auteur
L'encyclopédie alternative du football

Du même auteur

Comment lire L'Équipe dans le métro

Bouteille - Ce fut l'une des plus grandes contributions des Cahiers du foot à l'humanité sportive: paru dans le n°7 en juin 2004, notre mode d'emploi s'attaquait à un drame frappant des milliers de personnes chaque jour.

ouais.super

11/10/2006 à 08h24

Cette méthode à l'avantage de permettre également la lecture confortable du Figaro à l'arrière d'une limousine avec chauffeur.

Save Our Sport

11/10/2006 à 08h26

Lire 0,80 est déjà assez pénible comme ça, alors quelle idée de vouloir le faire en plus dans le métro !?!

rhonalpino

11/10/2006 à 08h48

en effet, la question est "pourquoi lire l'equipe alors qu'un poche de Benacquista, Boudard ou Fred Vargas procure 1000 fois plus de plaisir et d'infos concretes " ?

keitarourashima

11/10/2006 à 08h49

quel talent pour réussir à décortiquer le quotidien de milliers de gens!! qui n'a jamais été embêté par son Equipe et son format maxi large me jette le premier supplément du samedi!! par contre vous n avez pas parlé du problème des courants d air qui demande une prise ferme et une position permettant de couper le vent pour ne pas que le journal s envole

Forrest

11/10/2006 à 10h05

et personne pour parler du coup de boule à mettre lorsque votre voisin lit VOTRE journal par-dessus VOTRE épaule ?

Alexis

11/10/2006 à 10h08

Encore des problèmes de parisiens, ça. Et d'ailleurs, on en rigole doucement, quand on sait que tous ces gens lisent le journal une fois au bureau. Encore une fois, le provincial est lesé, oublié. Qui parlera du mineur qui est au fond de son puits bien avant l'ouverture des Kiosques à journaux, et qui en remontera bien après leur fermeture ? Et si lui vient la chance d'émerger aux heures ouvertes, il ne restera certainement plus aucun exemplaire du graal. Car le tenancier les aura vendus tous les trois. Hein, qui en parlera ?

guy

11/10/2006 à 10h26

Alexis, le problème est le même là où il y a un métro, donc ce n'est pas que dans Paris. Et dans le bus, aussi... Il y a bien des bus à Metz, non ? ;-))

Bamogo Cadiz

11/10/2006 à 11h11

Forrest - mercredi 11 octobre 2006 - 10h05 et personne pour parler du coup de boule à mettre lorsque votre voisin lit VOTRE journal par-dessus VOTRE épaule ? _______________________________ Pour ça on attend l'expertise de Zizou.

Pemcran, sa patate et moi

11/10/2006 à 11h30

Comment lire les cahiers du foot dans le metro: S'asseoir le déplier, se rendre compte que le mec en face lis la même chose que vous, échanger un sourire complice (et élitiste). Entamer votre lecture par les brèves pour se détendre: "Tola Vologe" Greg Coupet (pravda): "Ce n'est pas quand on est au fond del'eau qu'on remonte." Le petit Grégory confirme. PArtir d'un éclat de rire. Evitez le regard des gens. Avoir un peu honte de ce dont on est en train de rire. Evitez le regard de votre complice, on sait jamais luis ça le fait peut être pas rire du tout. Replier le journal. Sortir. Rentrer à pied.

