> article suivant

Incalifiés

> article précédent

Revue de stress #140

> article précédent

La Gazette de la L1 : 30e journée

Cafeteros et Thanatos

Après avoir régalé et pris un double avantage sur la Colombie, les Bleus sont passés aux aveux, et c'était des aveux de faiblesse. • Une défaite limpide • Les gars• Vu du forum. 

Partager

 

Rater totalement son match après l'avoir parfaitement réussi: l'équipe de France s'est spectaculairement gâchée la soirée, laissant une impression inquiétante alors qu'elle avait maîtrisé la rencontre durant une demi-heure.

 

Certes, elle avait eu 100% de réussite sur ses deux réelles occasions, et le 2-0 était flatteur. Mais la possession, l'agressivité et l'inspiration étaient bleues, si bien que l'attaque colombienne n'avait quasiment rien montré. Jusqu'à une réduction de l'écart plutôt heureuse (28e) dont on se demandera comment elle a pu être le tournant du match.

 

 

Même si Griezmann, en duel avec Ospina, a eu la balle du 3-1 (39e), le collectif avait donné des signes de faiblesse avant la pause. Il s'est disloqué à la reprise. La Colombie a très logiquement égalisé sur sa troisième occasion très nette en treize minutes, profitant du néant de son adversaire durant cette période.

 

Après avoir un peu repris l'initiative, les Tricolores subirent de nouveau la supériorité adverse. Ils réussissaient à peine à se mettre en situation de tir, pour manquer le cadre (tête de Varane sur corner, 66e, frappes de Pogba, 72e). La punition survint à la 85e minute, là encore avec une belle logique: un flanc droit pris de vitesse, une défense centrale qui se dégage mal et Umtiti à la faute.

 

L'ultime tentative de Kanté n'allait pas sauver les apparences, et la joie des Colombiens au coup de sifflet final indiquait à la fois l'enjeu et l'intensité qu'ils avaient placés dans ce match. Eux ont trouvé les ressources mentales et techniques pour se remettre d'une entame très mal négociée.

 

 

 

 


Une défaite limpide

En n'effectuant aucun changement avant la 66e minute, Didier Deschamps a indiqué qu'il accordait une valeur de test à la performance du onze de départ. Il a pu être déçu par sa subite perte d'ascendant, et il peut prendre la mesure des limites de l'animation quand les affaires se sont corsées.

 

Après avoir montré de belles choses quand le collectif maîtrisait, le quatuor offensif n'a plus réussi à jouer et il s'est montré particulièrement inefficace au pressing et à la récupération. Ragaillardis, les Colombiens ont fait parler leur aisance technique pour relancer et préparer des raids sur des ailes fragilisées ou appuyer sur des récupérateurs assignés à résidence.

 

 

 

 

Plus gênant, un net déficit d'enthousiasme, voire d'implication, a aussi pénalisé les Bleus en comparaison de leurs adversaires. Et alors que les changements leur permettent souvent de finir fort les matches, cette fois les entrées en jeu n'ont pas changé le rapport de forces.

 

La fatigue, la déconcentration peuvent bien être invoquées, la défaite limpide de vendredi soir résulte aussi bien de contre-performances individuelles que d'un échec tactique. Dans cette "dernière ligne droite avant la Coupe du monde", l'équipe de France s'est pris les pieds dans les starting-blocks. Contre la Russie, elle devra reprendre le fil là où elle l'a laissé après trente minutes de jeu, juste après avoir marqué au terme d'une action collective de toute beauté.

 

[LIRE AUSSI : LEMAR 26e: LA MERVEILLE COLLECTIVE DES BLEUS DÉCRYPTÉE]

 

 

 

 

 

Les gars

Lloris sera mis en accusation sur la réduction de l'écart, mais ce genre de coup est à pile ou face. Une intervention importante, mais faisable, sur un tir de Muriel (56e).

 

Mauvaise soirée pour la défense centrale, éternel chantier de l'équipe de France. Alors qu'ils ont multiplié les gestes justes, leurs erreurs individuelles ont été criantes. Une perte de balle de Varane pour l'occasion de Muriel, une intervention mal maîtrisée d'Umtiti pour concéder le penalty.

 

Auteur du centre qui met Ospina en difficulté sur l'ouverture du score (11e), Digne est ensuite rentré dans l'anonymat (remplacé à la 76e). Le volume et la volonté de Sidibé l'ont servi, notamment sur l'action du 2-0 (passe pour Griezmann), avant de révéler ses limites défensives quand les Colombiens ont haussé le niveau.

 

Kanté postule au titre d'homme du match, mais il faut fermer les yeux sur sa perte de balle qui conduit à l'égalisation (62e). Il semble quand même indispensable, même si on aimerait le voir casser aussi les reins des derniers défenseurs. Il aurait pu arracher l'égalisation en toute fin de match, mais cet espoir s'est envolé avec son tir (89e).

