auteur
Christophe Zemmour

Du même auteur

> déconnerie

Paris, droit au bus

> article suivant

Revue de stress #145

> article précédent

Peguy la caution

Voyage en Hernánie

Passe en retraite - Hernán Crespo a mis fin il y a quelques semaines à une carrière semée d'exploits portant une signature inimitable.

Partager


Hernán Crespo a annoncé en novembre dernier qu’il arrêtait sa carrière de joueur professionnel, après un dernier contrat avec le club indien de Barasat qu’il n’a pu vraiment honorer à cause de l’annulation de la Bengal Premier League Soccer. Les projets actuels de l’ex-attaquant argentin sont de passer ses diplômes d’entraineur et de commencer à exercer dès juillet 2013 si l’opportunité se présente. On l’a récemment vu au Camp des Loges observer les séances de Carlo Ancelotti, le coach qui l’avait soutenu lors de six premiers mois difficiles à Parme en 1996. Avec le temps et ses cheveux grisonnants, il ressemble à un crooner italien et garde quelque chose de cet artiste errant qui promenait ci et là son élégance footballistique.

 


Nomadisme

Crespo n’a en effet pas été l’homme d’un seul club, d’une seule ville. Parti de River Plate à l’âge de vingt-et-un ans, il aura connu quatre autres cités que Buenos Aires, effectuant même des allers-retours [1] ou retournant à Parme en 2010 avant son aventure asiatique avortée. Un nomadisme qui n’est pas sans rappeler un autre attaquant de sa génération, Christian Vieri – avec lequel il a d’ailleurs fait un amusant chassé-croisé, et qui s’explique en grande partie par la concurrence qu'il a dû affronter – celles de Didier Drogba à Chelsea ou d’Ibrahimovic à l’Inter. La dernière saison avec un rendement digne de ses débuts remonte à 2006/07, avec 14 buts en 29 matches de Serie A sous le maillot nerazzurro. En sélection d’Argentine, il a également pâti de la longévité de Batistuta et de l’explosion de Milito.

 

 

 

 

Cela lui vaudra d’être sur le banc durant les Coupes du monde 1998 et 2002 et de rater celle de 2010. Mais qu’à cela ne tienne: son talent fut assez grand pour accomplir de belles choses. Comme devenir le deuxième meilleur buteur de l’Albiceleste [2], capocannoniere en 2000/01 avec 26 réalisations, champion dans tous les pays où il a évolué, l’un des éléments essentiels de la belle mais inachevée équipe d’Argentine du mondial 2006 et un véritable homme de finales. Et accessoirement, l’un des plus gros transferts de l’histoire [3]. À sa façon, Hernán Crespo incarne l’élégance des grands joueurs de la période fin 90s-début 2000.

 


Force et élégance

Quand Zlatan Ibrahimovic l'a rencontré, il ne lui a pas demandé qui il était: “Quand je jouais à l’Ajax, tu étais déjà à l’Inter et tu étais Crespo. Un buteur.” Le 2 novembre 2004, un jeune Argentin membre du centre de formation du FC Barcelone l’attend devant le vestiaire après une rencontre de Ligue des champions entre le club blaugrana et le Milan AC. Lionel Messi lui demande son maillot et lui déclare son admiration. Hernán Crespo est ainsi un modèle pour deux des plus talentueux joueurs de la génération actuelle. Une inspiration peu surprenante concernant un attaquant de classe complet, élégant et spectaculaire.

 

D’un gabarit idéal pour ce poste (1,84 m pour 81 kg), Crespo détonait par son sens du placement – souvent à la tombée pour reprendre de volée un ballon détourné, un timing qui en faisait un remarquable joueur de tête et de surface, un équilibre lui permettant de protéger son ballon, se retourner et effectuer de jolies acrobaties. Son apparente sobriété cachait une grande qualité technique, qu’il aimait bien afficher avec ses frappes des deux pieds et ses fameuses talonnades – dont celle, décisive, au profit de Cambiasso face à la Serbie-et-Monténégro en 2006, pour ce qui reste l’une des plus belles actions collectives de l’histoire de la Coupe du monde.

 

Crespo n’était pas de ces attaquants égoïstes et pouvait apporter une vraie valeur ajoutée à un collectif. Il l’a été au sein de doublettes de haut vol (Chiesa, Saviola) et de cette Argentine de José Pekerman, à qui on a encore du mal à pardonner le remplacement de son attaquant et de Riquelme lors du quart de finale du Mondial 2006 [4]. Crespo, c’étaient un peu Batistuta, Trezeguet et Papin chez le même joueur.

 

 

 

 

Un homme de finales

Et comme ces trois-là, il affichait une belle joie lorsqu’il marquait. Même s’il n’évoluait pas à un poste particulièrement exposé à ce genre de sanctions, il n’a jamais été expulsé de toute sa carrière professionnelle, un signe de son implication dans le jeu et de sa propension à ne jamais se détourner de son rôle d’attaquant. Un rôle qu’il pense suffisant le 25 mai 2005 lorsqu’il inscrit un doublé en première mi-temps de la finale de la C1 face à Liverpool qui permet au Milan AC de mener 3-0. Le second but est empreint de sa classe: lancé en profondeur par une exquise passe de Káká, il surprend Dudek d’un piqué subit de l’extérieur du pied droit. Liverpool reviendra au score et remportera la compétition aux tirs au but. Une couronne qui s’échappe, comme la médaille d’or des Jeux olympiques d’Atlanta dont Crespo a été le meilleur buteur, celui qui a donné l’avantage insuffisant du 2-1 à ses coéquipiers face au Nigéria en finale.

