auteur
Richard N

 

Pionnier du foot sur le Web avec Kick'n'Rush, historien pour les Cahiers et Footichiste pour son compte.


Du même auteur

> article suivant

La place de San Marco

> article précédent

Éloge du pointu

Rensenbrink, le football presque total

Le Néerlandais Robby Rensenbrink était presque l’égal de Johan Cruyff. Presque champion du monde, il emmena presque son club d’Anderlecht sur le toit de l’Europe. 

Partager

 

Plus que n’importe quel autre footballeur, Robby Rensenbrink est bien placé pour savoir que la différence entre un grand joueur et une légende du foot tient à l’épaisseur d’un poteau.

 

Pays-Bas et Argentine sont toujours à égalité (1-1) dans les dernières secondes du temps réglementaire de la finale de la Coupe du Monde 1978. Robby Rensenbrink est à la réception d’une ouverture de Johan Neeskens dans la surface argentine.

 

 


photo cc Rob Mieremet / Anefo

 

J’me voyais déjà

L’attaquant néerlandais se joue de Tarantini et mystifie Fillol d’un coup de patte subtil. Le ballon roule vers le but. Robby Rensenbrink est sur le point d’entrer dans la légende.

 

Les Pays-Bas s’imposent 2-1 face à l’Argentine et sont sacrés champions du monde. Robby Rensenbrink termine meilleur buteur du tournoi (6 buts) et décroche aussi le titre de meilleur joueur.

 

En fin d’année, il reçoit logiquement le Ballon d’Or loin devant Kevin Keegan et Hans Krankl. Il écoute à peine le courroux de Johan Cruyff, éjecté de son piédestal et balançant quelques piques amères aux rares qui s’efforcent de l’écouter encore…

 

Mais, voilà, au Stade Monumental, le ballon heurte le poteau d’Ubaldo Fillol et la défense argentine dégage en catastrophe, tout heureuse d’arracher la prolongation. Durant celle-ci, l’Argentine inscrit deux buts et s’impose finalement 3-1.

 

Robby Rensenbrink restera un très grand joueur, sans doute le meilleur de ce Mundial argentin, mais il ne fera jamais d’ombre à Johan Cruyff [1].

 

 

 

 


Robby l’exception

Aux Pays-Bas, Robert Peters Rensenbrink est un joueur à part. Bien que natif d’Amsterdam, il n'a jamais joué à l’Ajax. Après avoir débuté à l’âge de dix-huit ans au DWS Amsterdam, il rejoint la Belgique dès 1969 en signant au Club Bruges. Deux ans plus tard, on le retrouve à Anderlecht où il fera l’essentiel de sa carrière.

 

Rob Rensenbrink ressemblait à s’y méprendre à Johan Cruyff. Même gabarit, même allure, il avait le goût du dribble et de la passe juste, et inscrivait de nombreux buts. Pour égaler le capitaine orange, il ne lui manquait qu’un mental de gagneur et le goût du commandement.

 

C’est pourquoi, dit-on, il avait choisi de faire carrière dans le championnat belge, moins exigeant a priori que son homologue batave.

 

Chouchou de Constant Van Den Stock, le président d’Anderlecht, Rensenbrink y joua à son rythme, avec un peu de suffisance parfois. On dit qu’il choisissait ses matches, mais cela suffisait au bonheur des supporters bruxellois.

 


Goleador en C2

Car Robby Rensenbrink est l’un des principaux acteurs de l’âge d’or européen du RSCA. En 1976, Anderlecht est le premier club belge à remporter un trophée européen, la Coupe des vainqueurs de coupes. Il dispute même trois finales consécutives pour en remporter deux.

 

La première se dispute au Heysel, c’est-à-dire quasiment à domicile. Rensenbrink inscrit deux buts et Anderlecht s’impose 4-2 contre West Ham United.

 

Deux ans plus tard c’est au Parc des Princes que Rensenbrink réalise un nouveau doublé, assommant l’Austria Vienne (4-0). Avec 25 buts, il demeure pour l’éternité le meilleur buteur de l’histoire de la C2.

 

En équipe nationale, Rob Rensenbrink a mis du temps à trouver sa place – et pour cause, elle était occupée par Johan Cruyff. En outre, n’étant pas issu de l’Ajax ou Feyenoord, il ne maîtrisait pas l’exigence du football total autant que ses coéquipiers.