 

Dans son ombre, Matuidi a tenu sa position avec la rigueur qu'on lui connaît, sans apporter la contribution offensive que sa très jolie passe dans l'appel de Mbappé (18e) avait laissée espérer.

 

Lemar a d'abord fait tout en justesse et en vivacité, et ce fut un peu justice de le voir à la conclusion de l'action du second but (26e) après avoir lancé celle du premier. Suivant la pente de l'équipe, il a ensuite perdu ce caractère décisif.

 

Mbappé se bat toujours contre ses doutes, avec pas mal de courage et une audace pas toujours maîtrisée, comme s'il cherchait à provoquer la confiance. Mais ils affleurent dans cette alternance de gestes réussis (prises de balle, accélérations, remises) et de mauvais choix ou de coquetteries inutiles. Il intervient deux fois dans la superbe action conclue par Lemar, incluant la passe décisive.

 

Sa talonnade pré-décisive vers Mbappé avait semblé symboliser son retour en forme cette saison, mais Griezmann a souffert les mêmes maux que ses partenaires dans la création, à l'image de cette percée avortée (65e) ou de ces coups de pied arrêtés pas très bien exécutés.

 

Giroud s'est trouvé là où il fallait pour ouvrir le score, mais par la suite, ses coéquipiers ont eu leur mal habituel à le trouver, ne lui adressant en outre que peu de centres aériens.

 

Un déboulé pour Dembele (69e), un tir lointain, enroulé et repoussé pour Pogba (72e), une tête manquée pour Ben Yedder (74e), presque rien à signaler pour Hernandez et Thauvin: les remplaçants n'ont pas pesé.

 

 

 

 

 

Vu du forum

=>> La Metz Est Dite - 21h05
À peine deux minutes de match et Bixente a déjà réussi à placer "Bayern".

 

=>> Mama, Rama & Papa Yade - 21h29
Ospina Golada
=>> Toni Turek - 21h29
Il y aurait moyen de mettre "Olive et Tom" en générique, là.

 

=>> Mevatlav Ekraspeck - 21h32
Note pour la suite : ne pas oublier que ce sont deux gardiens anglais dans les cages.

 

=>> Mama, Rama & Papa Yade- 22h24
Face aux deux lignes colombiennes, Genesio aurait fait rentrer Depay.

 

=>> Breizhilien - 23h03
On ne va pas s'attarder sur le fait qu'on perd sur un but d'un mec qui ne s'est pas imposé au Stade rennais.

 

=>> Luis Caroll - 23h34
Dites, quand on regarde les quatre dernières défaites des Bleus:
• Colombie: Umtiti provoque un penalty à 5 minutes de la fin.
• Suède: Lloris dégage directement sur l'adversaire à la 94e.
• Espagne: Delofeu marque à la limite du hors-jeu à la 77e, couvert par Umtiti, un bon mètre derrière les autres défenseurs.
• Portugal: Umtiti réalise un marquage avec les yeux sur Eder, Lloris plonge avec des sacs de sable aux pieds, pendant les prolongations.
En fait, il suffit de faire sortir les deux à la 75e et on gagne la Coupe du monde les doigts dans le nez.


 

Partager

> Dossier

Les Bleus

Les Bleus


2018-06-22

Incalifiés

En présentant deux visages très contrastés, l'équipe de France a bien géré un match difficile contre le Pérou. Il y a de vrais progrès, mais l'avenir de cette équipe reste inconnu.


Jérôme Latta
2018-06-21

Deschamps, le "projet de jeu" et le sélectionneur-bashing

Une Balle dans le pied – "Pas de projet de jeu", "Pas d’équipe-type"… Le sélectionneur-bashing est un sport national dans notre sport national, mais on pourrait quand même faire un tri dans les critiques.

 


2018-06-16

Victoire aux antipogs

Arrachés plus que conquis, les trois points glanés à l'issue de ce France-Australie préservent l'essentiel, mais réservent des inquiétudes – à relativiser. 


>> tous les épisodes du thème "Les Bleus"

Sur le fil

RT @JP_Sacdefiel: Tout à fait d’accord avec Hervé. Trop de maillots dénaturés par le marketing, trop de marketing ! https://t.co/6bWTHyCy0c

Dans le compte-rendu de France-Pérou, notre candidature au concours d’éloges de Kanté - https://t.co/kJqBJ2iCXn https://t.co/Q43oliWQIe

France-Pérou : les Bleus, le pressing et le cynisme. Par @CKuchly - https://t.co/03prArCqU5

Les Cahiers sur Twitter

Les brèves

Pepe honni

"Reina, gardien de Naples, dénoncé pour ses liens avec la mafia italienne." (20minutes.fr)

Mendycité

"Mendy : ‘J’ai la dalle’.” (lequipe.fr)

Pas Metz que un club

"Metz : Un groupe amoindri." (lequipe.fr)

DSKudetto

“Maurizio Sarri : ‘On a perdu le titre dans un hôtel’.” (lequipe.fr)

Mousse à mazout

"Sarr : ‘Il ne faut pas nous enflammer’." (sofoot.com)