auteur
Gilles Juan

 

Footballeur du dimanche et philosophe de comptoir. @Gilles_Juan


Du même auteur

> article suivant

Shankly, une utopie socialiste

> article précédent

Jeu rapide et but lointain

> article précédent

Le Spectacle

Cristiano, l'art du retournement

Le retourné anthologique réussi par Cristiano Ronaldo face à la Juventus mérite une exégèse. Il résume aussi le personnage: irritant mais irrésistible. 

Partager

 

J’ai mal au coeur à l’idée d’écrire ce qui va suivre. Bien sûr, je n’ai jamais contesté les qualités objectives de Cristiano Ronaldo: il est fort du droit, du gauche, de la tête, de près, de loin, il est technique, il est puissant, il est rapide. Mais j’ai toujours considéré qu’il y avait, dans ses gestes, y compris ses audaces techniques, quelque chose de très rigide, de trop tendu, de mécanique. Bien huilée sans doute, mais disgracieuse, du coup. Pas de naturel, pas de fluidité. Un militaire au foot.

 

Mais hier, il a mis le plus beau des retournés. Jugement hâtif? Subjectif? Et Papin, et Rooney, et Simba? J’ai moi aussi voulu me dire ça, hier. Mais à tête reposée, je sais qu’il faut prendre modèle sur la dignité des supporters de la Juve qui l’ont applaudi hier, et trouver les mots pour rationaliser ce que j’ai éprouvé hier sans oser me l’avouer complètement.

 

 

 

 

Plus haut et plus droit

Deux raisons amènent à tenter un retourné: le ballon est derrière (on est dos au but), le ballon est trop haut. Sur ce dernier point, Ronaldo semble avoir proposé un nouveau record qui va sans doute être mesuré avec une précision un peu pathétique. Mais le fait est qu’il est monté haut, le salaud.

 

Dans ces moments-là, les choses ont l’air un peu miraculeuses: le centre est arrivé à la vitesse parfaite (suffisamment vite pour que le geste ne soit pas discrédité par la facilité du temps de préparation / exécution), à l’endroit idéal, tellement haut qu’il fallait déployer toute sa longueur et toute sa détente, et pas trop haut non plus pour pouvoir taper fort, du cou de pied.

 

Trop de retournés sont un peu des ciseaux latéraux. Là non. le dos de Ronaldo est pratiquement parallèle au sol, ce qui donne au geste une sorte de pureté. C’est moins difficile de rester un peu sur le côté, c’est moins entier. On reste dans le contrôle de ce qu’on voit, on ne prend pas le risque d’oublier le sol, on tombe mieux. À l’envers comme Ronaldo, on donne tout pour le ballon.

 

 

Plus à l’opposé

Le retourné de Rooney, plus beau parce qu’il va chercher la lucarne opposée? Penser cela, ce n’est pas regarder ce qu’il faut. Sans doute la trajectoire de la frappe de Ronaldo est-elle plus anodine, mais la singularité du retourné de Ronaldo ne concerne pas là où va le ballon, mais là d’où il vient. Ronaldo reprend un centre en retrait – regardez les compilations, c’est très rare. Il a dû aller chercher un ballon qui partait à l’opposé des cages, pour lui redonner une course dans le bon angle, vers les filets.

 

La plupart des retournés sont exécutés avec des centres qui viennent d’un joueur placé derrière le repreneur; ce dernier ne fait guère plus, en termes d’angle, qu’un flipper: il fait rebondir le ballon, en quelque sorte, ajustant à peu près un angle plus facile à trouver parce qu’il est ouvert à lui. Rooney avait vue sur le centreur et la cage; il a pivoté acrobatiquement pour faire réorienter, presque comme un rebond, la trajectoire du ballon. C’est très bien, déjà.

 

Ronaldo, c’est autre chose. Un retourné sur centre en retrait exige de renverser radicalement, de plier, de tordre, la trajectoire du ballon qui partait à l’envers. C’est plus difficile, donc c’est plus beau. Le retourné de Rivaldo, après un amorti sur un centre qui vient de derrière, a l’air bien simpliste à côté; il n’y a plus de recherche d’angle, c’est tout droit.

