auteur
Le Feuilleton de la Ligue 1

Du même auteur

> article précédent

Banderole décomposition

La Gazette > 32e journée

Partager
Les résultats de la journée

Saint-Étienne-Le Mans: 4-1
Marseille-Lyon: 3-1
Caen-Valenciennes: 1-0
Nancy-Paris SG: 1-0
Lens-Metz: 1-1
Nice-Lille: 0-0
Toulouse-Lorient: 0-0
Auxerre-Sochaux: 0-1
Rennes-Bordeaux: 0-2
Strasbourg-Monaco: 0-2


Les 5 gestes de la journée

• La "gamelle" d'Alou Diarra qui aurait enlevé un but aux Rennais s'ils en avaient inscrit un.
• Le contrôle-talonnade pour lui-même de Baky Koné dont le centre en retrait, au terme d'un fulgurant débordement, est coupé par un dernier défenseur lillois avant qu'Ederson n'ait le temps de conclure dans le but déserté.
• Le tacle à la désespérée du soldat Cissé dans la surface lyonnaise, qui dit au sergent Niang: "Tiens, prends ça et laisse moi ici, je ne te sers plus à rien".
• Le flip-flap c'est facile, flip-flap d'avoir du style, de M'Bami pour s'extirper du pressing de deux Lyonnais comme de deux pupilles avant de trouver Niang en profondeur, en toute modestie.
Hatem Ben Arfa.


Les 5 antigestes de la journée

• Les six ou sept "high five" donnés et reçus fièrement par Boumsong qui se garde bien de dire à ses coéquipiers que c'est Cana qui a marqué.
• L'enfoncement de rotule d'Alou Diarra tenté par Pagis qui n'a pas son pareil pour assurer sa présence alternativement dans les gestes et les antigestes des Cahiers.
• La montée à contretemps d'Ekoko, juste au moment où la tête hasardeuse de Fernando arrivait au poteau qu'il était sensé garder.
• La Domenech de Rami sur Baky Koné dont, surprise, le pronostic vital n'est pas engagé après l'intervention du Lillois.
• La perfection dans le timing, la détente et la puissance de la tête de Cana qui, en bon capitaine, s'assure que la tête de son gardien n'enfle pas trop en limitant la durée de son invincibilité.


briand_protestation.jpg"Oh Jérôme ! Ce coup de génie, il vient quand?"


La bannette

Le président qui a un DEUG d'hypnose
Jean-Michel Aulas (olweb.fr): "Fred a été sanctionné sur un coup reçu, c'est regrettable. Il a ensuite été piétiné. L'arbitre fait jouer pendant que nous sommes à 10, on prend ensuite un but sur cette phase de jeu. Ceci n'est pas une analyse non-objective ou subjective". Vos paupières sont lourdes, aucun club n'a jamais gagné sept titres consécutifs en Europe.

Le duo avec Eminem
Guy Lacombe (lequipe.fr) : "Didot reviendra".

La confusion entre Bloodsport et West Side Story
Jean-Michel Aulas (olweb.fr) : "Je pense que l'arbitre aurait pu mieux canaliser cette agressivité en première mi-temps. On ne peut pas en faire de même et transformer le match en combat de rue".

Le short un peu serré
Elie Baup (L'Équipe) : "Ce n'est pas le moment de craquer".

L'adepte du "C'est pas moi c'est lui"
Jean Fernandez (fcsochaux.fr) : "Nous avons fait beaucoup d'erreurs techniques mais cela a été provoqué par Sochaux qui nous a fait déjouer".

Le compagnon créole
Yvon Pouliquen (rclens.fr) : "Cette égalisation, c'est bon pour le moral".

L'entraîneur qui perd toujours au rami
Antoine Kombouaré (LFP) : "On a eu du mal à poser notre jeu".

L'entraîneur aspiré dans la cuvette
Jean-Pierre Papin (rclens.fr) : "On recule alors que nous aurions dû pousser".

