auteur
Jérôme Latta

 

Chef d'espadrilles.


Du même auteur

Réalisation télé : des matches à la tronçonneuse

À force de faire leur cinéma, les réalisateurs en oublient de montrer le football, notamment en escamotant les reprises de jeu. Étude de cas sur ASSE-SRFC. 


Roy compte tout et Alain paie rien

29/09/2020 à 11h13

Si j'en crois le mini résumé Youtube que Bibine Sport a publié sur la rencontre ESTAC - Clermont d'hier soir, il semblerait que les malheureux téléspectateurs (ainsi que les commentateurs) aient presque raté l'unique but de la rencontre pour les mêmes raisons.

vertigo

29/09/2020 à 11h39

Merci pour cet article. On a beau subir ça quasiment à chaque match et s'habituer à la longue, ça va mieux en le (re)disant.
Une question au sujet des staffs techniques qui font de l'analyse vidéo contre les futurs adversaires: ont-ils accès à d'autres images que celles des diffusions télé, à des plans larges sur toute la durée des matchs?

Utaka Souley

29/09/2020 à 12h27

Merci pour cet article, qui appelle plusieurs remarques de ma part.

Tout d'abord, ce choix d'utiliser immédiatement tous les moyens techniques à disposition sans trop réfléchir à leurs effets pervers se retrouve bien dans nombre de comportements de nos contemporains (et je ne crois pas devoir m'exempter de ce travers).

Ensuite, il y aurait effectivement un autre mode d'emploi possible de ces moyens techniques, qui consisterait à alimenter des analyses techniques ou tactiques a posteriori, dans des émissions diffusées par exemple après les matches, pour lesquels on privilégierait le plan large; des émissions dans lesquelles la discussion plateau pourrait alors être appuyée par d'autres images se focalisant sur des points précis du jeu, en montrant éventuellement une autre dimension.

Ce hachage permanent des matches retransmissions se retrouve aussi dans d'autres sports, et me fait penser à la propension des journalistes politiques à rechercher le scoop ou la petite phrase, à chercher à se mettre en valeur plutôt qu'à laisser s'exprimer l'interviewé; ici, le réalisateur montre sa maestria technique et se valorise, éventuellement au détriment de son sujet.

Il est frappant d'ailleurs que dans les jeux de foot (PES et FIFA), les plans larges ne soient pas privilégiés, ni pour le jeu, ni pour les images de promotion.

Tout cela me semble parfaitement en ligne avec la volonté de scénariser l'événement sportif, de le transformer en spectacle, d'en monter en exergue des petites parties sur lesquelles il y aura du buzz, du click, de la controverse, bref de le marchandiser.

Jamel Attal

29/09/2020 à 12h54

@vertigo
---
"Deux clubs de Ligue 1, Angers et Nîmes, n’avaient toujours pas d’analyste vidéo dédié en 2019-2020. (…) Des outils comme InStat et WyScout permettent d’en gagner, en réduisant notamment le séquençage manuel. Mais jusqu’à il y a peu, la plupart des clubs de Ligue 1 se contentaient d’analyser les matches à partir des réalisations télévisées malgré les biais (angle limité, gros plans, ralentis qui s’éternisent…).
En 2018, à l’initiative de la locomotive PSG, les deux tiers se sont enfin dotés de caméras « tactiques ». Prochaine étape : créer une plateforme de partage de ces plans larges entre les clubs, comme cela existe à l’étranger depuis plusieurs saisons, non seulement pour faciliter l’analyse, mais aussi pour approfondir les mesures et la compréhension du jeu."
(Radek dans le numéro 4 de la revue des Cahiers)

vertigo

29/09/2020 à 13h19

Merci Jamel. Et Radek, donc.

Mik Mortsllak

29/09/2020 à 13h53

"Prochaine étape : créer une plateforme de partage de ces plans larges entre les clubs, comme cela existe à l’étranger depuis plusieurs saisons, non seulement pour faciliter l’analyse, mais aussi pour approfondir les mesures et la compréhension du jeu."

Les pauvres, ils doivent bien s'ennuyer devant ces plans larges.
Ces plans serrés sur des défenseurs balle au pied qui cherchent une solution sont tellement intéressants.

leo

29/09/2020 à 14h23

Utaka Souley
aujourd'hui à 12h27

Tout cela me semble parfaitement en ligne avec la volonté de scénariser l'événement sportif, de le transformer en spectacle, d'en monter en exergue des petites parties sur lesquelles il y aura du buzz, du click, de la controverse, bref de le marchandiser.
---

J'ai la même impression, le réalisateur essaye de raconter une histoire, de mettre en scène le match, comme si le match ne se suffisait pas à lui-même. D'ailleurs, je me demande si le nombre de plans de coupe, de gros plans sur les visages des joueurs et entraîneurs, varie au fil du match. J'imaginerais bien qu'il augmente sur la fin, quand le match est "joué".

dugamaniac

29/09/2020 à 17h20

D'ailleurs, j'ai lu Lannaud ou Amsellem, je ne sais plus, assumer et revendiquer complètement cette école française de la réalisation où on dynamise le spectacle par ces multiples changements de plan.
C'

Sens de la dérision

29/09/2020 à 17h29

Comme si le foot était un sport... Ce n'est pas la réalisation qu'il faut changer mais le spectacle. Comme au tennis, je propose qu'à chaque récupération de l'équip adverse, on fasse une pause qui permettrait de filmer les jolies filles et les people du public. On pourrait même mettre une kisscam pour les couples s'embrassent sur plein écran. Avant chaque corner, coup-franc, penalty, on pourrait incruster des pubs sur la pelouse ou faire rentrer des hommes-sandwichs.