 

Hernán a donc assisté à ces deux matches historiques du côté des perdants, tout en les marquant de son empreinte. Il n'entre cependant pas dans la catégorie des losers éternels puisqu’en cette même année 1996, il remporte la Copa Libertadores avec River Plate face à América Cali en inscrivant un doublé lors du match retour à Buenos Aires. Après une défaite à l’aller (0-1), Crespo permet au club argentin de glaner son second titre continental grâce à deux buts de joueur de surface, déjà à l’affût des bons coups et doté d’une détente verticale impressionnante. Il fera de même trois ans plus tard, lorsqu’il profitera d’une passe en retrait de Laurent Blanc mal ajustée pour lancer vers sa seconde Coupe de l’UEFA la magnifique (et survitaminée) équipe de Parme composée alors de Thuram, Buffon, Cannavaro, Veron, Boghossian et autres Fuser ou Dino Baggio.

 

Il s’agit là des deux titres les plus prestigieux que Hernán Crespo aura glanés au cours de sa carrière de joueur. Celle-ci fut belle, mais elle aurait pu être grande si elle avait été agrémentée d’un parcours plus significatif en Coupe du monde et de choix plus pertinents ou de circonstances plus favorables lors de sa seconde moitié. Sur un banc, il aura peut-être l'occasion de prendre certaines revanches.

 


[1] Il quitte l’Inter pour Chelsea en 2003 et y reviendra en prêt en 2006. Après deux saisons, il signe un nouveau contrat avec le club lombard et y reste jusqu’en 2009.
[2] Crespo a inscrit 35 buts en 64 sélections. C’est Gabriel Batistuta qui détient le record, avec 56 réalisations en 78 capes.
[3] 56 millions d’euros.
[4] Lire “L’Argentine nous a laissé tomber”, les Cahiers du football #27.

 

 

Partager

> sur le même thème

Peguy la caution

Passe en retraite


Christophe Zemmour et Richard N
2017-11-09

Pirlo, l'intelligence et la douceur

Passe en retraite – En quittant la MLS, Andrea Pirlo a mis un terme à une carrière inoubliable. Au-delà de la peine de le voir partir, il faudra se souvenir de la classe et de la beauté de ses gestes sur le terrain. 


Christophe Zemmour
2017-10-26

Kaká 2007, stupeur et tremblements

Passe en retraite – Kaká a décidé d’arrêter sa carrière car “jouer au foot n’est plus un plaisir”, la faute à un corps qui le fait trop souffrir. Il peut partir tranquille: nous n’oublierons jamais ce frisson d’avril 2007 face à Manchester United.


Christophe Zemmour
2017-05-23

Kuyt, le repos du guerrier

Passe en retraite – Le soldat Dirk Kuyt a enfin rendu les armes, à trente-six printemps. Non sans offrir un dernier titre de champion au Feyenoord, et non sans laisser l’image d’un guerrier valeureux apprécié de tous.


>> tous les épisodes de la série "Passe en retraite"


Sur le fil

RT @TLMSenFoot: 3e partie de #OptaX : l'intelligence artificielle au service du football https://t.co/eqHKutSn4d

C’est le moment de : (re)lire @CKuchly. https://t.co/3u1aylblJR

RT @richardcoudrais: Bientôt en salles le film «Comme des garçons » de Julien Hallard, une comédie sentimentale sur fond de lutte pour la r…

Les Cahiers sur Twitter

Le forum

Ligue Europe, la coupe de l'UEFA

aujourd'hui à 10h10 - CELTIC BHOY : syleaujourd'hui à 09h52Franchement, autant je ne peux pas encaisser Turpin (il avait pourtant... >>


Lost horizons

aujourd'hui à 10h04 - khwezi : Jus de Nino24/04/2018 à 18h38---------Pardon, avec pleins de jours de retard. Tu as posté un... >>


Foot et politique

aujourd'hui à 10h02 - Tonton Danijel : "De son parcours scolaire, on apprend que le jeune homme souhaitait devenir basketteur et avait... >>


Observatoire du journalisme sportif

aujourd'hui à 09h58 - Tonton Danijel : Mevatlav Ekraspeckaujourd'hui à 00h23Au passage, je m'excuse car j'ai compris ce matin que tu... >>


Dans le haut du panier

aujourd'hui à 09h45 - Giresse au bout de mes rêves : GSW-NOP : 4- 1 >>


Paris est magique

aujourd'hui à 08h57 - Classico : Sidney le grand Govou26/04/2018 à 13h31———————Sérieusement, sur cette question, je... >>


Gerland à la détente

aujourd'hui à 08h53 - Il Capitano : Hyogaaujourd'hui à 05h53Il Capitano26/04/2018 à 12h19Marrant l'article du Libéro sur la possible... >>


Le Palet des Glaces

aujourd'hui à 08h49 - Simon Jérémy : ok ok, merci. A mettre sur le compte de mon inexpérience, je ne regarde pas assez de hockey (et... >>


Manette football club

aujourd'hui à 08h06 - le Bleu : Je suis en train de terminer Soul Reaver 1. Un jeu visionnaire sur bien des aspects et qui mérite... >>


Café : "Au petit Marseillais"

aujourd'hui à 08h00 - le Bleu : C'était aussi un joli duel d'arrières droits : Sarr et Rainer MVP ! >>


Les brèves

Sans Pellegrino

"Southampton : Pellegrino limogé." (lequipe.fr)

PAOK-47

"Grèce : un président de club armé sur le terrain." (libé.fr)
Avec des crampons de 9 mm.

Les sept samovars

"Sept supporters à Moscou." (lequipe.fr)

L'Astori continue

"Le contrat de Davide Astori a bien été prolongé par la Fiorentina, malgré son décès." (lequipe.fr)

L'abeille cool

“LOSC : Maia reste confiant.” (madeinfoot.com)