auteur
Stéphane Pinguet (avec J. L.)

Du même auteur

> article précédent

La place de l'étoile

> article précédent

Mes lauriers dans la soupe

Top 10 : les remplacements mémorables en équipe de France

Il y a des entrées en jeu qui ont tout changé, qu'elles aient amené la victoire ou la défaite, d'autres pas grand-chose. Mais on se souvient de ces dix-là.

Partager


Jonquet, le remplacement impossible

France-Brésil 1958 – Il fut un temps aujourd’hui révolu où le remplacement n’existait pas. La France dispute sa première demi-finale de Coupe du monde, en Suède contre un Brésil mené par un jeune et ambitieux joueur, bien que totalement inconnu, Pelé. Alors que le score est de 1-1, Robert Jonquet, capitaine, se blesse. Vraiment. Double fracture tibia-péroné. Le remplacement n’étant pas autorisée, la France va jouer à dix? Non. Après une infiltration, Jonquet tient sa place jusqu’à la fin. La France perd 5-2.

 

 

 

Domergue, le remplacement surprise

France-Danemark 1984 – Au terme du premier match difficilement remporté par les Bleus (1-0, Platini 78e) dans cet Euro que la France organise, nul n'aurait pu mesurer exactement la portée du remplacement d'Yvon Le Roux à l'heure de jeu, mal remis du choc avec Allan Simonsen qui a valu au lutin danois une fracture juste avant la pause. Jean-François Domergue entre et fête sa deuxième sélection, après une mi-temps disputée contre l'Allemagne en match de préparation. Mais c'est un autre événement de cette rencontre qui va accorder au Toulousain le privilège d'endosser un rôle décisif un peu plus tard: Amoros délivre un magistral coup de tête à Jesper Olsen qui lui vaudra trois matches de suspension.

 

Obligé de composer avec l'absence de Le Roux et Amoros, Michel Hidalgo maintient Domergue face à la Belgique, à un poste d'arrière gauche qu'il ne quittera plus jusqu'à la finale. Mais c'est en demi-finale contre le Portugal que le "remplaçant" marque l'histoire avec un divin doublé, précurseur de celui de Thuram quatorze ans plus tard. Il grille la politesse à son capitaine pour exécuter le coup franc de l'ouverture du score, et égalise en cours de prolongation. Domergue ne retrouvera l'équipe de France que deux ans plus tard, n'ajoutant que trois sélections à son compteur. Ses six premières auront compté.
 

[Avertissement : la vidéo ci-dessous contient les images d'un football fabuleux qui peuvent heurter la sensibilité des plus jeunes]

 

 

 

Ginola, le remplacement perdant

France-Bulgarie 1993 – Classique du genre. Le résultat est connu, pas de suspense, la Bulgarie gagne à la fin. Mais que n’avons-nous pas entendu sur le sabordage de Ginola à la 90e minute. Ginola qui avait réclamé de manière subtile sa place de titulaire lors de la préparation est remplaçant, mais finira par rentrer à la 68e minute à la place de Papin. Coaching kamikaze. La France a entendu L'Amérique de Joe Dassin avant le match, elle ne la verra pas.

 

 

 

 

Wiltord-Trezeguet, le remplacement qui tue

France-Italie 2000 – La France est menée 1-0 depuis la 56e minute de la finale de l’Euro 2000. Quand un remplacement est mauvais, on appelle cela un mauvais remplacement, quand il est bon, on appelle cela du coaching. Et en fin de cette soirée à Rotterdam, les choix de Roger Lemerre confinent au génie puisque les trois entrées, Wiltord, Trezeguet et Pires vont être les héros de la soirée. À la 90e+3, Barthez exécute un coup franc à quarante mètres de ses buts, Trezeguet dévie de la tête pour Wiltord qui égalise. À la 103e, Pires déborde, centre en retrait pour Trezeguet qui frappe sous la barre, la France est championne d’Europe. C’était il y a douze ans. L’âge de Benzema à l’époque.

 

 

 

 

Dugarry, le remplacement bouc émissaire

France-Danemark 2002 – Dernier match de poule pour une équipe de France en vacances qui n’a pas pu se faire au décalage horaire. Perdu pour perdu, on reconnaîtra au sélectionneur d’alors, Roger Lemerre, d’avoir permis à certains joueurs d’illustrer pleinement le naufrage. Dugarry, décrié comme toujours, se retrouve dans le rôle du "si on perd c’est ta faute": il sort prématurément à la 54e minute, alors que le score est de 1-0 pour les Danois. Champion du monde, champion d’Europe et vainqueur de la Coupe des confédérations, Dugarry a toujours eu la tête du coupable idéal et le sélectionneur l'exécute ce jour-là. Ce fut sa 55e et dernière apparition en bleu.

