> article suivant

Libres arbitres

> article précédent

Le Replay, séance 8

> article précédent

Charles à temps

Oui au dopage des arbitres !

Les arbitres vont bientôt subir des contrôles antidopage. Expliquons pourquoi il vaudrait mieux les charger d'autre chose que de tous les péchés.
Partager
L'Agence française de lutte contre le dopage a décidé de soumettre les arbitres des sports collectifs à des contrôles antidopage afin de vérifier qu'ils n'étaient pas tentés par des substances illicites.
Nous, Comité de promotion d'un arbitrage compétitif (COPAC), tenons à protester de la manière la plus ferme contre cette mesure, qui va dans le sens inverse de l'histoire et ne cherche qu'à exposer un peu plus la corporation arbitrale. En effet, les détracteurs de nos arbitres ne manquent jamais de stigmatiser leur manque de performances, et les partisans de l'arbitrage vidéo soulignent – comme nous mais en tirant d'autres conclusions – qu'un seul arbitre souvent quadragénaire ne peut plus suivre le rythme de jeu impulsé par des athlètes désormais aussi musculeux qu'endurants.


arbitres_dopage2.jpg« On n'a pas le même maillot,
mais on a les mêmes produits ! »


En privant les arbitres des moyens de se mettre à niveau, on cherche tout simplement à les affaiblir et à les empêcher de lutter à armes égales avec les joueurs. Plutôt que sacrifier les hommes au sifflet à la vindicte générale, prenons le parti de les charger à bloc, avec les meilleurs produits. Les bénéfices de cette politique audacieuse seront multiples, et incontestables.


Police de proximité
Omniprésents et inépuisables, les arbitres feront sentir leur souffle chaud sur la nuque des joueurs, qui se sentiront traqués (et bientôt cernés avec l'arbitrage à cinq), craignant en permanence de voir surgir le gendarme dans l'angle mort. Toujours sous leur menace, les contrevenants seront contraints d'adopter des comportements modérés. Les plus roués n'essaieront même pas de les avoir à l'usure.


Arme de dissuasion massive
Doté de la masse musculaire d'un sprinter américain, de l'explosivité d'un lutteur kazakh, du taux de graisse d'un top-model russe et de l'agressivité d'un hockeyeur canadien, l'arbitre pourra repousser d'un revers de pectoral les impudents qui souhaiteraient se colleter à lui pour contester ses décisions. Il n'en aura pas besoin: sa présence physique, ses yeux injectés de sang et ses tics nerveux assureront une dissuasion efficace.


Recherche et développement
Les collègues de Bertrand Layec se verront confier une nouvelle mission de service public: les laboratoires seront autorisés à tester sur eux les molécules et les protocoles de dopage (1), en même temps qu'ils développeront les méthodes de dépistage des substances interdites. Grâce aux arbitres – qui toucheront une prime de risque et bénéficieront d'un fonds d'indemnisation en cas de pathologies graves et de mutations génétiques chez leur descendance –, la recherche contre le dopage aura enfin un temps d'avance sur les tricheurs.


Élite partout
Parfaitement préparés, les tout meilleurs arbitres pourront officier lors d'un nombre considérable de matches. Les rencontres de Ligue 2 du vendredi serviront d'échauffement à celles du week-end, les rencontres européennes de décrassage. Ainsi, le Top 5 des hommes en noir cumulera une majorité de rencontres. Un grand pas pour l'harmonisation de l'arbitrage.


Nouvelles stars
Considérés à l'égal des footballeurs, les arbitres vedettes, également traités aux antidépresseurs et à la cocaïne, seront en mesure d'aller sur les plateaux de télévision et dans les studios de radio pour y laminer leurs détracteurs. Nouvelles coqueluches des médias, ils feront oublier Gilles Veissière, Alain Sars et Joël Quiniou en une semaine. Surtout, leur exemple suscitera des milliers de vocations chez des jeunes qui rêveront de les imiter.


Pour toutes ces raisons, implacables, le dopage scientifique des arbitres favorisera l'équité des compétitions aussi bien que le spectacle sur les pelouses. Ensemble, disons non aux analyses d'urine, oui au dopage sanguin!


(1) Pour sélectionner et améliorer les plus aptes, le génie génétique devra aussi être mobilisé afin d'isoler les gènes de l'arbitrage: vision performante, capacité d'analyse instantanée, résistance physique, aptitude à résister à l'envie de gifler le jeune excité qui vient contester une faute évidente et au désir de lancer un tueur ukrainien aux trousses de l'ex-confrère qui fera de même le lendemain. Le département R&D de la Fédération se penchera aussi sur les prothèses biomécaniques, dont l'efficacité a été démontrée par le sprinter amputé Oscar Pistorius.
Partager

> sur le même thème

Charles à temps

> Dossier

Déconneries

Déconneries


Agence Transe Presse
2020-05-27

"Sensible Stadium" : l'UEFA, les clubs et les télévisions passent au stade virtuel

Agence Transe Presse – Tribunes, ambiance et public artificiels: un consortium veut mettre en œuvre son projet de stades dématérialisés et de "football augmenté" dès la saison prochaine. 


Hind
2020-04-02

Comment vivre le football sans le football

Démode d'emploi – Avec l'arrêt des compétitions, le sevrage est brutal, mais les vrais accros sauront trouver des substituts. 


2020-02-26

Guide des communiqués officiels de l'OL

L'Olympique lyonnais fait désormais la guerre à ses propres supporters, et il n'a à peu près aucune chance de la gagner.


>> tous les épisodes du thème "Déconneries"