auteur
Welcome Formica

Du même auteur

Les trois figures de style de Toulalan

La transversale en trébuchant, la chute sur l’adversaire, le quasi-but: autant de preuves du génie de Toulalan, virtuose incompris.

Partager

Les trois motifs fondamentaux de la critique toulalalienne par la mollesse s’attaquent chacun à l’un des dogmes du football
• La transversale en trébuchant – contre l’élégance.
• La chute sur l’adversaire – contre la séparation en équipes.
• Le quasi-but [1] – contre la victoire.
Il est important de noter que ces “gestes”, quoique démontrant une apparente maladresse, sont le fruit d’un travail acharné - et peuvent être considérés comme relevant de la virtuosité la plus pure. Mais c’est une virtuosité qui, contrairement à celle de Cristiano ou Zidane, est détournée; elle donne à voir du “raté”, virtuosité critique plus que constructive. Il fallait être un grand peintre pour réussir des tableaux aussi moches que ceux de Picasso. Il faut être Toulalan pour réussir une transversale de quarante mètres en se cassant la gueule ou pour frapper avec une telle régularité sur le poteau.

 

 


LA TRANSVERSALE EN TREBUCHANT

On connaissait la passe imprécise, la passe trop forte, la passe en glissant. Toulalan invente une passe “faussement ratée”, puisque le ballon atteint sa cible, mais qu’il glisse, et, parfois, tombe en l’effectuant. Il déconstruit ainsi le raccourci commun entre efficacité et élégance, dont Zidane serait le cygne académique, et nous prouve qu’il n’est pas besoin de se tenir droit et d’avoir un bon appui pour réussir des passes difficiles – critique définitive du Larquéisme, encore en vogue malgré le déclin neurologique du maître. C’est toutefois un motif de jeunesse chez Toulalan, datant de ce qu’on pourrait appeler sa période formaliste, mais qu’il a néanmoins continué à perfectionner tout au long de sa carrière, pour atteindre le niveau qu’on voit aujourd’hui. “Tomber” étant le comble du ridicule pour un sportif, qui se doit d’avoir une parfaite et constante maîtrise de son corps, la transversale en trébuchant était un moyen pour lui de contester les traditions esthétiques et de remettre entièrement en cause les préjugés, encore en cours, sur la dignité corporelle du sportif. La grâce est remplacée par la graisse: il n’hésitera pas, ainsi, à arborer un ventre flasque, parcouru de quelques poils épars.

 


LA CHUTE SUR L’ADVERSAIRE

Ce motif, bien connu des supporters lyonnais, appartient déjà au Toulalan de la maturité, puisqu’il devient récurrent après le départ de Gérard Houllier. Il s’agit d’un geste défensif indigne, de pur anti-jeu, qui vise à stopper une contre-attaque. Le milieu défensif de base qui court après le porteur du ballon se contente en général de l’attraper par le bras, de le retenir par le maillot, voire de lui faire un croche-patte. Le geste de Toulalan est beaucoup plus original et emblématise une thématique récurrente: le retour à la terre et à l’horizontalité. C’est une nouvelle forme de trébuchement, mais en pleine course. Une fois suffisamment près du contre-attaquant, Toulalan butte maladroitement sur le gazon, comme le ferait n’importe quel passant trop pressé en heurtant le trottoir du bout de la chaussure, et, dans ce qui devrait passer pour un simple réflexe de survie, s’agrippe à son adversaire pour amortir sa chute. Il est rare que l’arbitre se laisse avoir et le dispense d’un carton jaune, mais ce geste a le mérite de masquer l’anti-jeu, et de réunir les adversaires par un événement de la quotidienneté, qui, comme la cafétéria Leclerc, ne devrait pas appartenir au monde du footballeur.

 

En agrippant son adversaire de la sorte, Toulalan le ramène littéralement, mais surtout symboliquement, à la terre ferme, et en fait un allié dans la lutte contre la gravité, semblant lui dire: “Toi aussi tu aurais besoin de te saisir de quelqu’un dans un bus qui freine trop fort.” C’est tout le poids de la vie moyenne qui s’abat sur le dos d’un joueur croyant courir vers le but et une gloire certaine. Après sa transversale en trébuchant, un peu creuse parce que trop solitaire, il intègre ici le collectif dans sa logique de l’horizontalité, et l’emporte avec lui dans le ridicule du “tomber” (quoi de plus ridicule que tomber tout seul, en effet, sinon tomber à plusieurs?). Ce qu’il vise, à terme, c’est de défaire le collectif - qui est un rapport entre des unités - au profit du tas de joueurs, amas mou indifférencié, où il n’y a plus ni équipes, ni postes, ni stratégie, où le ballon n’est pas plus important que les gants du gardien ou le sifflet de l’arbitre; tas qu’on entrevoit partiellement lors de certaines célébrations de but. Le football de Toulalan se jouera ainsi les quatre membres à terre (voire les cinq, en comptant la gidouille). Faut-il y voir aussi une critique définitive de la technologie? Une volonté de retour à l’animalité? Une évocation voilée de la chute originelle? Ces questions feront bientôt l’objet d’un colloque à Cerisy.

