auteur
Christophe Zemmour

Du même auteur

Leônidas 1938, à pied et à bicyclette

Les belles histoires de la Coupe du monde – Le joyau Leônidas enchante le public français du Mondial 1938 par des buts et des gestes qui vont incarner le football brésilien. 


Milan de solitude

07/06/2018 à 08h31

Merci pour ce bel article. Donc, si je comprends bien, l'association entre Brésil et joga bonito date de lui ?

Ba Zenga

07/06/2018 à 08h54

Merci Milan. Je ne saurais te répondre catégoriquement, mais de ce que j'en ai lu, c'est en effet la première découverte de ce style brésilien pour le public européen. Peut-être que l'association s'est vraiment faite plus tard, à partir de 1958?

Sens de la dérision

07/06/2018 à 11h16

Magnifique article effectivement. Merci !

José-Mickaël

07/06/2018 à 14h58

Ba Zenga
aujourd'hui à 08h54
> Peut-être que l'association s'est vraiment faite plus tard, à partir de 1958?

Si c'est plus tard, c'est plutôt 1950. Si je me souviens bien, les détracteurs du Brésil 1950 (qui avait atomisé la Suède 7-1 puis l'Espagne 6-1 en poule finale) lui reprochaient, en gros, d'être une équipe de cirque. Jongleries, passements de jambes, etc., mais sans rigueur défensive. C'est en 1958 que le Brésil a ajouté la rigueur défensive, d'ailleurs il n'encaisse aucun but avant celui de Fontaine en 1/2.

Mais à mon avis l'association date bien de 1938.

Ba Zenga

07/06/2018 à 19h21

Merci Sens pour le retour et JM pour les explications.

Toni Turek

07/06/2018 à 21h13

Je me joins aux remerciements pour cet article.

Entre sa blessure pour la 1/2 et les annulations des éditions suivantes, Leônidas n'aura pas été servi...

Je me suis toujours demandé ce qu'il aurait donné sur le terrain avec une des équipes du Brésil des années 58-70.

Mon dragon s appelle Faryd

07/06/2018 à 21h44

Bel article, merci !
Juste une petite remarque : je pense que "goiabadas de poissons" est une traduction erronée. La goiabada est une pâte de goyave, et ça ne se marie pas vraiment avec le poisson (mais plutôt avec du fromage pour un dessert au joli nom de Roméo et Juliette). Il semblerait qu'il ait existé une goiabada de la marque Peixe, or "peixe" signifie "poisson" en portugais, d'où la traduction !

 

Ba Zenga

08/06/2018 à 09h09

Ah d'accord, merci pour la précision culinaire! Je suis pas très poisson, mais ça n'a l'air pas mal quand même. Et merci à vous pour les retours également.

Sur le fil

Une frappe à bout portant, une joueuse qui enlève son bras, mais un penalty qui décide d'une qualification. Encore… https://t.co/q38UcK5tyx

RT @jeromelatta: "Les réseaux sociaux ont ouvert une sorte d'espace de rencontres libertines entre marques et journalistes, où l'on transgr…

RT @R_Direktor: VAR : Requiem pour mon foot. https://t.co/22m28sZXQK

Les Cahiers sur Twitter

Les brèves

Alliance Arena

"Quand un arbitre assistant demande sa collègue en mariage." (lequipe.fr)

Prendre les shots les uns après les autres

"Hugo Lloris, le mister penalties de Tottenham." (lequipe.fr)

Milieu de tableau

"Rembrandt s'invite sur le ballon du Championnat des Pays-Bas." (lequipe.fr)

Trafic de coquines

“Football : la Colombie rattrapée par le mouvement ‘Me too’.” (ouest-france.fr)

Veuvage

"Pepe cherche à trouver la solution en solitaire." (lequipe.fr)