auteur
Jamel Attal

Du même auteur

> article précédent

Quadriceps

> article précédent

La Gazette du Mondial, numéro 5

Peut-on encore aimer l'équipe de France?

Ce titre provocateur pourrait cacher une vraie crise du supporter de l'équipe de France, à moins qu'il ne soit simplement victime de nostalgie… Si tout est radicalement différent quatre ans après le sacre suprême, est-ce nous qui avons changé ou bien l'équipe de France? En bonus: 10 raisons de ne plus aimer les Bleus.

Partager

 

Veille de fête
Il y a quatre ans, L'équipe de France se présentait à quelques jours de "son" Mondial traumatisée par France-Bulgarie, empreinte d'une culture de la défaite rarement démentie, menée à sa perte par un sélectionneur irresponsable, handicapée par le choix de Dugarry qui usurpait la place de l'étincelant Anelka, symbolisée par le disgracieux Deschamps, plombée par une campagne de matches amicaux incroyablement pénible, raillée par les médias unanimes pour répéter la doxa de L'Equipe... Se déclarer supporter de l'équipe de France revenait à s'exposer aux sarcasmes de ses collègues (ceux qui n'aiment pas le foot mais qui la ramènent tout le temps à ce propos).
 

Nous n'en menions donc pas large, habités par les doutes et la crainte d'un ratage complet. Pourtant, l'équipe de France restait notre cause sacrée, et même si nous nous préparions intimement à de nouvelles désillusions, nous caressions le rêve fou d'un titre mondial, inestimable réparation pour tout ce que nous avions enduré depuis 78, 82 ou 86 (selon les âges), donnant enfin une suite à 84.
 

C'est donc sur une terre absolument vierge que l'équipe de France nous a emmenés au soir du 12 juillet, chavirant dans une félicité d'autant plus grande qu'elle nous était inconnue. Il nous a fallu des semaines pour réaliser, pour prendre la mesure de l'événement au-delà de l'euphorie immédiate, pour jouir de toutes les vanités que procure un titre mondial… Puis, imperceptiblement, un léger désenchantement s'est installé, voire des symptôme de déprime chez certains pour lesquels le but ultime étant atteint, l'essentiel du bonheur était consommé.
 

Une pesante unanimité ?
Il fallut rapidement se rendre compte que l'audience du football s'était élargie au-delà de l'imaginable, drainant aussi bien les populations que les symboles. L'exploit, redoublé en 2000, a fait des internationaux des personnages médiatiques de tout premier plan, vedettarisés à l'extrême, transformés (avec leur collaboration plus ou moins active) en divas modernes. L'équipe de France s'est réduite à une image que tous essaient de s'approprier et il n'est pas étonnant qu'un sentiment de dépossession ait touché les puristes, obligés de partager leur savante et exigeante passion avec n'importe qui.
 

Or, cette passion s'épanouit bien mieux dans la polémique que dans le consensus. C'est peu dire que les Tricolores sont devenus intouchables, en raison de résultats sportifs extraordinaires et des conditions de leur genèse, au travers du conflit entre Aimé Jacquet et L'Equipe. Il faut cependant pousser loin le bouchon de l'aigrissement, pour, à la manière de Jean-Patrick Sacdefiel et des traumatisés du 12 juillet à Issy-les-Moulineaux, regretter l'époque des défaites glorieuses et souffrir véritablement de cette période dorée, dont au contraire nous tâchons de savourer chaque instant. Mais l'indiscutabilité du sélectionneur et des sélectionnés alimente simultanément un ressentiment qui s'exprimera très vite en cas de contre-performance en Asie (1).
 

Label Bleus
On a récemment évoqué les menaces qui pèsent sur les Bleus, et la moindre n'est pas celle des sollicitations de nature commerciale dont ils font incessamment l'objet. Les hommes sont employés à toutes sortes de campagnes, certains avec une présence publicitaire écrasante. Plus globalement, c'est bien l'image de l'équipe de France elle-même qui détermine une véritable industrie promotionnelle, laquelle a pris des proportions endémiques ces dernières années. Drôle de presse sportive en effet que les prospectus des hypermarchés, qui mettent les Bleus à toutes les sauces, parfois au sens propre. Difficile de faire un pas ou d'acheter quoi que ce soit sans être sans être racolé par le label Bleus. Deux décennies de travail de Jean-Claude Darmon sur la sélection semblent aboutir à ce déchaînement, qui a culminé avec la cérémonie Coca-Cola à la fin de France-Belgique.
 

