auteur
La rédaction

Du même auteur

Vu du Banc : Saison 3, Episode 19 : Ligue 1, le bilan à mi-saison

Tout est dans le titre! L'un des plus longs épisodes de l'histoire de l'émission revient sur la première partie de championnat de la plupart des équipes de L1. Et il y a pas mal de choses à dire.


Moravcik dans les prés

28/12/2017 à 12h02

Sur Sainté c'est joliment dit et résumé : c'est vrai, c'est un club d'agents (d'un seul en fait, parait-il : Wantier), on prend les joueurs qu'on nous propose, sans cohérence, et en plus on multiplie les mauvais choix de recrutement depuis des années. Et on le paie.

Bon par contre même si j'entends les arguments en sa faveur, j'ai beaucoup de mal avec ce qui est dit sur Garcia. Disons, pour le moins, que c'est un peu facile de le dédouaner à ce point-là, et que l'état dans lequel se retrouve l'équipe aujourd'hui est aussi en grande partie son héritage. Sablé n'est sans doute pas compétent, mais il se retrouve avec un truc atroce dans les mains, des joueurs paumés, absolument aucune base, aucune certitude, et même pratiquement aucun titulaire indiscutable. D'ailleurs les prestations contre Marseille et Monaco sont hélas dans la lignée de ce qui se passait depuis un moment déjà, et on se demandait en effet depuis des mois ce que Garcia cherchait à faire. Maintenant on sait : il n'en avait plus rien à foutre depuis des mois, et il attendait juste de se barrer.

(je ne dis rien sur le "s'abaisser au niveau des joueurs", dont on va dire qu'il est une maladresse : les joueurs sont peut-être des crétins, mais s'ils n'arrivaient pas appliquer un truc simple, c'est peut-être qu'on leur expliquait mal, non ?)

Radek Bejbl

01/01/2018 à 20h30

Ce n'est pas une maladresse mais un problème rencontré par de nombreux coaches. Cruyff était par exemple incapable de s'abaisser au niveau de joueurs pourtant bien meilleurs que ceux de Sainté, pour citer l'un des plus grands. D'une certaine façon, Bielsa a eu le même souci à Lille.

Moravcik dans les prés

02/01/2018 à 12h49

D'accord, je ne l'avais pas compris comme ça (une lacune de sa part).

Bon, je mets de l'eau dans mon vin, je comprends bien sûr que le gars a dû gérer une situation pourrie, mais tu comprendras que c'est un discours globalement difficile à accepter pour beaucoup de fans de Sainté à propos d'un coach qui a lâché l'affaire, perdu le contact avec les joueurs (parlant même régulièrement d'eux de manière ouvertement méprisante), et qui s'est finalement barré sans demander son reste en laissant l'équipe dans un état lamentable trois jours avant un match. C'est ça que Sablé a dû gérer en catastrophe.

Difficile de ne pas penser à ce que fait Ranieri à Nantes en comparaison, avec un effectif dont je suis loin d'être convaincu qu'il est meilleur. Pas la même capacité de modestie, me semble-t-il.

 

Radek Bejbl

02/01/2018 à 22h05

Je peux le comprendre, même si les supporters des Verts que je connais (un échantillon faible) en veulent à la direction et non à Garcia, partageant au moins en partie mon idée que c'est un super entraîneur à qui on a filé un contexte foireux dans lequel il ne pouvait pas réussir.

Après, c'est toujours pareil : est-ce qu'un coach qui démissionne est un grand homme qui assume ses erreurs et préfère partir sans rien quand il sent qu'il n'y arrive pas... ou un lâche ? Est-ce que celui qui s'accroche à tout prix jusqu'à se faire virer est un modèle d'abnégation ou un mec vénal qui se fout de l'institution mais ne veut pas s'asseoir sur plusieurs millions ? Franchement, dur à dire me concernant. De ce que j'en sais, Garcia est un type ambitieux qui ne voulait pas que son CV perde trop en éclat et en avait marre de ses joueurs (ceci dit les critiques sur la tactique auprès de la presse ça peut/doit valoir pour moi un énorme recadrage). Mais si ce qui a été écrit dans Kiplé est vrai ou au moins en partie, j'aurais compris qu'il claque la porte au bout d'une semaine cet été.

La transition Galtier-Garcia, ça fonctionne avec un peu de réussite et énormément de boulot des deux côtés. Comme Bielsa et à peu près tous les coaches qui théorisent le jeu par l'attaque, il a besoin d'un contexte favorable pour bosser. Sinon, autant prendre Der Zakarian, dont le plafond est cent fois plus bas mais qui tirera le maximum de cet effectif mille fois plus vite.

Aucun intérêt particulier à défendre Garcia (qui nous a par exemple mis un gros stop pour le livre alors que c'était normalement facile à caler et qui s’avérera peut-être être une "escroquerie" sur la durée) et je n'ai qu'un regard extérieur sur le truc donc ça vaut ce que ça vaut. Mais quand je compare la gestion de Sainté et de Salzbourg, je suis perplexe.

Sur le fil

RT @LucarneOpposee: Et si vous voulez continuer à nous soutenir vous pouvez (si ce n'est fait) vous offrir le mag ! ça ne nous fait pas enc…

Les Cahiers sur Twitter