auteur
Olivier Tomat

Du même auteur

> article précédent

Helvètes to hell

> article précédent

Le Portugal, à juste titre

Plombés Polonais

Matchbox : Autriche – Pologne, 1-1. Après une énième victoire contre la France à l’orée des années quatre-vingts, Jupp Derwall...
Partager
Buts : Guerreiro (30’), Vastic (90’ + 2 s.p.)


La nalyse

Après une énième victoire contre la France à l’orée des années quatre-vingts, Jupp Derwall, le sélectionneur allemand, avait expliqué son peu de souci pour ce qui se passait au milieu de terrain, la partie décisive du jeu se pratiquant dans les deux zones de trente mètres attenantes aux buts ; le football contemporain lui donnera évidemment tort. Le match d’hier a eu, lui, la qualité rafraîchissante de ne pas proposer un de ces affrontements à 10 joueurs entassés sur 20 mètres. A la place, on a assisté à une sorte de curieux enchaînement d’attaques-défenses, joué sur un rythme plus bucolique qu’étouffant.

Ce fut le cas au moins durant la première demi-heure, avec une Autriche plaisamment décidée à continuer sur la lancée de sa fin de partie croate, bien aidée par l’incroyable incapacité des centraux polonais à défendre ne serait-ce que correctement. Ceci étant, il existe probablement un certain nombre de raisons objectives pour que l’Autriche soit moins bien classée que la Zambie. au premier rang desquelles son impuissance offensive: quatre grosses occasions échouent sur différentes parties du corps du gardien polonais.


Morale carquefolienne
Raccord avec une de ces mystérieuses lois non écrites du jeu –telles que l’avantage procuré par le public lors d’un match à domicile non principautaire, ou les éliminations pitoyables de l’Espagne en phase finale - les Autrichiens vont se faire surprendre au cœur de leur domination. Un ballon anodin sur lequel Saganowski lance Gueirrero pour le but le plus facile de l’Euro. La seconde période consistera alors en une réplique en miroir du début du match (pour un résultat similaire).
La morale – celle qui a transformé tout un pays en supporter de Carquefou - sera pourtant sauve par la grâce d’un penalty, accordé après deux minutes d’arrêt de jeu. Tirage de maillot dans une surface pour le moins embouteillée, et transformation par l’antédiluvien Mario Vastic. On peut se féliciter de ce que la pétition des supporters autrichiens, pétrifiés par la peur du ridicule, n’ait pas abouti, nous permettant d’attendre un alléchant huitième de finale virtuel entre l’Autriche et l’Allemagne.



Artur_Boruc.jpgLe joueur à suivre

Artur Boruc. On comprend mieux pourquoi le gardien vainqueur de la Ligue des Champions 2005, ce héros qui a offert le trophée à Liverpool, on comprend mieux pourquoi Jerzy Dudek donc, certes en pleine errance, n’est considéré par son sélectionneur que comme le cinquième gardien polonais. Un gros réservoir de talents. Et Artur Boruc ne doit probablement qu’à la sous-médiatisation (heureuse pour qui s’est déjà tapé un Motherwell-Gretna) de la Scottish Premier League de n’être pas considéré publiquement comme un des meilleurs gardiens du monde. En attendant, il a écœuré à lui tout seul les attaquants autrichiens en un quart d’heure. Un joueur à suivre,  sous un gros maillot anglais à défaut de cet Euro.


Le joueur pas trop compliqué à suivre, même pour Willy Sagnol

Mariusz Jop. Commentateurs facétieux dans le meilleur des cas, grinçants le plus souvent, Alan Hansen et Alan Shearer ont ruiné hier soir toutes les chances du défenseur du FC Moscou de signer un jour un contrat juteux en Premier League. Impitoyables, ils ont consacré dix minutes de la mi-temps à une loupe malheureuse sur la performance de Jop au cours de la demi-heure de furia autrichienne, pliés de rire (Hansen: "il joue où?" ; Shearer, regardant Martin O’Neill: "probablement à Villa" ; fou rire général). Tout y passe effectivement – mention spéciale à une lenteur qui fait passer Jacek Bąk pour Theo Walcott. Avec en point d’orgue un enchaînement hallucinant double tête manquée – rebond cuisse-genou – conduite de balle de poussin – dégagement manqué – occasion autrichienne. Beenhaker mettra fin à son agonie à la mi-temps. Franchement, on a juste envie de le consoler autour d’une bonne bière.


