> article précédent

Merci Monsieur

Strip football

Faut-il laisser les buteurs exprimer une joie innocente en arborant leur buste dénudé, ou bien sanctionner sévèrement ces vils exhibitionnistes? Le pour et le contre.
Partager
Contre le carton : "Gâchette facile" par Eugène Santa À l'occasion de la troisième journée du championnat, le match Nice-OM a été le théâtre d'une scène un peu grotesque : Sergé Dié a en effet été expulsé pour cause de double carton jaune. Le motif du second? Avoir enlevé son maillot après un penalty réussi — un coup de patte ayant permis aux Aiglons de revenir à hauteur de l’OM et de marquer leur premier point dans ce championnat… Où comment transformer la joie du buteur en désespoir, au nom d'un puritanisme extraordinairement déplacé dans ces circonstances. Cette sanction constitue effectivement une application du règlement. Mais c’est une application bête et méchante du règlement: "Pas de pitié pour les amateurs de strip-tease", semble être le mot d’ordre du corps arbitral, puisque les buteurs se voient systématiquement sanctionnés quand ils montrent leur torse à tout un stade. Pourtant, leur geste ne porte nullement atteinte à l’intégrité de leurs adversaires ou à l’esprit du jeu. Alors qu’à l’inverse, les défenseurs peuvent par exemple, en toute impunité, multiplier les obstructions pour empêcher leurs adversaires de récupérer le ballon quand celui-ci file en sortie de but… Rarement les consignes arbitrales de début de saison auront trouvé un motif de répression aussi futile. Un bon arbitrage, c'est avant tout une juste appréciation de la situation : les hommes en noir savent parfaitement patienter lors des débuts de match houleux, et préférer avertir verbalement les joueurs plutôt que de dégainer les cartons. Pourquoi ne pas en faire autant avec les goleadors un peu trop exubérants ? Pour le carton : "Non au topless dans les stades!" par Jordy Weissmüller J'ai déjà eu l'occasion de le dire dans ma fameuse chronique "Ça m'énerve" du magazine (n°7), mais les célébrations de buteurs ont atteint au cours des dernières années un rare degré de crétinisme sur les terrains de football. C'est à celui qui inventera la gestuelle la plus prétentieuse, la parade la plus grotesque, la démonstration la plus excessive pour exhiber sa fierté d'avoir poussé un bête ballon au fond des filets. Ce n'est pas la tendance la moins triviale de ces rituels (à égalité avec le t-shirt à message con) qui s'est dramatiquement généralisée dans l'ère post-moderne: et vas-y que j'enlève mon maillot d'un geste auguste pour le faire tournoyer ou, pire, le balancer comme une vulgaire serpillière — geste auquel Éric Cantona, grand spécialiste du jeté de tunique, donnait un tout autre sens ("je me casse, vous êtes indignes de ma grandeur"). À force d'escalade dans l'exhibitionnisme, on verra bientôt des stadiers se précipiter sur les heureux tireurs, les confondant avec des streakers. La plus belle joie de buteur de tous les temps est sans contestation possible celle de Giresse lors de la prolongation de Séville en 82. Je reverrai toujours le Bordelais, son visage bouleversé par l'ivresse, courir comme un dératé sans souci d'élégance ou d'ostentation en agitant ses petits bras, qui retenaient sans leurs poings serrés tout le bonheur d'un match de football — fut-il le plus dramatique d'entre eux. Imagine-t-on un instant que Gigi, pris d'un accès de n'importe quoi, arrachât son maillot bleu pour faire admirer ses pectoraux? Pourquoi pas Phèdre en bikini, tant qu'on y est? Alors, oui, cent fois oui, j'exige du jaune pour les semi-naturistes. Sans le moindre discernement.
Partager


2006-10-23

Flash-match : Marseille-Lyon 1-4

Le match que l’on attendait pour se convaincre que la Ligue 1 n’est pas la propriété exclusive de L’Olympique lyonnais…


2006-07-05

Flash-match: Allemagne-Italie 0-2 (a.p.)

Après avoir frappé l'Espagne, l'Angleterre et le Brésil, la loi des séries a eu raison de l'Allemagne, qui s'est inclinée contre son chat noir italien dans les ultimes secondes de la demi-finale.


Lydia Duvillage
2006-06-22

Canal Poisse

J'ai trouvé le chat noir de Canal+: c'est moi. À chaque fois que je regarde un match sur la chaîne, il se termine invariablement par 0-0...


>> tous les épisodes du thème ""