auteurs
Frédéric Scarbonchi et Christophe-Cécil Garnier

Ultras à Montpellier, la Mosson de confiance

Supps Par Terre - Butte Paillade, Armata, Camarga Unitat: à la Mosson, trois groupes ultras se partagent l'animation du stade. Ils évoquent leur passion dévorante dans une ville qui ne laisse pas toujours la première place au football.


L'Ibraboie la Cavani passe

14/03/2018 à 00h28

En tant qu’auteur, je ne peux que m’appuyer sur les commentaires de Jamel Attal.
Ces propos sont insupportables pour vous, et nous n’avons pas vocation à les défendre ni à émettre un jugement de valeurs.
Nous, on va sur le terrain, on écoute, on transmet.
Il s’agira ensuite à chacun de juger ce qui est audible pour lui ou non.

Cependant, il faut à tout prix éviter les amalgames. La notion de supportisme, ou la mentalité que défend Sylvain, c’est la sienne. On ne retrouvera pas la même à Caen ou à Guingamp. Il se prononce au nom de la Butte, et pas au nom de tous les Ultras de France.

Quant à « défendre les Ultras », comme le dit très bien Jamel, ce tour des stades n’en a pas la vocation. Il est plutôt bienveillant, oui, mais il veut surtout raconter là mentalités supporter, ville par ville, avec aussi ses travers.
La « violence » du milieu est très difficile à appréhender pour un non-initié. Et nous-même, qui côtoyons un groupe chaque week-end on a d’un mal à saisir.

Après d’un point de vue purement personnel, et non journalistique, je suis pas en total désaccord avec la Team Léo. Et que ce papier fasse réagir, je trouve ça bénéfique.

Note de l'autre auteur (qui n'a pas de compte les Cahiers et ne voulait pas passer 2 heures à trouver un super jeu de mot comme pseudo):
C'est vrai que nous traitons plus des ultras dans notre tour des stades et des supporters que des groupes "lambda" comme pouvaient l'être Générations OL à Lyon ou les Roud Boys à Guingamp.

C'est d'une part, par choix, mais aussi parce que ce sont ceux qu'on entend et dont on parle le plus. Il est difficile de nier que les ultras ne sont pas le moteur d'un stade, qu'il n'y a pas qu'eux qui lancent les chants, les animations etc... Tout comme il est difficile de nier que ce sont leurs actes qui sont cités dans leur interdiction de déplacement.
C'est pour cela que nous faisons ces articles, raconter cette part de supporterisme, parfois méconnue, parfois incompréhensible. Sans pour autant avoir vocation à dire que ce supporterisme là est celui que tous les supporters devraient imiter.

L'Ibraboie la Cavani passe

14/03/2018 à 03h00

En tant qu’auteur, je ne peux que m’appuyer sur les commentaires de Jamel Attal.
Ces propos sont insupportables pour vous, et nous n’avons pas vocation à les défendre ni à émettre un jugement de valeurs.
Nous, on va sur le terrain, on écoute, on transmet.
Il s’agira ensuite à chacun de juger ce qui est audible pour lui ou non.

Cependant, il faut à tout prix éviter les amalgames. La notion de supportisme, ou la mentalité que défend Sylvain, c’est la sienne. On ne retrouvera pas la même à Caen ou à Guingamp. Il se prononce au nom de la Butte, et pas au nom de tous les Ultras de France.

Quant à « défendre les Ultras », comme le dit très bien Jamel, ce tour des stades n’en a pas la vocation. Il est plutôt bienveillant, oui, mais il veut surtout raconter là mentalités supporter, ville par ville, avec aussi ses travers.
La « violence » du milieu est très difficile à appréhender pour un non-initié. Et nous-même, qui côtoyons un groupe chaque week-end on a d’un mal à saisir.

Après d’un point de vue purement personnel, et non journalistique, je suis pas en total désaccord avec la Team Léo. Et que ce papier fasse réagir, je trouve ça bénéfique.

