OM-PSG : le film

En avant-première, histoire d'exorciser le pire et parce qu'il est encore temps d'annuler ce match, nous avons imaginé le scénario d'une folle journée autour du Stade de France…
Partager
06:00. LCI ouvre son journal du matin par la retransmission en direct de la séance d'abdos-fessiers de Nicolas Sarkozy qui déclare, serviette autour du cou: "Comme tous les Français, je commence toujours les journées décisives par un peu d'exercice physique avant de partir au travail le matin".

09:30. Dans un vaste ballet d'hélicoptères et de chars d'assaut, le 3e Corps d'Armée boucle les accès à la plaine de France et occupe toutes gares et voies de communication de la zone.

13:01. Présent en treillis et rangers sur le plateau de Jean-Pierre Pernaut, Nicolas Sarkozy – entouré des Cordier Juge et flic et de Julie Lescaut – assure, les yeux exorbités, "Je vais montrer à la France que je peux maîtriser le chaos".

16:12. Les 15.000 supporters marseillais regroupés Gare de Lyon sont exfiltrés par cinq compagnies de CRS puis convoyés dans des bateaux-mouches le long du Canal Saint-Martin, du Canal de la Villette et du Canal Saint-Denis, jusqu'au Stade de France.

17:45. Un vendeur de faux billets à la sauvette est interpellé à la sortie d’une station de RER. Luis Fernandez intervient pour faire libérer Francis Llacer.

17:48. Cinq stewards plaquent au sol un individu véhément qui tentait d'arracher la grille séparant les supporters des deux camps en hurlant: "Nous sommes tous les amis du football! Fraternisoooooooons!!!"  Francis Lalanne est le premier nom sur la liste des comparutions immédiates.

18:33. Ayant choisi de voyager par leurs propres moyens, Michel Tonini et 3000 Yankees débarquent à Melun-Sénart et cherchent désespérément le Grand Stade.

19:17. Une pièce d’artillerie légère sur l’épaule, un kamikaze se dirige vers un groupe d’officiers militaires en criant "Banzaaaaï!" L’armée riposte à balles réelles et abat le cameraman de Groland TV sans sommation. Un porte-parole du ministère de l’intérieur annonce qu’un attentat contre Nicolas Sarkozy a été déjoué.

20:04. Constatant que les 20.000 places supplémentaires exigées par l’OM le matin du match ont été refusées, Pape Diouf déclare en direct sur TF1 qu’il entame une grève de la faim afin de protester “contre ce traitement inique qui rappelle les heures les plus sombres de l’histoire".

20:27. Un porte-parole de l'Élysée annonce que, victime de violentes diarrhées, le président Chirac n'assistera pas à la rencontre. "Tu m'étonnes qu'il se chie dessus à l'idée de se faire huer par 80.000 personnes", commente un membre du cabinet de la Place Beauvau.

20:32. Clovis Cornillac, en promo depuis quinze mois, affirme devant les caméras de TF1, qu'en fait, ce n'est pas Lyon son club de cœur, mais l'OM (et un peu Nancy depuis la victoire lorraine en Coupe de la Ligue). Thierry Gilardi le qualifie ingénument de "nouveau Francis Huster".

20:37. Un commando pénètre sur la pelouse et déploie une banderole "Non aux sponsors dégueulasses". Les agitateurs sont rapidement maîtrisés, tandis que Jean-Pierre Escalettes, président de la Fédération, condamne fermement ceux qui "détournent le football à des fins politiques", avant de retourner serrer les mains de Nicolas Sarkozy, Éric Raoult et Jean-François Copé en tribune officielle.

20:38. Frédéric Thiriez monte dans la cabine du speaker, s'empare du micro et crie: "Dominique Rocheteau est demandé en tribune présidentielle pour évacuer Pape Diouf et Pierre Blayau qui n'ont aucune fonction officielle ce soir!"

20:39. Jean-Michel Larqué qui voit le président de la FFF repartir en oubliant Patrick Devedjian crie "À gauche! À gauche! À gauche!"

20:40. C'est Michèle Alliot-Marie qui se fait présenter les équipes. Au passage, elle attrape à pleines mains les parties génitales de José Anigo en lui glissant à l'oreille des paroles qui font rougir le directeur sportif marseillais jusqu’à la racine des cheveux.

20:42. En accord avec le Conseil national de l'éthique, et afin d'apaiser les esprits, c'est la Marseillaise réécrite par Didier Roustan qui remplace l'hymne national. Un chœur d'enfants l'interprète au centre du terrain, tandis que les paroles défilent sur les écrans géants. Des centaines de spectateurs sont pris de nausées en constatant l'incroyable niaiserie de ce texte.

20:44. Le coup d'envoi symbolique est donné par Fabrice Fiorèse.

20:45. Un escadron de CRS en formation escargot protège la sortie du terrain de Fabrice Fiorèse sous une pluie d’objets divers projetés par les 80 000 spectateurs. Frédéric Déhu fond en larmes. "T'en as gros sur la patate, hein?", lui glisse M'Bami, déclenchant une première échauffourée entre les joueurs.

