auteur
La rédaction

Du même auteur

> déconnerie

France liste

> article précédent

Revue de stress #168

Supporters : « Rendre la parole à des gens invisibilisés »

Entretien avec les auteurs du livre Supporter, une plongée dans un univers mal connu – y compris par ses propres acteurs – et plus divers qu'il n'y paraît. 

Partager

 

Journalistes indépendants, Frédéric Scarbonchi et Christophe-Cécil Garnier ont mené la saison passée un tour de France des stades dont ils ont en partie rendu compte dans la série "Supps par terre" publiée sur notre site. Ils ont prolongé l'expérience avec un ouvrage qui raconte en profondeur les très diverses manières de vivre le supportérisme.

 

 

 

 

Des livres, des recherches universitaires montrent un intérêt croissant aux supporters de football en France. Est-on en train de rattraper un "retard"?

 

Frédéric Scarbonchi. Je ne sais pas s'il y avait un retard. Des livres sur les supporters ont été publiés auparavant – dont le plus fameux d'entre eux, Génération Supporters de Philippe Broussard (éd. Robert Laffont, 1990). La différence est que l'objet supporter est devenu légitime. C'est l'intérêt qui a évolué plutôt que l'offre, un intérêt croissant, en partie parce que les générations qui sont aujourd'hui dans la vie active n'ont pour la plupart connu le football qu'avec des tribunes actives, sans les fantasmes et les a priori des débuts.

 

Christophe-Cécil Garnier. Et au sein de ces générations, il y a des doctorants, des journalistes, qui tentent d'allier la passion avec le travail et permettre de mieux considérer la chose. Le sociologue Nicolas Hourcade nous a expliqué qu'il avait eu des difficultés à trouver un enseignant pour encadrer son travail en maîtrise. Aujourd'hui, il reçoit un mail par semaine sur le sujet.

 

 

« Pour faire connaître les supporters, il faut aussi qu'ils se connaissent entre eux. »

 

 

Comment se distingue votre démarche, avec ce livre, parmi les autres parutions récentes?

 

F. S. Un jour, en discutant avec Nicolas Hourcade, nous avions constaté que l'étude du supporter, le plus souvent, était menée sous le prisme de l'ultra, qui représente 10 ou 15% de l'affluence des stades. Donc une minorité. Bien sûr, ils sont les plus actifs et il n'était pas question de les exclure, mais l'idée était d'ouvrir la thématique du supporter à tout le monde: fans, ultras, actifs sur les réseaux sociaux, etc. Le livre se démarque déjà en cela. Ensuite, nous avons eu la chance de publier des articles toute l'année, selon un séquençage géographique. Avec le livre, nous avons donc pu éviter de rester dans le simple "retour terrain", en poussant la réflexion et l'analyse. C'était en quelque sorte faire le choix de la sociologie, mais une sociologie vulgarisée: il s'agissait de donner à chacun les clés pour comprendre les enjeux et les nombreux paradoxes du supportérisme.

 

C.-C G. Notre démarche se distingue par le fait que nous ne sommes pas partis tout de suite sur l'idée d'un livre. Nous nous sommes d'abord concentrés sur l'écriture d'articles, ce qui nous a conduits à traiter tous les supporters de la même façon, sans les contraintes préalables d'un projet de livre. Nous avons conçu nos questions selon le vécu et la situation géographique ou du club concerné, évidemment, mais sans angler ici sur la violence, là sur les tifos, ailleurs sur les actions caritatives. Nous avions peu ou prou les mêmes questions à poser à tous.

 

Vous dites dans l'introduction vouloir faire connaître les supporters. Le livre s'adresse aux supporters ou aux autres publics du football?

 

F. S. Pour faire connaître les supporters, il faut aussi qu'ils se connaissent entre eux. Les façons de supporter sont si hétérogènes qu'un supporter peut en apprendre beaucoup sur d'autres modes de fonctionnement. Tout un chapitre est justement consacré au fait que des supporters, aux modes de pensée différents, ne se comprennent pas. Le livre s'adresse aussi au fan de foot, sur son canapé, qui ne comprend pas ces mecs dos au terrain, mais qui est curieux. Également aux journalistes qui veulent en savoir plus, renouer le lien avec les supporters, notamment ultras, qui ne veulent plus entendre parler des médias.

 

C.-C G. Nous avons essayé d'être le plus "grand public" possible, mais des personnes connaissant bien le mouvement ultra l'ont trouvé instructif aussi. Un chapitre sur l'image du supporter, qui revient sur la construction des clichés "beauf" ou "violent", est extrêmement utile selon moi car ces clichés sont encore tenaces.

 

 

« Les ultras servent de locomotive. Tout en restant une sous-culture. »

 

 

Il y a des portraits, mais aussi beaucoup de témoignages, de citations, de récits. Avez-vous conçu Supporter comme une histoire du supportérisme racontée par ses acteurs d'aujourd'hui?

 

F. S. L'ambition n'était clairement pas de parler à la place des supporters. Nous nous reprenons souvent, avec Christophe, quand quelqu'un nous pose une question: "Ne réponds pas ce que tu penses, mais ce que les supporters répondraient". Ce n'est pas de la communication, c'est une façon de rendre la parole à des gens qui ont été invisibilisés.

 

C.-C G. D'autant que, même si nous avons notre propre expérience de supporter depuis des années, nous ne pouvons parler ou écrire en leur nom. Ils ont des histoires parfois très personnelles qui témoignent de la passion qui les animent. Le rôle du journaliste n'est que de faire passer ces histoires-là, en apportant d'autres analyses, pas de juger ou de s'approprier cette parole.

