auteur
MinusGermain

It’s a Decelebration

Marque de respect envers une équipe fréquentée dans le passé, le refus de fêter un but est aussi une bien curieuse mise en scène. Au point qu'on se questionne parfois sur la sincérité de la démarche.


Ba Zenga

08/10/2018 à 08h15

Merci pour cet article et cette magnifique chute. Ces non-célébrations m'agacent aussi au plus haut point, le summum ayant été Griezmann contre l'Uruguay.

Tu mets un pion contre une ancienne équipe ou des potes, tu veux pas le célébrer, tu fais rien, tu te ré dans ton camp et basta. Jurisprudence Laslandes avec Nice contre Bordeaux, si je dis pas de connerie.

Ba Zenga

08/10/2018 à 08h16

*tu te replaces dans ton camp (saleté de téléphone)

Yul rit cramé

08/10/2018 à 09h12

Ouais, je suis sûr que c'est en trouvant cette chute que l'auteur a souhaité en faire un article.

Personnellement, je suis plus gêné par certaines célébrations chorégraphiées qui ressemblent plus à du marketing qu'à une joie spontanée.
D'ailleurs, ce qui me dérange, c'est que la joie n'en fait souvent pas partie.

kinilécho

08/10/2018 à 10h09

Cet article fort intéressant rappelle aussi en creux ce fait étrange qu'en football, même quand le passeur fait 3 fois plus de taf que le buteur, c'est le buteur qui a le droit de célébrer et éventuellement de daigner partager une partie de sa gloire avec son passeur ou le reste de l'équipe...
Et le pire c'est quand même la place réservée à ces "célébrations" dans la réalisation du match, mais plus encore dans les résumés, quitte à sabrer la construction du but, le plus important c'est de bien voir kiki qui croise les bras après le but...

Tonton Danijel

08/10/2018 à 10h39

Ces non-célébrations étaient plutôt sympas à leur début, quand elles faisaient sens. Par exemple, quand Morientes marque avec l'ASM à Bernabeu, alors qu'il était prêté faute de temps de jeu (victime de la politique des galactiques) et qu'il avait toujours une certaine cote d'amour auprès des supporteurs madridistes, sa non-célébration est vraiment prise comme un geste de grande classe d'un joueur qui n'a aucune rancune personnelle contre son club (qui était toujours propriétaire du joueur du reste).

Maintenant, c'est devenu tellement automatisé que ces non-célébrations ne veulent plus rien dire, et semblent même irrespectueuses pour les supporteurs auxquels elles sont adressées tant elles semblent hypocrites.

Richard N

08/10/2018 à 11h18

Bel article, bravo. On peut également ajouter le cas des internationaux qui marquent contre leur pays d'origine : je me souviens notamment de l’Euro 2008, avec le Suisse Hakan Yakin contre la Turquie ou l'Allemand Podolski contre la Pologne qui évitèrent de manifester leur joie. Il me semble qu'il y en a eu un ou deux autres durant le tournoi.

Toni Turek

08/10/2018 à 11h40

Est-ce que ces non-célébrations font l'objet de clauses dans les contrats des joueurs ? Ou d'ordres formels de dirigeants ?
Cela expliquerait leur nombre en hausse.

Bon au moins, pour le buteur ça diminue le risque de prendre un carton jaune.

(Et magnifique conclusion, effectivement :-)).

Françoise Jallet-Maurice

08/10/2018 à 12h35

À l'image de Tonton, je ferais une distinction entre la non-célébration contre des anciens coéquipiers (comme Terrier, même si l'effectif de Strasbourg a bien changé en un mercato) et la non-célébration contre un ancien club quitté depuis longtemps (Gourcuff). Dans ce deuxième cas, le joueur s'adresse au public. Le tient-il en si basse considération qu'il s'imagine qu'on va lui faire grief d'avoir marqué ?

revlog

08/10/2018 à 13h48

Merci pour cet article MinusGermain !

Adebayor est entièrement d'accord, halte à la répression de nos émotions, laissons éclater une joie pure et sans retenue, fut-ce face à d'anciens coéquipiers. Car le football, c'est aussi la joie.

Plus sérieusement, je pense que dans un premier temps ces non-célébrations étaient réellement sincères, avant de devenir un passage obligé, une sorte d'obligation morale ("oh si tu marques tu célèbres pas, sinon tu vas te faire tomber dessus, on va analyser le moindre de tes gestes") Le message me semble autant adressé aux supporters qu'au grand public.

