auteur
Richard N

 

Pionnier du foot sur le Web avec Kick'n'Rush, historien pour les Cahiers et Footichiste pour son compte.


Du même auteur

> article suivant

Club ou "institution" ?

> article précédent

L'USMA, le chant de l'Algérie

> article précédent

Revue de stress #170

Villa 1981, un goleador à Wembley

Un jour, un but – Le 14 mai 1981, l’Argentin Ricardo Villa signe le plus beau but de l’histoire du vieux stade de Wembley à l’occasion d’une finale de FA Cup, la centième, qui oppose Manchester City à Tottenham Hotspur.

Partager

 

Tony Galvin remonte tout le terrain balle au pied. Sa course l’entraîne sur le côté gauche, où il se retrouve coincé entre un défenseur et la ligne de touche. L’Irlandais se retourne et donne le ballon dans l’axe à Ricardo Villa. L’Argentin s’avance. Il pourrait faire une passe à Garth Crooks devant lui, ou à Steve Archibald complètement démarqué sur la droite et qui réclame ostensiblement le ballon.

 

 

Mais le numéro 5 des Spurs choisit d’entrer dans la surface balle au pied, malgré deux défenseurs postés devant lui. D’un crochet assuré, il élimine les deux sbires mais se retrouve dans une nasse au milieu de quatre voire cinq adversaires. La tête dans le guidon, il repique vers le centre, se crée un espace et se retrouve face au gardien Joe Corrigan. Celui-ci plonge dans ses pieds mais l’Argentin trouve le temps de glisser le cuir sous son corps. Le ballon roule dans les filets.

 

 

Deux Argentins en Angleterre

Alors le buteur se met à courir pour une célébration à la manière d’un Mario Kempes, à laquelle l’Angleterre commence à s’habituer. Au lendemain de la Coupe du monde 1978, Tottenham Hotspur avait défrayé la chronique en recrutant deux Argentins. Une première pour un championnat alors hermétique à tout ce qui ne provenait pas des îles britanniques.

 

Keith Burkinshaw, le manager des Spurs, s’était rendu lui-même en Argentine pour faire signer Osvaldo Ardiles, le magnifique aiguilleur de la sélection championne du monde. Le manager anglais était finalement revenu avec un deuxième joueur, le milieur de terrain offensif Ricardo Villa, lui aussi titré même s’il n’a disputé que deux fins de matches durant le Mundial.

 

Trois ans plus tard, ce Tottenham argentin, où Villa et Ardiles sont associés dans l’entrejeu au jeune international anglais Glenn Hoddle, dispute à Wembley la centième finale de la FA Cup face à Manchester City. Une finale qui nécessitera deux rencontres. La première s’est soldée par un match nul (1-1) où les deux buts ont été inscrits par le même homme, l’Écossais Tommy Hutchison qui a ouvert le score pour Manchester City puis égalisé contre son camp. Une performance inédite qui ne sera égalée que par Gary Mabbutt lors de l’édition 1987.

 

Le replay est donc disputé cinq jours plus tard, toujours à Wembley. Un match d’une grande intensité avec un scénario haletant. Cela démarre très vite: Tottenham ouvre le score dès la huitième minute par Ricky Villa. City égalise trois minutes plus tard par une somptueuse reprise de volée de Steve MacKenzie.

 

En seconde période, les Citizens prennent l’avantage sur un penalty transformé par Kevin Reeves, mais Garth Crooks inscrit le but du 2-2 à la 70e minute. Le match est sur le point de basculer d’un côté comme de l’autre lorsque Tony Galvin lance Ricky Villa dans sa folle chevauchée solitaire.

 

 

Gaucho solitaire

Le meneur de jeu argentin aime à raconter que ce but vient de son enfance, celle où, jeune gaucho, il allait à l’école à cheval et ne devait compter que sur lui-même. Ayant grandi en jouant souvent au ballon tout seul, il avoue oublier parfois ses partenaires.