Note de l'autre auteur (qui n'a pas de compte les Cahiers et ne voulait pas passer 2 heures à trouver un super jeu de mot comme pseudo):
C'est vrai que nous traitons plus des ultras dans notre tour des stades et des supporters que des groupes "lambda" comme pouvaient l'être Générations OL à Lyon ou les Roud Boys à Guingamp.

C'est d'une part, par choix, mais aussi parce que ce sont ceux qu'on entend et dont on parle le plus. Il est difficile de nier que les ultras ne sont pas le moteur d'un stade, qu'il n'y a pas qu'eux qui lancent les chants, les animations etc... Tout comme il est difficile de nier que ce sont leurs actes qui sont cités dans leur interdiction de déplacement.
C'est pour cela que nous faisons ces articles, raconter cette part de supporterisme, parfois méconnue, parfois incompréhensible. Sans pour autant avoir vocation à dire que ce supporterisme là est celui que tous les supporters devraient imiter.

L'Ibraboie la Cavani passe

14/03/2018 à 12h20

En tant qu’auteur, je ne peux que m’appuyer sur les commentaires de Jamel Attal.
Ces propos sont insupportables pour vous, et nous n’avons pas vocation à les défendre ni à émettre un jugement de valeurs.
Nous, on va sur le terrain, on écoute, on transmet.
Il s’agira ensuite à chacun de juger ce qui est audible pour lui ou non.

Cependant, il faut à tout prix éviter les amalgames. La notion de supportisme, ou la mentalité que défend Sylvain, c’est la sienne. On ne retrouvera pas la même à Caen ou à Guingamp. Il se prononce au nom de la Butte, et pas au nom de tous les Ultras de France.

Quant à « défendre les Ultras », comme le dit très bien Jamel, ce tour des stades n’en a pas la vocation. Il est plutôt bienveillant, oui, mais il veut surtout raconter là mentalités supporter, ville par ville, avec aussi ses travers.
La « violence » du milieu est très difficile à appréhender pour un non-initié. Et nous-même, qui côtoyons un groupe chaque week-end on a d’un mal à saisir.

Après d’un point de vue purement personnel, et non journalistique, je suis pas en total désaccord avec la Team Léo. Et que ce papier fasse réagir, je trouve ça bénéfique.

Note de l'autre auteur (qui n'a pas de compte les Cahiers et ne voulait pas passer 2 heures à trouver un super jeu de mot comme pseudo):
C'est vrai que nous traitons plus des ultras dans notre tour des stades et des supporters que des groupes "lambda" comme pouvaient l'être Générations OL à Lyon ou les Roud Boys à Guingamp.

C'est d'une part, par choix, mais aussi parce que ce sont ceux qu'on entend et dont on parle le plus. Il est difficile de nier que les ultras ne sont pas le moteur d'un stade, qu'il n'y a pas qu'eux qui lancent les chants, les animations etc... Tout comme il est difficile de nier que ce sont leurs actes qui sont cités dans leur interdiction de déplacement.
C'est pour cela que nous faisons ces articles, raconter cette part de supporterisme, parfois méconnue, parfois incompréhensible. Sans pour autant avoir vocation à dire que ce supporterisme là est celui que tous les supporters devraient imiter.

L'Ibraboie la Cavani passe

14/03/2018 à 12h53

En tant qu’auteur, je ne peux que m’appuyer sur les commentaires de Jamel Attal.
Ces propos sont insupportables pour vous, et nous n’avons pas vocation à les défendre ni à émettre un jugement de valeurs.
Nous, on va sur le terrain, on écoute, on transmet.
Il s’agira ensuite à chacun de juger ce qui est audible pour lui ou non.

Cependant, il faut à tout prix éviter les amalgames. La notion de supportisme, ou la mentalité que défend Sylvain, c’est la sienne. On ne retrouvera pas la même à Caen ou à Guingamp. Il se prononce au nom de la Butte, et pas au nom de tous les Ultras de France.

