auteurs
Etienne Melvec et Jamel Attal

Fermez vos gueules en chantant

Ce week-end, les supporters ont usé du silence pour faire entendre leur voix. Les médias spécialisés et les acteurs du football y sont restés sourds… Qui a peur des ultras?


JPDarky

17/12/2003 à 09h25

ET donc pourquoi entames-tu un de tes posts en disant qu'il ne faut pas interdire ces groupes etant donne l'etat chaotique avance de la situation ? Si la situation que tu decris est vraie, et elle doit l'etre, on te fait confiance, que penser d'equipes dirigeantes de club qui ne font rien ? Tu es en train de nous dire que ce type de groupes peut EN TOUTE IMPUNITE fracasser des forces de l'ordre sans qu'il y ait la moindre reaction des autorites ? C'est donc ca ? Je demande, et j'avoue que je suis sidere. JPDarky blika@caramail.com

Nico.118

17/12/2003 à 12h11

Il arrive parfois que par hasard (ou pour donner l'impression que quelque chose est fait pour lutter contre ces dérives) l'un d'entre soit arrêté. Malheureusement pour lui, il paye pour les autres. Exemple (toujours à Saint Etienne) : ASSE - Le Havre en octobre 2001. Plus de 300 personnes (pas toutes ultras) essaient, sur une idée géniale des Magic Fans, de "montrer aux joueurs de quoi on est capable". Les moutons (pas tous ultras je le reprécise), poussés par le capo des MF quittent le stade et se massent devant l'entrée principale de Geoffroy Guichard. A la fin du match, cette foule tente de forcer l'entrée du stade (sans doutes pour demander des autographes aux joueurs). Les quelques CRS présents les repoussent. Bilan, outre les dégats matériels sur le stade et les voitures garées tout près, seulement 3 arrestations. D'où un sentiment de totale impunité. Les clubs sont complices de tout ça. De grés ou de force, ils "collaborent" (je n'aime pas ce terme car il a une connotation trop vichyste mais je n'en vois pas d'autre pour l'instant). Exemple : ASSE - Chateauroux (le 30/11/2002). Le début de saison est catastrophique. Les ultras grognent et décident de ne pas rentrer dans les tribunes (tout en payant leur place). Devant le peu de mobilisation pour cette action, ils décident d'interdire l'accès au kop. Pour ne pas avoir de problemes avec les ultras, le club décide de fermer le kop. Les ultras sont à tout casser (sans jeu de mot) 2500 à Saint Etienne. Cette tribune fait dans les 9000 places et est pleine à chaque match. Quand une minorité impose ses 4 volontés à la majorité, sans oser comparer un groupe ultra à un Pinochet, c'est pas une forme de dictature ? Au tout début des années 90, ça ne se passait pas comme ça avec les ultras. Ils étaient vraiment supporters.

JPDarky

17/12/2003 à 12h22

Bon, je sais pas si tu y repondras un jour, mais dis moi, comment, avec ces evenements que tu decris, et ta notion tres nuancee de "ultras = delinquants notoires" peux-tu affirmer sans rire que tu n'es pas pour l'interdiction des groupes utras. Les trucs que tu decris et ton affirmation que ultra= delinquants notoires pourraient pousser meme le plus affreux des laxistes a demander l'interdiction pure et simple de ces groupes ultra-violent organises qui empechent le cityoen honnete de vivre sa passion dans la securite, la serenite et le respect. De plus, as-tu pense a ecrire a la direction de l'ASSE, en tant que 'consommateur' d'un 'spectacle' [puisqu'il parait que le foot n'est que ca], n'as-tu pas exerce ton pouvoir de 'consommateur' en indiquant au 'commercant' qui fournit un 'service' / 'produit' en l'occurence ici un 'spectacle' que tu etais mecontent des prestations rendues, causees par des groupuscules minoritaires prenant en otage le consommateur honnete ? Et si oui, je suis curienx de connaitre la reponse des dirigeants de ce club complices des Ultras locaux. Vraiment, comment la Direction reagit ? JPD blika@caramail.com

Nico.118

17/12/2003 à 12h36

J'ai écrit. Pas de réponse. Peut être qu'il faut une barre de fer pour se faire entendre ? Interdire les ultras ? Avec de tels agissements, ils le méritent. Pourtant, à l'origine (au moins à Saint Etienne) ce mouvement n'était pas pourri. Ils ont leur place dans un stade de foot comme tout le monde. Mais pas si ils continuent de soutenir les fauteurs de troubles ou d'appeller à les commettre.

