auteur
Frédéric Scarbonchi

Du même auteur

> article précédent

La Gazette de la L1 : 5e journée

PSG, les maux de la fin

Ce n'est pas une impression: en Ligue des champions, le PSG craque plus souvent que les autres dans le dernier quart d'heure. Confirmation et comparaisons en chiffres. 

Partager

 

Lorsque Kylian Mbappé rate son dribble à une trentaine de mètres des buts d’Areola, le temps s’arrête pour le supporter parisien lors de Liverpool-PSG. Puis, lorsque Firmino parvient à tromper le portier parisien, un air de déjà-vu tiraille tous les fans.

 

Des fantômes de la Remontada, en passant par les dix dernières minutes du match à Madrid la saison dernière, ou le tibia de Demba Ba sous l’ère de Laurent Blanc, le Paris Saint-Germain a habitué les observateurs à des fins de match cauchemardesques.

 

 

 

Un but sur trois dans le dernier quart d'heure

Simple coïncidence ou mauvaise habitude de l’équipe de Nasser Al-Khelaïfi? Depuis son retour en C1 en 2012, le PSG a concédé pas moins de 20 buts dans le dernier quart d’heure [1], soit 32% des 63 buts encaissés en 56 matches. Plus grave, hormis contre le Dynamo Kiev en 2012 et Bâle en 2015, tous ces buts sont concédés lors de matchs décisifs: soit éliminatoires, soit face à l’autre tête d’affiche du groupe.

 

En clair, lors de ces 33 matchs couperets, Paris a encaissé 52 buts, dont 18 après la 75e minute, soit 35%. Plus d’un tiers sur un temps de jeu effectif de seulement 16,7%.

 

 

 

 

On note que le mal parisien pourrait même se situer dans les deux mi-temps, le dernier quart d’heure de la première période arrivant en deuxième position des tranches de match durant lesquelles le PSG devient perméable.

 

 

Le Real et la Juve, forts jusqu'au bout

Certes, les dernières minutes d’une rencontre sont souvent les plus prolifiques, surtout à ce niveau d’intensité. Selon une étude de 2014, 21 à 25% des buts sont inscrits durant l'ultime quart d'heure (on a par exemple relevé 24% lors de la Ligue 1 2016/17). La fatigue, la déshydratation et donc l'amoindrissement des capacités cognitives.

 

 

 

 

Pourtant, le Real Madrid et la Juve, qui ont trusté la plupart des dernières finales de la compétition, ne concèdent quant à eux que 18% et 20% de leurs buts après la 75e minute. Le FC Barcelone, quant à lui, pointe à 24%.

 

Quand on compare les équipes les plus hermétiques (le Real et la Juve) avec Paris, le Bayern (30% de buts concédés après une heure quinze de jeu) ou, donc, le FC Barcelone, on est tenté d’y voir une opposition de style: quand les équipes de possession peuvent craquer sur la fin ou chercher à inscrire un nouveau but, les équipes modulables, de contre-attaque ou avec un socle défensif positionné plus bas, semblent moins enclines à laisser l’adversaire faire la différence en fin de match, ou à chercher elles-mêmes à marquer.

 

 

Un mal à soigner

L’an dernier, quand il a soulevé le trophée, le Real Madrid n’avait tout simplement concédé aucun but après la 75e minute. Dans le même temps, le PSG se faisait surprendre trois fois en deux matches par… les Madrilènes.

 

On peut aussi comparer avec une équipe dont le parcours en C1 a été similaire à celui du PSG depuis deux ans: le chemin du FC Porto s'est lui aussi arrêté en huitièmes de finales. Sur ces deux saisons, en un même nombre de matches (16), le FC Porto et le PSG ont encaissé à peu près le même nombre de buts (21 contre 22). En revanche, les Portugais sont beaucoup moins fragiles défensivement au cours du dernier quart d'heure.

 

 

 

 

Paradoxe: offensivement, le PSG sait aussi débloquer des situations en fin de match, inscrivant à peu près un quart de ses buts à ce moment de la rencontre. C’est mieux que les Madrilènes ou les Turinois, mais ça ne permet pas de compenser la fragilité déconcertante des ultimes minutes parisiennes.

 

Il y aurait donc, chez les Parisiens, un mal à soigner de ce côté-là. Résulte-t-il du fait de ne pas être habitué à des matches aussi rythmés en Ligue 1, où le PSG peut souvent gérer son avance sans paniquer, ou bien d'une tendance au fléchissement mental? Thomas Tuchel devra trouver la solution. Sinon, à San Paolo, il se peut que le dernier quart d’heure soit encore navrant pour les supporters de la capitale.

 


[1] Afin d’inclure les buts tardifs, ceux inscrits en prolongations sont également comptabilisés – ce n'est cependant le cas que d'un seul concernant le PSG (contre Chelsea, en 2015).

Partager

> déconnerie

Les mots du mercato

> sur le même thème

Ben Arfa, l'art de la renaissance

Le jeu, les joueurs, les entraîneurs


Christophe Zemmour
2020-06-30

Totti 2000, le grand numéro

[rétro Euro 2000 • 4/5] Il y a vingt ans, le jeune Francesco Totti réalisait son meilleur tournoi sous le maillot de la sélection italienne. 


Richard N
2020-06-23

Figo 2000, un ballon en or

[rétro Euro 2000 • 3/5] Un jour, un but – Le 12 juin 2000, Luis Figo décoche une frappe limpide qui remet le Portugal dans le bon sens. 


Christophe Zemmour
2020-06-22

Toldo 2000, un Euro pour la vie

[rétro Euro 2000 • 2/5] L’Euro 2000 révèle un gardien méconnu, titulaire de dernière minute dans les cages italiennes. Francesco Toldo deviendra un héros à l’italienne. 


>> tous les épisodes du thème "Le jeu, les joueurs, les entraîneurs"

Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)