auteur
Brice Tollemer

Du même auteur

> article précédent

Un carton pour les barrages

> article précédent

France-Féroé : les gars

Johnny B. Goode…

Rock Around The World Cup - Poursuivons notre compte à rebours musical vers le Mondial 2010 en repassant la bande-son des Coupes du monde. 1958, c’est l’année du Brésil et de Chuck Berry…
Partager
Les États-Unis ont inventé le Rock'n'Roll et en cette fin des années cinquante, personne ne vient contester cette suprématie. Elvis Presley continue d’aligner les tubes tels que Heartbreak Hotel, Blue Suede Shoes, Don’t Be Cruel ou Hound Dog. Mais, le 20 janvier 1958, l’US Army le rattrape et le King se voit dans l’obligation d’effectuer son service militaire pendant deux ans. Il sera affecté en Allemagne, séjour qui va profondément le déprimer et qui fera dire plus tard à John Lennon: "Elvis est mort le jour où il est entré à l’armée". D’autres artistes durant cette période marqueront de leurs chansons ces premières années originelles du Rock'n'Roll, comme Bo Didley, Buddy Holly, Eddie Cochran et Gene Vincent pour ne citer qu’eux. Johnny Cash débute sa carrière, qui se révèlera longue de cinquante ans, avec Walk The Line en 1956. La même année, un guitariste noir âgé de trente ans commence à faire parler de lui avec le morceau Roll Over Beethoven. Il a pour nom Chuck Berry.

rockaround_cm1958c.jpg


Si Elvis Presley est mort en 1958, on peut raisonnablement dire que le Brésil naît la même année. Cette ancienne colonie portugaise, indépendante depuis 1822, reste un pays assez méconnu sur la scène internationale jusqu’à la moitié du vingtième siècle. Le football est le sport national, mais le pays est loin de dominer le continent sud-américain, et encore moins le monde, puisque c’est l’Uruguay qui a déjà remporté à deux reprises la coupe Jules Rimet... la dernière fois dans le temple même du Maracana en 1950, humiliant l’immense Brésil sur ses propres terres, devant 200.000 spectateurs. Huit ans plus tard, la Seleçao débarque en Suède qui organise la sixième édition du tournoi mondial.
Cette fois-ci, rien n’est laissé au hasard: l’entraîneur Vicente Feola fixe des règles de fonctionnement drastiques et fait même venir un psychologue attitré, l’équipe étant encore traumatisée par la défaite survenue en 1950.

Le Brésil commence timidement la compétition en battant l’Autriche puis en concédant le match nul contre l’Angleterre. L’ultime match de la poule contre l’Union soviétique marquera un véritable tournant pour l’équipe: Feola, convaincu par plusieurs joueurs cadres de la sélection, décide de faire débuter des jeunes éléments, comme Garrincha et un garçon âgé seulement de dix-sept ans, Edson Arantes do Nascimento, dit Pelé. La sélection auriverde dispose de l’URSS grâce notamment à un but de Garrincha. La samba peut débuter. Le règne de Pelé aussi. Il inscrit le seul but contre le Pays de Galles en quarts de finale, puis élimine à lui tout seul l’équipe de France de Raymond Kopa (élu meilleur joueur du tournoi) et de Just Fontaine (meilleur buteur avec treize buts) en réalisant un triplé. En finale, le récital continue avec une victoire 5-2 contre le pays hôte, la Suède et un doublé pour Pelé. Le gamin pauvre originaire de Três Corações, un village situé au nord de Rio de Janeiro, vit soudainement à dix-sept ans un rêve éveillé.

rockaround_cm1958.jpg

C’est ce type de rêve que raconte Chuck Berry au printemps 1958. Un rêve américain. Sorti au printemps, le morceau Johnny B. Goode narre l’histoire d’un gamin pauvre de la campagne, un gamin qui n’avait jamais appris à lire ou à écrire, mais qui jouait de la guitare comme sonnait une cloche et qui aurait plus tard son nom en haut de l’affiche. Chanson autobiographique, ses riffs introductifs sont parmi les plus célèbres de l’histoire du rock et influenceront par la suite multitude de groupes et de guitaristes fameux et reconnus. Oui, Chuck Berry et Pelé font danser le monde en cette année 1958.







Rock Around the Worldcup - 1954 : That's Alright Mama
Rock Around the Worldcup - 1958 : Johnny B. Goode
Rock Around the Worldcup - 1962 : A Hard Rain’s a-Gonna Fall

> du même auteur

Londres 1969, The Fab Five



Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)