Quant à « défendre les Ultras », comme le dit très bien Jamel, ce tour des stades n’en a pas la vocation. Il est plutôt bienveillant, oui, mais il veut surtout raconter là mentalités supporter, ville par ville, avec aussi ses travers.
La « violence » du milieu est très difficile à appréhender pour un non-initié. Et nous-même, qui côtoyons un groupe chaque week-end on a d’un mal à saisir.

Après d’un point de vue purement personnel, et non journalistique, je suis pas en total désaccord avec la Team Léo. Et que ce papier fasse réagir, je trouve ça bénéfique.

Note de l'autre auteur (qui n'a pas de compte les Cahiers et ne voulait pas passer 2 heures à trouver un super jeu de mot comme pseudo):
C'est vrai que nous traitons plus des ultras dans notre tour des stades et des supporters que des groupes "lambda" comme pouvaient l'être Générations OL à Lyon ou les Roud Boys à Guingamp.

C'est d'une part, par choix, mais aussi parce que ce sont ceux qu'on entend et dont on parle le plus. Il est difficile de nier que les ultras ne sont pas le moteur d'un stade, qu'il n'y a pas qu'eux qui lancent les chants, les animations etc... Tout comme il est difficile de nier que ce sont leurs actes qui sont cités dans leur interdiction de déplacement.
C'est pour cela que nous faisons ces articles, raconter cette part de supporterisme, parfois méconnue, parfois incompréhensible. Sans pour autant avoir vocation à dire que ce supporterisme là est celui que tous les supporters devraient imiter.

L'Ibraboie la Cavani passe

14/03/2018 à 17h10

En tant qu’auteur, je ne peux que m’appuyer sur les commentaires de Jamel Attal.
Ces propos sont insupportables pour vous, et nous n’avons pas vocation à les défendre ni à émettre un jugement de valeurs.
Nous, on va sur le terrain, on écoute, on transmet.
Il s’agira ensuite à chacun de juger ce qui est audible pour lui ou non.

Cependant, il faut à tout prix éviter les amalgames. La notion de supportisme, ou la mentalité que défend Sylvain, c’est la sienne. On ne retrouvera pas la même à Caen ou à Guingamp. Il se prononce au nom de la Butte, et pas au nom de tous les Ultras de France.

Quant à « défendre les Ultras », comme le dit très bien Jamel, ce tour des stades n’en a pas la vocation. Il est plutôt bienveillant, oui, mais il veut surtout raconter là mentalités supporter, ville par ville, avec aussi ses travers.
La « violence » du milieu est très difficile à appréhender pour un non-initié. Et nous-même, qui côtoyons un groupe chaque week-end on a d’un mal à saisir.

Après d’un point de vue purement personnel, et non journalistique, je suis pas en total désaccord avec la Team Léo. Et que ce papier fasse réagir, je trouve ça bénéfique.

Note de l'autre auteur (qui n'a pas de compte les Cahiers et ne voulait pas passer 2 heures à trouver un super jeu de mot comme pseudo):
C'est vrai que nous traitons plus des ultras dans notre tour des stades et des supporters que des groupes "lambda" comme pouvaient l'être Générations OL à Lyon ou les Roud Boys à Guingamp.

C'est d'une part, par choix, mais aussi parce que ce sont ceux qu'on entend et dont on parle le plus. Il est difficile de nier que les ultras ne sont pas le moteur d'un stade, qu'il n'y a pas qu'eux qui lancent les chants, les animations etc... Tout comme il est difficile de nier que ce sont leurs actes qui sont cités dans leur interdiction de déplacement.
C'est pour cela que nous faisons ces articles, raconter cette part de supporterisme, parfois méconnue, parfois incompréhensible. Sans pour autant avoir vocation à dire que ce supporterisme là est celui que tous les supporters devraient imiter.

poiuyt

14/03/2018 à 17h27

Il faut arrêter maintenant, monsieur. Je pense que vous avez trop regardé Pierre Ménès, il va falloir prendre son suppositoire et aller se coucher...

