> déconnerie

Fermez le banc

> article précédent

Petit chimiste

Retour vers le futur

Partager
Déjà un France-Brésil en Coupe du monde, ça sentait le revival de 98. Mais quand j’ai vu la façon dont se déroulait le match, j’ai senti qu’il y avait un peu plus que ça encore: retrouver Zidane à ce niveau, après l’avoir vu échapper de peu à la syncope à la fin du match contre la Suisse, ça avait quelque chose d’irréel. J’ai compris en apercevant Aimé Jacquet et Didier Deschamps: Doc et Marty McFly étaient dans les gradins. Pendant une heure et demie, nous avons vécu dans une faille spatio-temporelle. À la fin du match, on a quand même tremblé: Biff Tannen a obtenu un coup franc à l’entrée de la surface, mais le ballon a fini dans les tribunes.

Dans la zone mixte après la rencontre, j’ai encore eu l’impression d’évoluer dans un monde parallèle: David Astorga m’a posé une question intelligente, Pascal Praud m’a demandé un autographe "pour sa fille", et j’ai même vu un journaliste de L'Équipe me sourire. Enfin c’est ce que j’ai cru jusqu’à ce que je réalise que c’était Jérôme Bureau, qui n’est plus à L'Équipe, et qui se foutait de la gueule de Vincent Duluc, qui y est toujours et se dirige lui aussi vers un mea-culpa public. Je vais bien dormir, moi, ce soir.

Partager
>> aucune réaction

Blog de Raymond, 1ère partie: 2006


2006-07-10

Épilogue


2006-07-09

Tombés de l'Olympe


2006-07-08

La veille du grand soir


>> tous les épisodes du thème "Blog de Raymond, 1ère partie: 2006"

Sur le fil

Podcast : l’OM, droit au flop (stratégique ?) - https://t.co/t34aOuM8MT via @Julien_Pillot

RT @lemonde_sport: Coupe du monde de football 2019 : un festival de films pour casser les préjugés https://t.co/wiZNL0mR7F

RT @LaurentFavre: Un supporter peut classer sans erreur les suffixes patronymiques suédois, norvégiens, finlandais, islandais, lituaniens.…

Les Cahiers sur Twitter