auteur
Richard N

 

Pionnier du foot sur le Web avec Kick'n'Rush, historien pour les Cahiers et Footichiste pour son compte.


Du même auteur

> article suivant

Revue de stress #171

> article suivant

L'invention du consultant

> article précédent

La Gazette de la L1 : 31e journée

Rep 1973, l’étoile rouge de l’Ajax

Un jour un but – Le 30 mai 1973 à Belgrade, le jeune Johnny Rep marque contre la Juventus le seul but d’une finale qui donne à un Ajax tout de rouge vêtu sa troisième Coupe des champions consécutive.

Partager

 

Horst Blankenburg, positionné en ailier gauche, donne à Johan Neeskens. L’international néerlandais cherche un partenaire démarqué, tergiverse quelque peu et revient vers Blankenburg. L’Allemand de l’Ajax est plus entreprenant. Il s’avance, scrute la surface, et voit l’appel de Johnny Rep.

 

Il envoie un long centre, qui survole une demi-douzaine de joueurs. Une tête s’élève au-dessus des autres, celle de Johnny Rep, qui reprend le ballon. Dino Zoff, mal positionné sur sa ligne, est surpris. Il se détend, tente de capter le cuir mais ne peut rien faire d’autre que l’accompagner au fond des filets.

 

 

Et Johnny Rep demande le ballon

La dix-huitième finale de la Coupe des champions européens n’a débuté que depuis cinq minutes et déjà les 91.564 spectateurs du Stadion Crvena Zvezda ont compris que l’Ajax, tout de rouge vêtu, va conserver le trophée une année de plus. La Juventus, qui dispute sa première finale européenne, semble trop tendre pour empêcher les double tenants du titre de confirmer les pronostics.

 

 

On la verra bien tenter quelques offensives mais l’Ajax maitrisera globalement la rencontre sans forcer son talent. Sans même inscrire d’ailleurs un deuxième but qui aurait permis de réaliser le même score que celui des deux précédentes finales, remportées contre Panathinaikos et l’Inter Milan.

 

Après son fabuleux triplé de 1972 (Coupe des champions, championnat de Hollande, Coupe des Pays Bas) que seul le Celtic, en 1967, avait réussi avant lui, l’Ajax a poursuivi sa mainmise sur le football européen au cours de la saison en remportant la Supercoupe d’Europe contre les Rangers puis la Coupe Intercontinentale contre les Argentins d’Independiente. En mars, les partenaires de Johan Cruyff ont infligé, en quart de finale de la Coupe des champions, un énorme 4-0 contre le plus sérieux prétendant à sa succession, le Bayern Munich.

 

 

Et Johnny Rep a les cheveux blonds

Johnny Rep s’est fait une place dans l’attaque des Lanciers d’Amsterdam, suppléant peu à peu le mythique Sjaark Swart, qui met fin à une longue carrière entièrement vouée à l’Ajax. Absent des deux premières finales, Johnny Rep marque d’entrée ce 30 mai 1973 et s’impose comme la nouvelle étoile du club, une étoile rouge sur la pelouse de Belgrade. Il a honoré quelques jours plus tôt sa première sélection au sein des Oranjes et même marqué un but lors d’un match amical contre l’Espagne.

 

Cestmír Vycpálek, l'entraîneur tchèque de la Juventus, qualifiera de “stupide” le but encaissé par son équipe, accablant par la même occasion son gardien Dino Zoff, qu’il a fait venir de Naples en début de saison. Ce dernier s’en remettra, et son erreur de jugement ne l’empêchera pas de terminer six mois plus tard deuxième du classement du Ballon d’Or, derrière l’intouchable Cruyff.

 

 

Et Johnny Rep a marqué, c’est bon

On imagine bien l’Ajax poursuivre sa série, remporter quelques trophées supplémentaires et supplanter le Real Madrid et ses cinq Coupes des champions consécutives. Mais cette finale de Belgrade représente pourtant la fin d’un cycle. La Fédération espagnole de football a annoncé qu’elle allait de nouveau ouvrir ses frontières aux joueurs étrangers, et déjà les joueurs de l’Ajax sont dans le viseur des richissimes clubs de la Liga.

 

 

Johan Cruyff partira pour le FC Barcelone cinq mois après Belgrade, et sera rejoint la saison suivante par Johan Neeskens. Johnny Rep attendra 1975 pour céder aux sirènes espagnoles du FC Valence, où il restera deux saisons. Annoncé au Real Madrid, on le retrouvera finalement à… Bastia pour l’extraordinaire épopée de 1978 en Coupe de l’UEFA. Il signera ensuite à l’AS Saint-Étienne aux côtés de Michel Platini, le temps de remporter un championnat de France, d’inscrire onze buts en Coupe d’Europe et d’inspirer le jeune Mickaël Furnon.

 

Partager

> sur le même thème

United-Barca 1991, la marque Hughes

> du même auteur

Blanc 1998, le but en Nord

> Dossier

Histoire FC

Un jour, un but


Richard N
2019-04-08

Villa 1981, un goleador à Wembley

Un jour, un but – Le 14 mai 1981, l’Argentin Ricardo Villa signe le plus beau but de l’histoire du vieux stade de Wembley à l’occasion d’une finale de FA Cup, la centième, qui oppose Manchester City à Tottenham Hotspur.


Christophe Zemmour
2018-07-14

Petit 1998, millénaire nuit

Un jour, un but – Au bout de la Coupe du monde 1998, Emmanuel Petit traverse tout le terrain pour inscrire le dernier but de la compétition. Le millième de l’histoire d’une équipe de France qui décroche alors sa première étoile.


Richard N et Christophe Zemmour
2018-07-12

Zidane 1998, double Z au SDF

Un jour, un but – Le 12 juillet 1998 au stade de France, Zinédine Zidane marque deux fois le même but et assomme le Brésil. Le jour de gloire est arrivé.


>> tous les épisodes de la série "Un jour, un but"

Sur le fil

Votre exemplaire de la Revue de stress est disponible à l'accueil: https://t.co/NbNn2XhFbS https://t.co/PjWTd2lnl4

RT @RemiBelot: "On ne pourra jamais faire mieux que Van Halen pour une entrée des joueurs sur un terrain de foot. C'est le morceau parfait"…

RT @kivolanov: Petit thread sur les disques sortis sur l'O.M ( ou par des joueurs évoluant au club).

Les Cahiers sur Twitter

Les brèves

Bjeurk

"Un maillot collector contre l'Islande." (lequipe.fr)

Décision de Lacour Martial

"La justice refuse le prénom Griezmann Mbappé." (lequipe.fr)

Gastrique Bertrand

"Comment le PSG a digéré ses éliminations." (lequipe.fr)

Flop chef

“L1-Gourvennec : ‘On n’a pas mis les ingrédients’.” (l’équipe.fr)

Ravons plus grand

“De l’ecstasy dans le drapeau du PSG.” (ouest-france.fr)