertadores / foot sud-américain

aujourd'hui à 22h19 - Le Meilleur est le Pires : Même le tatouage ne suffit pas à Germain pour ne pas être sous coté. Il lui reste à choper la... >>


EAG, les paysans sont de retour

aujourd'hui à 22h18 - beltramaxi : Coquilles Saint-Jacques et araignées sur le port d'Erquy puis ballade vers le cap jusqu'au... >>


Gerland à la détente

aujourd'hui à 21h39 - impoli gone : A Reims, il a suivi H. Fournier et précédé O. Guégan, il était donc prédestiné à atterrir... >>


Les brèves

Alliance Arena

"Quand un arbitre assistant demande sa collègue en mariage." (lequipe.fr)

Prendre les shots les uns après les autres

"Hugo Lloris, le mister penalties de Tottenham." (lequipe.fr)

Milieu de tableau

"Rembrandt s'invite sur le ballon du Championnat des Pays-Bas." (lequipe.fr)

Trafic de coquines

“Football : la Colombie rattrapée par le mouvement ‘Me too’.” (ouest-france.fr)

Veuvage

"Pepe cherche à trouver la solution en solitaire." (lequipe.fr)