auteur
Jérôme Latta

 

Chef d'espadrilles.


Du même auteur

> article précédent

Nice, meilleur sans Rémy

> article précédent

Sakhommence aujourd'hui

Tuniques amères

Jean-Michel Aulas commence fort la saison, mais perd son pari sportif: au Mans, le maillot de l'OL est resté plus vierge que la cage de Lloris.
Partager
La première polémique aulassienne de la saison est survenue dès la première journée: le président de l'Olympique lyonnais a en effet menacé de faire porter à ses joueurs un maillot floqué du nom de Betclic, (futur) sponsor du club. Futur, car la loi sur l'ouverture des paris à la concurrence n'est pas encore définitivement adoptée et n'entrera en vigueur, au mieux, qu'au 1er janvier prochain. On ne connaît pas non plus les opérateurs qui seront agréés. D'ici là, les marques qui veulent profiter de la manne de ce marché, et devenir de nouveaux et généreux sponsors pour les clubs, restent interdites de publicité (1).


Garde-à-vue et gare à toi
C'en est trop pour la patience de Jean-Michel Aulas, qui affirme, la semaine passée, vouloir braver l'interdit et ne pas craindre une éventuelle garde-à-vue en envoyant ses petits gars porter haut les couleurs de la dérégulation de l'industrie du gogo, pour cette ouverture de la Ligue 1. Il applique même à l'art du pronostic sa syntaxe hasardeuse: "Sur ce dossier, nous n'avons aucune chance de perdre, à 99,9%" (L'Équipe).
Las, le ministre du Budget Éric Woerth rappelle le rebelle à l'ordre et à ses devoirs: "En démocratie, le respect de la loi n’est pas négociable. (...) Être dirigeant sportif et hors-la-loi, c’est incompatible. J’appelle donc Jean-Michel Aulas et Betclic à garder leur sang-froid" (2). L'OL plie devant le risque d'écoper de sanctions sportives en plus de poursuites judiciaires, la Ligue ayant refusé d'homologuer la tunique et l'UEFA de délivrer une dérogation. Si ce n'est pas un complot, ça. Au Stade Léon-Bollée du Mans, samedi soir, les poitrines lyonnaises sont nues.

aulas_maillot.jpg


Faire payer la Ligue et la Fédé
Juste après le match, Jean-Michel Aulas s'épanche, tout en menaces et redondances: "C'est un gros préjudice qui est infligé aux clubs français, et je pense que le moment venu ce préjudice va coûter très cher aux associations, que ce soit la Fédération ou la Ligue. (...). Le préjudice qui va être fait aux clubs français va être payé par la Ligue ou la Fédération car, à un moment ou à un autre, évidemment, on sera dans notre bon droit et notre légitimité sera reconnue". Sans oublier de seriner que les clubs français sont "pénalisés". "J'espère que la raison l'entendra et qu'on sera écouté avant d'être vilipendé", déclare-t-il dimanche à l'AFP, toujours dur du larfeuille.
Dans un communiqué, l'OL déclare se réserver "le droit de saisir toutes les instances compétentes tant nationales qu'internationales". Ce n'est pas la première fois que le Septuple fait mine de se tourner vers une justice plus divine (3), mais la probabilité d'une démarche concrète reste faible. Le "bon droit" dont se réclame continuellement JMA n'est en général que le sien.


L'humanitaire dimanche
Jean-Michel Aulas, vu de son côté intelligent, trouve là le moyen de faire beaucoup de publicité à un sponsor invisible. D'aucuns diront même qu'il "protège son groupe" en montant au créneau. Vu de son côté infantile, il trépigne, incapable d'accepter de se soumettre à la loi (ou à ses délais d'application) quand elle contrevient à ses intérêts immédiats. Et il mène le combat seul, les autres clubs concernés n'ayant pas pris les armes (4)

On s'amusera aussi de ce qu'en juin, le président lyonnais déclarait: "S'il faut faire de l'humanitaire pour attendre l'ouverture de la publicité sur les jeux en ligne, aucun souci. On est prêt à faire comme Barcelone avec l'Unicef" (JDD, 21/06). À défaut, arborer un maillot allégé de son principal pâté publicitaire, c'est aussi faire œuvre de charité au profit de l'esthétique.


(1) Il y a deux ans, une descente de police lors d'une conférence de presse de l'AS Monaco à La Turbie, suivie de l'interpellation d'un dirigeant de la société Bwin, puis la garde à vue d'Olivier Sadran, président du TFC, avaient dissuadé les clubs de pousser le bouchon plus loin. Lire "L'argent du book n'a pas d'odeur".
(2) Lire son interview sur jdd.fr.
(3) Notamment dans le cadre de l'indemnisation des clubs pour les internationaux mis à disposition des sélections. Lire "Fractures impayées".
(4) Betclic a également signé avec l'AS Saint-Étienne et l'Olympique de Marseille, Unibet avec le Paris SG.
Partager

> Dossier

Le bizness

Le bizness


2018-12-08

Les bénéfices de la Coupe du monde ruissellent (sur les gros clubs)

Une Balle dans le pied – La FIFA va distribuer 209 millions de dollars aux clubs ayant mis leurs joueurs à disposition des sélections, suivant l'éternel principe de l'enrichissement des plus riches.


Jérôme Latta
2018-11-05

Super Ligue, la fin du super bluff ?

Le chantage des clubs riches auprès de l'UEFA repose depuis vingt ans sur la menace d'une ligue privée. Le projet d'une "European Super League", révélé par les Football Leaks, semble plus concret que jamais. 


Jérôme Latta
2018-10-10

Cartons et course en tête, le grand "spectacle" des grosses équipes

Une Balle dans le pied – Entre porno SM et corrida, le grand show des 5-0, est-ce encore du sport? Et quand les clubs riches survolent de plus en plus leur championnat, quel spectacle reste-t-il?


>> tous les épisodes du thème "Le bizness"