Le trophée incassable
Ricardo (L'Équipe): "Je m'attendais à ce que l'on brise la spirale". Désolé Ricardo, la Spirale 2007 de l'ennui et de la frilosité a été construite à partir d'ADN de la clavicule de Franz Beckenbauer.

L'impresario de Flipper Jr.
Jean-Alain Boumsong (L'Équipe) : "On a un dauphin qui a un parcours très intéressant".

La spéciale dédicace à Johan Micoud
Jimmy Briand (staderennais.com) : "Je pense qu'il y avait faute sur moi et donc penalty. Mais ça ne sert à rien de polémiquer"

Le pote à maître Yoda
Cédric Hengbart (sport24.fr) : "Maintenant, dans ce championnat, l'envie d'aller voir un peu au-dessus pourrait se faire".  

Le pote à Jean-Claude Dusse
Alain Perrin (sport24.fr) : "Il va falloir penser à conclure ce championnat".

L'abnégation pour de vrai
Rudi Garcia (asse.fr) : "Ce soir, j'ai vu deux équipes du Mans". Quel courage.

Le voyant qui passe au gros rouge
Luis Fernandez (M6) : "Il te reste trois clubs. Il te reste Toulouse, il te reste le PSG, il te reste Lens. Je pense que sur ces trois-là, il y en a un qui va descendre".

La périphrase
Alain Perrin (L'Équipe): "La chance ne nous a pas souri ce soir". C'est le surnom de Bernard Lacombe?


Le top "Acquis profite le crime ?"
• Frank Dumas (L'Équipe): "Le maintien n'est pas encore acquis".
• Fabien Audard (L'Équipe): "Avec 43 points, le maintien est pratiquement acquis".
• Antoine Koumbouaré (L'Équipe): "Le maintien est loin d'être acquis".

Le top "syntax error" de monsieur l'entraînor
• Luis Fernandez (M6): "Il ne faut pas non plus passer inaperçu le parcours des Girondins".
• Luis Fernandez (M6): "Le Marseille de Gerets, il y a un jeu, il y a quelque chose qui est composé, il y a un football qui se joue".
• Luis Fernandez (M6) : "Il est sympathique, il a une touche, il a toujours ces... C'est un intéressant parce que quand on l'écoute, quand il finit un match, lorsqu'il en parle, le lendemain ou dans la préparation, parfaitement... bien dit! Avec ce... l'humour! C'est magnifique l'humour! En plus on sent que sur le terrain, on répond à son jeu, à son style".


rujne_itw.jpg
"Avec une défense qui se fait mettre comme ça, c'est 'Bienvenue j'ai la chtouille'!"


Arbitrage maison

L'idée d'introduire la vidéo dans l'arbitrage progresse si vite que certains de ses partisans s'oublient quelque peu dans leurs déclarations. Ainsi, Jean-Michel Aulas avance-t-il sans sourciller, quand on lui demande de s'exprimer sur les médias de la maison OL: "OLtv et OLweb, c'est pour moi la technologie de demain, la technologie de l'image, et on sait que l'image, dans la gestion, dans le management et la communication, c'est essentiel. Donc c'est pour moi un outil de travail formidable, mais c'est aussi une anticipation d'avenir: qui sait si l'arbitrage, demain, n'aura pas besoin de vidéo?" (OMtv).

On peine à en croire ses oreilles, tant cette déclaration semble suggérer que disposer des moyens de produire les images procurerait, si un jour celles-ci sont utilisées pour arbitrer les matches, un avantage stratégique pour les clubs. JMA met le doigt sur un problème crucial - l'impartialité du producteur des images - en donnant l'impression de mettre déjà la main dessus. Et en mettant au goût du jour la vieille notion d’arbitrage à la maison.