20:46. Coup d’envoi donné par le PSG, salué par de joyeux coups de feu dans les tribunes.

20:51. Jean-Michel Larqué : “Il n’y est pas Bernard Mendy, oh là là il n’y est pas”.

20:53. Superbe coup de tête de Toifilou Maoulida sur le poteau.

20:58. Évacuation de Toifilou Maoulida sur une civière, remplacement du poteau ébréché.

20:59. Des cris de singe retentissent dans la partie de tribune réservée aux supporters de Boulogne. Leurs homologues d'Auteuil leur délivrent immédiatement une pluie de cacahouètes.

21:00. Le staff médical de l'OM enroule les trois mètres d'élastoplast cachés sous son protège tibia autour de la tête de Maoulida.

21:01. Jean-Michel Larqué : “Oh là là là là, il n’y est PAS DU TOUT Bernard Mendy!”

21:02. Un coup-franc supersonique de Taiwo passe largement au-dessus du but parisien et franchit les limites du Stade de France, pour se perdre dans l'atmosphère. Sa trajectoire s'inscrit sur les écrans des radars et images satellites militaires. Pris au dépourvu, l’Etat-major décrète l’état d’alerte et prévient Jacques Chirac, alité devant sa télé avec une bière. Le président donne l’ordre d’armer les sous-marins nucléaires de la marine nationale. La Chine et la Russie protestent officiellement par le biais de leurs ambassades.

21:06. Un tacle violent de Lorik Cana blesse sévèrement Vikash Dhorasoo, le privant de Coupe du monde.

21:13. Gros plan du réalisateur de TF1 sur un groupe de supporters marseillais qui se sont infligés des scarifications faciales pour ressembler à Franck Ribéry.

21:17. Gros plan du réalisateur de TF1 sur Pape Diouf dans les tribunes, en train de manger discrètement un Snickers.

21:21. Jean-Michel Larqué : “Il est complètement perdu Bernard Mendy, complètement perdu!”

21:23. Un gros plan sur le banc des remplaçants parisiens montre distinctement Bernard Mendy. Thierry Gilardi en profite pour glisser à son comparse que le titulaire à droite, c’est Paulo Cesar. Vexé, Larqué se tait jusqu’à la mi-temps.

21:27. Pauleta est signalé hors-jeu dans la surface marseillaise. Taiwo tire le coup franc directement. Superbe parade de Letizi, qui se brise le poignet sur l’action. Entrée de Jérôme Alonzo, déguisé en Jérémie Janot, à sa place.

21:30. La mi-temps est sifflée sur une ultime action de l’OM: coup du foulard de Pagis repoussé du coccyx par Alonzo.

21:32. Pendant la mi-temps, alors qu’elle s’est levée pour saluer le public, Ségolène Royal fait une chute de dix mètres en tombant du balcon de la loge réservée aux personnalités du parti socialiste. Assis autour de son siège vide, Jack Lang, Lionel Jospin, Dominique Strauss-Kahn, Bertrand Delanoë, Martine Aubry et Bernard Kouchner agitent leurs mains en signe d'incompréhension.

21:38. Plusieurs jeunes délinquants venus des cités voisines trompent la vigilance des militaires en leur faisant fumer de la triple skunk, puis forcent les portes du parking VIP et mettent le feu aux véhicules. "On voulait voir si les Merco ça brûle aussi bien que les 306 diesel", commente un des meneurs.

21:41. Affrontements entre Winners et Ultras marseillais d’une part, et entre Boulogne Boys et Tigris Mystic parisiens de l’autre. Nicolas Sarkozy explique au micro de TF1 que si c’est comme ça, il va immédiatement replacer les Boys avec les Winners et les Tigris avec les Ultras. Romain Del Bello s’écrie: "Suffisait d’y penser!"

21:45. Le marché des transferts ayant été ouvert la veille, le retour de Lorik Cana au PSG est signé au cours de la pause. L'international albanais revêt immédiatement le maillot parisien et remplace Édouard Cissé dans l'entrejeu parisien.

21:56. Un tacle violent de Lorik Cana brise la jambe gauche de Franck Ribéry, le privant de Coupe du monde. Un homme jaillit des tribunes, franchit tous les cordons de sécurité et se précipite sur Cana pour lui asséner un tacle millésimé 1979, sans que personne n’ait le temps d’intervenir. Les pompiers sont appelés pour désincruster la semelle de Raymond Domenech du genou de sa victime.

22:01. Alors que le score est toujours de 0-0, Pauleta se présente seul devant Barthez et le trompe d’une balle enroulée au ras du poteau, malgré un crachat désespéré du portier marseillais. Au même moment, un hélicoptère se pose sur la pelouse, amenant le boss de Colony Capital, venu voir son équipe de soccer à l’œuvre. Le but du Portugais est annulé par l’arbitre pour “intrusion d’un élément extérieur”.

