auteur
Christophe Kuchly


Dé-Manager aussi connu sous le nom de Radek Bejbl. Écrit pour l'AFP et dans La Voix du Nord.


Du même auteur

> article suivant

Oskar Rohr, le Bomber oublié

> article suivant

Huit mois

Salzbourg, le football sous caféine

Adversaire de l'OM en demi-finale de Ligue Europa, le club autrichien est le laboratoire de l'écurie Red Bull. Pionnier du jeu de transition qui a fait école en Bundesliga, il offre aujourd'hui encore une approche radicale du football.

Partager

 

C’est l’histoire du petit frère qui fait mieux que le grand. D’un club d’un championnat que l’arrêt Bosman a définitivement rendu mineur – l’Autriche est actuellement onzième au coefficient des associations – mais qui, grâce à une stratégie de formation bien rodée et une philosophie de jeu poussée à son extrême, arrive à boxer au-dessus de sa catégorie. Cette histoire, c’est celle du Red Bull Salzbourg, adversaire de Marseille en demi-finale de Ligue Europa. Une équipe moins douée que le RB Leipzig, vers lequel elle est le tremplin, que l’OM peut écarter de son chemin en jouant à son meilleur niveau. Un laboratoire du jeu, aussi, qui contribue à façonner le football du futur.

 

 

Un binôme qui grandit

René Maric a vingt-cinq ans. En 2011, il commençait à écrire des articles en allemand sur spielverlagerung, un site consacré à la tactique. Ses analyses longues et détaillées, régulièrement traduites en anglais pour toucher un plus large public, démontraient rapidement une grande connaissance du jeu malgré l’absence d’expérience en tant que joueur de haut niveau. En 2014, il s’intéressait notamment au Red Bull Salzbourg de Roger Schmidt, où le pressing total de Sadio Mané et ses partenaires n’avait, écrit-il, aucun équivalent en termes d’intensité, et imaginait ce "BVB on an uncomfortable amount of stimulants" aller à moyen terme en quart de finale de Ligue des champions.

 

 

Aujourd’hui, l’Autrichien est l’entraîneur adjoint du club phare de son pays. Après avoir envoyé une analyse détaillée du jeu de l’équipe U18, il avait convaincu Marco Rose, coach des jeunes, de l’intégrer à son staff à l'été 2016. À deux, ils ont façonné une équipe au pressing incroyable de cohérence à cet âge qui, après avoir battu Manchester City, le PSG, l’Atlético Madrid et le FC Barcelone en donnant plusieurs leçons de football au passage (notamment face à des Parisiens pour qui le 0-5 fut bien payé), remporta la Youth League contre Benfica. Un parcours surprise qui propulsa logiquement le duo Rose-Maric en équipe première après le départ d’Oscar Garcia à l’été. Un choix payant, Salzbourg étant à quelques matches du triplé C3-coupe-championnat. 

 

 

Nouvelle génération

Qu’un jeune blogueur soit, encore plus que les anciens internationaux René Aufhauser et Alexander Zickler, devenu un élément essentiel du staff technique – il alterne analyses et conception de modèles d’entraînement –, est symbolique de la philosophie du groupe Red Bull. Staffs élargis, scientifisation du jeu et des profils recherchés pour s'y épanouir, prime à la jeunesse… À sa manière, qui inclut aussi un recrutement agressif dans les catégories de jeunes et une stratégie d'expansion qui provoque de multiples conflits d’intérêts, le groupe au taureau casse les codes. Côté terrain, chaque victoire légitime cependant un peu plus l’approche radicale impulsée par Ralf Rangnick, pionnier du football de transition en Allemagne, en tant que coach puis directeur sportif.

