auteur
Richard N

 

Pionnier du foot sur le Web avec Kick'n'Rush, historien pour les Cahiers et Footichiste pour son compte.


Du même auteur

> article suivant

Retour de flamme

> article précédent

Éloge du pointu

Rensenbrink, le football presque total

Le Néerlandais Robby Rensenbrink était presque l’égal de Johan Cruyff. Presque champion du monde, il emmena presque son club d’Anderlecht sur le toit de l’Europe. 

Partager

 

Plus que n’importe quel autre footballeur, Robby Rensenbrink est bien placé pour savoir que la différence entre un grand joueur et une légende du foot tient à l’épaisseur d’un poteau.

 

Pays-Bas et Argentine sont toujours à égalité (1-1) dans les dernières secondes du temps réglementaire de la finale de la Coupe du Monde 1978. Robby Rensenbrink est à la réception d’une ouverture de Johan Neeskens dans la surface argentine.

 

 


photo cc Rob Mieremet / Anefo

 

J’me voyais déjà

L’attaquant néerlandais se joue de Tarantini et mystifie Fillol d’un coup de patte subtil. Le ballon roule vers le but. Robby Rensenbrink est sur le point d’entrer dans la légende.

 

Les Pays-Bas s’imposent 2-1 face à l’Argentine et sont sacrés champions du monde. Robby Rensenbrink termine meilleur buteur du tournoi (6 buts) et décroche aussi le titre de meilleur joueur.

 

En fin d’année, il reçoit logiquement le Ballon d’Or loin devant Kevin Keegan et Hans Krankl. Il écoute à peine le courroux de Johan Cruyff, éjecté de son piédestal et balançant quelques piques amères aux rares qui s’efforcent de l’écouter encore…

 

Mais, voilà, au Stade Monumental, le ballon heurte le poteau d’Ubaldo Fillol et la défense argentine dégage en catastrophe, tout heureuse d’arracher la prolongation. Durant celle-ci, l’Argentine inscrit deux buts et s’impose finalement 3-1.

 

Robby Rensenbrink restera un très grand joueur, sans doute le meilleur de ce Mundial argentin, mais il ne fera jamais d’ombre à Johan Cruyff [1].

 

 

 

 


Robby l’exception

Aux Pays-Bas, Robert Peters Rensenbrink est un joueur à part. Bien que natif d’Amsterdam, il n'a jamais joué à l’Ajax. Après avoir débuté à l’âge de dix-huit ans au DWS Amsterdam, il rejoint la Belgique dès 1969 en signant au Club Bruges. Deux ans plus tard, on le retrouve à Anderlecht où il fera l’essentiel de sa carrière.

 

Rob Rensenbrink ressemblait à s’y méprendre à Johan Cruyff. Même gabarit, même allure, il avait le goût du dribble et de la passe juste, et inscrivait de nombreux buts. Pour égaler le capitaine orange, il ne lui manquait qu’un mental de gagneur et le goût du commandement.

 

C’est pourquoi, dit-on, il avait choisi de faire carrière dans le championnat belge, moins exigeant a priori que son homologue batave.

 

Chouchou de Constant Van Den Stock, le président d’Anderlecht, Rensenbrink y joua à son rythme, avec un peu de suffisance parfois. On dit qu’il choisissait ses matches, mais cela suffisait au bonheur des supporters bruxellois.

 


Goleador en C2

Car Robby Rensenbrink est l’un des principaux acteurs de l’âge d’or européen du RSCA. En 1976, Anderlecht est le premier club belge à remporter un trophée européen, la Coupe des vainqueurs de coupes. Il dispute même trois finales consécutives pour en remporter deux.

 

La première se dispute au Heysel, c’est-à-dire quasiment à domicile. Rensenbrink inscrit deux buts et Anderlecht s’impose 4-2 contre West Ham United.

 

Deux ans plus tard c’est au Parc des Princes que Rensenbrink réalise un nouveau doublé, assommant l’Austria Vienne (4-0). Avec 25 buts, il demeure pour l’éternité le meilleur buteur de l’histoire de la C2.

 

En équipe nationale, Rob Rensenbrink a mis du temps à trouver sa place – et pour cause, elle était occupée par Johan Cruyff. En outre, n’étant pas issu de l’Ajax ou Feyenoord, il ne maîtrisait pas l’exigence du football total autant que ses coéquipiers.