Sondage idiot: la soluce

Vous n'êtes que 17% à avoir deviné que Jean-Michel Aulas n'avait pas déclaré vouloir baisser le salaire des arbitres. En revanche, Ettori a bien proféré des menaces, L'Équipe a bel et bien publié ces énormités, le président de Nancy a effectivement demandé à rejouer le match et Pablo Correa s'est vraiment épanché en ces termes après Bordeaux-Nancy: "Je pensais que se faire enculer était moins douloureux".



f2f_sondarb.jpgApocalypse not now

On a bien cru que le ciel nous tombait sur la tête pendant le traditionnel "débat" de France 2 Foot. Introduit comme il se doit par une question débilitante à souhait, il partait pourtant sur de bons rails. Le vote SMS était dans la droite lignée des dernières inepties publiées par L'Équipe: 84% jugeaient les arbitres mauvais. Un grand classique de niaiserie populiste s'annonçait. Et soudain, Rolland Courbis vole au secours du corps arbitral. Les oiseaux suspendent leur vol, la terre arrête de tourner. L'apocalypse. Un flot de SMS s'abat sur le standard de l'émission parmi lesquels un bon nombre non dénués de bon sens. Florilège:

• La critique est facile, l'éducation l'est moins! Expliquez les lois au lieu de critiquer ceux qui les appliquent!
• Les journalistes se réfugient derrière la vidéo et les ralentis pour critiquer les arbitres. Quel courage!
• Ne faut-il pas accuser les joueurs de tricher plutôt que les arbitres d’être mauvais?
• lus les médias sèment le doute sur les prestations des arbitres, moins ces derniers seront pris au sérieux dans les stades.
• Les journalistes ne portent-ils pas eux aussi une responsabilité dans la décrédibilisation de l'arbitrage?
• Avec cinquante caméras il est très facile de critiquer une décision, mais à vitesse réelle, combien pensent qu'il y a faute?
• Les commentateurs ne devraient-ils pas s'abstenir de porter des jugements définitifs sur les actions litigieuses?

Heureusement, les tauliers reprenaient la main, in extremis. Le monde était sauvé ainsi que le consensus présumé sur la vidéo, mais on n'était pas passé loin.


seube_denonce.jpg
"M'sieur, c'est pas pour cafter, mais y'a Kombouaré qui fait le protocole du bisou à vot' dame, là-bas".

La minute pathologique de Philippe Lucas
"C'est un peu de la langue de bois sur les arbitres. À un moment il faut dire qu'ils sont pas bons! Ils sont pas bons, faut arrêter! Y a le discours quand on est en coulisses et y a les discours quand on est sur le plateau!" (France 2 foot). On n'a vraiment pas envie de savoir ce que vous vous dites en coulisse.

L'épiphanie dominicale de Guy Carlier
"Pourquoi Platini, qu'on aime tous, est-il opposé à la vidéo? Ca c'est une réelle question. Pourquoi est-il opposé à la vidéo? Je comprends pas. Ce garçon a l'air progressiste, intelligent, il a l'air de vouloir faire bouger un peu l'UEFA... Regardez au rugby: qu'est-ce qui se passe?" Il se passe que tu n'y connais absolument rien en foot?



soprano_m6.jpgPeopletergeist, ou l'invité fantôme

Proie favorite des talk shows, l'artiste amateur de foot est utile à bien des égards. Il permet de renouveler lun peu les plateaux, occupés par les mêmes têtes depuis des lustres. Le problème, c'est qu'une fois qu'on a déja invité trois fois Solo, Bruel et Cornillac, le people fan de foot se fait rare et l'artiste en promo rechigne à venir étaler son inculture footballistique un dimanche à minuit. Cette semaine, c'est Soprano, rappeur marseillais estampillé "supporter de l'OM" depuis un clip tourné entre le Vélodrome et le bureau de Pape Diouf – mais qui semble s'y connaître autant en foot qu'en opéra – qui s'y collait sur M6. Sept prises de parole (la plupart sur l'insistance du présentateur) plus tard, la valeur ajoutée saute aux yeux. La retranscription reprend l'intégralité de ses interventions.

