auteur
Antoine Faye

Du même auteur

> article précédent

La Gazette > 37e journée

Gaceta de la Liga : jornada 37

Partager
clasificacion_37.jpgLes résultats

Villarreal - Espanyol: 2-0
Osasuna - Murcie : 2-1
Atlético - Deportivo: 1-0
Saragosse - Real : 2-2
Athletic - Racing: 0-0
Valladolid - Getafe: 0-0
Barcelone - Majorque: 2-3
Betis - Seville: 0-2
Almería - Recreativo: 0-2
Levante - Valence: 1-5



L'Atletico change de statue

Après douze années de sommeil, la statue de Neptune, trônant à quelques centaines de mètres de las Cibeles, a connu un réveil brutal. Imaginez donc: depuis 1996, jamais supporter de l’Atlético Madrid n’avait eu l’occasion de réveiller le géant de marbre pour y célébrer quoi que ce soit.
Jusqu'à dimanche dernier, où les Colchoneros, sevrés de titres et gavés de désillusions, ont saisi le prétexte de la qualification mathématique en Ligue des champions pour aller rendre visite à leur statue. À défaut de Liga, on célèbre ce qu’on peut.

Still standing
Car l’air de rien, voir l’Atléti en C1 est déjà exceptionnel. Historiquement, les Rojiblancos sont le cauchemar des pronostiqueurs: des ambitions, chaque année plus grandes, et des désillusions à la mesure des espoirs initiaux. Malgré (ou grâce) à la vente de Torres et avec l’affirmation du Kun Agüero, l’Atleti a retrouvé les grands d’Europe, respectant enfin le standing qui sied à son histoire.
Face au Depor (1-0), il a montré en quoi l’équipe de cette saison différait des précédentes: prenant l’avantage au score grâce à Forlán, les Madrilènes ont – comme toujours – souffert dans les dernières minutes. Mais au lieu de concéder un piteux match nul, comme c’est habituel, l’Atléti n’a pas flanché, disposant de l’aide providentielle d’un poteau sur une occasion de Coloccini dans les dernières minutes.

Pour l’honneur, reste à voir si les joueurs de Javier Aguirre peuvent coiffer le Barça pour l’attribution de la troisième place. Dans ce dessein, une victoire leur suffit, tout en comptant sur un succès de Murcie contre les Blaugranas. Rien d’impossible, en somme.



gaceta37_rijkaard.jpgJubilé pour Rijkaard

Car le Barça, en plus d’une saison manquée, a également raté son départ. Devant un public clairsemé, les Catalans ont réussi une authentique prouesse: donner la voix (et le sifflet) à une frange minoritaire du Camp Nou (lire ci-dessous) et pourrir les adieux de Frank Rijkaard.

L’entraîneur hollandais fut – avec Lionel Messi – le seul Barcelonais applaudi ce dimanche au Camp Nou. Et sur le terrain, ses joueurs ont tranquillement laissé filer le match. Menés 2-0 à l’heure de jeu, les Majorquins sont revenus sans presque forcer, pour finalement s’imposer dans les arrêts grâce à Güiza, le meilleur buteur de la Liga (2-3).
Si beaucoup des joueurs présents sur le terrain jouaient leur dernier match sous les couleurs barcelonaises, le match était devenu le jubilé de Rijkaard qui – après deux Ligas et une Ligue des champions – aurait sans doute mérité meilleure sortie.




Le grand Toral de fin de saison

Si toutes les places qualificatives pour le tour préliminaire de la Ligue des champions sont attribuées, reste le cas de la coupe de l’UEFA, dont les futurs pensionnaires ne sont pas encore définitivement connus. Certes, Séville, qui s’est offert une promenade sur la pelouse de son rival bético (0-2), est certain de participer à la compétition. En revanche, la deuxième place n’est pas encore attribuée.

En ramenant un point de Bilbao (0-0), le Racing de Marcelino Toral a conservé un petit point d’avance sur Majorque. Les Cantabres, sans vraiment briller, peuvent encore s’offrir l’Europe, ce qui constituerait un véritable exploit pour cette équipe modeste mais remarquable tout au long de la saison. Majorque, malgré sa victoire par forfait au Camp Nou (2-3), n’est donc pas maître de son destin.



Liga du bas

L’avant-dernière journée a chamboulé les positions dans la zone rouge. Osasuna, premier relégable avant cette journée, a sorti la tête de l’eau en s’imposant à domicile contre Murcie, déjà en Segunda. Une victoire 2-1 obtenue sur coup de pieds arrêtés et qui permet aux Navarres de croire au maintien. Mais pour s’en assurer, les partenaires de Delporte devront faire un résultat à Santander face au Racing, qui joue l’Europe. 

