> article suivant

Trente-cinq

> article précédent

Kevin Kohler, épisode 4

> article précédent

Mercatographie : France

Roumanie-France: les gars

Largement remanié au retour de l'Albanie, le 11 français n'a pas réinventé son identité de jeu ni bouleversé la hiérarchie au sein du groupe.
Partager
Dans son habit de bagnard à rayures, Lloris ne s'est pas pris les pieds dans son boulet: il a fait le bon choix de trajectoire sur le premier coup franc dangereux, et a su reculer pour volleyer en corner le second. Hormis une bonne sortie aérienne (87e), il est resté spectateur le reste du temps, bien qu'il fut Hugo sans chaise. Un peu pâlot en cette fin d'été, on ne peut pas l'appeler Hugo le hâle.

rou_fra_gars.jpg

Il faut aimer Rami, parce qu'il y a toujours du spectacle et de l'imprévu avec lui. Il place (assez mal) deux tirs lointains, nous fait une Apollo (13 ou Creed, on ne sait pas bien) avec un décrochage d'attention sur une simple touche (58e), mais gagne presque tous ses duels aériens et stoppe Tanase par simple imposition des mains (11e). Accusé d'une faute de marquage sur l'occasion de la 5e par Jean-Marc Ferreri, mais on ne va quand même pas accorder du crédit à Jean-Marc Ferreri.

Beaucoup plus sobre, bien placé (Alain Marleix le qualifiera-t-il de Coréen national?), Abidal a bien couvert le couloir gauche quand il l'a fallu, et intervient très justement devant Nicolita (64e) et Marica (68e). En dépit de la présence de Jean-Michel Larqué, il ne s'est pas troué, la pelouse l'étant probablement assez comme ça.

Évra a bien eu quelques absences devant Nicolita ("Où es-tu quand tu es dans mes bras?"), mais il a bataillé comme l'imposait le match et a poussé quelques actions sur son aile. Victime d'un très vilain tacle qui a décollé quarante centimètres carrés de pelouse et sa malléole, il aurait été difficile à remplacer: il n'y avait pas d'arrière gauche sur le banc.

On va encore dire que Sagna a raté ses centres, mais il est à deux doigts de trouver Benzema (60e) et sert bien Ribéry (67e). Lobé sur un centre qui aurait pu coûter cher, il neutralise Stancu sur un autre a priori plus dangereux (77e), et obtient plusieurs corners. Pas de quoi lui tresser des louanges, pas de quoi l'accabler non plus.


Porter des poignets blancs vaut à M'vila d'être facilement reconnu sur le terrain, mais cela a aussi signalé une embarrassante quantité de mauvaises passes. Elles ne doivent toutefois pas faire oublier le nombre de ballons raclés entre les mottes, et une volonté de se porter vers l'avant – même si le Rennais a rarement trouvé la bonne longueur.

À sa gauche, Cabaye a joué des crampons pour faire place nette, et s'il a travaillé plus que Diarra, il n'a pas gagné beaucoup plus en dépit de quelques gestes techniques plaisants et d'une ouverture un peu longue pour Benzema (24e). Au moins s'est-il défoulé en adressant une patate qui n'a pas détonné sur le champ roumain, mais qui n'a pas accroché le cadre – dommage pour une cheville ouvrière (63e).


Martin a essayé de jouer simple, mais cela a été compliqué. Pris dans la nasse, il n'a pas réussi à se dégager ni à alerter Benzema, et ne s'est pas rattrapé sur les coups de pied arrêtés. Un problème de hausse certainement, puisque son seul coup franc réussi a trouvé...la tête de Valbuena.

Il aurait dû se sentir à la maison en Transylvanie, et il avait les crocs, mais Ribéry a eu du mal à sortir de sa boîte. A le voir creuser son sillon à gauche, on s'est demandé s'il sortirait un jour de l'ornière. Batailleur, il a quand même eu le mérite de bien combiner avec Benzema, et de se procurer la meilleure occasion en talonnant le ballon pour lui-même avant de croiser trop son tir (67e).

Le boulevard libéré par la mise à l'écart de Malouda s'est avéré trop encombré pour que Valbuena, décevant, s'y exprime: une tête au-dessus (10e), un centre dangereux (41e), c'est à peu près tout pour le Marseillais, qui avait pourtant brillé la saison passée à ce poste.


Benzema a beaucoup appelé le ballon, qui lui a rarement répondu. La faute à un manque criant de précision de la part de ses partenaires. Une tête et une frappe largement hors cadre, mais une réelle contribution à l'animation offensive et quelques coups de pied arrêtés provoqués (surtout des corners). Un des meilleurs Bleus sur le terrain, malheureusement pas dans un registre d'avant-centre.


Nasri, appliqué mais sans influence, a effectué une rentrée scolaire. Rémy a eu le temps de conduire une belle action avec Benzema (82e) et de mettre une tête très au-dessus de la cage (84e).



Les autres gars

Composition : Tătăruşanu – Luchin, Goian, Chiriches, Raţ (cap.) – Bourceanu - Cocis, Lazar (Stancu, 43e), Tănase, Nicoliţă – Marica (Bucur, 90e+1).

rou_fra_gars2.jpg

Anton Ciprian Tătăruşanu s’est essentiellement contenté de ramasser les passes françaises trop longues, de tirer les six mètres et de se chauffer un peu en surgissant devant Ribéry (61e). Il s’est juste fait une frayeur sur un centre de Valbuena dont il juge mal la trajectoire (41e).