 


LE QUASI-BUT

Mais le geste emblématique de Toulalan, son chef-d’oeuvre incontestable qui a donné tant de frissons aux supporters lyonnais, restera à jamais le quasi-but. Rares sont les joueurs qui ne marquent jamais (pour Toulalan, 0 but, toutes compétitions confondus, en 5 saisons lyonnaises), encore plus rares les joueurs qui sont aussi souvent près de marquer. Car Toulalan a une bonne frappe de balle, il suit les actions offensives et se retrouve parfois en très bonne position. Mais il n’y arrive jamais. La plupart du temps, c’est le poteau qui renvoie son tir, d’autres fois un défenseur sur sa ligne, ou l’arrêt de sa vie d’un gardien médiocre. Marquer, c’est la réussite ultime du joueur, l’accomplissement définitif d’un match, le Sens et la Raison du Football - mais c’est une réussite dont Toulalan, là encore, ne veut pas. Et plutôt que la discrétion improductive du gardien ou du défenseur latéral (qui ne marquent, normalement, jamais), Toulalan exhibe au grand jour sa stérilité et son impuissance, accomplissant une série beaucoup plus difficile que celle des buteurs, enchaîner des poteaux, mais entièrement du côté du luxe: car tirer sur les poteaux est le luxe ultime, le luxe du beau geste qui ne sert, malgré tout, à rien. C’est une évolution décisive, un virage critique dans la carrière de Toulalan, car la transversale en trébuchant et la chute sur l’adversaire avaient encore une utilité sportive: en refusant aussi systématiquement de marquer, c’est le sens même du football que Toulalan remet en question, et réintroduit du jeu (dans le double sens du mot) entre le sport et la victoire.

 

Alors, oui! Toulalan n’aura sans doute pas un palmarès très fourni, ni le Ballon d’Or... Eh quoi? Rimbaud a-t-il reçu le prix Nobel? Van Gogh a-t-il exposé à Orsay de son vivant? La postérité seule saura reconnaître l’immensité d’un génie de sa dimension, qui a défait un par un tous les impensés du football. L’anonymat relatif dans lequel il se trouve à Malaga est le prix à payer, sans doute, pour une telle indépendance – que récompense néanmoins le bonheur tout simple de jouer avec ses enfants en rentrant du boulot. Pendant que Cristiano Ronaldo fait ses trois mille abdos.

 

Lire : Toulalan, un footballeur de notre temps

 

[1] On peut trouver de belles illustrations de la première ici, notamment à 1’00’’; 1’24’’ 1’28’’. De la forme la plus aboutie de quasi-but, la frappe sur le poteau, ici. Quant à la chute sur l’adversaire, elle semble ne pas constituer un geste assez marquant aux yeux des supporters youtube pour apparaître sur les vidéos.

Partager

> déconnerie

France liste

Le jeu, les joueurs, les entraîneurs


La rédaction
2019-10-21

« Contredire l'idée que le 10 aurait disparu »

Pour la sortie de L'Odyssée du 10, nous avons posé dix questions à ses auteurs. Ils ont distribué les transversales. 


Philippe Rodier
2019-10-10

Real, OL : quel est le bon moment pour arriver sur un banc ?

S'il veut que son banc soit un fauteuil et non un siège éjectable, un entraîneur a intérêt à s'y installer dans le bon timing. Soit, pour le futur coach de l'OL, plutôt celui de Zidane que de Benitez à Madrid.


Les Dé-Managers
2019-10-08

“L’Odyssée du 10”, un livre au cœur du jeu

Troisième ouvrage des Dé-Managers, L’Odyssée du 10 (sortie le 24/10) propose une plongée dans le mythe et l'histoire technico-tactique du numéro 10.


>> tous les épisodes du thème "Le jeu, les joueurs, les entraîneurs"


Le forum

Ligue Europe, la coupe de l'UEFA

aujourd'hui à 22h32 - Radek Bejbl : Surtout que Leipzig termine aussi premier de groupe et qu'un Dortmund en semi-crise élimine le... >>


Merlus, Tango et Friture

aujourd'hui à 22h18 - theviking : Votre joueur qui a marqué un but, c'est un tout bon , non ? >>


Gerland à la détente

aujourd'hui à 22h11 - AKK, rends tes sets : Je suis relativement d'accord avec ton message, cependant, on ne finance quasiment rien du tout. La... >>


Café : "Au petit Marseillais"

aujourd'hui à 21h49 - Biocentrix : Contenu visuel AVB déclare avoir préféré Kamara en 6 pour « compenser plus vite les montées... >>


En Vert et contre tout

aujourd'hui à 21h35 - 12 mai 76 : M’ouais.... en tout cas nos «  campagnes européennes »de ces dernières années sont... >>


Foot et politique

aujourd'hui à 20h34 - Mata a ri : Déjà en temps normal faire des prévisions à 30 ans c'est casse-gueule, mais alors dans la... >>


In barry we trust

aujourd'hui à 19h56 - L'amour Durix : Il y a du foot américain ce soir sur "sport en France", la chaîne du CNOSF.France Serbie en ligue... >>


Observatoire du journalisme sportif

aujourd'hui à 19h47 - dugamaniac : Le problème s'était posé en Espagne mais le Barça et le Real ont réalisé, aidé par les... >>


Festival de CAN

aujourd'hui à 19h12 - L'amour Durix : Tu sais bien. Son travail... >>


Les pseudos auxquels vous avez échappé ...

aujourd'hui à 19h08 - El Mata Mord : En fait, il y a un album d'Achille Talon qui se nomme : "Achille Talon et le monstre de l'Etang... >>


Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)