auteur
Gilles Juan

 

Footballeur du dimanche et philosophe de comptoir. @Gilles_Juan


Du même auteur

> article précédent

Revue de stress #163

> article précédent

Banks 1970, l'arrêt du siècle

Winamaxgate : les boules étaient-elles trop chaudes ?

"Ignoble", "indigne", "odieux": un tweet de l'opérateur de paris sportifs Winamax a suscité l'indignation de l'OL et du journaliste Hervé Penot. Ce qui pose la question du rapport entre le rire et le préjudice.

Partager

 

L'affaire de la "ligue du lol" (qui est grave parce qu'il y est question de harcèlement et de domination, et non simplement de blagues) va-t-elle servir de prétexte pour condamner l'humour offensant, de manière générale? Le lien est fait sur Twitter par le journaliste de L'Équipe Hervé Penot: "Incroyable de penser après la ligue du LOL qu'on soit capable de tels agissements".

 

Quels agissements? Un tweet gras et caustique (et supprimé le lendemain) du compte de Winamax, site de paris sportifs. Le tweet présentait "les coulisses des entretiens exclusifs d'RV Peno' avec Bruno Genesio": la vidéo ainsi introduite était un extrait d'un reportage télé incroyable, chez une femme qui propose très sérieusement de "lire l'avenir dans les sexes".

 

 

 

 


Les faits

Les images sont localement floutées, pour respecter la pudeur, et tellement grotesques qu'elles sont comiques: avec un premier degré confondant, la "médecin" interprète pour la caméra les soucis du patient, nu et allongé, en massant à la fois franchement et délicatement tout le volume et les recoins de son sexe.

 

Il se trouve que le patient souffre au travail et que la soigneuse se soucie sincèrement de lui – ces mentions sont d'importance, en ceci qu'elles permettent de ne pas complètement réduire le tweet aux perpétuels, sexistes et agaçants parallélismes entre flatterie et fellation, mansuétude et masturbation.

 

La lecture des lignes de la main à l'ère des sites pornos, choisie par Winamax pour faire analogie, et caricature, du soin délicat que prendrait le journal L'Équipe à défendre Bruno Genesio: ça n'a pas du tout plu au journaliste ni au club. Ce dernier subit de nombreuses critiques sur la qualité du travail de son entraîneur.

 

 

 

 

Les "réseaux sociaux", et certains de leurs influents supporters de l'OL (dont des community managers de Winamax) ont régulièrement été dénoncés par l'Olympique lyonnais au motif qu'ils chercheraient à nuire à l'institution – et même qu'ils y parviendraient en fédérant une communauté de supporters contre le club. "Honte à Winamax", a tweeté ce samedi Jean-Michel Aulas.

 

Ces CM appuient apparemment là où ça fait mal: l'image de marque du club. Vu de l'extérieur, cette dernière paraît davantage abimée par les déclarations de Bernard Lacombe (qui vient encore de s'illustrer en déclarant que les supporters n'avaient pas la compétence de juger ce qui se passe sur le terrain, mais c'est une autre histoire).

 

Quoi qu'il en soit, l'Olympique lyonnais avait choisi de relayer la vidéo avant sa suppression, sans doute pour prouver son bon droit, et annoncer que le club "s'offusque du comportement ignoble et indigne de @WinamaxSport et prendra toutes les dispositions nécessaires pour faire cesser de telles initiatives odieuses".

 

 


Le procès

La France condamnant régulièrement l'humour, Hervé Penot ou l'OL obtiendront-ils "réparation" (s'ils portent plainte)? La suppression du tweet est déjà une concession – je préférais, pour ma part, la surenchère de Winamax ce samedi matin, avec le tweet habile et auto-parodique invitant à parier sur les options professionnelles prochainement disponibles pour le community manager.

 

Mais il y a eu suppression – les raisons n'ont pas été communiquées au moment d'écrire ce texte. En tout cas, il se trouve que l'humour "blesse", et que c'est un argument qui revient régulièrement pour obtenir des censures diverses.

 

Hervé Eon, qui avait brandi à Sarkozy la pancarte parodique et corrosive "Cass-toi, pov' con" avait été condamné pour "offense au chef de l'État". Dieu merci, ce délit est abrogé depuis 2013, par ailleurs la Cour de justice de l'Union européenne avait ensuite condamné le jugement français, liberticide et disproportionné: la critique politique et humoristique est peut-être vexante ou mordante, elle entre quand même dans le champ des choses permises par la liberté d'expression. On a le droit d'être à la limite de l'insulte quand on fait de la politique contestataire avec de l'humour – et il s'agissait, de fait, d'un "détournement", d'un retour à l'envoyeur.

 

La question n'est jamais de savoir si c'est drôle ou non. Comment être objectif? Le fait que des gens ont ri en voyant une caricature d'une singe-Taubira retrouvant la banane ne disculpe pas le média qui avait publié cela. Le rire peut autant être le point culminant de la cruauté (ce qu'exacerbe un personnage comme le Joker par exemple) que l'arme modeste du faible contre le fort, du peuple contre l'État, du prolétaire contre le patron. Il faut regarder au cas par cas.