– "Ah bien sûr, il [Gerets] est arrivé, il a remis un peu un cadre de travail qu'on le sent nous même, même eux les joueurs on le sent dans la vie, on les voit dans la rue, on sent que... là, telle heure: hop, entraînement, tac tac tac tac, ils sont calés quoi".
– "On sent aussi que les joueurs ils ont grave confiance en l'entraîneur".
– "Le 29 juin c'est pas un poisson d'avril".
– "Je suis d'accord quand il dit que maintenant ça va plus vite qu'avant. Ça fait que les joueurs sont plus jeunes, ils ont plus de technique, il y a plus de pression, plus d'engouement et je trouve que c'est vrai il a raison il faut changer carrément le..."
– "Nan moi j'ai pas de pronostic, mais c'est vrai que nous on est bien. Mais c'est vrai que comparé à l'exemple du PSG, c'est vrai qu'à un moment donné il va falloir qu'ils se bougent parce que Toulouse et Lens, eux ils se disent c'est notre manière de... On a une chance de..."
– "Moi aussi je pense pareil que lui, Toulouse."
– "C'est pas parce qu'il est à l'OM que je dis ça. Il [Valbuena] débloque vraiment les matches. Il me fait penser un peu quand Ribéry est arrivé et dès qu'on le voyait à chaque match il progressait".



Aulas-Diouf: l'interview croisée



Extraits pour les feignasses:

- Le match que vous pourriez regardez dix fois en DVD?
PD : Certainement le match Brésil-Tchécoslovaquie en 1970 lors de la Coupe du monde qui s'est jouée au Mexique.
JMA : Le premier match que nous avons gagné avec l'Olympique lyonnais à Saint-Etienne. J'étais président et c'est un but contre son camp d'un joueur de Saint-Etienne. Dans la rivalité positive du derby, y a des moments forts.

- Votre rêve le plus fou?
PD : Je pense avoir été beaucoup aidé par la vie pour ne pas avoir aujourd'hui de rêve fou.
JMA : Pêcher en Australie un Black Marlin de cinq cent cinquante kilos. Ca serait mon record donc c'est le rêve le plus fou.

- Votre dernier éclat de rire?
PD : Ça s'est produit à Nantes, après Carquefou, mais il était jaune.
JMA : C'était à une commission marketing de la Ligue, Pape Diouf était présent d'ailleurs, et y'a eu des fous rires plutôt sympathiques parce qu'on était entre présidents, ce qui prouve qu'il n'y a pas que des choses négatives entre les présidents.

- Votre playlist musicale?
PD : Je dirais que j'ai deux chanteurs que j'affectionne: l'un est Américain, c'est James Brown, et l'autre est Sénégalais, c'est Youssou N'Dour.
JMA : Moi je suis un fan, ça fera ringard peut-être pour les plus jeunes, c'est Patricia Kaas. J'adore aussi Jean-Jacques Goldman, on a quelques amis communs.


Les trois questions en off qui n'ont pas été diffusées

- Votre restaurant préféré?
PD : Chez Gustave, pour l'exaltation des papilles que suscite invariablement ses brochettes de lotte aux morilles façon Gustave.
JMA : Hippo pour la rapidité du service, et les petites choses passionnantes qu'on apprend en lisant les sets de tables en papier.

- Le meilleur prêt-à-porter?
PD : Hugo Boss, pour nous, les boss.
JMA : Celio, pour la compétitivité de ses prix – et parce qu'on est en train de discuter d'un prestigieux contrat de sponsoring entre l'OL et cette marque de renommée mondiale. Et je sais que c'est une marque qui fait rêver nos supporters, surtout nos ultras qui sont fans de C&A mais aimeraient tellement pouvoir se payer un trois pièces Célio un après-midi de soldes.

