auteur
Philippe Gargov

Prospective tactique sur football totalitaire. Sur le banc des Dé-Managers.

 

@footalitaire


Du même auteur

Guardiola, le football sans attaquant

Éloge du milieu, sacre du passeur, avènement du 3-7-0: le guardiolisme est une révolution pour le jeu. Tout a basculé en décembre, contre Santos...


Raspou

25/01/2012 à 11h00

Rhaaa, le coup de poignard du madridiste qui me met un point quand je crois le précéder.

leo

25/01/2012 à 11h10

héhéhé, Raspou. Mais Cruyff jouait avec des ailiers (ou des avant-centre reconvertis en ailiers comme Salinas ou Lineker).

le Bleu

25/01/2012 à 11h14

Lors de la manita contre Villareal en début de saison, C'est moi-même qui pointais le système de Guardiola que je qualifiais de 0-10-0 à moitié blagueur. Défense à 3 avec Busquets et Mascherano. Le "faux 9" étant déjà là, Sanchez pouvait-il être qualifié d'attaquant ?

La baie des champs

25/01/2012 à 11h20

Article très intéressant qui révèle la faille pour battre Barcelone : jouer en 4-6-1, c'est-à-dire à 12, dommage que personne n'y ait pensé plus tôt ! Et quand on voit évoluer une équipe de la sorte, on se demande toujours quelles solutions pourraient fonctionner contre eux : jouer sans milieu, type kick and rush avec des grands devant, jouer les plus haut possible pour laisser de peu de place à leurs passes ?

et alors

25/01/2012 à 11h26

+1 avec CatJ, parler tactique c'est bien, mais c'est pas la peine d'être consultant en prospective stratégique pour baver devant Guardiola comme Christian Jean-Pierre devant Messi. Alors évidemment, comme "les médias français" n'abordent pas cet angle-là, dès qu'on met un peu d'abstraction, on a l'air de sortir des analyses extraordinaires. M'enfin pourvu qu'on ait un peu regardé jouer le Barça (ça fait juste quatre saisons que Guardiola y est) et qu'on s'intéresse à d'autres médias que canal et l'équipe, on n'apprend pas grand-chose dans cet article. Et comme je disais sur ce forum, "l'extraordinaire 3-7-0" contre Santos n'était rien d'autre qu'un 3-4-3 désormais classique pour le Barça, avec Thiago et Alvès plus ailiers que le sont souvent Alexis, Iniesta ou Afellay. Oui, je suis agacé ce matin, ça doit être le résultat de la Roma à Turin. Soit dit en passant, la Roma de Luis Enrique a commencé à bien tourner (avant le match d'hier, ça faisait plusieurs victoires convaincantes d'affilée) quand il a compris que se contenter d'imiter le Barça était vain et qu'il s'est décidé à s'adapter à son effectif et à un autre contexte. Donc le Barça c'est bien joli (j'apprécie aussi de regarder leurs matchs), mais évitons d'en faire l'alpha et l'oméga du football, même "moderne". Et puis pendant ce temps, Spalletti est en train de refaire son coup de la Roma au Zenit. Non pas le coup de jouer sans attaquant, puisque c'est un simple choix de circonstances, mais le coup de monter une équipe super fluide, capable d'imposer son jeu à n'importe qui, et de dépasser les schémas tactiques qui se limitent à faire des croix sur un tableau. Mais comme "les médias français" sont occupés à se tirer sur la nouille sur Messi et que leurs contempteurs, eh bien, pareil sur Guardiola, difficile d'avoir des informations sur ce qui se passe ailleurs.

magnus

25/01/2012 à 11h45

Le côté fan-boy que relève CatJ je le comprend, le Barça est l'équipe de référence depuis bientôt 4 ans. Ce fut le cas pour le Milan de Sacchi, fallait entendre les entraîneurs et journalistes continuer à s'extasier dessus et l'ériger en modèle, alors même que Sacchi n'était plus à Milan et qu'en équipe nationale c'était loin d'être l'extase niveau jeu.

et alors

25/01/2012 à 11h55

Dire que c'est l'équipe de référence d'accord, et je ne le conteste pas. Mais tartiner des analyses stratégiques pour le répéter sur tous les tons me paraît aussi vain que les commentaires de TF1. Plutôt que s'extasier sur le fait de mettre Thiago ailier, il faudrait plutôt expliquer en quoi il y joue différemment qu'Adriano, Alexis ou Iniesta par exemple.