 

 


Le verdict

La question n'est donc pas de savoir si le thème est sensible ou non (tous les thèmes sont potentiellement sensibles, tous les thèmes sont envisageables), ni de savoir si c'est drôle ou non. La question est de savoir ce qu'engage le rire. De savoir si le rire, que la blague vient chercher, porte un préjudice observable, direct et concret, ou pas.

 

Certes, il offense souvent (Sarkozy a sans doute été blessé "pour de vrai", et peut-être, tous les politiques caricaturés depuis que la liberté d'expression existe, et certains croyants en voyant certaines images, ou Denis Balbir lisant Jean-Patrick Sacdefiel, etc.), mais ces causes vexantes ont-elles porté un préjudice direct et observable?

 

Alors qu'elle devrait plus volontiers laisser le second degré compter parmi les outils de la liberté d'expression, la justice française est parfois franchement légère sur le sujet et requalifie régulièrement en insultes des contenus humoristiques, sans la moindre forme de nuance.

 

Or il y a des critères pour nuancer et caractériser le préjudice: sous couvert d'humour, alibi parfois insupportable, les blagues peuvent devenir du harcèlement, créditer des thèses concrètement nocives aux minorités, propager des thèses négationnistes, etc. Cela arrive. C'est relativement rare. La majeure partie du temps, on reste dans le champ de la liberté d'expression.

 

Et les blagues peuvent aussi être l'instrument de combats politiques. À ce titre, le tweet de Winamax peut poser un autre problème moral: la finalité du compte n'est-elle pas, in fine, de fédérer et d'élargir une communauté de parieurs? On n'y fait sans doute pas de politique, sur Winamax, dans l'idéal on y fait de la thune. La marque ne laisse-t-elle pas carte blanche à ces CM que dans ce but?

 

Il est tout à fait intéressant que le CM concerné, sur son compte personnel, ait choisi un extrait du Loup de Wall Street pour annoncer qu'il ne partirait pas. Scorsese a réussi un chef-d'œuvre, en sortant du manichéisme avec une subtilité telle qu'il a fait un film où ce qui se déroule est aussi offensant que séduisant à sa manière.

 

Reste aussi qu'on est en démocratie, alors vive la présomption d'innocence. Peut-être les CM de Winamax, twittos phares, ont-ils surtout voulu lutter, avec l'arme modeste qu'est la grossièreté (légitime et importante forme potentielle d'humour) contre une autre arme, cette fois propre aux dominants: la connivence.

 

C'est offensant, mais ce n'est pas grave. Peut-être même l'Olympique lyonnais va-t-il gagner de nouveaux soutiens, et Winamax perdre des adeptes? Les citoyens connectés choisiront. Sans doute, selon qu'ils auront ri ou pas. C'est le jeu de la liberté d'offenser.

 

 

Le numéro 2 de la revue des Cahiers est sorti,
faites-le entrer chez vous

Présentation.

Vous pouvez : 
• le commander chez votre libraire
• le commander en ligne.
• et même vous abonner.

Partager

> sur le même thème

Tendu comme un stream

> du même auteur

Qui vole un neuf

Les médias et les journalistes


Jérôme Latta
2019-05-17

Comment faire du journalisme avec les stats ?

Une Balle dans le pied – Pour réellement valoriser les statistiques, les médias spécialisés doivent arrêter de lancer des chiffres qui ne disent rien, et prendre le parti de faire du journalisme avec les données. 


Nadine Zamorano
2019-04-18

L'invention du consultant

Comment s'est imposé le "consultant" de foot, dont le nom et le principe viennent du monde de l'entreprise et du conseil, et dont la fonction n'est pas toujours allée de soi?


Maxime Brun
2019-03-18

Ici, c'est "pas rire"

Tribune – L’élimination inattendue de Paris face à Manchester United a amené une ribambelle de commentaires moqueurs sur les réseaux sociaux. Un jeu auquel tout le monde n’a pas le droit de participer.


>> tous les épisodes du thème "Les médias et les journalistes"

Sur le fil

Podcast : l’OM, droit au flop (stratégique ?) - https://t.co/t34aOuM8MT via @Julien_Pillot

RT @lemonde_sport: Coupe du monde de football 2019 : un festival de films pour casser les préjugés https://t.co/wiZNL0mR7F

RT @LaurentFavre: Un supporter peut classer sans erreur les suffixes patronymiques suédois, norvégiens, finlandais, islandais, lituaniens.…

Les Cahiers sur Twitter

Les brèves

Alliance Arena

"Quand un arbitre assistant demande sa collègue en mariage." (lequipe.fr)

Prendre les shots les uns après les autres

"Hugo Lloris, le mister penalties de Tottenham." (lequipe.fr)

Milieu de tableau

"Rembrandt s'invite sur le ballon du Championnat des Pays-Bas." (lequipe.fr)

Trafic de coquines

“Football : la Colombie rattrapée par le mouvement ‘Me too’.” (ouest-france.fr)

Veuvage

"Pepe cherche à trouver la solution en solitaire." (lequipe.fr)