- Votre position favorite en amour?
PD: La position du girafon mozambicain. Parce que... enfin, vous voyez quoi. Un girafon je vous dis (clin d'oeil).
JMA: Le missionnaire, car c'est un investissement juste, progressif et raisonné qui assure l'inéluctabilité de l'orgasme. Je me laisse très exceptionnellement tenter par une levrette claquée, comme ce jour où j'ai discuté profondément avec Abramovich du dossier Malouda.


aulas_livre.jpg
"Le Grand Livre de l'année fiscale 2005 après cession de l'actif Essien. Pourquoi cette question?"



OM-OL: les observations en vrac

• Pourvu que les petits cochons ne mangent pas cette équipe de Marseille. On est à ça d'avoir une lutte magnifique pour le championnat l'an prochain. Quoi, Bordeaux?
• Sans Cris, Benzema et Toulalan, les Lyonnais sont prenables comme les autres.
• Planquez les enfants : Modeste M'Bami est en voie de Makeleletisation.
• Zéro tir cadré par l'adversaire en première mi-temps, un but encaissé quand même: si l'OM n'existait pas, il faudrait l'inventer.
• Planquez les grands-mères: Samir Nasri est en voie de Djibrilisation.
• Si Cris, Benzema et Valbuena avaient aussi été sur la pelouse, le record de France du nombre de beaux gestes aurait été explosé.
• L'opération de salubrité publique à lancer aussi vite que possible: "Trouvons un club qui fasse jouer Hatem Ben Arfa si les Lyonnais ne le trouvent pas assez bien pour eux".
• Les chiffres du match selon le site officiel de l'OL: 21 tirs pour les Lyonnais, 6 occasions de but; 13 tirs pour les Phocéens, 2 occasions de but, mais 6 arrêts significatifs de Coupet. Sans rire. Les arrêts significatifs de Mandanda ne sont pas comptabilisés.
• L'information capitale de la soirée: selon Laurent Weil, Christophe Dugarry, Christophe Josse et lui ont déjeuné dehors en t-shirt à Marseille.




lillois_merda.jpgL'esprit du Nord

Un grand moment sur France 2, dimanche après-midi. Lionel Chamoulaud nous apprend que Stade 2 sera en partie consacré à l'affaire de l'infâme banderole anti-ch'ti. S'ensuit une bande-annonce de vingt secondes offrant chœurs lensois et drapeaux sang et or agités avec ferveur. Le sémillant journaliste conclut d'ailleurs, une émotion dans la voix, que telle est la réponse du public ch'ti, digne, superbe, tolérante. Las, au milieu des chants reprenant Pierre Bachelet à provoquer des ch'frissons, cette écharpe, brandie par un spectateur lambda, et clairement lisible: "Lillois merda". Ah oui, on la voit "la réponse" du public ch'ti: comme les autres, quoi.



Le TFC et l'oiseux moqueur

À en croire L'Équipe et environ 19.620 spectateurs, "TFC" peut désormais être employé comme synonyme d'"indigence" dans n'importe quel compte-rendu de match. Rien de très nouveau, semble-t-il. On aurait donc pu s'attendre, de la part de La Dépêche du Midi, quotidien régional basé à Toulouse, à un article critique, ou au contraire bienveillant dans la tempête. Bref, le papier traditionnel après un énième match raté de l'équipe locale. Et on découvre au contraire un texte bizarrement moqueur.
Ainsi, dans un article intitulé "Le point qui change tout", on lit que le match a "été celui de la ‘rédemption’ des Violets"... car "c'est un résultat sinon espéré, du moins parfaitement en adéquation avec ce que Toulouse était capable de faire dans cette soirée". Ou comment se foutre de la gueule de Jésus. C'est qu'"en concédant son dixième match nul de la saison au Stadium, le TFC a ainsi fait un incroyable bond au classement puisqu'il n'est plus relégable"! Ouah! On retrouverait presque le concept de "défaite rassurante" popularisé par David Astorga. Pas étonnant, du coup, qu'on ait droit à une métaphore étrange, mélange mal dosé de Viagra et de Jeux olympiques: "C'est dire l'âpreté de cette fin de saison où chaque centimètre gagné va se transformer en médaille d'or..."