(1) On sent bien monter autour de nous une part de ressentiment, on voit venir la revanche de ceux qui misent éternellement sur la défaite, parce qu'elle leur donne un meilleur rôle. Ils pourront surfer sur une vague de déception sans précédent si les Bleus déçoivent, les attentes étant immenses et rarement pondérées de réalisme. Lemerre pourrait ainsi connaître une spectaculaire inversion de sa popularité, tant il constituera un coupable idéal. Malgré le consensus apparent, les procès sont instruits et les dossiers seraient bouclés une minute à peine après l'élimination. Pour le coup, notre nostalgie se radicaliserait douloureusement…



10 raisons de ne plus aimer les Bleus

Tout le monde les aime.
Ils ont Obispo et Lalanne comme potes.
Ils vont accorder des interviews à Jean-Pierre Pernaut et Flavie Flament.
La chanson officielle est vraiment atroce.
Cette fois, Lebœuf est titulaire.
Cette fois encore, Djorkaeff est titulaire.
Sans Diomède, ce n'est plus la même chose.
En France, on préfère les équipes qui perdent.
L'acoustique du Stade de France est nulle.
Le club des supporters est une honte.

 

Partager

La Coupe du monde 2002


2010-06-11

10 raisons de ne pas gagner la Coupe du monde

Soyons lucides: il va falloir se préparer à cette éventualité. Alors autant voir déjà le bon côté de la chose.


Etienne Melvec
2002-10-21

Une inquiétante Coupe du monde

Le volet technique et tactique du rapport de la FIFA produit beaucoup de banalités, dont émergent pourtant des indices très significatifs de l'évolution du jeu: sens des buts, tendances tactiques, évolutions des rôles.... Et à l'arrivée, difficile de nier que la qualité du jeu a été très décevante.


Julie Grémillon
2002-10-21

L'organisation était presque parfaite

La FIFA a publié son rapport sur le Mondial 2002, sécuritaire et parfaitement organisé, complète réussite pour les pays hôtes et les acteurs économiques. Le tableau presque idyllique d'un sport sans dopage, qui ravit les sponsors, mais dans lequel les journalistes sèchent les matches et les joueurs sont en pièces détachées…


>> tous les épisodes du thème "La Coupe du monde 2002"


Le forum

Changer l'arbitrage

aujourd'hui à 20h13 - Arthur33 : @Mik : la question est mal posée. Le 10 rouge est, selon cette photo, plus proche du but... >>


Premier League et foot anglais

aujourd'hui à 20h05 - Bale de jour : Le match de Liverpool était abject. Deulofeu a un peu surnagé, mais sinon c'était du gros... >>


Le fil de butte avec ses potes en croco

aujourd'hui à 20h01 - L'amour Durix : Ah mais du coup, les téléspectateurs ratent les "la ligue on t'enc*le" ! >>


Le fil prono

aujourd'hui à 19h48 - Westham : Désolé je pensais qu'il y avait quelqu'un d'autre avec Robby. >>


Foot et politique

aujourd'hui à 19h48 - Dan Lédan : Et je suis d accord les policiers sont pénibles.. >>


Café : "Au petit Marseillais"

aujourd'hui à 19h35 - Lucho Gonzealaise : Le constat ces dernières semaines, c'est qu'on est une équipe de deuxième mi-temps, on finit par... >>


Aimons la Science

aujourd'hui à 19h02 - Amoros l’amoroso : @Josémi: t'inquiète, j'avais bien saisi ???? et ton intervention m'a rappelé quelques bases que... >>


Gerland à la détente

aujourd'hui à 18h55 - Mik Mortsllak : impoli goneaujourd'hui à 14h32En fait, on n'a quasiment jamais eu l'entraineur qu'il fallait au... >>


Les CdF : cahiers de doléances

aujourd'hui à 18h21 - Milan de solitude : Et mettre un accent grave au "a" du chapeau (que je comprends mal, par ailleurs). >>


Le Ch'ti forum

aujourd'hui à 18h18 - Seven Giggs of Rhye : Belle opération cet après-midi, 4 points d'avance sur notre adversaire du jour. Espérons que... >>


Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)