 

Plus qu’à Leipzig, qui récupère la plupart des joueurs devenus trop forts pour un club dont le développement est limité par la faiblesse de son championnat et se construit par le recrutement, l’accent est mis sur les jeunes joueurs locaux. Avec un grand avantage: le FC Liefering, nouveau nom de l’USK Anif après son rachat par Red Bull et qui évolue en deuxième division, fait office de réserve. Les meilleurs éléments du centre de formation, encore trop tendres pour l’équipe première, peuvent donc évoluer à un bon niveau et s’aguerrir. Aujourd’hui, Liefering, qui joue devant 300 personnes chaque semaine, est en haut de tableau avec pour doyen un gardien de vingt-et-un ans. L’année précédente, les futurs vainqueurs de la Youth League avaient amené ce club d’un quartier de Salzbourg à la deuxième place.

 

 

Hannes Wolf, Amadou Haidara et Xaver Schlager en étaient, le dernier terminant d’ailleurs meilleur passeur de cette Ligue des champions des jeunes. Les trois milieux sont aujourd’hui des membres importants de l’équipe première, même si Wolf joue désormais majoritairement en championnat. Comme le défenseur central Duje Caleta-Car, le milieu Diadie Samassékou ou l’attaquant Hwang Hee-Chan, également sous les vingt-trois ans, ils représentent un avenir qu’on imagine radieux mais qui reste incertain. À quel point le jeu de ces garçons formatés par un style basé sur le pressing et la transition est-il soluble dans un autre football? La patte Red Bull, qu’on retrouve en partie dans le Liverpool de Jürgen Klopp, ne valorise-t-elle pas trop des athlètes à la VMA bien supérieure aux qualités techniques?

 

 

Prise de risque assumée

Dans quelques années, on jugera peut-être différemment la future double confrontation face à ces joueurs majoritairement inconnus, comme on pourrait rétrospectivement pardonner à tous ceux battus par le Salzbourg 2014/15 de ne pas avoir su stopper une équipe comptant notamment Gulasci, Sabitzer, Ilsanker, Keita, Kampl et Mané. Il n’empêche, l’Olympique de Marseille, tombeur de Leipzig avec la manière malgré les absences, s’avance en favori de cette demi-finale européenne. Logique? Oui, même s'il faut connaître la bête pour la dompter.

 

Étudier le jeu du Red Bull version Marco Rose en coupe d’Europe, c’est arriver dans un monde où le pressing est la clé qui ouvre la plupart des portes. Avec le ballon, Salzbourg, bien supérieur à ses adversaires nationaux, est en effet limité au niveau européen, très peu de joueurs ayant la capacité de faire des différences par le dribble ou de trouver une passe qui casse les lignes au milieu de plusieurs adversaires. Pour arriver en situation dangereuse, l’équipe utilise ainsi deux méthodes: mettre beaucoup de joueurs devant le ballon ou jouer de manière très directe.

 

 

La première solution fut utilisée face à la Lazio, en position favorable après sa victoire 4-2 à domicile et qui aime laisser le ballon pour jouer la transition. Obligés de construire, les Autrichiens ont alors pris le risque d’écarter au maximum les centraux à la relance et de mettre des joueurs à plusieurs hauteurs qui, dans une situation d’égalité numérique, pouvaient plus facilement se démarquer que lorsqu’on attaque à cinq contre huit. En résultait une sorte de 2-5-3 où la bataille de l’entrejeu, facilement gagnée, devait permettre de jouer en appui et se donner le temps de trouver la solution.

 

La seconde, plus classique, ressemble finalement assez à ce que faisait par séquences le FC Nantes que Jean-Claude Suaudeau amena au titre en 1994/95: trouver une ligne directe vers le but adverse qui, en cas d’échec, mettra tout de même la défense dans l’embarras tant les joueurs offensifs sont préparés à l’échec de la tentative. Un pressing à la perte d’autant plus fluide que celle-ci est anticipée, rendre le cuir étant parfois une stratégie délibérée, de la même manière qu’on cherche la touche dans le camp adverse au rugby.