La Dépêche du Midi place donc le TFC dans une sorte d'hospice pour handicapés légers, où chaque geste banal doit être encouragé. Comme le gars maladroit qui finit par marquer un but contre une DHR en Coupe de France, et qu'on félicite chaudement à coups de claques dans le dos. Bref, si même la presse locale s'y met, on n'est pas sorti de la berge (catalane).

baup_souci.jpg
Ah ça, fallait pas l'inviter, Salim Arrache.


10 raisons pour que Strasbourg reste en L1

• Trois mois ne seront pas de trop l'an prochain pour donner une avance décisive à Alvaro Santos dans la conquête du Ballon de plomb.
• Hantz viré, Furlan est le dernier représentant du renouveau glamour des entraîneurs et éducateurs français.
• Proisy va dire que Strasbourg c'était mieux avant, alors que ça a toujours été la zone.
• Claude Leroy va dire que Strasbourg c'était mieux avant, et en profiter pour ressortir un nouveau dossier d'abus de bien social concernant Proisy.
• C'est toujours bon de se donner une idée du niveau de L1 en comptant dans nos rangs un honorable représentant de la Bundesliga.
• Pour que les prochaines recrues de l'OM puissent continuer à s'aguerrir en L1 avant d'être envoyées finir leur carrière sur la Canebière.
• Pour avoir une chance de faire revenir l'enfant du pays, Marc Keller, qui fait du si bon boulot à Monaco.
• C'est comme Carquefou, l'amateurisme c'est ce qui rend le foot si fantastique à regarder.
• Parce que Praud étant déjà au FC Nantes, il n'y a plus que le Racing pour accueillir Balbir.
• Les clubs de L2 ont déjà bien assez de problèmes comme ça.



Les observations en vrac

L'Équipe est le dernier journal capable de publier le récit de la carrière de Bernard Mendy sans mentionner son Ballon de Plomb. Un jour, c'est Bernard Mendy qui publiera le récit de la carrière de L'Équipe.
• C'est après avoir vu en un seul dimanche Carlier, Lucas, Ménès, Grimaud, Rolland et Luis Fernandez donner leur avis sur la semaine footballistique qu'on s'est dit que finalement, On refait le match, ça pourrait être pire.
• Thierry Roland qui envoie l'âme d'un fayot au ciel en larguant une caisse en pleine émission, c'est comme un hommage à celle dans laquelle son remplaçant sur TF1 est enterré.
• Si Gillot et Gerets avaient commencé la saison avec Sochaux et Marseille, Jean-Michel Aulas aurait de l'urticaire.
• Dis, Denis, il est nul comment déjà, Laurent Roussey?
• Après des défaites face à Metz, Paris et Monaco, on ne voit plus trop quelle catastrophe peut encore arriver au RC Strasbourg. Un rachat du club par Jean Sarkozy peut-être?
• Quand un gardien, comme Luzi face à Diarra, encaisse une volée de sept mètres à 200km/h, il a au moins la consolation de ne pas se l'être prise en pleine poire.



L'envers du championnat
Les choses sérieuses ont commencé ce week-end. Metz a un tour d'avance, mais tous les concurrents aux places d'honneur sont parfaitement alignés dans les starting-blocks pour un sprint final de six journées qui ne devrait plus concerner que quatre valeureux prétendants. Strasbourg prend symboliquement les commandes du groupe de poursuivants, et s'empare peut-être définitivement de "sa" place, du moins celle à laquelle on attendait les hommes de Jean-Marc Furlan en début de saison. Bénéficiant du meilleur calendrier, ils devraient désormais dérouler tranquillement jusqu'à la fin pour, sinon se rapprocher des Grenats, du moins repousser la meute à distance plus confortable.