Barnabé

11/10/2006 à 13h30

L'Equipe d'hiver est plus difficile à lire car les anoraks gènent les mouvements corporels techniques. L'Equipe d'été est plus facile mais plus salissant à cause des mains moites qui reprennent à la fin de la lecture la totalité des articles par une sorte de transfert (comme les trucs des Malabars). Je propose donc de lire L'Equipe en voiture car le volant peut proposer un pose-journal intéressant pendant les embouteillages. Soucis à retenir: - l'utilisation de la vision périphérique pour savoir quand le véhicule de devant avance peut être trompeuse (car l'éteignage des feux stop de la voiture d'avant celle de devant peut provoquer un signal subconscient à votre pied droit qui accélère pendant que votre pied gauche débraye, aboutissant à l'emboutissment de votre prédécesseur malheureux qui écoute Rires&Chansons). Il faut donc prendre garde de bien utiliser sa vision non périphérique et lacher l'article sur les jambes bioniques prototypes de Rothen. - Si toutefois la file avance à vitesse constante mais lente et qu'un virage se profile, vos mains qui tiennent l'Equipe et le volant provoque de part la rotation de l'outil de conduite un froissage quelquefois irréparable sur le journal qui soudainement, part en vrille (d'aucuns diraient 'en couille' lorsque le café du matin n'a pas été absorbé). Curieusement, redresser le volant ne déplie pas le journal pour le remettre dans son état initial. [Véridique] - en cas de déclenchement de l'Airbag, il peut (mais ce sont des cas rares) se produire un remake étonnant de la 110ème minute de la finale de la dernière Coupe du Monde si Zidane était en photo sur la page alors ouverte. Et fait incroyable, cela n'aurait rien à voir avec sa soeur. - Le tournage des pages n'est pas à effectuer pendant que la voiture roule. - Si vous avez la chance de vous faire conduire et que la place du mort (mais sportif le mort, avec L'Equipe dans les mains, on ne peut faire mieux diront les pompiers rapidement arivés sur les lieux) vous est offerte, sachez que le journal cache alors la vision sur le retroviseur gauche provoquant ainsi les colères du conducteur (enfin, ma femme, ça l'énerve). Prochain test: la lecture de L'Equipe en vélo.

 

Monsieur Foot

11/10/2006 à 13h47

il me semble que les figures sont une amélioration par rapport à la version papier, non ? On sent décidemment le développement tentaculaire d'une entreprise de presse mondialisée. Reste un problème non traité (on reconnaît bien là le parisianisme rampant): comment lire l'équipe en vélo'v ? La technique est aussi simple que risquée mais comme disait Jean Pierre pernault: "l'information est à ce prix". Le journal acheté, on choisira une page du milieu (aucun rapport avec mario puzzo) qui ne soit pas un feuillet volant et à laquelle succède une pleine page de publicité. Vous voilà donc devant votre étendard amaury ouvert, vantant à droite la grande classe des kayakistes français (c'est le lot des pages du milieu) et à gauche les bienfaits du nucléaire ou de l'achat d'une montre hugo boss (la gueule du marketing viral). La technique de la voile ci avant exposée sera employée par deux fois (on parle de petit foc ou "quickie" dans la langue de george best) afin de plier le journal en 4. Il est possible que les gens derrière vous s'impatientent. N'en tenez pas compte.Li Xu, inventeur des origamis ne disait-il pas : "La grue s'envole, bruissements d'ailes" Alors, hein… Déposez ensuite la pliure sur le rebord extérieur du panier du vélov sélectionné (idéalement le numéro 10). Lors de vos pérégrinations, il convient d'utiliser un braquet important (niveau 3 par exemple) et une bonne vélocité de pédalage. L'effet de vent obtenu appuiera sur l'éxtérieur de votre journal, provoquant, aussi mécaniquement que gerard ernault contempte les temps modernes, un angle propice à la lecture du quart de journal sélectionné. La vie n'étant, décidemment, pas facile, il peut arriver que la négligence ou les intempéries fassent chuter le canard dans le caniveau, le faisant renouer avec ses grandes heures de Bureau. C'est là que le choix de la publicité intervient. Vous avez une chance sur deux (la loi de murphy ne s'applique pas, il ne lisait pas l'équipe) que le journal tombe sur la face consacrée à la réclame, en préservant ainsi l'immaculée grisaille. Arrivé à destination, il ne vous reste qu'à jouer au ballon'b avec vos camarades.