 

 

 

 

Plus Cristiano

Il fallait sans doute être bien gainé, pour réaliser cela. Avoir exécuté le geste mille fois à l’entraînement. Nourri ardemment le désir qu’un jour, en match, une telle passe arrive. C’est le secret de Ronaldo: l’abnégation, le narcissisme. Et c’est arrivé. Mais le moment de grâce passé, Ronaldo est redevenu lui-même. Il a célébré comme il sait faire: en donnant l’impression de montrer non pas qu’il est content, mais qu’il est très musclé. Quelle vulgarité ce type.

 

Il a dû être surpris de voir le public l’applaudir, lui si habitué à se complaire dans la faculté d’énerver l’adversaire. On dirait que ça l’a touché. Il a eu un geste simple, un geste modeste, qui ne lui ressemble pas, il a levé son pouce. Je suis triste que ce soit lui qui ait mis ce but, mais je dois faire pareil.
 

 

LIRE AUSSI
Cristiano Ronaldo, le dribbleur devenu tueur
Cristiano Ronaldo, le Dorian Gray du football

Partager

> déconnerie

Tabloïd, numéro 1

> du même auteur

Flat football féminin ?

Le jeu, les joueurs, les entraîneurs


Stéphane Pinguet
2021-01-20

Lettre ouverte à… Franck Ribéry

Avec le temps s'effacent les mauvais souvenirs. Alors vient le temps, parfois dans les derniers moments, de mesurer toute la tendresse qui nous unit. 


Christophe Zemmour
2021-01-18

Shankly, une utopie socialiste

Bill Shankly, entraîneur et auteur d'aphorismes aussi légendaires que lui, a défendu une vision humaine du football, qu'il a concrétisée à Liverpool. 


Jérôme Latta
2020-12-14

La technique de Neymar provoque-t-elle ses blessures ?

Minichro – Les blessures de Neymar ont tellement pris le caractère d'une fatalité qu'on est tenté de les expliquer par son style de jeu. Doit-il, peut-il le changer? 


>> tous les épisodes du thème "Le jeu, les joueurs, les entraîneurs"

Le forum

Les jaunes, héros zen

aujourd'hui à 03h00 - Le Meilleur est le Pires : Genesio se dit prêt à entraîner un autre club français.Je dis ça, je dis rien. J'ai juste... >>


Café : "Au petit Marseillais"

aujourd'hui à 02h28 - Lucho Gonzealaise : L'anglais est très approximatif et le texte semble avoir été écrit par un mec qui a eu des... >>


Scapulaire conditionné

aujourd'hui à 00h50 - rivaldo maccione : Au quartier, pour nous autres de l'entrée C, c'était ceux d'en face de l'entrée A. On leur... >>


Foot et politique

aujourd'hui à 00h43 - lemon : Alors en cherchant si quelqu'un avait fait le boulot avant moi, je suis parti en quête d'une... >>


Le fil dont vous êtes le héros

aujourd'hui à 00h38 - Label Deschamps : C'est un exercice très intéressant de commenter, ce n'est pas facile du tout, surtout si l'on ne... >>


Gerland à la détente

aujourd'hui à 00h21 - Deuzès Troiza : On a croqué, on a croqué, c’est vite dit. On cadre plus de la moitié de nos 18 tirs, mais... >>


Aimons la Science

25/01/2021 à 23h50 - rockitrOM : tu le sous-entends bien: option b, mais on espère que cela influe sur ta proposition a (et je ne... >>


CdF Omnisport

25/01/2021 à 23h48 - kelly : Je découvre à l'instant que Tom Dumoulin a annoncé ce we mettre sa carrière en pause. Il... >>


In barry we trust

25/01/2021 à 23h48 - Run : C'est parce qu'il mange bien. Aucun merite. >>


Dans le haut du panier

25/01/2021 à 23h14 - DansonsLaBostella : Mazette, 0 steal pour les Nets contre Miami ca doit etre du rarement vu (aucune idée de comment le... >>


Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)