 

 

 

 

Pires, le remplacement définitif

Chypre-France 2004 – Lancée après l'échec de l'Euro 2004, l'opération reconstruction patine dans les premières polémiques autour de Raymond Domenech et des résultats alarmants (deux 0-0 au Stade de France face à Israël et l'Irlande). En cet automne où la charnière Givet-Squillaci est flanquée de Gallas et Silvestre, l'équipe de France compte sur de rares "cadres": Barthez, Henry, Wiltord ou Pires. Ce dernier n'est cependant plus que l'ombre du joueur qui avait étincelé en 2001/02, et son opposition semi-ouverte irrite le sélectionneur.

 

 

À Nicosie, le Gunner bat des records de médiocrité et de mauvaise volonté, au point qu'il est remplacé à la mi-temps par Daniel Moreira. Pires regagne le parking du stade et envisage un instant de regagner sans attendre l'aéroport et le jet privé affrété par Arsenal. Il se ravise, mais au cours des jours suivants, se fait remarquer par une apparition à Téléfoot vêtu de son sponsor personnel (avec une fameuse casquette "Guilty" sur la tête) et une interview-charge contre Raymond Domenech dans France Football. Il prenait ainsi sa retraite internationale. Ce soir-là, les deux autres remplacements sont moins restés dans l'histoire: Alou Diarra et Patrice Évra connaissent pourtant leurs deuxième et quatrième sélections.

 

 

 

 

Jurietti, le remplacement éclair

France-Chypre 2005 – En danger lors des qualifications pour la Coupe du monde 2006, la France doit l'emporter sur un large score afin de se qualifier directement pour l’épreuve d’été en Allemagne. Dieu revenu en mission quelques mois auparavant pour nous sauver de l’enfer, les Bleus tiennent le match avec un score de 4-0 à la 90e minute. Raymond Domenech décide alors de sortir de son chapeau un de ses faits d’armes que la postérité appellera chimbondien. Franck Jurietti va faire son entrée, il fait son entrée. Pour cinq secondes. Record absolu. La France perd une occasion de sélectionner Benoît Cheyrou.

 

 

 

 

Dhorasoo, la palme du remplacement

France-Suisse 2006 – À la 88e minute de France-Corée du Nord à Leipzig, Vikash Dhorasoo remplace Florent Malouda et enregistre sa 18e sélection. Au match précédent contre la Suisse, il était entré quatre minutes plus tôt et avait eu le temps de se procurer l'occasion la plus dangereuse des Français, complètement anesthésiés pour ce match d'ouverture, avec un tir à ras de terre échouant sur l'extérieur du poteau.

 

Cinq jours plus tard, c'est plutôt le remplacement de Zidane par Trezeguet, à l'ultime minute du temps réglementaire, qui fait jaser. On commente l'outrage que Raymond Domenech aurait ainsi fait subir au maestro: suspendu contre le Togo, dernier adversaire du groupe, ce match nul (1-1) pouvait être son dernier match international. Ce sera presque celui de Vikash Dhorasoo qui, hormis une entrée à la 88e contre la Corée du Sud, regardera la suite du Mondial allemand en spectateur – ou plutôt en metteur en scène de son expérience de remplaçant: équipé d'une caméra Super 8 par Fred Poulet, il en tirera un film justement baptisé Substitute.

 

 

 

 

Vieira, le remplacement fatal

France-Italie 2006 – Sortie des poules grâce à un Patrice Vieira énorme contre le Togo, notamment. Il est la vraie pierre angulaire du système de la France, celui qui rassure, qui recule, qui avance, sans doute l’un des meilleurs joueurs du tournoi après des débuts poussifs. La finale est donc pour lui. Plus que le penalty raté de Trezeguet ou le coup de boule de Zidane, c’est le tournant de la finale: à la 57e minute, il se claque et doit sortir, remplacé par Alou Diarra. La France perd aux tirs au but.