Des deux ailes roumaines, c’est la droite qui a été la plus sollicitée et la plus sexy. Avec un Srdjan Luchin souvent mis à contribution par Ribéry, mais la plupart du temps vigilant, rattrapant son retard au marquage et défendant proprement devant le munichois et Evra (6e, 12e, 19e, 25e, 64e). Avec Bănel Nicoliţă, on connait la musique: des coups de pied arrêtés très bien exécutés (dont deux coups francs qui inquiètent Lloris aux 5e et 28e minutes) et une générosité de tous les instants récompensée par un joli débordement devant Evra et Ribéry (65e).

Dorin Goian s’est surtout distingué en début de match, en étant dangereux sur coup franc (5e) et corner (8e). Son acolyte Vlad Chiriches a été plus efficace dans son travail défensif, se fendant de tacles maitrisés (15e, 53e, 83e), d’interventions judicieuses dans sa surface (36e, 49e) et de travaux de couverture de son latéral droit (52e). Presque constamment placé à quelques mètres devant eux, Alexandru Bourceanu a joué essentiellement en passes courtes, s’est montré accrocheur dans les duels, mais a surtout perdu un ballon très dangereux devant Cabaye (63e) et s’est fait aspirer dans le une-deux Ribéry. En fin de match, il est là pour tacler le milieu gauche français dans les six-mètres et aider Nicoliţă à défendre côté droit (89e).

Côté gauche, Răzvan Dincă Raţ n’a eu vraiment de travail défensif qu’à partir de l’heure de jeu, notamment devant Sagna (71e, 89e). Il a affiché peu de réussite dans ses frappes sur coup franc indirect (7e, 44e) et dans la relance, mis à part sur un joli changement d’aile pour Nicoliţă (62e). Devant lui a évolué un Cristian Tănase très discret et peu efficace dans le repli défensif.

Dans le même registre furtif, le milieu axial Răzvan Cocis s’est contenté de quelques fulgurances, essentiellement des récupérations dans les pieds des joueurs français (39e, 50e). Costin a voulu jouer au Laz(c)ar, en étant impliqué dans pratiquement toutes les fautes dures du début de match (3e, 7e, 11e, 27e, 39e), avant de se blesser… tout seul. Il est remplacé par Bogdan Sorin Stancu à la 43e, qui s’est montré gênant pour Rami (55e sur une relance et 58e sur une touche jouée sous l’œil inattentif du Valencien). Il ne cadre pas sa reprise sur le centre de Ciprian Marica (77e), inversant les rôles lors de ce remake de l’action de la 68e. L’actif et généreux attaquant de Schalke 04 a lutté dans les airs avec la charnière française, est venu récupérer des ballons (13e, 19e, 59e), a joué en remise et en retrait, a centré (48e, 77e) et a usé de jolis contrôles orientés (35e, 87e). Son suppléant, Gheorghe Bucur (90e+1), s’est pris les pieds dans le tapis à deux reprises sur son seul ballon.
Partager

> sur le même thème

Troumanie-France

> Dossier

Les Bleus

Les Bleus


Jérôme Latta
2019-05-22

Les absents donnent toujours tort (au sélectionneur)

Une Balle dans le pied – Si une liste des 23 suscitera toujours d’inévitables controverses, peut-être faut-il arrêter de croire que l’équipe de France est une méritocratie.

 


Philippe Rodier
2019-03-25

Antoine Griezmann, le triomphe de l’intelligence

C’est une vielle tradition française: pour remporter une grande compétition internationale, il faut d’abord un homme providentiel. En 2016, il s’agissait d’Antoine Griezmann, alors nouvelle coqueluche du public français. Qu’en est-il aujourd’hui?


2018-11-21

Sans peine mais pas sans péno

 L'équipe de France a dominé l'Uruguay dans un match agréable où elle s'est retrouvée, un peu tard. • l'édito • la nalyse • les gars


>> tous les épisodes du thème "Les Bleus"


Le forum

Gerland à la détente

aujourd'hui à 07h43 - Sens de la dérision : Ouais mais Juni il a dit qu'il aimerait bien que Benzema revienne terminer sa carrière entre... >>


Sondages idiots

aujourd'hui à 07h39 - Mama, Rama & Papa Yade : Une cagnotte pour qu’on accélère les chantiers de la prochaine coupe du monde et qu’on les... >>


Qui veut gagner des quignons ?

aujourd'hui à 07h14 - maDoudou Makhosa-Cisse : et en mode "tant qu'à en marquer peu, autant en marquer des symboliques" :Pochettino ou Jemmali à... >>


Go Mouest !

aujourd'hui à 07h11 - JeanBen : Cette obsession à vouloir copier le glorieux voisin, entre nous ça devient... >>


Le fil éclectique

aujourd'hui à 06h18 - Dan Lédan : Je ne vais pas t aider mais je voulais te remercier de m'avoir fait connaitre 3 nouveaux mots (à... >>


Foot et politique

aujourd'hui à 03h30 - Gone Going : [Bolivie]Quasiment 100% d'accord avec le message de cachaco.Effectivement Morales a très bien... >>


Pharmacie Football Club

aujourd'hui à 01h00 - Gouffran direct : Ya risque de burne out. >>


Manette football club

aujourd'hui à 00h48 - forezjohn : Mes enfants je viens de finir la saison 4 de the Walking Dead, si je ne devais dire qu'une chose... >>


Dans le haut du panier

aujourd'hui à 00h23 - Yul rit cramé : Je viens de regarder le cérémonie pour TP (Tony Parker pour les non initiés).Y'a pas à dire,... >>


Et PAF, dans la lucarne !

aujourd'hui à 00h08 - Jean-Huileux de Gluten : Pour le côté "explication de ce qui déborde", je ne l'ai pas ressenti. J'ai vraiment eu... >>


Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)