> article précédent

Dernier slow en Slovénie

> article précédent

Revue de Stress, numéro 5

Olympique de Marseille 2003/2004, la fiche

L'OM est de retour et s'il n'est pas là pour rigoler (à en croire le visage de ses dirigeants), nous si.
Partager

Le scénario idéal Dirigé d’une main de fer (Alain Perrin) dans un gant de fer (Christophe Bouchet), l’OM renverse tout sur son passage en retrouvant une popularité inégalée. Point d'orgue de la réussite marseillaise: alors que les olympiens mènent 3-0 lors du sommet de la saison, le PSG préfère ne pas revenir sur le terrain après la pause, prétextant faussement une agression de Pauleta par Dédé Tronche-plate dans le tunnel. Le parcours de l'OM en Ligue des champions est de toute beauté, il s'achève en demi-finale, mais le club remporte le championnat, la Coupe de France et la Coupe de la Ligue. Jean-Michel Aulas en devient vert. Thierry Muratelle écrit dans La Provence: "La planète Marseille scintille de nouveau comme le joyau astral le plus éclatant d'une galaxie du football qui ne brillait plus durant l'éclipse des étoiles phocéennes". Alain Perrin n'achète plus ses costumes que chez Armani et Christophe Bouchet fait la couverture de L'Usine Nouvelle et de Valeurs Actuelles. Il parvient même à sourire sur la photo officielle lors de la remise du prix de manager de l'année (double claquage). Les supporters réclament spontanément une augmentation des abonnements afin de provisionner l'arrivée de Zidane en 2005, date à laquelle la couverture du Vélodrome sera achevée. Bernard Tapie déclare "Tout ça, c'est quand même grâce à moi". Le scénario catastrophe Après un bon départ, le club patine. Point d'orgue de la méforme marseillaise : alors que le PSG mène 3-0 (triplé de Pauleta, pourtant muet depuis huit journées), les supporters ne reviennent pas dans les tribunes après la mi-temps. Le discours de Perrin ne passe plus auprès des joueurs et celui de Bouchet lui met la France du football à dos. C'est la débâcle dans l'effectif. Mido est retrouvé nu sur la plage du Prado, un soir de semaine à deux heures du matin ("Je ne me souviens de rien, j'étais dans ma Ferrari avec une copine, à moins que soit le contraire", déclare-t-il aux policiers). Camel Meriem, après s'être inscrit en douce aux Dépressifs anonymes, éclate en sanglots en évoquant sa situation dans Vie privée-Vie publique, l'émission télévisée de Mireille Dumas. Obligé de vendre Van Buyten, de faire jouer les jeunes du centre de formation et de faire revenir Bakayoko, Nouma et Berizzo au mercato, Alain Perrin vit une incroyable série de huit défaites sur le score de 1-0. Des Ultras marseillais, auxquels Bernard Tapie a indiqué l'entrée du tunnel creusé par Jean-Pierre Bernès en 1993, pénètrent dans La Commanderie et mettent en pièces les vingt-cinq costumes marron entreposés dans la penderie du bureau d’Alain Perrin. Christophe Bouchet doit revendre à perte ses actions à RLD. Il part reprendre le SCO d’Angers et est remplacé par Charles Biétry, qui déclare: Il manque un sourire à l’OM". La phase de jeu typique

Van Buyten récupère le ballon après que l’attaquant adverse eut fait demi-tour en le voyant débouler la mâchoire en avant. Il alerte Meriem sur le côté droit, mais une grosse vanne de son entraîneur déstabilise l’ex-Sochalien qui perd le ballon. Brahim Hemdani le récupère pour déborder et ajuster un long centre aérien. La balle ricoche sur les cheveux gras de Van Buyten qui a suivi, mais Mido écarte les défenseurs d’un seul coup de fesses et Drogba, qui a beaucoup travaillé les têtes plongeantes à deux mètres de la cage, ne manque pas le cadre. Alain Perrin engueule Celestini qui n'a pourtant rien fait. La stratégie secrète du président Racheter le Phocéa et l'armer de canons pour bombarder Monaco. L'objectif sportif Battre le Real, Manchester, la Juve et le PSG. L'objectif marketing Vendre Philippe Christanval aux médias comme "le futur Marcel Desailly". Le point faible Le capital sympathie des dirigeants. Le point fort Le capital sympathique de l'actionnaire. Le calembour de l'intersaison Les dirigeants marseillais ont préféré recruter en Tchéquie qu'à Rio. L'OM 2003/2004 en questions La ruse consistant à mettre des numéros 9 sur tous les joueurs pour améliorer l’efficacité offensive n’est-elle pas un peu grossière? Christanval-Van Buyten remporteront-ils le concours de la défense centrale la plus lente d’Europe? Si Christophe Bouchet parvient à sortir la série limitée "OM" de la Fiat Bravo, est-ce que les joueurs seront obligés de rouler avec? Si l'OM est 2e au classement final, mais 1er à la moyenne anglaise, est-ce que Christophe Bouchet réclamera le titre? La question qui ne se pose pas Comment faire oublier Bakayoko?
Partager

> déconnerie

Paris, droit au bus

> Dossier

Déconneries

Déconneries


Christophe Kuchly
2018-06-26

Le match dont vous êtes le héros

L'Espagne et le Portugal, qualifiés dans le groupe B, seront au rendez-vous des huitièmes de finale du Mondial. À moins que…? Bienvenue dans un monde imaginaire dans lequel vous êtes l'arbitre et où chaque décision peut changer le cours de l'histoire.


Christophe Zemmour
2018-06-25

Messi, tel Son Goku

Un prodige que l’on attend sur le toit du monde mais qui peine à décrocher le titre suprême, tout en vivant dans l’ombre d’un prédécesseur génial et farceur: voilà une histoire que l’on a déjà entendue quelque part...


2018-06-17

[JDD #7] Irrésistibles

Le Journal de Didier – Conspiration tactique, incident avec Clément d'Antibes, start-up de Rami… Récit des derniers jours des Bleus à Clairefontaine. 


>> tous les épisodes du thème "Déconneries"

Sur le fil

Make the rich richer (again). https://t.co/Oz92m8cgBS

Le streaming, parfois, c’est de l'art. https://t.co/G47rU99NsS

Hum. https://t.co/n2RZDG5J4f

Les Cahiers sur Twitter

Les brèves

Happy Neuer

Neuer : 'Finir l'année sur une bonne note'." (lequipe.fr)
Et en avant la Munich !

Malcolm Leaks

"Quand Malcolm enfile le maillot de l'OM." (lequipe.fr)

Emile Louis-II

"Les ‘combines’ de Monaco pour attirer les joueurs mineurs." (lequipe.fr)

Je crois keupon

"Laurent Blanc n'a esquivé aucun sujet. Même ceux qui fâchent..." (lequipe.fr)

Michel derche accueillant

"C'est devenu Montpellier Eros." (France Football)