auteur
L'Atelier

> article précédent

Ligue 1 / Journée 27 : la Gazette

Top 10 : les duos d'attaque

Deux attaquants devant, c'est souvent spectaculaire et cela donne de belles histoires de couples. Notre sélection internationale des plus mémorables associations à buts lucratifs.

Partager

 [NDLR : une édition "Championnat de France" est prévue]

 

10. Diego Forlan et Sergio Agüero

Associés à la pointe de l’attaque de l’Atletico de 2007 à 2011, Aguero et Forlan ont formé l'un des duos les plus efficaces de ces dernières années en Europe, laissant des miettes de temps de jeu à leurs coéquipiers Mista et Sinama-Pongolle. En quatre ans, ils ont inscrit 190 buts toutes compétitions confondues, soit près d’une cinquantaine par saison.
L’Atletico en a profité pour faire le plein: une Europa League (doublé de Forlan servi par Aguero), une Supercoupe d’Europe, une finale de Coupe du Roi et des qualifications chaque année pour une compétition européenne (dont deux pour la Ligue des champions). Falcao, acheté 40 millions d’euros à Porto, a aujourd’hui la lourde tâche de les remplacer.

 

 

 

9. Raul et Morientes

Le duo ne pèse pas moins de trois Ligues des Champions (1998, 2000 et 2002) et deux Liga (2001 et 2003) en six saisons. La réussite est au rendez-vous dès leur première année, puisque c’est à l’été 1997 que Fernando rejoint le club merengue en provenance de Saragosse. Les deux compères sont titulaires lors des trois finales de C1 victorieuses. Leur plus bel accomplissement est certainement la C1 1999-2000, durant laquelle ils inscrivent 17 buts à eux deux. À Saint-Denis en finale face à Valence, Morientes ouvre le score sur une reprise de la tête au second poteau et Raúl le scelle sur un contre. Même s’il faut noter qu’en 1998 et lors de ce match, Raúl évolue en retrait de Morientes et d’un autre attaquant (Mijatovic ou Anelka).
Duo ami et complémentaire, l’un excellant dans les airs et le jeu face au but, l’autre dans l’intelligence de placement et l’exploitation des bons coups, il est pour 178 réalisations du Real Madrid en six saisons de Liga, dont 44 lors de l’exercice 1998-1999. Nés peut-être trop tôt, Fernando et Raúl ne connaissent pas le succès avec la sélection espagnole, dont ils sont tout de même respectivement quatrième et second meilleurs buteurs de l’histoire, avec 27 et 44 réalisations.

 

 

 

8. Dwight Yorke et Andy Cole

Recruté en 1998 pour compléter un trio d’attaquants composé de Andy Cole, Teddy Sheringham et Ole Gunnar Solksjaer, Dwight Yorke s’impose immédiatement à la pointe de l’attaque mancunienne. Une titularisation commune face à Southampton en championnat suffit pour convaincre Sir Alex ferguson de la complicité entre Yorke et Cole et de la nécessité de retirer à Sheringham son statut de titulaire.
La magie opère durant quatorze mois, de septembre 1998 à décembre 1999, le temps pour le duo d’inscrire 64 buts et d’offrir à MU un triplé historique: Ligue des champions, championnat et Coupe d’Angleterre.

 

 

 

7. Hernan Crespo et Enrico Chiesa

Quand Carlo Ancelotti prend la tête de Parme en 1996, ses dirigeants lui offrent un duo d’attaquants plutôt prometteurs: Enrico Chiesa, nouvel international italien et Hernan Crespo, international argentin de vingt-et-un ans. Au bout de quelques semaines, ils envoient Gianfranco Zola sur le banc et installent un duo qui va porter l’équipe parmesane durant trois saisons entre 1996 et 1999.
Ils remportent au passage une Coupe de l'UEFA, une Coupe d’Italie et deux qualifications pour la Ligue des champions, avec notamment une deuxième place en 1997, le meilleur classement de l’histoire du Parma AC. Le bilan chiffré du duo n’a fait que progresser: 16 buts la première saison, 27 la suivante et 36 lors de leur dernière saison jouée ensemble, avant le départ pour un prix record de Crespo à la Lazio.