22:07. Thierry Gilardi pose la question du jour aux téléspectateurs : “Quel célèbre numéro 10 né à Marseille, Ballon d’Or en 1998, joue aujourd’hui au Real de Madrid? 1. Zidane 2. Castaignède 3. Parker”. Jean-Michel Larqué ajoute un indice : “Son prénom commence par un Z”.

22:15.  Vikash Dhorasoo quitte le stade dans sa Maserati. A cause de son sweat à capuche et de son nouveau piercing, il est pris pour Eunice Barber et se retrouve poursuivi sur le périphérique par une escadrille de Mirage 2000.

22:20. Le ballon circule d’un but à l’autre pendant que, dans le rond central, Rothen et Lamouchi comparent les objets qu'ils ont récupérés en tirant des corners. "C'est moi qui gagne, j'ai un iPod 60Go", annonce le Marseillais.

22:30. 0-0, prolongations.

22:31. N'ayant plus d'objets à lancer sur Rothen, les supporters marseillais jettent René Malville sur la pelouse.

22:32. Jean-Michel Larqué annonce que le match n’ira pas jusqu’aux tirs aux buts.

23:10. Toujours 0-0 à l’issue des prolongations.

23:11. Sous une bronca monumentale, les deux équipes se regroupent près du rond central avant de procéder aux tirs au but. Barthez et Rothen se percutent par mégarde, se brisant mutuellement le genou (les privant de coupe du monde). S’ensuit une mêlée générale. Inquiet pour sa vie alors que le public s’apprête à envahir le terrain, l’arbitre en profite pour expulser quatre joueurs de chaque côté et proclamer la fin de la partie par manque de combattants. Pour la première fois depuis Furiani, une coupe de France restera non attribuée.

23:12. Jean-Michel Aulas surgit de la tribune officielle et se jette sur la Coupe de France en hurlant "Elle est pour moi! 67% des 6-9 ans sont favorables à l'attribution d'une coupe à l'OL!"

23:15. La retransmission se termine avec l’envahissement du terrain par les supporters des deux camps qui se livrent à un remake de Gangs of New York. Nicolas Sarkozy impose le couvre-feu à tout le pays. La France perd un représentant dans la coupe de l’UEFA. Il pleut.
Partager

> Dossier

Déconneries

Déconneries


Gilles Juan
2019-09-09

Le Blanc est-il encore supérieur au Noir ?

Il faut parfois savoir trancher les polémiques et mettre un terme aux mauvais procès. Défense de Pierre Ménès et Lilian Thuram (dans cet ordre décroissant). 


Richard N et Christophe Zemmour
2019-08-26

Retour vers le footoir [2]

Uchronies - Biff Tannen a mis la main sur votre collection de France Football et a décidé de changer vos meilleurs souvenirs en cauchemars… Seconde partie de nos uchronies: les victoires en défaites.


Richard N et Christophe Zemmour
2019-08-20

Retour vers le footoir [1]

Uchronies - Embarquez dans la DeLorean, poussez les gaz jusqu’à atteindre 88 miles à l’heure et réécrivez l’histoire de quelques rencontres du passé. Première partie: les défaites en victoires. 


>> tous les épisodes du thème "Déconneries"


Le forum

Gerland à la détente

aujourd'hui à 06h20 - CHR$ : Classico > je ne sais pas pourquoi, je ne suis pas étonné que tel le gurney de base tu ne sois... >>


La L1, saison 2019/2020

aujourd'hui à 04h18 - Toni Turek : Un fil amiénois ? C'est pas le fil politique ? >>


Smells like Argentine spirit

aujourd'hui à 04h14 - Toni Turek : Ezequiel Lavezzi a annoncé sa retraite sportive après le dernier match de la saison de son club... >>


Paris est magique

aujourd'hui à 00h45 - PCarnehan : Ce maillot orange, affreux, en peau de Casimir, était effectivement détestable. >>


Fussball chez nos cousins germains

aujourd'hui à 00h00 - Redalert : Si khwezi nous lit encore, j'espère qu'il a vu la master class de Coutinho avec le Bayern ce... >>


En rouge et noir !

15/12/2019 à 23h46 - Redalert : Au dessus de tout ce qu'on a déjà vu à Rennes (dans l'ordre pour moi, Wiltord, Lassissi,... >>


Tu sais ce qu'il te dit Casimir ?!

15/12/2019 à 23h15 - Super Hérault : CHR$14/12/2019 à 17h12Alors cherche "Metz Graoully".-------Merci. Je comprends mieux. Du... >>


Foot et politique

15/12/2019 à 23h01 - Luis Caroll : Alors ça oui, c'est une vraie catastrophe. Macron, comme pas mal de dirigeants du même style, est... >>


Liga, prisma de luz

15/12/2019 à 22h57 - theviking : Oui, sa tête est décisive pour le but, mais la passe décisive, c'est la talonnade un peu... >>


En Vert et contre tout

15/12/2019 à 22h35 - Mevatlav Ekraspeck : Bourrin, Kvarme? C’était votre caution technique derrière ! Mais je l’ai toujours trouvé dur... >>


Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)