Les observations en vrac

•  83e grande compétition internationale pour Jacek Bak, et 83e élimination au premier tour.
•  De grands gestes, des voix fortes: les seuls moments où les Anglais ne sont pas Anglais, c’est quand ils arbitrent des matchs d’autres pays.
•  Tant de jeux de mots possibles, et aucun publié pour l’instant: on espère que l’Autriche ira le plus loin possible, juste pour Jürgen Macho.
•  Faire jouer Roland Linz plutôt que Roman Kienast, c’est un peu comme si on sélectionnait Jean-Alain Boumsong  plutôt que Philippe Mexes.
•  Pologne, Allemagne, Autriche : c’est compliqué de retenir tous ces nouveaux noms de pays depuis la chute du Saint Empire Romain Germanique.


Les titres auxquels vous avez échappé

Danzig Queen
Born to Wien
Vastic, un papy comme Bak
Partager

> sur le même thème

Sport Bilic

> du même auteur

Milner's Crossing

> Dossier

L'Euro 2008

L'Euro 2008


2008-07-04

Euro : notre palmarès à nous / 2

Des hauts et des bas, des débats bas, des buts et des déboires: deuxième partie de notre  sélection exclusive.


2008-07-03

Euro : notre palmarès à nous / 1

Notre comité d'experts a épinglé les gagnants et les perdants sur son tableau d'honneur. Première partie.


Antoine Faye et Laurent Bischoff
2008-06-30

Toque Final

L’Europe parle espagnol. Quarante-quatre ans après un sacre européen presque anecdotique, la Selección a vaincu ses fantômes en franchissant l’obstacle des quarts, et lavé la douloureuse défaite de 1984...


>> tous les épisodes du thème "L'Euro 2008"


Le forum

Gerland à la détente

aujourd'hui à 06h20 - CHR$ : Classico > je ne sais pas pourquoi, je ne suis pas étonné que tel le gurney de base tu ne sois... >>


La L1, saison 2019/2020

aujourd'hui à 04h18 - Toni Turek : Un fil amiénois ? C'est pas le fil politique ? >>


Smells like Argentine spirit

aujourd'hui à 04h14 - Toni Turek : Ezequiel Lavezzi a annoncé sa retraite sportive après le dernier match de la saison de son club... >>


Paris est magique

aujourd'hui à 00h45 - PCarnehan : Ce maillot orange, affreux, en peau de Casimir, était effectivement détestable. >>


Fussball chez nos cousins germains

aujourd'hui à 00h00 - Redalert : Si khwezi nous lit encore, j'espère qu'il a vu la master class de Coutinho avec le Bayern ce... >>


En rouge et noir !

15/12/2019 à 23h46 - Redalert : Au dessus de tout ce qu'on a déjà vu à Rennes (dans l'ordre pour moi, Wiltord, Lassissi,... >>


Tu sais ce qu'il te dit Casimir ?!

15/12/2019 à 23h15 - Super Hérault : CHR$14/12/2019 à 17h12Alors cherche "Metz Graoully".-------Merci. Je comprends mieux. Du... >>


Foot et politique

15/12/2019 à 23h01 - Luis Caroll : Alors ça oui, c'est une vraie catastrophe. Macron, comme pas mal de dirigeants du même style, est... >>


Liga, prisma de luz

15/12/2019 à 22h57 - theviking : Oui, sa tête est décisive pour le but, mais la passe décisive, c'est la talonnade un peu... >>


En Vert et contre tout

15/12/2019 à 22h35 - Mevatlav Ekraspeck : Bourrin, Kvarme? C’était votre caution technique derrière ! Mais je l’ai toujours trouvé dur... >>


Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)