L'Ibraboie la Cavani passe

14/03/2018 à 20h51

En tant qu’auteur, je ne peux que m’appuyer sur les commentaires de Jamel Attal.
Ces propos sont insupportables pour vous, et nous n’avons pas vocation à les défendre ni à émettre un jugement de valeurs.
Nous, on va sur le terrain, on écoute, on transmet.
Il s’agira ensuite à chacun de juger ce qui est audible pour lui ou non.

Cependant, il faut à tout prix éviter les amalgames. La notion de supportisme, ou la mentalité que défend Sylvain, c’est la sienne. On ne retrouvera pas la même à Caen ou à Guingamp. Il se prononce au nom de la Butte, et pas au nom de tous les Ultras de France.

Quant à « défendre les Ultras », comme le dit très bien Jamel, ce tour des stades n’en a pas la vocation. Il est plutôt bienveillant, oui, mais il veut surtout raconter là mentalités supporter, ville par ville, avec aussi ses travers.
La « violence » du milieu est très difficile à appréhender pour un non-initié. Et nous-même, qui côtoyons un groupe chaque week-end on a d’un mal à saisir.

Après d’un point de vue purement personnel, et non journalistique, je suis pas en total désaccord avec la Team Léo. Et que ce papier fasse réagir, je trouve ça bénéfique.

Note de l'autre auteur (qui n'a pas de compte les Cahiers et ne voulait pas passer 2 heures à trouver un super jeu de mot comme pseudo):
C'est vrai que nous traitons plus des ultras dans notre tour des stades et des supporters que des groupes "lambda" comme pouvaient l'être Générations OL à Lyon ou les Roud Boys à Guingamp.

C'est d'une part, par choix, mais aussi parce que ce sont ceux qu'on entend et dont on parle le plus. Il est difficile de nier que les ultras ne sont pas le moteur d'un stade, qu'il n'y a pas qu'eux qui lancent les chants, les animations etc... Tout comme il est difficile de nier que ce sont leurs actes qui sont cités dans leur interdiction de déplacement.
C'est pour cela que nous faisons ces articles, raconter cette part de supporterisme, parfois méconnue, parfois incompréhensible. Sans pour autant avoir vocation à dire que ce supporterisme là est celui que tous les supporters devraient imiter.

L'Ibraboie la Cavani passe

15/03/2018 à 00h33

En tant qu’auteur, je ne peux que m’appuyer sur les commentaires de Jamel Attal.
Ces propos sont insupportables pour vous, et nous n’avons pas vocation à les défendre ni à émettre un jugement de valeurs.
Nous, on va sur le terrain, on écoute, on transmet.
Il s’agira ensuite à chacun de juger ce qui est audible pour lui ou non.

Cependant, il faut à tout prix éviter les amalgames. La notion de supportisme, ou la mentalité que défend Sylvain, c’est la sienne. On ne retrouvera pas la même à Caen ou à Guingamp. Il se prononce au nom de la Butte, et pas au nom de tous les Ultras de France.

Quant à « défendre les Ultras », comme le dit très bien Jamel, ce tour des stades n’en a pas la vocation. Il est plutôt bienveillant, oui, mais il veut surtout raconter là mentalités supporter, ville par ville, avec aussi ses travers.
La « violence » du milieu est très difficile à appréhender pour un non-initié. Et nous-même, qui côtoyons un groupe chaque week-end on a d’un mal à saisir.

Après d’un point de vue purement personnel, et non journalistique, je suis pas en total désaccord avec la Team Léo. Et que ce papier fasse réagir, je trouve ça bénéfique.

Note de l'autre auteur (qui n'a pas de compte les Cahiers et ne voulait pas passer 2 heures à trouver un super jeu de mot comme pseudo):
C'est vrai que nous traitons plus des ultras dans notre tour des stades et des supporters que des groupes "lambda" comme pouvaient l'être Générations OL à Lyon ou les Roud Boys à Guingamp.

C'est d'une part, par choix, mais aussi parce que ce sont ceux qu'on entend et dont on parle le plus. Il est difficile de nier que les ultras ne sont pas le moteur d'un stade, qu'il n'y a pas qu'eux qui lancent les chants, les animations etc... Tout comme il est difficile de nier que ce sont leurs actes qui sont cités dans leur interdiction de déplacement.
C'est pour cela que nous faisons ces articles, raconter cette part de supporterisme, parfois méconnue, parfois incompréhensible. Sans pour autant avoir vocation à dire que ce supporterisme là est celui que tous les supporters devraient imiter.