 

 

Champion du monde en 1978, Ricardo Villa n’a connu que dix-sept sélections en équipe d’Argentine. Il faut dire qu’à peine le Mundial terminé, il s’est retrouvé en concurrence directe avec un certain Diego Maradona. Son exil en Angleterre n’a sans doute pas favorisé un éventuel retour en sélection. Ricardo Villa a joué cinq saisons à Tottenham Hotspur. En 1982, alors que l’Angleterre entra en guerre contre l’Argentine pour défendre les îles Malouines, Ardiles et Villa ne disputent pas la finale de la FA Cup 1982 de nouveau remportée par Tottenham.

 

Le premier nommé était déjà en Argentine avec l’équipe nationale pour préparer la Coupe du monde en Espagne. Le second demanda tout simplement à ne pas jouer. Il poursuivra toutefois sa carrière à Tottenham, tandis qu’Osvaldo Ardiles préféra s’exiler quelques mois au Paris Saint-Germain.

 

Vingt ans plus tard, en 2001, lorsque le vieux stade de Wembley ferma définitivement ses portes pour être détruit, on décida d’élire le plus beau but de l’histoire de l’enceinte mythique. Et c’est cette chevauchée irrésistible de Ricardo Villa qui s’imposa dans les suffrages.

 

Partager
>> aucune réaction

> sur le même thème

Le dernier châtiment de Cruyff

> Dossier

Histoire FC

Un jour, un but


Richard N
2020-06-23

Figo 2000, un ballon en or

[rétro Euro 2000 • 3/5] Un jour, un but – Le 12 juin 2000, Luis Figo décoche une frappe limpide qui remet le Portugal dans le bon sens. 


François Thomazeau
2020-04-28

M’Baye Niang, un trait dans la nuit

Un jour, un but. Tout au bout de la nuit de Séville, le Stade rennais s'offre ce qu'il ne croyait pas pouvoir s'offrir: plus qu'une qualification, une grande saison. 


Christophe Zemmour
2020-04-14

Kluivert 1995, une pointe d’extase

Un jour, un but – Le 24 mai 1995 face au Milan AC, Patrick Kluivert, dix-huit ans, inscrit du bout de son gros orteil le but le plus important de sa carrière. Celui qui consacre une équipe de légende. 


>> tous les épisodes de la série "Un jour, un but"

Le forum

Euro 2021

aujourd'hui à 19h56 - Le déjeuner sur Hleb : La renaissance de Martial est quand même ahurissante : dire qu’il n’était même pas censé... >>


Foot et politique

aujourd'hui à 19h41 - Mevatlav Ekraspeck : Delio Onnisoitquimalypenseaujourd'hui à 19h16Scène étrange derrière la mairie : le sénateur FN... >>


Gerland à la détente

aujourd'hui à 19h24 - 2Bal 2Nainggolan : Rafael n'est pas en mode amical effectivement... >>


Festival de CAN

aujourd'hui à 19h02 - suppdebastille : Quelques jours après le sommet G5 Sahel - France à Nouakchott, un nouveau carnage se produit au... >>


Premier League et foot anglais

aujourd'hui à 19h00 - Bale de jour : Sakho l'a un peu aidé aussi, c'est un beau geste. >>


Coupe de France

aujourd'hui à 18h59 - suppdebastille : "CHR$aujourd'hui à 17h01Et il est probable qu'elle restera d'autant plus dans les mémoires... >>


Le fil de butte avec ses potes en croco

aujourd'hui à 18h59 - Rolfes Reus : Je suis d'accord sur les recrues que tu cites, qui pour le peu de matchs joués auraient pu être... >>


L'empire d'essence

aujourd'hui à 16h04 - Run : Mercedes est tout seul, comme prevu. Bottas devant Hamilton qui a fait une qualif vraiment pas tres... >>


CdF Omnisport

aujourd'hui à 13h01 - Mevatlav Ekraspeck : Dans le genre bidouillages, la refonte des jeunes m15 m17 m20 pour m15 m18 m21 c’est rigolo... >>


In barry we trust

aujourd'hui à 12h08 - Run : "Mais si ça fait avancer la cause pourquoi pas."Ben voila. On ne changera rien en 2 semaines, que... >>


Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)