auteur
Richard N

 

Pionnier du foot sur le Web avec Kick'n'Rush, historien pour les Cahiers et Footichiste pour son compte.


Du même auteur

> article suivant

Dernier carré

> article précédent

Quand l’Allemagne parle espagnol

Platini 1984, la nuit de Marseille

Un jour un but – Le 23 juin 1984 à Marseille, l'équipe de France marque un but au bout de la nuit pour se qualifier pour la finale de l'Euro 1984.

Partager

 

Luis Fernandez récupère le ballon et remonte le terrain. Il transmet devant lui à Jean Tigana. Celui-ci s’avance et tente de donner plein axe à Platini, positionné en avant-centre. Álvaro s’interpose in extremis et interrompt l'offensive. Pas suffisamment toutefois, car Tigana le récupère aussitôt dans ses pieds. Le Bordelais s’avance, crochète Eurico et entre dans la surface, légèrement décalé sur la droite...

 

 

 

Le Portugal d'attaque

Nous sommes à la toute dernière minute d'un match complètement fou, une demi-finale extravagante comparable au France-RFA disputé à Séville deux ans plus tôt. Ce 23 juin 1984, nous sommes au Stade Vélodrome de Marseille et c'est la France qui est favorite face au Portugal.

 

Les hommes de Michel Hidalgo ont ouvert le score en première période sur un coup franc signé non pas Platini mais Jean-François Domergue. Le premier but en bleu pour le plus méconnu des joueurs français, pour sa sixième sélection et le jour de ses vingt-sept ans. La France contrôle ensuite les opérations et semble se diriger vers une victoire sans histoire.

 

Mais au fur et à mesure qu'avance le match, le Portugal joue de mieux en mieux. Cette équipe, si prudente au premier tour dans son 4-5-1 étriqué, tente enfin quelques coups d'audace. L'attaquant Jordão, si seul à la pointe de l’attaque, se voit adjoindre à la pause Fernando Gomes, le soulier d'or de Porto. Puis, après une heure de jeu, c'est l’éternel Nené, trente-quatre ans et toujours meilleur buteur du championnat portugais, qui entre en jeu. On croit rêver: trois purs attaquants dans l’équipe du Portugal!

 

De quoi décontenancer les Bleus. Les Portugais attaquent de partout, sous la houlette d'un meneur de jeu qui se découvre des ailes, Fernando Chalana. À un quart d'heure de la fin, le génial moustachu adresse un centre parfait que Jordão reprend de la tête pour tromper Joël Bats.

 

1-1 à la fin du temps réglementaire, l'équipe de France ne s'attendait pas vraiment à devoir jouer les prolongations. Le Portugal, quant à lui, poursuit ses offensives. Sur son côté gauche, Chalana fait tourner Domergue en bourrique et adresse un nouveau centre impeccable pour Jordão. L'attaquant angolais exécute une reprise de volée diabolique qui lobe Joël Bats.

 

 

Les fantômes de Séville

La France est plongée dans le noir et doit à son tour attaquer à outrance. Les défenseurs se retrouvent aux avant-postes pour donner du poids et user l'arrière garde portugaise. Une rencontre échevelée, haletante, superbe qui voit les Bleus multiplier les occasions et le gardien Bento exécuter autant de parades. À cinq minutes de la fin, une pénétration en force se conclue enfin par un but, sur une reprise de Jean-François Domergue, lequel s'offre un doublé inattendu.

 

Mais il faut encore marquer un but, car l'équipe de France n'a pas chassé les fantômes de Séville. Elle reste inquiète à l'idée d'avoir à passer par l'épreuve des tirs au but. Jean Tigana lui-même expliquera que depuis tout petit, il a toujours perdu à ce jeu. Alors plus qu'un autre peut-être, il veut que la décision se fasse dans le jeu.

 

Cela fait deux heures que l'on joue et Tigana continue de courir, de dribbler, de provoquer. Sa course folle dans les dernières secondes du match est un exemple d'abnégation, un modèle de détermination. Jusqu'au bout de l'effort. Entré dans la surface portugaise, il déborde sur la droite. João Pinto vient à sa rencontre et le charge. "De l'épaule", comme on dit dans le jargon, c'est à dire corps contre corps, suffisant pour déséquilibrer l'adversaire, mais pas trop pour justifier un penalty. Tigana reste debout et poursuit sa course jusqu'à la ligne de but. Il s'arrache et parvient à donner en retrait. Platini récupère le ballon sur la ligne des six mètres. Le capitaine français trouve le temps de contrôler, puis il tire malgré quatre Portugais positionnés devant lui. Sous la barre, hors de portée du gardien Manuel Bento.

