auteur
Bruno Colombari

Du même auteur

Laurent Blanc, ça lui fait une belle jambe

Les carnets de l’archiviste – Les scores nuls et vierges, les France-Paraguay de naguère, l’accélération du calendrier qui a propulsé les Bleus vers leur 700e apparition... Revisitons le match en remontant le temps.

José-Mickaël

02/06/2008 à 02h04

La Rédaction : > Dix buts en un seul match en Coupe du monde: seuls les Autrichiens et les Suisses (tiens) on fait mieux en 1954 (7-5) ainsi que les Hongrois et les Turcs (8-3), ainsi que les Hongrois et les Salvadoriens en 1982 (10-1) Et aussi les Polonais et les Brésiliens, en 1938 : 6-5 (je viens de vérifier, il me semblait bien). Et les Hongrois et Allemands en 1954, non ? Vérifions... Oui : 8-3 pour la Hongrie au premier tour. D'ailleurs vous avez dû confondre, puisque l'autre matchs des Hongrois, c'était Hongrie-Corée 9-0 (en 1954, les poules avaient quatre équipes, mais chaque équipe ne recontrait que deux de ses trois adversaires, et la Hongrie n'a pas joué contre la Turquie). Comment avez-vous pu oublier cette fameuse équipe du Brésil, avec sa vedette Leónidas ? Ah, la Rédaction a la mémoire qui flanche...

Tricky

02/06/2008 à 02h09

Probablement parce qu'a l'inverse de nombre de ses successeurs, le Brésil de Leonidas a fini chocolat. Sur ce, au lit.

nominoe

02/06/2008 à 02h41

C'est un peu spartiate comme hommage, Tricky...

Raspou

02/06/2008 à 08h42

J'aime beaucoup l'article, comme tous ceux de cette série, mais voudrais faire une demande solennelle: arrêtez d'utiliser l'expression "partie d'échecs" pour désigner un match fermé où il ne se passe rien... Si les matchs de foot étaient aussi disputés et offensifs que les échecs de haut niveau, on aurait beaucoup de merveilles. Pour ceux que ça intéresse, le lien vers les meilleures parties de l'histoire du tournoi de Wijk-an-Zee: http://tinyurl.com/3vowrf C'est plus du 7-5 que du 0-0!

Le_footix

02/06/2008 à 09h16

Je ne comprends pas: comment peut-on dire que Piantoni, Kopa, Fontaine ou Vincent n'auraient pas leur place dans la sélection de 2008 ? Alors rappel: Piantoni, c'était un peu le Pirès de l'époque, mais en beaucoup plus fort. Kopa, c'est une sorte de Ribéry axial, un grand dribbleur-distributeur. Vincent bon admettons. On a Govou à son poste... Hum. Quant à Justo, vous n'allez pas me faire l'affront de dire qu'il était moins talentueux qu'un Anelka, mmh ? J'vous rappelle qu'on n'a cédés aux vagues de Pelé, Vava et Garrincha que parce qu'ils nous ont fracassé Jonquet hein. Avec Marcel-Penverne dans l'entrejeu, on n'avait pas de raisons de ne pas passer...

rom's

02/06/2008 à 09h22

Je crois que ce que l'auteur veut dire, c'est qu'on jouait avec plus d'attaquant au cours d'un match qu'on en sélectionne désormais pour une compétition entière.

Le_footix

02/06/2008 à 10h07

Pour la France, peut-être, et encore, pas forcément... Samedi, on a bien aligné Benzema, Gomis et Govou. Par rapport au WM, on a juste déplacé un joueur offensif en défense, si l'on peut dire. Par contre c'est clair qu'on ne joue plus trop avec deux meneurs de jeu tels que la paire Kopa-Wisnieski, mais ça dépend aussi, on peut toujours aligner un jour Nasri et Ribéry.

pavlovitch

02/06/2008 à 10h41

Raspou lundi 2 juin 2008 - 08h42 Ouais, enfin tu passes sous silence toutes les nulles de salon, conclues par accord commun au bout de 15 coups, après que les joueurs ont récité leur ouverture apprise par coeur. 20 minutes de jeu et au lit. Bon d'accord, au moins ils ont la décence de ne pas faire durer l'ennui. Je vais voir ton lien, il a l'air sympatoche...

Raspou

02/06/2008 à 10h53

Ah mais je ne dis pas que les échecs sont toujours des parties d'attaque flamboyantes (et heureusement). Par-delà les nulles de salon, il y a surtout les bonnes vieilles parties ultra-techniques où tout va tourner autour du contrôlé de c6, éventuellement du gain de a7 et finir en une finale de Tours de 80 coups où les Blancs ne réussiront pas à convertir leur pion "a" supplémentaire :-) Ca OK, ça s'apparenterait à un match Ukraine-Suisse. Ce qui m'énerve, c'est qu'on pense que les échecs se limitent à ça, que l'expression "c'est une partie d'échecs" désigne immanquablement un match ultra-fermé... Ca pourrait tout autant désigner un match ultra-débridé, car il y a quand même pas mal de parties où les risques pris sont énormes et feraient passer le jeu du barça pour une leçon de frilosité.

Raspou

02/06/2008 à 10h55

Sinon pour le lien: la Ljubo-Andersson est célèbre grâce au bouquin de Timman qui l'a analysée en détail... et la Kasparov-Topalov est juste exceptionnelle :-O

 

José-Mickaël

02/06/2008 à 15h55

> Sinon pour le lien: la Ljubo-Andersson est célèbre grâce au bouquin de Timman Ljuboja ? Et Andersson, c'est Gunar ? Bizarre qu'ils aient pu jouer ensemble. Ou Sony (avec un 's' en trop alors) ? > qui l'a analysée en détail... et la Kasparov-Topalov est juste exceptionnelle :-O Je connaissais le duo Sim-Topaloff ("mémé reggae, pépé reggae") mais pas le duo Kasparoff-Topaloff. (Pour ceux qui l'ignorent, Topaloff est le fameux artiste-interprète francophone dont l'immense tube "où est donc ma chemise grise" a été repris par Travolta. Ou vice versa, peut-être.) Ben quoi ?

Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)