 

 

Pressing Hallelujah

Si Leipzig, que l'OM a réussi à sortir de sa zone de confort dans le jeu, est bien plus doué individuellement, les Autrichiens sont d’une intelligence tactique remarquable. Très flexibles d’une phase à l’autre, ils s’articulent généralement en 4-4-2 losange avec le ballon mais viennent presser dans une sorte de 4-3-3 qui peut devenir 3-6-1 quand les latéraux sortent. Face à Dortmund, ils avaient débuté l’aller dans un bloc bas en 5-3-2 au sein duquel Samuel Eto'o aurait fait un très bon arrière droit, avant de subitement revenir dans leur système classique peu avant la pause. Positionnés trente mètres plus haut et bien plus agressifs, ils bloquaient alors les Allemands dans leur camp, enchaînant les occasions face à une équipe voulant à tout prix relancer au sol malgré la pression.

 

 

Car les partenaires de Munas Dabbur, finisseur attitré, coureur infatigable et grand amateur de passements de jambes, fonctionnent en meute dans le camp adverse. Au signal, l’attaquant le plus proche du porteur de balle sprinte vers lui à toute vitesse et s'oriente pour l’obliger à précipiter une passe vers l’axe. Au même moment, les milieux montent tous d’un cran dans l’entrejeu et le piège se referme: une transmission rendue imparfaite, c’est un contrôle plus difficile à faire. Et un joueur lancé à pleine vitesse qui vous prend le ballon avant le rond central, c’est une occasion de but. À condition de tout faire dans le bon timing et de ne pas affronter Sergio Busquets, qui éliminerait la menace d'un râteau.

 

Cette intelligence tactique collective se voit dans la polyvalence des joueurs. Ce jour-là, Schlager avait débuté latéral gauche. Repositionné numéro 10 après le changement de système, il évoluera en pointe basse du losange, devant la défense, au retour contre la Lazio. Les deux pistons du milieu sont quant à eux amenés à coller la défense adverse lors des phases de jeu placé pour combiner avec des attaquants qui arrivent lancés depuis l’arrière, évitant ainsi la circulation en U liée au manque de joueurs techniques dans la zone traditionnellement occupée par le meneur de jeu. Et que la qualité de centre du latéral droit Stefan Lainer, deuxième passeur de la C3, peut tout de même rendre efficace.

 

 

Ballon et espaces 

Mais si Salzbourg est remarquable dans l’interprétation de sa philosophie, ses écueils ne sont pas tous évitables. Toujours concentré sur le ballon, le Red Bull consomme autant de joueurs que d’énergie à essayer de reprendre le ballon dans une zone dangereuse. Si la qualité du banc permet de multiplier les rotations et minimise le risque d’avoir un onze qui tire la langue à l’heure de jeu, il n’y a aucun moyen de bien défendre quand les six joueurs partis au pressing sont éliminés. Le Borussen Mahmoud Dahoud l'a rappelé par séquences, sans que ses partenaires n'exploitent les espaces créés.

 

Le recours au tacle (deuxième équipe de la compétition avec vingt-quatre par match) et à la faute tactique (sixième formation la plus sanctionnée) permettent de rattraper les échecs avant que l’action ne se développe trop. Et la maîtrise du hors-jeu (le défenseur André Ramalho est celui qui en provoque le plus) est un réel atout. Mais ne pas avoir de circuit de relance prédéfini empêche les Autrichiens de poser un calque sur son jeu, et être capable de passer rapidement d’un côté à l’autre élimine une défense attirée par le porteur du ballon comme les fantômes par Pac Man.

 

 

La Lazio, victime d’un trou noir en quelques minutes au retour, se serait facilement qualifiée sans un gros déchet à la finition. Les Italiens ne sont plus là mais ils ont exposé les faiblesses d’une équipe qui concède peu d’occasions mais toutes très dangereuses. À l’aller, les deux premiers buts étaient venus de séquences identiques: possession sur un côté, renversement sur une aile opposée déserte et centre au point de penalty. Le troisième était lui né d’une inspiration de Sergej Milinkovic-Savic, auteur d’une déviation en une touche libérant l’espace en éliminant six joueurs. Ratée, elle peut-être aurait offert une opportunité, mais aucun plan de jeu ne peut combattre le talent. 