 

Il est toutefois sélectionné pour la Coupe du Monde 1974 et régulièrement aligné par Rinus Michels. Même en finale, alors qu’il s’est blessé lors de la rencontre qualificative contre le Brésil. Mal remis, il devra sortir à la mi-temps.

 

 


Rob Rensenbrink et Johnny Rep lors de la Coupe du monde 1974. Photo Spaarnestad

 

Maître des penalties

Quatre ans plus tard, Cruyff ne dispute pas le tournoi argentin, lui laissant le champ libre. Il ne manque pas l’occasion de démontrer ses qualités, dans une sélection néerlandaise quelque peu en deçà de sa devancière, mais tout aussi capable d’atteindre la finale.

 

Un autre point distingue Robbie Rensenbrink: il aimait tirer les penalties, une discipline que rejetait un grand nombre de compatriotes, notamment Johan Cruyff. Rensenbrink n’en a raté que deux au cours de sa carrière.

 

Sur les pelouses d’Argentine, il a inscrit quatre de ses cinq réalisations dans cet exercice. Celui contre l’Écosse fut le millième but de l’histoire de la Coupe du monde.

 

Le poteau d’Ubaldo Fillol a scellé le destin de Robbie Rensenbrink. Régulièrement élu meilleur joueur de l’histoire d’Anderlecht, et même meilleur étranger de l’histoire du championnat belge, il est décédé le 25 janvier 2020.


 

 

[1]  Ironie de l'histoire: au lendemain de la mort de Cruyff, le Guardian publiera par erreur une photo de son compatriote.

 

Partager

> sur le même thème

Éloge du pointu

> du même auteur

La double vie du Bohemka

Le jeu, les joueurs, les entraîneurs


Christophe Zemmour
2020-03-31

La place de San Marco

Il y a presque vingt-cinq ans, Marco van Basten mettait, à contrecœur, un terme à une carrière qui en fit un des plus grands avant-centres de l'histoire.


Richard N
2020-03-26

Michel Hidalgo, un regard bleu

Michel Hidalgo a apporté au foot français son premier titre, le championnat d’Europe 1984, mais aussi un style de jeu et une audace entrés dans la légende. 


Christophe Kuchly
2020-03-20

Le football entre données et instinct

Bibliothèque – Les ouvrages Big Data Foot et Gagner c’est si simple offrent deux visions du jeu, entre rationalisation extrême et feeling difficile à expliquer.


>> tous les épisodes du thème "Le jeu, les joueurs, les entraîneurs"

Le forum

Et PAF, dans la lucarne !

aujourd'hui à 03h50 - Run : Viens de finir l'ep. 2. Le 1 est assez teanquille, on sait pas trop ou ca va. Mais des le 2, c'est... >>


Le fil dont vous êtes le héros

aujourd'hui à 03h24 - khwezi : Ahah. Suis tout excité. 3h22 du matin, je viens de gagner ma première partie contre l’ordi.... >>


Aimons la Science

aujourd'hui à 01h09 - Gérard Scolaire : Tonton Danijel03/04/2020 à 23h22A propos de citations attribuées à tort, il me semblait avoir lu... >>


Foot et politique

aujourd'hui à 00h46 - Mevatlav Ekraspeck : C’est la seule hypothèse crédible. >>


Feuilles de match et feuilles de maîtres

aujourd'hui à 00h18 - Milan de solitude : Excellent article. Merci. >>


Toujours Bleus

aujourd'hui à 00h08 - leo : LLBB197503/04/2020 à 22h54Je suis en train de mater la finale de l'euro 84.Je suis étonné du... >>


Qui veut gagner des quignons ?

aujourd'hui à 00h02 - L'amour Durix : Josip R.O.G.aujourd'hui à 23h31Ça fait dix minutes que je tâtonnais avec un nom corseJ'hésitais... >>


CDF sound system

03/04/2020 à 23h09 - Tonton Danijel : 2Bal 2Nainggolanaujourd'hui à 18h57Bill Withers nous a quitté...leoaujourd'hui à 19h04Un peu... >>


Libertadores / foot sud-américain

03/04/2020 à 22h57 - Mon dragon s appelle Faryd : Effectivement, merci cachaco. Je continue à suivre les nouvelles sur les sites brésiliens mais tu... >>


Gerland à la détente

03/04/2020 à 22h40 - Gazier : Merci Canal, ce but de Dembélé à GG à la dernière minute, c'est bien sympa. >>


Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)