auteur
Jamel Attal

Du même auteur

> article suivant

Les demoiselles de Reims

> article précédent

Les mauvaises habitudes de Guy Roux

Publicité virtuelle furtive

La pollution publicitaire devient clandestine avec les nouvelles technologies.
Partager
La prolifération publicitaire n'a plus de limites : les images virtuelles les font apparaître n'importe où et à n'importe quel moment, de préférence à notre insu. Il fallait avoir de bons yeux et s'ennuyer ferme pendant Lazio de Rome-Athletico Madrid (ce qui était logique au vu du match) pour remarquer que l'écran était squatté par des incrustations clandestines. Sur certains plans larges, étrangement cadrés, une rangée de panneaux surdimensionnés affichaient le nom d'un fabricant d'électro-ménager, comme suspendus à la bordure du toit. Une anomalie optique attirait le regard : ces panneaux étaient nets, alors que leurs alentours "réels" étaient flous. Un dispositif similaire habillait les angles du terrain, la même marque étant judicieusement cadrée lors des corners, passant comiquement au travers d'un banc de policiers. Une enceinte comme le Stadio Olimpico oblige déjà les buteurs à effectuer un cinquante mètres haies par dessus trois rangées pour saluer leurs supporters, l'écran des matches de foot est déjà saturé des panneaux du stade et des incrustations de sponsors, mais on invente encore de nouveaux moyens de le barioler.

Le Français moyen va bientôt avoir plus de noms de marques que de mots à son vocabulaire, et le football ne ressemble parfois plus qu'à un gigantesque piège à audiences prêtes à subir le bombardement publicitaire. Si le spectateur était un tant soit peu représenté dans les instances sportives et médiatiques, il pourrait au moins exiger que les manipulations numériques de l'image soient explicitées par des avertissements clairs, à l'exemple des trucages du Vrai Journal de Karl Zéro (ou comme le maïs transgénique), et non passées en contrebande.

Partager
>> aucune réaction

Le bizness


2018-12-08

Les bénéfices de la Coupe du monde ruissellent (sur les gros clubs)

Une Balle dans le pied – La FIFA va distribuer 209 millions de dollars aux clubs ayant mis leurs joueurs à disposition des sélections, suivant l'éternel principe de l'enrichissement des plus riches.


Jérôme Latta
2018-11-05

Super Ligue, la fin du super bluff ?

Le chantage des clubs riches auprès de l'UEFA repose depuis vingt ans sur la menace d'une ligue privée. Le projet d'une "European Super League", révélé par les Football Leaks, semble plus concret que jamais. 


Jérôme Latta
2018-10-10

Cartons et course en tête, le grand "spectacle" des grosses équipes

Une Balle dans le pied – Entre porno SM et corrida, le grand show des 5-0, est-ce encore du sport? Et quand les clubs riches survolent de plus en plus leur championnat, quel spectacle reste-t-il?


>> tous les épisodes du thème "Le bizness"

Sur le fil

RT @GregoryBlachier: En exclu pour vous les abonnés, le titre de fin de match que vous ne verrez pas sur le site #NIGFRA https://t.co/ejPtz…

Faites-nous gagner des sous avec cette #@¡‰ de VAR, au moins. https://t.co/8dhUumRPOZ https://t.co/94x3XCksUK

"Sorry for this terrible varbitrage."

Les Cahiers sur Twitter