Surtout que pour la dernière journée, le Recre et Valladolid, deux possibles relégables, se rencontreront en Andalousie. Seul le vainqueur de ce duel peut espérer se sauver – mathématiquement parlant – et indépendamment du score des autres rencontres. Valladolid, qui a manqué l’occasion de se sauver face à Getafe (0-0), ira visiter un Recre ragaillardi après sa victoire à Almería (0-2).

Enfin, reste la situation – franchement difficile – de Saragosse. En ne parvenant pas à battre le Real (2-2), et butant sur un Dudek calqué sur Casillas, les Maños ont retrouvé leur place de relégables. Pire, les coéquipiers de Peter Luccin devront jouer leur avenir aux Baléares, face à Majorque, qui luttera pour disputer la Coupe de l’UEFA.

Autrement dit, ce qui reste de Liga – si l'on exclut la passionnante Coupe Intertoto – se jouera sur trois affiches. Racing et Majorque, luttant pour l’UEFA, recevront deux équipes de bas de tableau, condamnées à l’exploit. Si ces deux équipes mal classées gagnent, alors le Recre et Valladolid se disputeront, en face à face, le dernier billet pour la descente. Malheur aux vaincus.



gaceta37_etoo.jpgLa baisse d’Eto’o

Curieuse ambiance que celle du Camp Nou, ce dimanche, pour la venue de Majorque. Après la débâcle de Madrid, couronnant une saison totalement ratée, de nombreuses initiatives, toutes aussi spontanées que désorganisées ont circulé, via SMS, pour tenter de mettre sur pied une protestation de masse.
La seule chose que n'avaient pas anticipée les opposants à Joan Laporta fut le boycott massif du public barcelonais pour cette dernière affiche. Avec moins de 40.000 spectateurs, dont bon nombre de touristes, le Camp Nou ressemblait à un soir de Coupe du Roi, lorsque les Blaugranas bataillent contre des équipes de Tercera.

Brebis émissaires
Mais le souci est que l'ambiance fut d'autant plus viciée, car les quelques opposants – hostiles à la gestion de Laporta – ont bruyamment allumé tout ce qui bougeait, à l'exception de Rijkaard et Messi. Très surprenant fut le traitement réservé à Samuel Eto'o et Deco: dans un cas normal, la réprobation s'exprime sur le premier ballon touché, et tout est oublié. Mais les quelques opposants, cherchant sans doute à trouver des brebis galeuses bien médiatiques, se sont évertués à siffler le Camerounais tout au long du match.
L'avant-centre, bien que blessé une bonne partie de la saison, a seulement acquis le titre de meilleur buteur du club cette saison en Liga... De plus, son envie et son professionnalisme ne sont pas à démontrer. Mais qu'importe les bons joueurs – malgré leur bonne volonté – aux yeux de personnes pour qui la conquête du pouvoir a plus de valeur qu'une moisson de titres.



Le Real paye la prime de défaite

Ramon Calderón avait tout prévu pour fêter, entre gens bien élevés, le 31e titre du Real. Une chouette sauterie qui devait illuminer le stade Santiago Bernabeu lors de l'ultime journée de cette Liga... Sons et lumières, feux d'artifice, et “même des chevaux” indique Marca.
Sauf que le brave président avait oublié un détail: l'adversaire du jour, le Levante UD, relégué et en cessation de paiement. Les joueurs, toujours impayés et qui ont longtemps renoncé à la grève pour ne pas fausser le championnat, se sont dit que s'ils refusaient de jouer contre le Real – déjà champion – cela ne gênerait personne.

800.000 euros
Mais voilà: hors de question, pour le président madrilène, que le sacre du Real ne s'accompagne pas d'un match de football, qui plus est le plus déséquilibré de la saison. Et les joueurs granates de se faire expliquer plus ou moins poliment qu'ils doivent absolument participer à la petite fête des Merengues. Le président madrilène est même prêt à mettre le prix: la recette du match, estimée à 800.000 euros, ni plus ni moins, soit un prix de sparring-partner de luxe. Il aura donc fallu la dernière journée de la Liga pour que les joueurs de Levante trouvent un moyen de gagner de l'argent. Reste un léger doute: payer un adversaire pour qu'il vienne perdre n'est il pas une forme de corruption?



Les trophées de la journée

Prix du gars en manque de gestes historiques
Ramón Calderón. Le président madrilène va modifier le nom du Real de Madrid Club de Futbol pour y ajouter “y baloncesto” (et basket). Le Real comptant une dizaine d'autre sections sportives, il faudra bientôt le temps d'un match pour annoncer le nom de l'équipe le disputant.

Le prix du geste de solidarité
Aux nombreuses équipes de Liga apportant publiquement leur soutien à leurs confrères de Levante, et manifestant leur soutien au moyen de banderoles ou t-shirts.