L'Ibraboie la Cavani passe

15/03/2018 à 10h46

En tant qu’auteur, je ne peux que m’appuyer sur les commentaires de Jamel Attal.
Ces propos sont insupportables pour vous, et nous n’avons pas vocation à les défendre ni à émettre un jugement de valeurs.
Nous, on va sur le terrain, on écoute, on transmet.
Il s’agira ensuite à chacun de juger ce qui est audible pour lui ou non.

Cependant, il faut à tout prix éviter les amalgames. La notion de supportisme, ou la mentalité que défend Sylvain, c’est la sienne. On ne retrouvera pas la même à Caen ou à Guingamp. Il se prononce au nom de la Butte, et pas au nom de tous les Ultras de France.

Quant à « défendre les Ultras », comme le dit très bien Jamel, ce tour des stades n’en a pas la vocation. Il est plutôt bienveillant, oui, mais il veut surtout raconter là mentalités supporter, ville par ville, avec aussi ses travers.
La « violence » du milieu est très difficile à appréhender pour un non-initié. Et nous-même, qui côtoyons un groupe chaque week-end on a d’un mal à saisir.

Après d’un point de vue purement personnel, et non journalistique, je suis pas en total désaccord avec la Team Léo. Et que ce papier fasse réagir, je trouve ça bénéfique.

Note de l'autre auteur (qui n'a pas de compte les Cahiers et ne voulait pas passer 2 heures à trouver un super jeu de mot comme pseudo):
C'est vrai que nous traitons plus des ultras dans notre tour des stades et des supporters que des groupes "lambda" comme pouvaient l'être Générations OL à Lyon ou les Roud Boys à Guingamp.

C'est d'une part, par choix, mais aussi parce que ce sont ceux qu'on entend et dont on parle le plus. Il est difficile de nier que les ultras ne sont pas le moteur d'un stade, qu'il n'y a pas qu'eux qui lancent les chants, les animations etc... Tout comme il est difficile de nier que ce sont leurs actes qui sont cités dans leur interdiction de déplacement.
C'est pour cela que nous faisons ces articles, raconter cette part de supporterisme, parfois méconnue, parfois incompréhensible. Sans pour autant avoir vocation à dire que ce supporterisme là est celui que tous les supporters devraient imiter.

L'Ibraboie la Cavani passe

15/03/2018 à 14h28

En tant qu’auteur, je ne peux que m’appuyer sur les commentaires de Jamel Attal.
Ces propos sont insupportables pour vous, et nous n’avons pas vocation à les défendre ni à émettre un jugement de valeurs.
Nous, on va sur le terrain, on écoute, on transmet.
Il s’agira ensuite à chacun de juger ce qui est audible pour lui ou non.

Cependant, il faut à tout prix éviter les amalgames. La notion de supportisme, ou la mentalité que défend Sylvain, c’est la sienne. On ne retrouvera pas la même à Caen ou à Guingamp. Il se prononce au nom de la Butte, et pas au nom de tous les Ultras de France.

Quant à « défendre les Ultras », comme le dit très bien Jamel, ce tour des stades n’en a pas la vocation. Il est plutôt bienveillant, oui, mais il veut surtout raconter là mentalités supporter, ville par ville, avec aussi ses travers.
La « violence » du milieu est très difficile à appréhender pour un non-initié. Et nous-même, qui côtoyons un groupe chaque week-end on a d’un mal à saisir.

Après d’un point de vue purement personnel, et non journalistique, je suis pas en total désaccord avec la Team Léo. Et que ce papier fasse réagir, je trouve ça bénéfique.

