auteur
Clément Jumeau

Du même auteur

> article suivant

Revue de stress #174

> article précédent

Le Héron

Trop tôt ?

France-Espagne est une victoire probante qui fait du bien, mais qui suggère aussi que l'équipe de France ne sera pas tout à fait prête en juin prochain...
Partager
Si le match de mercredi dernier servant d'excuse à l'inauguration du Grand Stade de France à Saint-Denis fut un beau match d'hiver, il faudra tout de même se souvenir que la France y a battu l'Espagne sur une Zubizarettade (tradition, tradition, olé). Impossible d'imaginer un autre spectacle que celui que nous avons vu ce soir là sur une telle pelouse (drôle d'idée que celle consistant à organiser un match d'inauguration en plein mois de janvier), à savoir un jeu osé de part et d'autre mais des difficultés flagrantes au moment de contrôler le ballon ou d'effectuer la passe qui tue (sauf pour un Zizou hors pair).

Le positif de l'histoire (outre la victoire et l'éclat de rire au moment où le gardien espagnol a tenté d'arrêter un tir de Djorkaeff) est ce 3-5-2 culotté proposé par Aimé Jacquet, qui semble vraiment avoir de l'avenir. Le problème est que la Coupe du Monde est dans 5 mois, et que si cette tentative s'avère être la solution à nos déficiences majeures au niveau du jeu (espérons qu'au mois de juin - voire juillet - on verra un peu plus Guivar'ch à la pointe et Trezeguet avec des lunettes), sans doute arrive-t-elle un poil trop tard. Il faudrait un peu plus d'expérience à la Jacquet's Team pour réussir un gros coup lors du Mondial, comment en effet véritablement adapter cette tactique sur un collectif pas encore complètement défini ? Si ce coup de bluff peut marcher une fois, il n'est pas dit qu'il fonctionnera encore tant les habitudes de l'équipe de France semblent tendre vers le 4-4-2 défensif avec un excellent pressing au milieu du terrain, mais un manque de d'organisation (voire de brio) en attaque. Ce serait vraiment dommage que cette tentative de dernière minute soit LA solution. On pourrait dès lors regretter les turpitudes des mois passés quand il s'agissait encore de savoir qui serait le génie qui marquerait le but de la victoire.

Partager
>> aucune réaction

La Coupe du monde 1998


K14
2003-05-12

Le bûcher des inanités

En écho à notre article sur le procès intenté à Aimé Jacquet par L'Équipe (1998, une plaie encore ouverte), un lecteur monte à la tribune pour plaider la cause du quotidien sportif, injustement victime de nos foudres…


La rédaction
2003-04-28

1998, une plaie encore ouverte

Aimé Jacquet est poursuivi par L'Équipe pour "injures publiques". Cette démarche navrante rouvre un dossier jamais complètement refermé…


La rédaction, canal historique
2002-05-26

La Rétro 1998

Nous avons récemment entré dans la base l'essentiel des articles de la première saison des Cahiers (décembre 97 / juin 98). Voilà l'occasion de les survoler ou de se replonger dans l'ambiance de la Coupe du monde 1998 avec une petite sélection thématique…


>> tous les épisodes du thème "La Coupe du monde 1998"

Sur le fil

Alexandre Ruiz pointing fingers at things, a collection. https://t.co/GxkD6WxkZ2

Ivan Ergić, footballeur et "dernier marxiste" - https://t.co/YsxXFwAQbH

RT @BilelGhazi: Le message du KVN contre la réforme des coupes européennes #OLSMC @lequipe https://t.co/yguyWRHJuF

Les Cahiers sur Twitter

Les brèves

Alliance Arena

"Quand un arbitre assistant demande sa collègue en mariage." (lequipe.fr)

Prendre les shots les uns après les autres

"Hugo Lloris, le mister penalties de Tottenham." (lequipe.fr)

Milieu de tableau

"Rembrandt s'invite sur le ballon du Championnat des Pays-Bas." (lequipe.fr)

Trafic de coquines

“Football : la Colombie rattrapée par le mouvement ‘Me too’.” (ouest-france.fr)

Veuvage

"Pepe cherche à trouver la solution en solitaire." (lequipe.fr)