 

Vous montrez la diversité du supportérisme en présentant des genres de supporters très différents. Cela contredit un peu le singulier du titre, non?

 

F. S. Oui… La première version du titre, la nôtre, était Supporters, au pluriel. Notre éditeur a estimé que le générique du mot était plus approprié.

 

C.-C G. On peut aussi le prendre comme le verbe, et se demander: "Qu'est-ce que supporter son club aujourd'hui en France?"

 

Les ultras sont tout de même au centre du livre. Le mouvement ultra est-il aussi au centre du monde des supporters, ou bien cultive-t-il trop sa marginalité pour cela?

 

F. S. Leur position est à la fois centrale et marginale. Le monde ultra cultive tellement de paradoxes que ce n'en est qu'un de plus. Ils ne sont pas les plus nombreux, mais ils sont les plus bruyants. Ils sont ceux qui mettent en place le plus d'actions, au stade et en dehors, donc ils sont les plus représentés. La marginalité, elle existe encore, à Lyon par exemple, où aucun groupe ultra n'a souhaité nous parler, ou à Montpellier. Mais, dans l'ensemble, les groupes ultras s'ouvrent. Les leaders, quand ils préparent une animation ou une action, englobent les autres supporters dans la réflexion. À Bordeaux, les chants et les animations sont choisis en fonction de ça dans les grands matches, en sachant pertinemment qu'il n'y a peut-être pas que des aguerris dans la tribune. Cependant, s'ils sont centraux, ils ne peuvent pas représenter l'intégralité des supporters, comme ils le voudraient parfois, ou comme les dirigeants le pensent. Quand Paris gère la crise après Manchester United ou après l'affaire Meunier en ramenant la grogne des supporters au CUP, c'est très mal pris par d'autres supporters.

 

C.-C G. Exactement. Mais les ultras le savent. Quand, à Strasbourg la tribune est remplie par 7.000 personnes pour le match contre Metz alors que sa capacité est de 4.000 places, cela signifie qu'il y a beaucoup de "non-ultras". Et les leaders ultras ont énormément communiqué sur le tifo prévu. En disant de pas marcher sur les fils, de lever à tel moment… Ils savent devoir composer avec un public qui leur est extérieur, mais ils servent de locomotive. Tout en restant une sous-culture…

 

 

« Le supporter n'est pas vu comme un acteur majeur du football, en dépit de la réalité. »

 

 

Bien qu'il soit l'objet de politiques répressives et qu'il soit menacé par la gentrification ou la "normalisation" des tribunes, le mouvement ultra a-t-il "gagné sa place" dans les stades français?

 

F. S. Cela fait trente ans maintenant que les ultras sont dans les tribunes françaises, on peut dire qu'ils sont installés. Bien sûr, ils vivent des périodes de répression. Mais le mouvement a survécu à tellement d'épreuves qu'il survivra à ces politiques. Ce qui peut tuer le mouvement, c'est la gentrification des tribunes. Pendant longtemps, j'ai pensé que c'était aux supporters de choisir s'ils voulaient un football populaire ou lié au business. C'était naïf. Les actions des instances dirigeantes, comme dernièrement la réflexion autour d'une nouvelle formule de la Ligue des champions, montrent bien que les supporters ne font pas du tout partie de l'équation. C'est là qu'il faut se battre pour se faire entendre et ne pas risquer la disparition.

 

Avez-vous le sentiment que la reconnaissance des supporters et du mouvement ultra est en marche?

 

F. S. Une marche à petits pas, alors. Les choses évoluent, mais le supporter n'est pas vu comme un acteur majeur du football, en dépit de la réalité. Son avis n'est pas entendu et, médiatiquement on estime que son avis n'a pas d'importance. Pourtant, c'est le supporter qui permet à l'économie du football d'être ce qu'elle est. C'est aberrant.

 

C.-C G. Il est encore très considéré comme consommateur. Même chez certains joueurs. Le récent tweet de Rémy Cabella montre qu'il y a encore un peu de chemin. 

 

Représente-t-il un contre-pouvoir crédible aux évolutions du football, est-il en train de se fédérer efficacement?

 

F. S. Pour qu'il soit crédible, il faut qu'il soit crédibilisé. C'est un des buts de l'ouvrage. Le travail de l'Association nationale des supporters (ANS) permet de fédérer efficacement le mouvement. Son boulot est salué. Mais ce n'est que le début.

 


Supporter. Un an d'immersion dans les stades de football français, de Frédéric Scarbonchi et Christophe-Cécil Garnier, éd. Amphora, 16,50 euros.

 

Partager

Les stades et les supporters


Jérôme Latta
2019-10-04

Comment le Parc des Princes a survécu à son auteur

L'architecte Roger Taillibert, mort jeudi à l'âge de 93 ans, lègue à Paris et au football le Parc des Princes, chef-d'œuvre contesté et souvent menacé au cours de son histoire. 


Hind
2019-09-28

Comment ne pas entendre les cris racistes dans les tribunes

Démode d'emploi – Les invectives racistes dégringolent des gradins italiens. Inventaire des méthodes pour rester dans un confortable déni. 


Jérôme Latta
2019-09-05

La lutte contre l'homophobie bloquée au stade de la démagogie et des provocations

Une Balle dans le pied – En optant pour la communication plutôt que pour le discernement, le gouvernement a poussé les ultras à la faute et le débat dans l'ornière. 


>> tous les épisodes du thème "Les stades et les supporters"