 

Il est toutefois sélectionné pour la Coupe du Monde 1974 et régulièrement aligné par Rinus Michels. Même en finale, alors qu’il s’est blessé lors de la rencontre qualificative contre le Brésil. Mal remis, il devra sortir à la mi-temps.

 

 


Rob Rensenbrink et Johnny Rep lors de la Coupe du monde 1974. Photo Spaarnestad

 

Maître des penalties

Quatre ans plus tard, Cruyff ne dispute pas le tournoi argentin, lui laissant le champ libre. Il ne manque pas l’occasion de démontrer ses qualités, dans une sélection néerlandaise quelque peu en deçà de sa devancière, mais tout aussi capable d’atteindre la finale.

 

Un autre point distingue Robbie Rensenbrink: il aimait tirer les penalties, une discipline que rejetait un grand nombre de compatriotes, notamment Johan Cruyff. Rensenbrink n’en a raté que deux au cours de sa carrière.

 

Sur les pelouses d’Argentine, il a inscrit quatre de ses cinq réalisations dans cet exercice. Celui contre l’Écosse fut le millième but de l’histoire de la Coupe du monde.

 

Le poteau d’Ubaldo Fillol a scellé le destin de Robbie Rensenbrink. Régulièrement élu meilleur joueur de l’histoire d’Anderlecht, et même meilleur étranger de l’histoire du championnat belge, il est décédé le 25 janvier 2020.


 

 

[1]  Ironie de l'histoire: au lendemain de la mort de Cruyff, le Guardian publiera par erreur une photo de son compatriote.

 

Partager

> sur le même thème

Éloge du pointu

> du même auteur

Les demoiselles de Reims

Le jeu, les joueurs, les entraîneurs


Stéphane Pinguet
2020-02-05

Mandzukic off

Seul buteur contre son camp dans l'histoire des finales de Coupe du monde, Mario Mandzukic a illustré, ce jour-là, l'art de se relever. 


Gilles Juan
2020-01-21

Éloge du pointu

Le plus médiocre des footballeurs a un point commun avec le plus grand technicien: le pointu. Décryptage d'un geste illustré par Federico Chiesa ce week-end. 


Stéphane Pinguet et Pierre Martini
2020-01-10

Roger Courtois, buteur d'époques

Plus présent dans les palmarès que dans les mémoires, l'avant-centre Franco-Suisse Roger Courtois a marqué le FC Sochaux et traversé des époques agitées. 


>> tous les épisodes du thème "Le jeu, les joueurs, les entraîneurs"

Le forum

CdF Omnisport

aujourd'hui à 01h36 - ricardo quaresmoi : En effet il n y a pas de comparaison. La formulation de mon ressenti n'est peut être pas la... >>


L'empire d'essence

aujourd'hui à 01h10 - Run : 20 tours, reporte a demain. Donald devait etre ravi. >>


Café : "Au petit Marseillais"

aujourd'hui à 00h45 - PCarnehan : Habile placement de Lyon, entre Brest et Metz, dans ta liste des équipes de fin de tableaux. Tacle... >>


Etoiles et toiles

aujourd'hui à 00h41 - Mevatlav Ekraspeck : Et je découvre que Georges Beller eut un petit rôle dans un James Bond...Vous pouvez continuer... >>


Gerland à la détente

aujourd'hui à 00h10 - le Bleu : Il n'a pas complètement tort, les équipes qui ont beaucoup joué en janvier souffrent aussi en... >>


Foot et politique

aujourd'hui à 00h09 - Tonton Danijel : Au fait, vous avez aimé Joachim Son-Forget ? Vous allez adorer Agnès Cerighelli ! >>


CDF sound system

16/02/2020 à 23h12 - diabaté vous, que diable ! : Vu au Havre en concert, sur une petite scène en extérieur, pour la fête de la mer, pieds nus et... >>


Le fil de butte avec ses potes en croco

16/02/2020 à 22h59 - Mama, Rama & Papa Yade : On avait dit pas les mères et pas les habits. Bon tant pis, votre truc slim fit vermillion avec... >>


La L1, saison 2019/2020

16/02/2020 à 22h25 - Flo Riant Sans Son : Bien sûr, pour aller garnir un banc et jouer 1h par mois... >>


Festival de CAN

16/02/2020 à 21h46 - suppdebastille : J'ai eu la curiosité de chercher quel était le parcours de ce jeune camerounais Onana qui débute... >>


Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)