Note de l'autre auteur (qui n'a pas de compte les Cahiers et ne voulait pas passer 2 heures à trouver un super jeu de mot comme pseudo):
C'est vrai que nous traitons plus des ultras dans notre tour des stades et des supporters que des groupes "lambda" comme pouvaient l'être Générations OL à Lyon ou les Roud Boys à Guingamp.

C'est d'une part, par choix, mais aussi parce que ce sont ceux qu'on entend et dont on parle le plus. Il est difficile de nier que les ultras ne sont pas le moteur d'un stade, qu'il n'y a pas qu'eux qui lancent les chants, les animations etc... Tout comme il est difficile de nier que ce sont leurs actes qui sont cités dans leur interdiction de déplacement.
C'est pour cela que nous faisons ces articles, raconter cette part de supporterisme, parfois méconnue, parfois incompréhensible. Sans pour autant avoir vocation à dire que ce supporterisme là est celui que tous les supporters devraient imiter.

 

L'Ibraboie la Cavani passe

15/03/2018 à 19h32

En tant qu’auteur, je ne peux que m’appuyer sur les commentaires de Jamel Attal.
Ces propos sont insupportables pour vous, et nous n’avons pas vocation à les défendre ni à émettre un jugement de valeurs.
Nous, on va sur le terrain, on écoute, on transmet.
Il s’agira ensuite à chacun de juger ce qui est audible pour lui ou non.

Cependant, il faut à tout prix éviter les amalgames. La notion de supportisme, ou la mentalité que défend Sylvain, c’est la sienne. On ne retrouvera pas la même à Caen ou à Guingamp. Il se prononce au nom de la Butte, et pas au nom de tous les Ultras de France.

Quant à « défendre les Ultras », comme le dit très bien Jamel, ce tour des stades n’en a pas la vocation. Il est plutôt bienveillant, oui, mais il veut surtout raconter là mentalités supporter, ville par ville, avec aussi ses travers.
La « violence » du milieu est très difficile à appréhender pour un non-initié. Et nous-même, qui côtoyons un groupe chaque week-end on a d’un mal à saisir.

Après d’un point de vue purement personnel, et non journalistique, je suis pas en total désaccord avec la Team Léo. Et que ce papier fasse réagir, je trouve ça bénéfique.

Note de l'autre auteur (qui n'a pas de compte les Cahiers et ne voulait pas passer 2 heures à trouver un super jeu de mot comme pseudo):
C'est vrai que nous traitons plus des ultras dans notre tour des stades et des supporters que des groupes "lambda" comme pouvaient l'être Générations OL à Lyon ou les Roud Boys à Guingamp.

C'est d'une part, par choix, mais aussi parce que ce sont ceux qu'on entend et dont on parle le plus. Il est difficile de nier que les ultras ne sont pas le moteur d'un stade, qu'il n'y a pas qu'eux qui lancent les chants, les animations etc... Tout comme il est difficile de nier que ce sont leurs actes qui sont cités dans leur interdiction de déplacement.
C'est pour cela que nous faisons ces articles, raconter cette part de supporterisme, parfois méconnue, parfois incompréhensible. Sans pour autant avoir vocation à dire que ce supporterisme là est celui que tous les supporters devraient imiter.

Sur le fil

RT @Pierre_B_y: A tous ceux qui pensent que les Ultras sont des demeurés violents, petite lecture des documents du débat public sur le proj…

RT @RedStarFC: Ils abusent 😂 #LigueDesChampions https://t.co/roO3wD9l6S

RT @FansEurope: "Lancement saison UEFA 2018-19: FSE réitère son appel pour des prix raisonnables en secteur visiteur" ➡️ Modification du r…

Les Cahiers sur Twitter

Les brèves

Onanapa

“L'Ajax refuse de laisser partir Onana à l'OM.” (foot01.com)

Monaco 2004

“Ils ont failli rejoindre l'OM.” (lequipe.fr)

Sans-Gênes

"Le PSG offrirait un pont d'or à Ivan Rakitic !" (madeinfoot.com)

José fourrait

"Mourinho, l'amour dure trois ans." (lequipe.fr)

Alcolo décanté

"Wenger en 'cure de désintoxication'." (lequipe.fr)