JPDarky

17/12/2003 à 14h09

C'est quand meme etonnant de la part d'un commercant de ne pas ecouter les plaintes / demandes de ses clients. C'est a se demander si les dirigeants de l'ASSE ne seraient pas de meches avec ces Ultras malfaisants. Est-ce le cas ? JPDarky blika@caramail.com

Nico.118

17/12/2003 à 16h20

Je ne sais pas si ils sont de mèche. Je ne sais pas si ça les arrange mais en tout cas, ils écoutent seulement celui qui gueule le plus fort.

jacky56

17/12/2003 à 16h23

nico118> les salauds. ils ont peur tu penses ?

TheFlyingMoustache

17/12/2003 à 16h24

JPDarky, tes remarques sur le client/commerçant/service tombent à pic : c'est (de manière oblique) là-dessus que je fondais ma question de l'auter jour (remember ?) sur la légitimité des Ultras à peser sur la politique sportive des clubs. Il ne s'agissait pas dans mon esprit des problèmes spécifiques traités dans l'article qui a servi de déclencheur à notre débat, mais plutôt de la façon dont ces groupes réclament -- et obtiennent de façon pas si rare que ça -- la mise à l'écart d'un ou plusieurs joueur(s), ou plus souvent de l'entraîneur quand les résultats et/ou le spectacle proposé ne leur convien(nen)t pas. Si légitimité ils ont, elle réside dans le fait qu'ils fédèrent des supporters (et encore, cela ne représente qu'une part très minoritaire des spectateurs ! .....) et se font le porte-parole de cette base : mais outre le fait que la "base" n'est à mon avis pas consultée dans ces cas-là, cela relève d'une logique marchande que je refuse tout à fait pour le football : en effet, soit on considère qu'on a affaire à un spectacle, avec les aléas que cela suppose en termes de qualité (comme lorsqu'on va au théâtre, au cinéma ou au concert), soit qu'on est un consommateur qui a acheté un produit et qui demande une forme de "remboursement" pour un produit dont la qualité n'est pas à la hauteur des attentes, du prix consenti, ou d'une sorte de "cahiers des charges" qui s'appliquerait au producteur/distributeur dudit produit. En clair, autant il est légitime de demander un échange pour un produit périmé acheté chez Leclerc, voire de se fédérer et de mettre en place des actions, par exemple de type boycott ou pétition, aboutissant à la démission ou au renvoi de responsables fautifs (au hasard, un chef de rayon boucherie chez Carrefour qui vendrait systématiquement de la viande avariée -- que l'exemple soit un peu irréaliste n'enlève rien à sa valeur), autant on n'a jamais vu (et personne ne le défendrait) ce type d'action avoir lieu parce que les abonnés d'un théâtre sont mécontents de la programmation, que les acteurs jouaient faux, que les décors de la pièce ne convenaient pas etc... Les ultras sont peut-être de gauche ou d'extrême gauche, mais quand ils rentrent dans ce type de rapport de force avec les clubs, ils adoptent une attitude de consommateurs qui participe activement de la marchandisation du football. J'irais même jusqu'à dire qu'ils sont partiellement responsables de cette marchandisation, en ayant mis une pression exagérée (et à mon avis) illégitime sur les clubs qu'ils pensent "soutenir". Le football n'est pas un produit de consommation !!! S'ils remplissent une fonction que seuls eux peuvent remplir(autre question que je soulevais), c'est sans doute celle-là : et je la récuse, car je la crois nuisible à l'intérêt collectif (des joueurs, des clubs, et des spectateurs). Ou alors, il faut trouver un secteur d'activité dans lequel on n'ait pas affaire à des produits de consommation mais où cependant la "base" a son mot à dire sur les "dirigeants" : je n'en vois qu'un, c'est les affaires de la cité, c'est à dire la vie politique, domaine où les décisions des représentants impliquant l'avenir de chacun sont soumises à l'approbation de chacun. Mais si les ultras justifient leur existence par leur nature "politique", là y'a grand danger... Concernant l'ambiance qu'ils mettent, je crois qu'il n'y a pas que des Ultras dans les groupes de supporters, et que Nico a parfaitement raison de faire remarquer que l'ambiance existait avant eux. J'abordais aussi la question de leur fonctionnement interne : tu m'as répondu, JPD, et je t'en remercie, mais on n'en sait pas beaucoup plus. Je pose donc la question de manière plus précise : quand un club Ultra réclame, par voie de banderoles ou de communiqués de presse, la démission d'un entraîneur, son président a-t-il auparavant soumis la question à un vote de ses adhérents (au moins à une consultation) ? Question suivante, leur fonctionnement en fait-il des interlocuteurs valables ? En d'autres termes, de quel droit un président de groupe Ultra va-t-il sur le bord des terrains d'entraînement ou dans les locaux d'un club "discuter" avec les dirigeants ? S'il est le représentant démocratiquement désigné d'une partie du public, on peut imaginer que son pouvoir de négociation soit, au mieux, proportionnel à la quantité de spectateurs qu'il représente (cela ne fait de toute façon pas beaucoup, et cela nous renvoie à tout ce qui précède), sinon je ne vois pas au nom de quoi on l'écoute une seule seconde. Si sa raison d'être est de proposer des abonnements à tarif réduit à ses adhérents, et d'organiser les déplacements en car pour soutenir l'équipe -- ce qui est très noble, qu'on ne se méprenne pas sur ce que je dis -- il n'a de toute façon rien à faire à discuter avec l'entraîneur ou à donner son point de vue sur la meilleure équipe à aligner (encore une fois, imagine-t-on un "représentant du public" aller voir un directeur de théâtre pour lui dire que lui et ses adhérents préfèrent Pierre Arditi à André Dussolier dans le rôle titre de son prochain spectacle, et que s'il ne s'éxécute pas, il s'expose à des banderoles hostiles dans le hall du théâtre ? Ou que si le metteur en scène fait encore une mise en scène plate et poussiéreuse comme la dernière fois, on essaiera de la faire virer ?) Bon, tout ceci étant dit, tant mieux pour ceux qui trouvent leur compte dans ces mouvements là, on ne peut pas dire que leur existence (aux groupes ultras) me gêne tant que les débordements sont exceptionnels et de gravité limitées, mais j'ai à titre personnel de sérieuses objections quant à leur fonctionnement, leur légitimité, et leur responsabilité dans bon nombre des dérives du football actuel.