 

 

 

6. Jan Koller et Tomasz Radzinski

De 1999 à 2001, le géant tchèque (2m02) et le petit Canadien (1m74) ont formé la doublette la plus complémentaire du championnat belge, glanant au passage deux titres de champion avec Anderlecht et des victoires prestigieuses en coupe d’Europe face à Manchester et au Real Madrid. Cette complicité sur le terrain s’accompagnait d’une grande amitié en dehors, qui se confirma lors de la dernière journée du championnat 2000-2001, comme en témoigne Aimé Anthuenis, leur entraîneur de l’époque: “Alors que Jan Koller pouvait lui aussi devenir meilleur buteur lors de la dernière journée, c’est pourtant lui qui délivra l’assist qui permit à Radzinski de coiffer cette couronne.”
Le départ de Koller pour Dortmund met fin à la belle histoire. Avec beaucoup de regrets pour le Canadien: "Ma complicité avec Jan était exceptionnelle. Au bout d’un mois, nous jouions ensemble comme si nous nous connaissions depuis toujours. Avoir la même relation, au niveau personnel et professionnel, avec un autre joueur me semble impossible”.

 

 

 

5. George Weah et David Ginola

George Weah et David Ginola n’ont jamais vécu l’un sans l’autre au Paris Saint-Germain. Les deux joueurs débarquent dans la capitale lors de l’intersaison 1992-1993 et en repartent en 1995. Ensemble, ils permettent au PSG de se faire un nom sur la scène européenne et seront sacrés champions de France en 1994, en totalisant 24 buts lors de cet exercice. Leur premier et plus notable exploit date du 18 mars 1993. Ils font partie des bourreaux du Real lors de ce quart de finale retour remporté 4-1 par le PSG: Weah ouvre le score en reprenant de la tête au premier poteau un corner de Valdo et Ginola double la mise sur une splendide demi-volée qui fusille Buyo.
L’avant-centre puissant et l’ailier funambule emmèneront encore le PSG en demi-finale lors de la C2 1994, avec notamment un but de Weah à Santiago-Bernabeu après un festival de Ginola côté gauche. Le Libérien franchira une dimension en 1994-1995, avec 8 buts en 11 matches de C1 et un Ballon d’Or à la clé. Il part pour le Milan AC à la fin de la saison, équipe contre laquelle Paris baisse pavillon en demi-finale, non sans avoir raté l’ouverture du score à l’aller sur une mine de Ginola qui s’écrase sur la barre.

 

 

 

4. Marco Van Basten et Ruud Gullit

Après avoir évolué en sélection à partir de 1983, le duo hollandais va réellement se constituer en 1987. Transférés au Milan AC – Gullit en provenance du PSV et Van Basten de l'Ajax –, les deux compères vont affoler les compteurs du Calcio durant cinq saisons, remportant trois scudetti, deux Coupes des champions, deux Coupes intercontinentales et deux Supercoupes.
C'est néanmoins sous le maillot orange qu'ils marquent les esprits en remportant l'Euro 88, inscrivant chacun un but lors de la finale contre l'URSS. Cette rencontre est restée célèbre, à juste titre, pour l'extraordinaire volée de Van Basten sur le second but. Mais le premier montre toute la présence athlétique de ces deux grands gaillards: Van Basten s'arrache pour la remise et Gullit conclut d'une tête surpuissante.

 

 

 

3. Marcelo Salas et Ivan Zamorano

24 mars 1995, Chili-Mexique à Los Angeles. Nelson Acosta aligne pour la première fois Marcelo Salas et Ivan Zamorano: ils marquent chacun un but et le Chili l’emporte 2 à 1. Le sélectionneur chilien a trouvé un duo redoutable pour aborder les éliminatoires de la Coupe du monde 1998.
Pas forcément complices dans le jeu mais inarrêtables pour les défenses adverses, l'hélicoptère et El matador marquent à eux deux 23 buts durant ces éliminatoires et qualifient le Chili pour la Coupe du monde, seize ans après sa dernière participation. Le duo “Sa-Za”, signature qu’ils arboraient après avoir marqué un but, a inscrit le total de 27 buts en 25 matches disputés ensemble.

 

 

 

2. Roberto Mancini et Gianlucca Vialli

Sûrement l'un des plus beaux duos des années 90: totalement différents dans la vie mais tellement complémentaires sur le terrain, les deux amis d’enfance ont amené la Sampdoria sur le toit de l’Europe en remportant la Coupe des coupes en 1990 et surtout en conquérant le scudetto face au Napoli de Maradona et au Milan de Sacchi. Seul le Barca de Cruyff aura résisté aux Gemellidelgol, en finale de Coupe des champions 1992: une finale perdue aux prolongations qui met fin au duo le plus magique du Calcio.