 

 

Choisir son poison

C’est ce côté quitte ou double que le Red Bull introduit dans la plupart de ses matches. Inviter le pressing si on arrive à le contourner et à plonger dans le dos des latéraux est le meilleur moyen de battre une défense qui s’en sort souvent à l’arrache – la capacité à courir plus que l’adversaire rend toujours une tactique meilleure qu’elle ne l’est –, mais qui reste bien plus compétente que celle de Leipzig, en plein naufrage depuis plusieurs semaines et que les Marseillais n'ont pas été les seuls à faire exploser. Refuser de jouer et rendre la balle, c'est obliger Salzbourg à créer mais aussi s'exposer à ce qu'une frappe lointaine (premier), une passe longue (deuxième) ou un coup de pied arrêté de Valon Berisha (troisième but en quatre minutes face aux Romains) renversent le rapport de force.

 

Dortmund, mis à la faute au match aller puis incapable de s’approcher du but adverse au retour, a montré que le talent offensif ne sert à rien quand les actions s'arrêtent au niveau du rond central. Si Marseille, qu’on imagine mal jouer à la baballe derrière, réussit à trouver rapidement Dimitri Payet en phase offensive, sa capacité à lancer les ailiers en profondeur devrait faire des dégâts. Quant à Kostas Mitroglou, il doit pouvoir embêter une équipe autour du mètre 76 de moyenne. Le duel est en tout cas aussi intéressant que l’objectif est attirant. Pour les Olympiens, il s’agit d'aller jouer une finale européenne dans le stade de l'ennemi lyonnais. Pour le monde du foot, de savoir à quel point le style de jeu de Salzbourg représente, désormais, le bon moyen de remporter une compétition européenne quand on n’a pas les meilleurs joueurs. Le contrôle pour battre les petits qui défendent et gagner un championnat, le chaos créateur pour renverser les gros qui attaquent et soulever des coupes?

 

 

 

Partager

> sur le même thème

Henri Michel, capitaine éternel

Le jeu, les joueurs, les entraîneurs


Tom Lines
2018-10-16

Buts de (très) loin : la longueur ne fait pas tout

When Saturday Comes – Les tirs qui trompent le gardien depuis la ligne médiane ont souvent les faveurs des élections des plus beaux buts. Distance ne veut pourtant pas dire beauté.


Thym Pinon
2018-10-15

Faut-il toujours jouer juste ?

À l'image des initiatives individuelles de Kylian Mbappé face à l'Islande, il arrive que des choix qui semblent illogiques soient récompensés. Car, parfois, l'instinct vaut mieux que le respect du plan de jeu.


Thym Pinon
2018-09-27

Le dogmatisme est mort, vive le dogmatisme ?

Si les compétitions européennes récompensent actuellement les entraîneurs qui s'adaptent à leur adversaire, ceux qui veulent aller jusqu'au bout de leur philosophie continuent à marquer le football de leur emprise. 


>> tous les épisodes du thème "Le jeu, les joueurs, les entraîneurs"

Sur le fil

RT @rcssig: "Le foot français aux deux visages : ma passion piétinée pour le fric et la télé, et c'est moi, supporter, qu'on dévisage" #RCS…

RT @AuPremierPoteau: 🔶#ballondorfrancefootball | Il y a ceux dont on se souviendra éternellement puis il y a les autres. De magnifiques jou…

RT @CKuchly: "Le président du club de Waasland Beveren a reconnu devant les enquêteurs la tentative de corruption par l'agent de joueur por…

Les Cahiers sur Twitter

Les brèves

Le cachemire serre

"PSG, un maillot à 60 M€ ?" (sports.fr)

Anthony pire qu'Ince

"Anthony Lopes (Lyon) : ‘Je n'ai pas envie qu'on dise que j'étais taré complet’." (lequipe.fr)

Javier AppStore

“Neymar, coach sur... mobile.” (lequipe.fr)

Match à huis cloclos

"Le MHSC foudroie Nîmes dans un derby électrique. " (madeinfoot.com)

Cocktail de drogues

"Maradona conseille à Messi d'arrêter la sélection." (lequipe.fr)