Car pour l'heure, les membres du club des quatre se tiennent en file indienne à la différence de buts, ce qui ne laisse aucun droit à l'erreur à qui que ce soit. Ainsi, le PSG ne pose qu'un timide orteil sur le podium, tandis que Toulouse et Lens s'y accrochent encore d'une phalange, déterminés à ne pas lâcher leurs ambitions aussi près de la ligne d'arrivée. Aucun choc au sommet ne viendra aider à creuser les écarts le week-end prochain. Le seul réel enjeu de taille se jouant à Louis II, où les hommes de Ricardo joueront leur va-tout pour recoller ou décrocher définitivement en recevant les Toulousains. Il en ira de même jusqu'à une 36e journée qui proposera un Toulouse-PSG aux allures de finale pour l'obtention du dernier strapontin pour un monde meilleur...
Partager

Le championnat de France


Jérôme Latta
2019-09-13

La Ligue 1 a-t-elle sa place dans le "Big 5" ?

Une Balle dans le pied – Que diable fait le championnat de France dans le "Big 5 européen? Examinons la légitimité de cette appellation contestée, qui a pourtant la faveur des économistes du sport.


Richard N
2019-05-31

Platini à Nantes, le rêve de Lagardère

En 1979, le nom de Michel Platini est discrètement évoqué dans les couloirs du Football Club de Nantes. Rien ne s'oppose à un transfert, sinon la frilosité des dirigeants. Le club nantais a-t-il raté un rendez-vous avec son histoire?


Richard N & Christophe Zemmour
2019-05-29

Feindouno 1999, la proie du doute

Un jour, un but – Le 29 mai 1999 au Parc des Princes, les Girondins de Bordeaux conquièrent leur cinquième titre de champion grâce à un but de leur tout jeune espoir, Pascal Feindouno.


>> tous les épisodes du thème "Le championnat de France"


Le forum

Feuilles de match et feuilles de maîtres

aujourd'hui à 18h00 - Balthazar : Si ce sont des textes littéraires que tu recherches, il y aurait la pièce de théâtre... >>


Messages de service

aujourd'hui à 17h55 - Mata a ri : Ça y est, l'effondrement a eu lieu. >>


Marinette et ses copines

aujourd'hui à 17h49 - CHR$ : Mais surtout le PSG est en train de caler avec 5 points dans les quatre derniers matchs. >>


Foot et politique

aujourd'hui à 17h49 - Toni fils brillant : Yep. Emmanuel Macron, il n'y a aucun doute.D'ailleurs, les derniers baromètres montrent la... >>


Paris est magique

aujourd'hui à 17h45 - Redalert : Et puis critiquer le PSG (et donc les Qataris) alors qu'il a tout fait pour qu'ils arrivent dans le... >>


Choucroute et bierstub: l'indigeste menu du RCS

aujourd'hui à 17h44 - le petit prince : Nom d'un manala (haut-rhinois powa), y'a donc personne pour une bière de mi-temps ? >>


Observatoire du journalisme sportif

aujourd'hui à 17h40 - Redalert : Et ça marche ? Ça fait combien de temps que tu n'as pas eu envie de tuer un Chilien ? >>


Le fil de butte avec ses potes en croco

aujourd'hui à 17h37 - CHR$ : Il y a un truc dans l'eau dans la région ou c'est simplement la culture locale ? >>


En rouge et noir !

aujourd'hui à 17h33 - Redalert : Il y a au moins une dernière séance dimanche prochain à 10h45.C'était génial, je le conseille... >>


Café : "Au petit Marseillais"

aujourd'hui à 17h22 - le Bleu : Va-t-on assister à la création d'une "amicale des équipes qui ont eu la chance de connaître El... >>


Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)