 

 

 

1. Romario et Bebeto

Titularisés pour la première fois ensemble lors de la Copa America 1989, le duo s’entend immédiatement et mène le Brésil à la victoire finale, en marquant 9 buts à eux deux, avec notamment un triplé de Bebeto en finale face au Paraguay. Mais il faudra attendre la Coupe du monde 94 pour revoir le duo et avec 8 buts lors des 3 matches de préparation, Parreira étant alors bien obligé de leur confier l’attaque de la Selecao.
Leur complicité éclate aux yeux du monde entier, notamment lors de la fameuse célébration du but de Bebeto face aux Pays-Bas: les deux joueurs s’enlacent après avoir mimé de bercer un bébé, clin d’œil à la femme du buteur qui vient d’accoucher de leur troisième enfant. Ils inscrivent 8 buts, remportent la Coupe du monde et Romario est sacré meilleur joueur du tournoi. Le déclin de Bebeto, les problèmes disciplinaires de Romario et la poussée de Ronaldo mettront fin au duo, plus jamais aligné ensuite hormis deux rencontres de Coupe des confédérations en 1997.

 


Merci à Ba Zenga, hermines de rien, Miklos, Nagrom, Raspou, Zubardeplomb pour leur contribution.

Partager

> déconnerie

Les vœux du Diaporama

> sur le même thème

Top 10 : les clashes d'Anelka

> Dossier

Tops 10

Tops 10


Les Dé-Managers
2015-04-01

Top 15 : les espoirs de Ligue 1

Le championnat de France regorge de jeunes talents. Quelles sont les qualités qui peuvent les mener vers le très haut niveau et jusqu'où peuvent-ils aller? Revue d'effectif.


Julien Momont
2015-03-05

Top 10 : les footeux taclés par le fisc

Champions du monde 98, légende du foot, Australien à forte tête ou arrière-gauche survitaminé de l'OM: devant le fisc, on est (presque) tous égaux.


Roy compte tout et Alain Paie rien
2015-02-02

Top 10 : les stars de l'ESTAC

Gomis, Matuidi, Niang ou Loko, mais aussi Rothen, Benachour, Ziani ou Fiorèse: tous sont passés à Troyes, avec plus ou moins de bonheur pour la suite de leur carrière.


>> tous les épisodes du thème "Tops 10"

Sur le fil

RT @mdiplo: Depuis l’indépendance, en 1962, les stades sont la caisse de résonance des revendications sociales de toute la jeunesse masculi…

[partenariat win-win disruptif] Pour l'anniv de la deuxième étoile, on vous fait gagner des t-shirt de notre nouvel… https://t.co/XLLeti1yUE

RT @Horsjeu: Le dernier numéro de la saison de #RadioHorsjeu avec @charlotteprato et Chr$ des @cahiersdufoot est dispo chez 👉Ausha : https:…

Les Cahiers sur Twitter

Le forum

Y a pas que le foot à Auteuil !

aujourd'hui à 00h18 - A la gloire de Coco Michel : Pour être complet ajoutons que les raquettes n'ont jamais été aussi performantes en puissance et... >>


Etoiles et toiles

aujourd'hui à 00h06 - Gilles et jeune : Agent double zéro, il fallait lire.Sinon ça sonne bien >>


CdF Omnisport

aujourd'hui à 00h03 - fireflyonthewater : A priori la cause serait un rond point pris dans « le mauvais sens », donc ils ont fait le... >>


Observatoire du journalisme sportif

15/07/2019 à 23h58 - Gilles et jeune : Je sais pas si c'est ici qu'il faut le mettre.PSG. L'avocat de Nasser porterait plainte contre... >>


La L1, saison 2019/2020

15/07/2019 à 23h55 - fireflyonthewater : mais on est d'accord que tu es en train d'apporter des réponses à des problèmes que je n'ai pas... >>


Festival de CAN

15/07/2019 à 23h54 - Milan de solitude : Je suis content de l'affiche de la finale de la CAN, mettant aux prises les deux meilleures... >>


Foot et politique

15/07/2019 à 23h36 - Gilles et jeune : (si je me relis pas c'est terrible, si je me relis c'est mieux mais pas parfait, je me relis pas,... >>


Le fil éclectique

15/07/2019 à 23h35 - Gilles et jeune : En lisant un peu la presse, ici : https://urlz.fr/aae0 , il s'avère qu'Anne Hidalgo s'est fixée... >>


Good kop, bad kop

15/07/2019 à 23h26 - M.Meuble : Ça lui fait une belle jambe. Avec quoi il balance son missile? Un lance pierre? (Chef, il a une... >>


Paris est magique

15/07/2019 à 23h11 - Gilles et jeune : 5/ s'il part, va t il s'asseoir sur sa prime à 26M€ et son salaire ? Je tente1/ Neymar va rester... >>


Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)