auteur
Brice Tollemer

Du même auteur

> article suivant

Trente-cinq

> article précédent

OM, LA VICTOIRE EN NÉGOCIANT

> article précédent

PSG 2009/2010 LA FICHE

That's Alright Mama...

Rock Around The World Cup – Acte I. Entamons un compte à rebours musical vers le Mondial 2010 en repassant la bande-son des Coupes du monde. 1954: la Suisse rime avec Elvis, et football avec Rock'n'Roll.
Partager
En cette année 1954, la Ligue des Champions n’existe pas, bien entendu, ni même la Coupe des clubs champions qui ne verra le jour que deux années plus tard. Aucune trace, non plus, d’un quelconque Championnat d’Europe des nations, qui ne sera créé qu’en 1960. Le Brésil ne compte aucune victoire en Coupe du monde. Le tenant du titre est l’Uruguay, avec deux trophées remportés lors des quatre premières éditions. La préhistoire. Dix ans à peine après la fin de la Seconde guerre mondiale, la Coupe du monde revient sur le continent européen, organisé par un pays neutre, la Suisse. Il est inconcevable que la Hongrie de Puskas et de Kocsis ne remporte pas la compétition. Les Magyars sont fabuleux d’aisance et se hissent facilement en finale contre la République fédérale d’Allemagne qu’ils ont étrillée au premier tour. Ils mènent rapidement 2-0, avant que le "miracle de Berne" ne se produise. La RFA gagne finalement 3-2 en ce 4 juillet 1954.


Né un 5 juillet
Le lendemain, à 8.000 kilomètres de là, un jeune homme de dix-neuf ans va devenir le premier parmi les premiers à écrire l’histoire d’un nouveau genre musical. Elvis Presley se rend au Studio Sun Records de Memphis, Tennessee. Sam Phillips, le patron du lieu, qui a déjà auditionné plusieurs fois Presley, a convoqué des musiciens pour voir ce que donnerait le chanteur avec un groupe à ses côtés, pour le soutenir. Scotty Moore sera à la guitare, Bill Black à la contrebasse.
Malheureusement, les sessions d’enregistrement ne donnent rien de probant. Phillips s'apprête à fermer le studio. C’est alors qu’Elvis commence à jouer les premiers accords d’une vieille chanson d’Arthur Crudup, That’s All Right Mama, écrite et composée en 1946 du côté de Chicago. Le Rock'n'Roll est officiellement né. Presley a réussi le tour de force de transformer un ancien titre blues en quelque chose d’inédit, de novateur et de spectaculaire. Le chanteur entame alors une tournée à travers les États-Unis, durant laquelle son déhanchement scandalise l’Amérique puritaine, mais entraîne dans son sillage des milliers d’adolescents qui font de lui une véritable idole. Le King.

rockaround_cm1954.jpg


Relance pour le 20e siècle
Ce serait toutefois faire offense à bon nombre de musiciens des années quarante et cinquante que d’attribuer la paternité du rock à lui et à lui seul. Ce serait oublier le tube "Rocket '88'" par Jackie Brenston & The Delta Cats en 1951, ou le merveilleux Johnnie Ray qui provoquait l’hystérie de son public féminin, la même année. Ce serait aussi oublier que c’est Alan Feed qui popularisa le terme "Rock'n'Roll" lors de son émission de radio à Cleveland, le Moondog's Rock'n'Roll Party, toujours en 1951. Mais c’est indéniablement Elvis Presley qui arrivera le mieux à combiner des influences blues à des racines country. En résumé, de la musique noire jouée par un blanc. En cet été 1954, un des plus grands phénomènes culturels contemporains prend son envol.

En football comme en musique, ce mois de juillet relance complètement ce 20e siècle, meurtri et saigné à blanc par le plus grand conflit de l’histoire. Une décennie vient de passer depuis la fin de la guerre et le monde peut tourner de nouveau. Après une édition légèrement galvaudée en 1950, le tournoi helvétique de 1954 fait rentrer la Coupe du monde dans l’ère de la modernité, puisque c’est la première à être retransmise à la télévision. C’est également le retour de l’Allemagne dans le concert des grandes nations à travers sa victoire. À partir de ce 4 juillet, on peut dire que le football est un sport qui se joue à onze et où l’Allemagne gagne à la fin. Et à partir du 5 juillet, on peut définitivement dire qu’on aime le Rock'n'Roll.








Rock Around the Worldcup - 1954 : That's Alright Mama
Rock Around the Worldcup - 1958 : Johnny B. Goode
Rock Around the Worldcup - 1962 : A Hard Rain’s a-Gonna Fall

Partager

> déconnerie

Zidane, l'Eire de rien



Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)