auteur
La rédaction

Du même auteur

Vu du Banc - Saison 2, Episode 11 : spécial OGC Nice

29 points en onze journées et une place de leader bien méritée: l'équipe de Vu du Banc a réservé l'épisode de la semaine au Nice de Lucien Favre. 


Adoa de Formosa

03/11/2016 à 14h22

Merci à vous 3 pour ce nouvel épisode. Je vous trouve de plus en plus à l’aise dans l’exercice, un vrai plaisir de vous écouter. Et j’ai beaucoup aimé le concept (et pas seulement parce que c’était sur l’OGCN). N’hésitez pas à remettre cela. Pas trop d’accord avec vous sur le fait que Nice reste fragile parce qu’ils n’étaient pas à l’abris d’encaisser un but à un moment critique. Le match contre Nantes peut donner cette impression, mais je ne suis pas sûr du tout que cela aurait changé quelque chose au résultat final. La meilleure preuve est que Nice a justement encaissé ces buts « qui changent tout » contre Metz (2 égalisations), Lorient (égalisation en 2e période), Montpellier ou Marseille. C’était sans doute vrai dans les tous premiers matchs de la saison, mais maintenant, il y a beaucoup de maîtrise, et particulièrement dans les situations délicates. 2e petite remarque : je vous conseille d’être prudent sur l’utilisation des « expected goals », en particulier le classement des « expected goals » mentionné par Florent. Ca me rappelle le classement de la Ligue 1 corrigé en fonction des erreurs d’arbitrage… Quand un but est marqué, cela change forcément la physionomie d’un match, donc ce classement corrigé est quand même à prendre avec des pincettes.

 

Radek Bejbl

03/11/2016 à 21h41

Merci ! Je suis plutôt d'accord avec tes deux points sur le fond. On peut discuter ce qu'on entend par fragile (pour moi c'est le fait de rester sous la menace d'équipes finalement assez moyennes comme celles que tu cites) et l'influence du score sur les xPG. Autant pour le premier il y a une question sémantique, qui fait que certains vont juger plus négativement que d'autres le mot fragile (je considère aussi Barcelone fragile par exemple, plus que l'Atlético à résultat égal, même si encaisser un "but qui change tout" ne les plombe pas à chaque fois), autant pour le deuxième je n'ai aucune idée du "pourcentage de redressement". C'est aussi pour ça que je laisse aux deux autres le soin de parler des expected goals, qui ont parfois tendance à mentir.