Bof

29/09/2020 à 18h06

Ah, merci : j'ai également eu un sentiment d'aggravation du phénomène avec Téléfoot, ce n'est donc pas seulement moi... ce qui m'exaspère c'est tous ces plans rapprochés sur le joueur qui a le ballon pour ne repasser au plan large qu'au dernier moment. Déjà énervant en soi, et surtout la réalisation est manifestement assez imprécise sur le "dernier moment" en question.

Je me souviens d'un débordement dans la surface suivi d'un centre en retrait (je ne me rappelle pas le match) : caméra braquée sur le porteur, plan rapproché qui se prolonge bien après que le ballon ne quitte le pied du joueur et même après que le ballon ait quitté l'écran, puis retour au plan large avec le ballon dans les bras du gardien. Le ralenti nous permet finalement de voir qu'il y a eu déviation d'un attaquant à bout portant, captée par le gardien. S'il y avait eu but, on l'aurait découvert en voyant directement le ballon au fond des filets lors du direct.

Comme mes petits camarades, je fais des rapprochements entre ce phénomène et des tendances plus générales dans la culture et les médias contemporains. Sans snobisme, ayant l'habitude d'écouter des podcasts où les gens ont largement le temps de développer leur propos, lorsque par hasard je me retrouve devant un bout d'émission de radio ou de télé un peu plus grand public, je suis effaré du rythme imposé, il faut obligatoirement que ça soit découpé en séquences, que ça soit "animé", personne ne peut parler pendant plus de 30 secondes, etc. C'est débilitant, au sens propre du terme. Et je ne suis pas certain qu'il n'y ait pas d'autre moyen de capter l'attention du "grand public" (ou alors ce serait un constat auto-réalisateur, les gens y sont conditionnés, mais on pourrait les habituer à autre chose).

 

Jamel Attal

29/09/2020 à 18h20

@Bof
Pas sûr que ce soit lié à la chaîne : ce réalisateur a auparavant bossé pour RMC et Eurosport, il est connu comme un maniaque du ralenti. Le problème est plutôt que les réals ne sont quasiment pas encadrés (ou recadrés) par les directions des chaînes. Forts de leur réputation, il se prennent un peu pour Spielberg et font ce qu'ils veulent.

Quant à ces évolutions, elles sont anciennes, elles s'accentuent simplement – notamment au travers de ces ratés des reprises de jeu, que j'ai constatés dans d'autres compétitions récemment (Ligue des champions, matches de sélections).

Le forum

Dans le haut du panier

aujourd'hui à 20h08 - Jah fête et aime dorer Anne : N'est-ce pas Mikan, le meilleur pivot de l'histoire du basket américain ? Il a quand même fait... >>


Y a pas que le foot à Auteuil !

aujourd'hui à 20h06 - Di Meco : Pour répondre sérieusement, les deux sont très bien puisque Nagal était tout de même mieux... >>


In barry we trust

aujourd'hui à 20h03 - manuFoU : Jusqu’où iront les Falcons dans leur capacité à perdre des matchs imperdables ?Hier encore, à... >>


CDF sound system

aujourd'hui à 20h03 - Maniche Nails : "je vous donne le thème choisi par nos amis de 1984 (des gens d'un goût certain s'il en est) pour... >>


Café : "Au petit Marseillais"

aujourd'hui à 19h53 - Flo Riant Sans Son : Pour la peine, je rajoute que Cuisance m'à l'air quand même plus vif dans ces prises de... >>


Foot et politique

aujourd'hui à 19h33 - O Gordinho : Jeronimo, un avis d'insider sur Amy Coney Barrett ? >>


En Vert et contre tout

aujourd'hui à 17h59 - Danishos Dynamitos : Décès de Jean-Claude Baulu, héros de la Coupe de France 1962 >>


Paris est magique

aujourd'hui à 16h47 - la menace Chantôme : Petit cadeau pour les anglophones du fil :https://youtu.be/w8E7FjBUbxE?t=643Ceux qui décideront... >>


Gerland à la détente

aujourd'hui à 15h25 - Il Capitano : Comme d'autres matchs de ce type réussis par le passé, cette victoire ne nous dit pas si on a... >>


Le fil de butte avec ses potes en croco

aujourd'hui à 15h18 - Mama, Rama & Papa Yade : Maintenant que le matelas des matchs à domicile a perdu de son moelleux, et qu'au sommier des... >>


Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)