la rédaction

25/01/2012 à 12h08

Ben vazy. Le comité de lecture t'attend, il ne sera pas moins intransigeant que toi: redaction [chez] cahiersdufootball.net

et alors

25/01/2012 à 12h24

J'ai pas dit que je savais le faire non plus, mais c'est ce que j'attendrais d'un nouvel article sur le Barça par un consultant stratégique, pas l'énième énumération des vertus de Guardiola, quel bel homme courageux, il fait jouer sept milieux de terrain. En revanche ça pourrait m'intéresser de tenter un papier sur le Zenit, par exemple avant les huitièmes de C1.

magnus

25/01/2012 à 12h36

Je trouve quand même que cet article est pas mal fait, après tout tout le monde ne suit pas régulièrement le Barça. C'est quand même une chose peu commune de voir une équipe avec peu ou prou les mêmes joueurs (à 1ou 2 retouches près dans l'effectif) évoluer autant. La philosophie de jeu transcende le système, alors que lors de la première saison de Guardiola, qui est quand même celle du triplé, c'était un 4-3-3 classique (même si ça s'éloignait déjà pas mal dans le jeu du 4-3-3 de Rijkaard). Avoir le courage de changer alors que l'équipe continue à gagner c'est rare.

 

sansai

25/01/2012 à 12h47

et alors aujourd'hui à 11h55 Dire que c'est l'équipe de référence d'accord, et je ne le conteste pas. Mais tartiner des analyses stratégiques pour le répéter sur tous les tons me paraît aussi vain que les commentaires de TF1. ----- Il est moins question d'analyse stratégique ou tactique que de mettre en avant les préceptes généraux établis par Guardiola (pas forcément si nouveaux en soi, mais révolutionnaires en ce sens qu'il les porte aux nues et en fait la nouvelle référence au-delà des cercles fermés de ZonalMarking et consorts). Dire que ce genre d'article est vain et redondant, ça me paraît plus qu'abusif. D'accord, ça vient en parallèle de l'insupportable masturbation sur le Barça, jusqu'à la nausée, et à tort et à travers, qui est devenu le nouveau crédo de ceux qui il y a peu encore, portaient le Chelsea de Michael Essien aux nues et s'extasiaient sur le formidable impact physique des équipes de Premier League et la rengaine vieille de 50 ans du football moderne fait d'impact physique et de duels qui avaient pris le pas sur le jeu, éternellement jugé comme un combat d'arrière-garde. Et qui redeviendra à nouveau obsolète quand ce Barça échouera à nouveau à gagner des titres. Peut-être même dès la fin de cette saison. Je crois qu'on peut donc justement en profiter pour féliciter une véritable analyse de ce que Guardiola et son Barça apportent au foot, au-delà des dispositions tactiques (Guardiola n'est-il pas celui qui disait récemment dans une interview donnée au site de la FIFA que la tactique est surtout une chose qui empêche ses joueurs de s'exprimer ?), plutôt qu'une énième Messiturbation, qu'une énième annonce d'un duel (soupirs) Messi-Cristiano, Messi-Neymar, ou qu'une énième tentative pour rationaliser ce que fait son Barça à l'aune des bons vieux schémas et préceptes de jeu figés des années 2000, de la part de gens qui ne cherchent pas vraiment à comprendre de quoi il retourne. Et tant qu'à être ainsi saoulé du Barça qu'il te devient insupportable de lire même un article de cette qualité sur le technicien Guardiola (puisque c'est le sujet de l'article, bien plus que les schémas du Barça), il reste toujours l'option de faire l'impasse sur cet article, dont le titre est assez clair pour pouvoir s'en dispenser si on le désire. Plutôt que de ranger de façon un peu abrupte et incongrue cet article au même rang que ce nous proposent les medias traditionnels en termes "d'analyse" d'un des phénomènes les plus importants du jeu de football depuis Shankly, Herrera, Michels, Cruyff, Sacchi. Le football est ainsi fait : on ne retient que ceux qui gagnent. On ne retiendra pas Spalletti, ni Bielsa, ni Hiddink. Sauf sur ZonalMarking. On se souviendra à peine en France et en Espagne du Denoueix qui a amené un Nantes moribond à un ultime titre de champions et la petite Real Sociedad à n'échouer qu'à un but de Réveillère près à priver les Galactiques de Zidane et Ronaldo de la Liga. Personne ne se souvient de Trotel et du Stade Lamballais, le Rennes de Jean Prouff est un vague souvenir d'une équipe qui jouait plutôt pas mal paraît-il. Guardiola a validé sa révolution par des titres, félicitons-nous que d'aucuns prennent la peine de décortiquer le phénomène Guardiola autrement que par des stridents "Messi, Messi, Messiiiiiiii", et par le décret soudain que le Barça possède les meilleurs joueurs du monde et que donc, c'est pas du jeu pour les autres, point barre, passons à un top 10 des buts de Messi.

Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)