 

 

 

 

Nasri, le remplacement écourté

France-Italie 2008 – Le sort s’acharne parfois  sur les mêmes, mais à cette époque, il n’était pas encore possible de le savoir. Dernier match de poule d’un Euro déjà raté, les bleus perdent leur meilleur joueur sur blessure à la 10e minute. Nasri entre. Pour seize minutes, le temps qu'Abidal soit expulsé. Raymond Domenech remplace Nasri par Boumsong. La France perd 2-0, dernière sélection pour Thuram, Sagnol et Makelele. Sentiment d’après-match du sélectionneur raconté dans son livre: “Bien sûr, Nasri n’a pas compris, a fait la gueule, comme si son sort importait plus que l’équipe”. Personne ne lui reprochera d’avoir tort. La France entre dans un long tunnel.

 

 

 

 

Bonus : Giroud, le remplacement qui change l'avenir

Secouée et prise à défaut par Sergio Ramos sur corner en première période, l'équipe de France inverse complètement la tendance après la pause et étouffe progressivement les champions du monde et d'Europe, sans parvenir à concrétiser. Deschamps tente un ultime coup en remplaçant un Benzema vaillant mais peu décisif par Olivier Giroud (88e). C'est lui qui égalise tout au bout du temps additionnel, à la conclusion d'un contre parfait. Jamais un match nul n'a autant ressemblé à une victoire. (lire "La minute à ne pas perdre")

 

Un groupe se forme et nourrit des ambitions, bien tenu par Didier Deschamps. Confirmant en Italie, l'équipe de France surclasse encore l'Allemagne, bat l'Espagne à Saint-Denis et se qualifie pour la Coupe du monde en gagnant le reste de ses matches éliminatoires à l'automne. Alors qu'il fait oublier Henry et Van Persie à Arsenal, inscrivant notamment un sextuplé contre QPR, Giroud s'empare chez les Bleus de la place d'avant-centre de Benzema – transféré à l'été au PSG mais barré par Ibrahimovic, Lavezzi, Tevez, Falcao, El Shaarawy, Balotelli et Bahebeck. On ne le sait pas encore (sauf Patrick Montel, qui gardera le silence pour ménager le suspens), mais la France se dirige vers son deuxième titre mondial, qu'elle obtiendra face au Brésil: 3-0, doublé d'Olivier Giroud qui survivra à des agressions sexuelles répétées de la part de supportrices brésiliennes dans la confusion de la démolition du Maracana entamée ce soir-là par les spectateurs locaux.
 

Partager

> sur le même thème

Top 10 : les contre-attaques

> du même auteur

Passer l'amour à la machine

> Dossier

Tops 10

Tops 10


Les Dé-Managers
2015-04-01

Top 15 : les espoirs de Ligue 1

Le championnat de France regorge de jeunes talents. Quelles sont les qualités qui peuvent les mener vers le très haut niveau et jusqu'où peuvent-ils aller? Revue d'effectif.


Julien Momont
2015-03-05

Top 10 : les footeux taclés par le fisc

Champions du monde 98, légende du foot, Australien à forte tête ou arrière-gauche survitaminé de l'OM: devant le fisc, on est (presque) tous égaux.


Roy compte tout et Alain Paie rien
2015-02-02

Top 10 : les stars de l'ESTAC

Gomis, Matuidi, Niang ou Loko, mais aussi Rothen, Benachour, Ziani ou Fiorèse: tous sont passés à Troyes, avec plus ou moins de bonheur pour la suite de leur carrière.


>> tous les épisodes du thème "Tops 10"

Sur le fil

RT @VuduBancPodcast: NOUVEAU #LFCASR #BAYRMA #AFCATM #OMRBS @PMU_Sportif 📻🎙️⚽️ Saison 3, Episode 35 : Comment regarder les demi-finales de…

600 abonnements (deux fois l’objectif !), mais la campagne se poursuit sur Ulule: on débloque de nouveaux cadeaux e… https://t.co/lWAdpuMUfg

RT @suppsparterre: 📢 A Marseille, les MTP ne se sont pas reposés à la mi-temps... ▶️ Eux aussi avaient un message pour @JM_Aulas . ✅ Con…

Les Cahiers sur Twitter

Les brèves

Sans Pellegrino

"Southampton : Pellegrino limogé." (lequipe.fr)

PAOK-47

"Grèce : un président de club armé sur le terrain." (libé.fr)
Avec des crampons de 9 mm.

Les sept samovars

"Sept supporters à Moscou." (lequipe.fr)

L'Astori continue

"Le contrat de Davide Astori a bien été prolongé par la Fiorentina, malgré son décès." (lequipe.fr)

L'abeille cool

“LOSC : Maia reste confiant.” (madeinfoot.com)