auteur
Christophe Kuchly

 

Parlait tactique sous l'identité de L'apprenti Footballologue chez horsjeu.net, et a créé le site L'instant X avant de rejoindre les Dé-Managers. Traîne sur le forum sous le nom de Radek Bejbl et écrit dans La Voix du Nord et La Voix des Sports.


Du même auteur

Chroniques bielsiennes : Clap de fin

La direction du LOSC a tranché. Après la barrière lors du premier affrontement entre Amiens et Lille, c'est la tête de l'entraîneur argentin qui est tombée. Dans le Nord, même si le volet judiciaire reste à régler, la page est déjà tournée.


Tricky

04/12/2017 à 08h45

Et du coup, la question est aussi (parce que je me moque complètement de ce que Lopez et Campos vont faire de ce club) ce que va faire Bielsa.

Pas tout de suite peut être, quelques semaines, le temps que Hantz se lasse.

McManaman

04/12/2017 à 09h55

Tut tut tut. Remplacer Hantz, dans un club qui a une telle tradition de beau jeu et avec une telle pression de la part d'un public de connaisseurs, c'est difficile pour rebondir.

Non, je pense que Bielsa doit se reposer quelques mois et se lancer un nouveau challenge de reconstruction à partir de cendres fraîches, dans un club calme et sans pression, dans une région tranquille où presse et spectateurs le laisseront bosser. Si possible en National. En Val de Loire tiens, par exemple. Et puis on lui laisse un président caractériel, ça le dépaysera moins.

Jeff Tran Hui

04/12/2017 à 20h13

Toi aussi comprend que tu est dépravé en lisant "Chroniques lesbiennes"

Wala :)

Jeff Tran Hui

04/12/2017 à 20h33

Mince, le "tu est" me pique les yeux... :/

blafafoire

05/12/2017 à 09h52

Cette aventure lilloise de Bielsa rééquilibre un peu le mythe.
Outre l'incompréhension de voir un personnage souvent décrit comme un parangon de vertu s'engager dans un projet aux objectifs pour le moins douteux sur le plan éthique, il est permis de penser que la méthode Bielsa recèle plus d'un défaut. Et des graves.
Après avoir émergé de la lourde gueule de bois de son éviction, il faut reconnaître, comme tu le fais en creux, Radek, que la fragilité du "système Bielsa", qui ne fonctionnerait qu'à long terme, qui se moque de toute communication, qui semble parfois confondre compromis et compromission, qui refuse de se faire des alliés, condamne ledit système à moyen terme.
Je lis ça et là que Lille n'était pas le bon club et qu'il lui en faudrait un dans lequel il aurait du temps, de la confiance, etc. Mais où, dans un foot où les clubs sont des entreprises dont la pérennité tient en grande partie aux résultats sportifs, où pourrait-il trouver cela ? A-t-il tant et tant de propositions ? Et il faut souligner qu'à Lille les supporters lui restaient très favorables. On l'a bien vu après la défaite à Montpellier, les récriminations se portaient peut-être avant tout sur les choix de la direction, notamment ceux de début de saison avec la politique de table rase sur l'effectif. Problème : le flou entretenu sur les responsabilité de chacun a sans doute eu pour conséquence de mettre sur le dos de Bielsa (le recrutement notamment) des choses pour lesquelles il n'était pas seul à décider.
Se mettre les journalistes à dos, comme il l'a fait sciemment, n'a fait que radicaliser ses fans et ses détracteurs autour de lui-même. A sa façon il a fait du Aulas et il est difficile, aujourd'hui, de savoir si cette position est autre chose qu'un narcissisme déplacé.
Et pourtant, Florent Balmont sait que j'aurais aimé qu'il réussisse. Ne serai-ce, justement, que pour équilibrer moralement un projet sinistre de trading de joueur. Sauf que son échec montre, pour ne pas dire démontre qu'il n'est pas si difficile que ça de déboulonner la statue du commandeur.

-----

Tricky
04/12/2017 à 08h45

"Et du coup, la question est aussi (parce que je me moque complètement de ce que Lopez et Campos vont faire de ce club) ce que va faire Bielsa."

Tu peux t'en moquer. Reste que s'ils réussissent, ce sera le nouveau modèle dominant en L1, je te le prédis.

Tricky

05/12/2017 à 19h18

Je ne voulais pas t'énerver.

(en plus, historiquement, depuis que j'avais réussi à choper dans le même paquet la vignette d'Alain Grumelon et celle de Pascal Françoise, j'aime plutôt bien le LOSC. Et d'autant plus que je déteste le RCL)

Je voulais juste dire que du coup, la réussite du LOSC attire moins ma curiosité. En tous les cas, pas plus que celle d'Angers ou de Rennes. Ce qui m'intéressait, c'était de voir comment un projet en L1 quasiment à partir d'une feuille blanche pouvait se concrétiser avec comme élément central de la mécanique un entraineur aussi spécifique que Bielsa.

