auteur
Jérôme Latta

 

Chef d'espadrilles.


Du même auteur

Revoir Guadalajara

Une Balle dans le pied – Qu’est-ce qui fait le mythe d’un match comme France-Brésil 1986, faut-il sortir de la légende du football une rencontre qui y est entrée, que peut-il en rester ?

 


 

leo

01/08/2020 à 21h14

Pour moi, c'est vraiment éprouvant à regarder, ces vieux matchs. Pour un Platini, un Socrates, un Giresse (pour le France-Brésil 86), qui éclairent le jeu, et qui ont effectivement une classe et une technique folle, que de mauvais choix, que de gestes approximatifs, c'est effarant. Le nombre de fois où je me surprends à penser "MAIS POURQUOI ???" quand un joueur part en dribble depuis ses 30m ou balance un long ballon sans aucune préparation...

Collectivement, c'est aussi étonnamment faible : c'est en gros une succession d'actions individuelles sans aucun liant entre elles. Le porteur du ballon se lance dans un raid (souvent voué à l'échec), il s'arrête, cherche uine solution passe à um joueur à peu près démarqué et on recommence. Le sommet de l'action collective, c'est le une-deux, on n'a quasiment jamais de recherche du troisième homme, de préparation des attaques, c'est rudimentaire au possible. Encore une fois, quand le ballon passe par les génies de l'époque, ça s'illumine mais le niveau tactique (je parle de tactique offensive) est déplorable.

Pour reprendre l'analogie de Jamel, je n'ai pas du tout l'impression de voire un ballet, de voir des déplacements harmonieux, je vois une accumulation de solistes (et pas vraiment de virtuoses, la "technique naturelle", on la cherche souvent).

C'était mon moment Sacdefiel !