Le prix du gars pas rancunier
Frank Rijkaard, pour sa conférence de presse imprégnée de peace and love pour son départ de Can Barça. “Ce fut un honneur” a résumé le Hollandais avant de signaler que  “Guardiola pourra faire du beau travail” et de dédouaner l'homme qui le met à la porte: “Le président ne peut pas marquer les buts”.

Le prix du gars exigeant
Txiki Beguiristain, pas content de la manière dont Rijkaard s'en va: “Nous aurions préféré qu'il nous demande de partir”. C'est vrai que le virer, c'est plus onéreux en termes d'indemnités.

Le prix du gars qui le vaut bien
Gianluca Zambrotta pour cette réflexion de haute volée : “Je ne pense qu'à terminer cette saison et à l'oublier”. Pas d'inquiétude, le public en fera autant, et oubliera sans doute Zambrotta.



Ils ont dit

• “Nous avons été pires qu'eux” – Javier Clemente à propos de la prestation de son équipe de Murcie face à Osasuna (1-0 pour les Navarres).

“Le FC Séville joue un ou deux tons au-dessus de nous” – Paco Chaparro, entraîneur du Betis vaincu 0-2 par son voisin.

“La souffrance, en cette fin de championnat, est presque insupportable“ – Frank Rijkaard qui, à l’instar du public, espère que la saison s’achève aussi vite que possible.


Les chiffres

8. Nombre de joueurs du Barça assistant à l’entraînement du lundi matin, à huis clos.

56. Nombre de buts inscrits en Liga par David Villa sous le maillot de Valence. En trois saison, l'Asturien a ainsi égalé la performance de Pedja Mijatovic... l'homme qui tente de le faire signer au Real Madrid.



L'équipe type de la 37e journée

equipe_tipo_liga37.jpg


L'équipe pauvre type de la 37e journée

equipe_pobretipo_liga37.jpg

Ces sélections sont établies sur la mauvaise foi des classements de la presse madrilène (AS et Marca, qui notent sur 4) et catalane (Sport, qui note sur 10) pour 50% de la note finale chacune.
Partager

> sur le même thème

Teenage Kicks, day 37

> du même auteur

Lyon, capitale des gueules

Le football d'ailleurs


Jérôme Duval
2020-03-04

Le football chilien, entre répression et rébellion

Supporters et joueurs se sont engagés dans le soulèvement insurrectionnel chilien, soutenant la contestation, et faisant face à la répression dans les stades et les rues. 


Matthieu Richard
2020-02-21

Une semaine de foot en Israël et Palestine

Trois stades, deux villes, plusieurs atmosphères. De Tel-Aviv à Jérusalem-Est, récit d'un visiteur en tribune. 


Guy Pichard
2020-02-08

Retour de flamme

Il y a un an, l'incendie du centre d'entraînement de Flamengo provoquait la mort de dix jeunes. Depuis, le club a connu une année sportive exceptionnelle… et laissé les familles des victimes à l'abandon. 


>> tous les épisodes du thème "Le football d'ailleurs"

Le forum

Gerland à la détente

aujourd'hui à 20h16 - Pier Feuil Scifo : J'en viens à être persuadé qu'effectivement, le but de Garcia est de nous faire chier au plus... >>


Foot et politique

aujourd'hui à 20h14 - Brian Hainaut : Quelqu'un a des news du Conseil scientifique ? Il s'est sabordé ? >>


Au tour du ballon ovale

aujourd'hui à 20h03 - Mevatlav Ekraspeck : Déjà, la première ligne française avait une tronche de girls gang, si je les croise je change... >>


Y a pas que le foot à Auteuil !

aujourd'hui à 19h43 - OK Choucroute! : Impair est pasque, en tout cas. >>


Scapulaire conditionné

aujourd'hui à 19h27 - cocobeloeil : Bah, s'ils nous font à chaque fois quinze minutes correctes et gagnent à la fin à tous les... >>


Aux Niçois qui manigancent

aujourd'hui à 19h03 - Hydresec : Quelle occasion manquée de monter sur le podium tout en privant de point un adversaire direct pour... >>


Le fil éclectique

aujourd'hui à 18h41 - Giresse au bout de mes rêves : Ok Choucroute tu peux m'écrire sur:mathieu point dibar chez gmail >>


La L1, saison 2020/2021

aujourd'hui à 18h34 - Tonton Danijel : Quand on voit les performances de Zlatan au Milan AC, il y a des buteurs qui n'ont pas de problème... >>


CdF Omnisport

aujourd'hui à 18h34 - 2Bal 2Nainggolan : Et ça fout le bordel au CG: Rogliç aurait été pris dans une cassure parce qu'il n'arrivait pas... >>


Feuilles de match et feuilles de maîtres

aujourd'hui à 17h45 - Pascal Amateur : Milan de solitude parlait récemment de la peur. Je suis tombé sur des vers qui Cendrars qui m'y... >>


Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)