(par contraste avec un club comme le mien dans lequel, pour autant qu'il y ait un projet autre que la survie au coup par coup, l'entraineur n'est jamais central)

Mais tu as raison sur le coup du modèle dominant.

Jamel Attal

05/12/2017 à 20h15

@blafafoire

J'adhère à ton premier paragraphe [à ceci près que les projets fondés sur le trading de joueurs se sont banalisés ces dernières années et, à mon avis, sont devenus un passage quasi obligé pour un paquet de clubs "intermédiaires", les dirigeants du LOSC ayant *juste* poussé le bouchon un peu plus loin que la moyenne en s'adjoignant des responsables un peu plus douteux que la moyenne], beaucoup moins aux suivants…

"où, dans un foot où les clubs sont des entreprises dont la pérennité tient en grande partie aux résultats sportifs, où pourrait-il trouver cela ?"
---
Leur pérennité tient aussi à leur capacité à tenir un cap, et à avoir une vision au moins de moyen terme. Étant donné le niveau de risque du projet qu'ils ont eux-mêmes validé et mis en place, on pouvait attendre d'eux qu'ils résistent à un début de championnat raté – surtout en termes de classement, beaucoup moins en termes de points et de distance au milieu de tableau.

Leur projet étant la valorisation de joueurs, rien n'était compromis de ce point de vue. Sauf s'il s'avère tout à coup qu'il fallait déjà en vendre au mercato d'hiver…


"Se mettre les journalistes à dos, comme il l'a fait sciemment, n'a fait que radicaliser ses fans et ses détracteurs autour de lui-même."
---
Même sans suivre de très près la médiatisation du LOSC depuis le début de saison, il est très clair que Bielsa était attendu au coin du bois par les éternels tenants d'un journalisme de vindicte prêts à tout pour régler leurs propres comptes. Que Bielsa n'ait pas géré cette situation de manière très habile n'enlève rien au fait que le contexte était radicalement hostile. Et le soutien (relatif) des supporters, d'ordinaire pas les plus patients, souligne à mon avis le niveau de cette hostilité.

Enfin, il me semble que malgré cette situation et malgré ses propres torts, il a avant tout été la victime d'un conflit de pouvoir au sein du club, Campos ayant probablement très tôt juré d'avoir sa peau – ce qui n'a pas peu contribué à compromettre ses chances de réussite en tant qu'entraîneur.

Bref, on se rejoint certainement sur les regrets, à défaut de se rejoindre sur les explications.

 

blafafoire

06/12/2017 à 01h52

@Jamel

En fait je suis aussi d'accord sur tes explications. Sur le coup j'en veux aussi à Bielsa de ne pas être parfait, tu comprends...

Pour ce qui est de la patience de Lopez on pouvait aussi penser qu'elle serait pas infinie étant donné le blé qu'il a emprunté pour faire son mercato.

Ok pour le contexte médiatique hostile, mais il était prévisible. Rien ne dit qu'il pouvait l'atténuer, mais je pense qu'il aurait pu un peu mieux essayer, notamment en évitant de "répondre aux provocations" comme on dit pour les joueurs nerveux. Les journalistes n'aiment rien autant que de passer pour des martyrs, il les a régalé.

Evidemment d'accord sur le conflit de pouvoir au sein du club. Radek en a suffisamment parlé. Bielsa s'est fait grignoter par le off, ce que je critiquais d'ailleurs assez vertement il y a deux mois. C'est l'argument massue, irréfutable. Mais si, comme on le dit, le conflit Bielsa/Campos était prévisible pourquoi s'est-il laissé prendre aussi facilement ?

Bah, ne pas se laisser gagner par l'amertume.
En plus l'OS Fives s'est fait sortir de Coupe de France.

Sur le fil

RT @SachaDahan: Le dessin parfait de Faro, ce matin dans L'Equipe ce matin. https://t.co/YCnXMHhl2l

RT @CKuchly: Si vous êtes dans le coin et que vous voulez acheter "Les entraîneurs révolutionnaires" et/ou vous le faire dédicacer, parler…

RT @MaximeGoldbaum: Matchs truqués en Turquie : le jeu trouble de Gianni Infantino https://t.co/7YDHY9Qm8A

Les Cahiers sur Twitter

Les brèves

Adolphe un mec

"Un scandaleux tifo à la gloire d'Hitler." (football.fr)

Fanchone week

"Dupraz : 'Dix mannequins toulousains sur la pelouse'." (lequipe.fr)


Lâche investigation

"Pierre Ménès tacle Elise Lucet." (20 minutes)

Gerrard Majax

"L'excuse magique de Steven Gerrard." (lequipe.fr)

Retour au lycée

"Messi : une première en quatre ans." (sports.fr)