auteur
Pierre Martini

Du même auteur

> article précédent

Le hurlement des agneaux

OM: déstockage massif avant cessation d'activité?

R. Louis-Dreyfus va-t-il retirer ses billes et arrêter le ballon? Aujourd'hui, il n'y a plus que les supporters pour rester attaché à vie à leur club...
Partager
Ce n'est qu'une hypothèse, mais le fait même qu'elle soit rationnellement envisageable signale son intérêt : Robert Louis-Dreyfus pourrait se retirer de l'Olympique de Marseille et vouloir récupérer une partie de son investissement en liquidant les meilleurs valeurs de son capital joueurs. En termes plus sportifs que boursiers, cela signifie que des départs massifs pourraient se produire plus ou moins rapidement, sur une ou deux intersaisons, laissant le club dans l'incertitude et sans garantie pour l'avenir. On ne sait pas si l'actuel patron d'Adidas pourrait se résoudre à une telle opération, mais on comprend quelles raisons il aurait de le faire.
Son expérience à Marseille, comme celle de Canal+ à Paris, a montré les aléas des stratégies d'investissement massif dans des grands clubs: en matière de résultats sportifs comme en termes d'image et de retombées symboliques, on a pu établir des bilans pour le moins contrastés. La logique sportive se refuse à obéir mécaniquement à la loi du plus riche, et la vie des formations n'est pas un long fleuve tranquille. Privé en outre par les lois Buffet de la possibilité d'introduire le club en bourse, et donc de l'éventualité d'une véritable rentabilité financière à terme, le patron d'Adidas a pu réévaluer sensiblement son intérêt à garder le contrôle d'un club par ailleurs plutôt "incontrôlable". Cette hypothèse illustre aussi l'insécurité que la nouvelle économie du football impose aux clubs, à la merci d'un changement stratégique de la part de groupes financiers indifférents au contenu social et sportif des disciplines dans lesquelles ils s'engagent.
Les affrontements, spectaculaires cette saison, entre supporters d'un côté, dirigeants et joueurs de l'autre, illustrent les contradictions croissantes des premiers: les publics sont de plus en plus dépendants de l'argent des actionnaires pour assurer le standing de leur club, mais ils sont d'une impatience totale et ne se font pas d'illusion quant aux motivations et aux valeurs des investisseurs. Un cocktail explosif.
Partager
>> aucune réaction

Les clubs et les équipes


Kireg
2021-03-24

Stéphan avait un plan

Julien Stéphan a quitté le Stade rennais après l'avoir guéri de bien de ses maux – mais pas de tous. Il lui laisse un titre et des souvenirs. Un héritage? 


Mevatlav Ekraspeck
2021-02-22

Le FC Néant de Waldemar Kita

Plus de treize ans après son rachat par Waldemar Kita, le FC Nantes existe encore, mais son bilan sportif a basculé dans l'inexistant. Étude comparative.


Mathieu Garnier et Jérôme Latta
2020-07-17

Géographie des supporters français

Infographies – Quelles sont les zones d'influence nationales et les emprises régionales des clubs français, comment se disputent-ils le territoire? Réponses en cartographies interactives.


>> tous les épisodes du thème "Les clubs et les équipes"

Sur le fil

Un beau projet de livre : une collection de photos exceptionnelles sur les jeunes supporters de United et City dans… https://t.co/GRYvbh35kq

RT @popandkop: Vous n'avez toujours pas commandé notre "affiche à gratter"? Les 12 plus grands stades français et 24 stades de clubs europé…

RT @jeromelatta: Les Girondins de Bordeaux deviennent le troisième club de L1 avec un opérateur de paris sportifs comme sponsor maillot pri…

Les Cahiers sur Twitter

Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)