 

 

 

L'hommage du maître

Platini vient d'inscrire son huitième but en quatre rencontres. Dans les six mètres portugais, c'est une scène de désolation: Bento, Frasco et Pacheco gisent au sol, João Pinto s’est accroché aux filets du but et Álvaro, entré dans la cage, frappe de rage dans la balle avant de s’écrouler à son tour.

 

Pendant ce temps, Platini court le bras droit levé vers le côté droit du terrain, puis décrit un arc de cercle pour s'approcher du banc de touche. Le Turinois s’écroule sur la ligne sous le poids de ses coéquipiers. Lorsqu’il se relève, Platini cherche quelque chose du regard. Michel Hidalgo lui octroie une tape affectueuse au visage, mais le capitaine français est déjà ailleurs. Il se retrouve à nouveau agrippé par une poignée de coéquipiers, dont le collant Luis Fernandez, qui n’en finit pas de lui faire des mamours. Mais Platini semble avoir trouvé. Lorsqu’il se débarrasse de Fernandez, il fait quelques pas, ouvrant les mains dans une attitude quasi-christique. Jean Tigana, mort de fatigue, plonge dans ses bras. L’hommage du maître.

 

Partager

> sur le même thème

Pogba, un bras raccourci

> Dossier

Les Bleus

Un jour, un but


Christophe Zemmour
2018-07-14

Petit 1998, millénaire nuit

Un jour, un but – Au bout de la Coupe du monde 1998, Emmanuel Petit traverse tout le terrain pour inscrire le dernier but de la compétition. Le millième de l’histoire d’une équipe de France qui décroche alors sa première étoile.


Richard N et Christophe Zemmour
2018-07-12

Zidane 1998, double Z au SDF

Un jour, un but – Le 12 juillet 1998 au stade de France, Zinédine Zidane marque deux fois le même but et assomme le Brésil. Le jour de gloire est arrivé.


Richard N
2018-07-10

Thuram 1998, buteur dubitatif

Un jour, deux buts – Le 8 juillet 1998 au stade de France, des Bleus en difficulté face à la Croatie en demi-finale de leur Coupe du monde se découvrent un buteur inattendu...


>> tous les épisodes de la série "Un jour, un but"

Sur le fil

RT @ButterflAym: Article de U10 sur Valeri Lobanovski, entraîneur révolutionnaire soviétique. Il est notamment à l'origine de l'éclosion de…

Les Cahiers sur Twitter

Le forum

LdC : La Ligue des Cahiers

aujourd'hui à 17h09 - Kireg : TVBreizhaujourd'hui à 13h51Choix pertinent même si les gens derrière le bar ont changé fin... >>


Café : "Au petit Marseillais"

aujourd'hui à 17h01 - roujul : Syle > Si ils tentent le même sur Neymar, ça fera penalty >>


Scapulaire conditionné

aujourd'hui à 16h49 - dugamaniac : Je suis content de vous lire un truc bien , sur Palencia.Hier j'ai vu que le dernier quart d'heure... >>


Habitus baballe

aujourd'hui à 16h45 - Classico : forezjohnaujourd'hui à 15h51Je ne peux pas être d'accord.Tu n'es pas libre puisque les choix que... >>


Gerland à la détente

aujourd'hui à 16h40 - Balls of steed : "Et si la solidité après avoir trop gâché est inhabituelle à la Duchère, la capacité à... >>


LA GAZETTE : Les gestes / Les antigestes

aujourd'hui à 16h39 - et alors : Geste : dix secondes après son entrée en jeu, le duel gagné en haute altitude par Cheikh Ndoye... >>


En rouge et noir !

aujourd'hui à 16h26 - Belmondo Bizarro : rougénoiraujourd'hui à 12h10Heureusement la rentrée arrive ! Puis va suivre l'automne... Et qui... >>


Choucroute et bierstub: l'indigeste menu du RCS

aujourd'hui à 16h24 - Knacklexander Vencel : Petit débrif de ce retour du foot à la Meinau pour la cuvée 2018/2019.En premier lieu, le... >>


Les CdF : cahiers de doléances

aujourd'hui à 16h05 - L'amour Durix : Et une pensée amicale à nos récentes victimes angevines obligées de partager leur fil avec des... >>


L'empire d'essence

aujourd'hui à 16h02 - Coach Potato : Le ridicule pourrait tuer. Cette série dispensable en est l'illustration. Ses promoteurs manquent... >>


Les brèves

Il est des nô-ôtres !

"Guingamp : Eboa Eboa prolonge." (lequipe.fr)

Souici 2

"ASSE : Souici vers un nouveau prêt." (lequipe.fr)

Speed dating

"Kylian Mbappé : pas de temps pour les filles." (femmeactuelle.fr)
Mbappé, court toujours.

Gaolin Soccer

“Chine : le superbe retourné de Gao Lin." (lequipe.fr)

Franche Sibérie

"Un policier russe aux Pussy Riot : 'Parfois, je regrette 1937'." (lemonde.fr)