jacky56

17/12/2003 à 16h46

Certains groupes de supps "ultras" (en tout cas celui que je connais) sont des assos "loi 1901". Ils sont donc publiquement "reconnus", et les membres du bureau de ces assos sont élus (trésorier, secrétaire général, président, etc..).

Nico.118

17/12/2003 à 17h09

A Saint Etienne, c'est valable (à ma connaissance) pour les "associés supporters" qui ne sont en rien ultras (mais qui pourtant sont présent dans toute la France, font tous les déplacements...........). En revanche, j'ignore le statut officiel des groupes ultras. On m'a dit que (donc ça n'a aucune valeur) certains groupes ont dissout leur assoc pour éviter d'être responsable de leurs débordements. Je ne sais pas si c'est vrai. Si quelqu'un peut confirmer ou infirmer ? C'est étonnant que personne ne conteste les exemples que je donne... Goom ? Toi qui aime tant débattre, a tu un avis ?

 

jacky56

17/12/2003 à 17h21

nico118> je pourrais te concéder une chose, c'est que tous les groupes ultras ne sont pas identiques, le kop boulogne et les magics dans de st-etienne ne sont pas les ultras de marseille ni ceux de strasbourg ou de nantes, etc, etc.. Politiquement, ils n'ont pas les memes options (lorsqu'ils en ont), certains provoquent des débordements, d'autres JAMAIS. Aussi tu pourrais ptet éviter de généraliser tes avis sur les différents mouvements ultras. ça t'éviterait de dire des énormités. Tu aurais dû préciser dès le début "les énergumènes membres des x supp de st-e que je connais", et ne pas généraliser...

Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)