Ca souligne surtout que les célébrations sont devenus des moments de communication importants pour faire fructifier la petite (ou grosse, c'est selon) entreprise du joueur : le geste signature qui sera reproduite sur des t-shirts et dans les jeux vidéo, les marques de respect envers l'ancien club pour soigner l'image du joueur etc.

Lucho Gonzealaise

08/10/2018 à 13h50

Mais Griezmann aurait dû faire quoi selon vous ? Il vient de mettre un but foireux avec un gardien qui fait une grosse cagade, s'il avait fait sa célébration Fortnite habituelle, ça aurait été tout aussi mal pris. Perso je me vois pas faire trois tours de stade à la Inzaghi si je marque sur une boulette aussi grosse du gardien adverse.

 

dugamaniac

08/10/2018 à 13h52

Tout est un problème de sincérité.
Ce geste il veut dire "je suis désolé de vous faire de la peine, vous que j'ai aimé et je m'en souviens".
Il s'adresse aux supporters et public qui eux ne sont pas volatiles donc l'argument du temps passé ou écoulé depuis le bon temps passé me parait peu pertinent.

Comme tout, certains le font sincèrement et d'autres le font parce qu'il pense que ça va les rendre cool.

Je pense que les supporters arrivent à faire la distinction.

Par exemple dans le cas de Gourcuff, son nom avait été chaleureusement applaudi à l'annonce de son nom, ce qui n'a pas toujours été le cas. C'était une forme de réconciliation avec le temps à laquelle il a peut être été sensible.

Sur le fil

Voilà, pas besoin de la VAR pour avoir des penalties sympas.

Que c’est beau une belle tête. #FaisezDesCentres

Quel but d’assassins.

Les Cahiers sur Twitter

Le forum

Scapulaire conditionné

aujourd'hui à 06h43 - Yul rit cramé : Oui, vraiment très beau, double une-deux puis frappe sans contrôle en pleine lucarne de 18... >>


Festival de CAN

aujourd'hui à 06h12 - J'ai remis tout l'allant : A noter également que la prochaine CAN se déroulera du 15 juin au 13 juillet 2019. >>


Dans le haut du panier

aujourd'hui à 04h10 - CELTIC BHOY : Tu as manqué le dunk de Jaylen Brown sur Embiid ! >>


Fussball chez nos cousins germains

aujourd'hui à 02h11 - Tricky : Toni Turek11/10/2018 à 18h56Je suppose que dans les pays de taille comparable (Andorre,... >>


Toujours Bleus

aujourd'hui à 01h58 - kelly : Oui Kimpembe est bon en ldc. Même très bon. Il a parfois des moments de moins bien, comme en fin... >>


Et PAF, dans la lucarne !

aujourd'hui à 01h26 - Jean-Huileux de Gluten : rockitrOMaujourd'hui à 00h19Better Call Saul peut de mon point de vue se voir avant Breaking Bad... >>


L'empire d'essence

aujourd'hui à 01h11 - Run : Je viens de regarder les stages dispos sur le Castelet, a choisir, je fais la 488 Speciale ou... >>


Observatoire du journalisme sportif

aujourd'hui à 01h03 - Lionel Joserien : On ne parle pas d'une victoire des Pays-Bas, on parle d'une victoire 1-0 ou par 2 buts d'avance +... >>


I Havre a dream

aujourd'hui à 00h37 - Wylan Droids Dream ? : Hey les Havrais ! C'est sans doute dû au temps incroyable pour un mois d'octobre, mais ... j'aime... >>


Foot et politique

aujourd'hui à 00h33 - PiMP my Vahid : Nos meilleures Sané 16/10/2018 à 08h39Et ça me paraitrait largement plus constructif, et... >>


Les brèves

Le cachemire serre

"PSG, un maillot à 60 M€ ?" (sports.fr)

Anthony pire qu'Ince

"Anthony Lopes (Lyon) : ‘Je n'ai pas envie qu'on dise que j'étais taré complet’." (lequipe.fr)

Javier AppStore

“Neymar, coach sur... mobile.” (lequipe.fr)

Match à huis cloclos

"Le MHSC foudroie Nîmes dans un derby électrique. " (madeinfoot.com)

Cocktail de drogues

"Maradona conseille à Messi d'arrêter la sélection." (lequipe.fr)